Soutenance – Farah Hany George Ramzy, “Renégocier le politique sur le campus : Engagement étudiant en Egypte post-2011”

Renégocier le politique sur le campus : Engagement étudiant en Egypte post-2011

La soutenance aura lieu le 16 octobre 2019 à 14h00 à l’Université Paris Nanterre,  200 Avenue de la République, 92000 Nanterre, Bâtiment Simone Veil, Salle des Actes (F.141) 

Le jury sera composé de :

  • Mounia BENNANI-CHRAÏBI, Professeure, Université de Lausanne (Co-directrice de la thèse)
  • Assia BOUTALEB, Professeure, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (Rapporteure)
  • Sophie DUCHESNE, Directrice de recherche au CNRS, Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux (Co-directrice de la thèse)
  • Dina EL-KHAWAGA, Professeure, American University of Beirut  (Rapporteure)
  • Olivier FILLIEULE, Professeur, Université de Lausanne (Président du jury)
  • Sandrine LEFRANC, Chargée de recherche au CNRS, Université Paris Nanterre  (Examinatrice) 

Résumé : cette thèse étudie les transformations des modes d’action politique des étudiants des universités Égyptiennes. L’enquête, qui mêle entretiens et observation parmi plusieurs groupes d’étudiants actifs entre 2011 et 2015, remet en perspective la conception historique de l’action politique étudiante dans ce pays. La mise en évidence de la multiplicité de formes, niveaux et enjeux des organisations et des mobilisations étudiantes permet de souligner les transformations sur le long terme et de les situer par rapport aux changements du système d’enseignement supérieur, et des reconfigurations plus larges du système politique. Cette thèse étudie comment être étudiant en Égypte produit des manières spécifiques de dire et de faire le politique. Elle démontre que l’articulation de la charge politique historiquement associée au statut étudiant, des réformes du système d’enseignement supérieur dans les années 1990s et des dynamiques de court terme générées par la révolution de 2011 et l’intervention militaire de 2013, offre aux acteurs un espace pour négocier les significations qu’ils attribuent à leurs engagements. Le politique se manifeste alors sous des formes et à des niveaux divers, et notamment dans les interstices entre ce que les acteurs disent et ce qu’ils font, et dans les dans luttes autour de l’étiquetage politique des activités.

Publication – Romain Robinet, “La révolution mexicaine. Une histoire étudiante”

Résumé : la Révolution mexicaine se résume parfois aux personnages mythiques que furent Pancho Villa et Emiliano Zapata. Si ces acteurs renvoient à une étape fondatrice de ce processus tumultueux, les transformations politiques et sociales que connut le Mexique entre les années 1910 et 1940 ne sauraient pourtant être intelligibles à la seule lumière de ces icônes. Le mouvement étudiant apparaît comme l’un des acteurs les plus pertinents pour repenser et relire intégralement le processus révolutionnaire mexicain. Ce livre propose ainsi une « histoire étudiante » de la Révolution mexicaine.

AàC – La vie quotidienne des étudiant(e)s. Conditions de vie et de travail, loisirs, engagements (XIXe -XXe siècles) (Arras, 15 oct. 2020)

  • Deadline propositions : 15 octobre 2019
  • Réponse auteurs : fin octobre 2019
  • Journée d’études : 15 octobre 2020

Problématique générale

 «L’histoire de l’enseignement supérieur apparaît comme le parent pauvre de l’histoire de l’éducation en France»[1]. C’est ce que soulignait Emmanuelle Picard, il y a dix ans, dans la revue Histoire de l’éducation, lors d’un numéro spécial consacré à « l’enseignement supérieur ».  Depuis, de nombreux travaux ont été réalisés, proposant souvent de bonnes monographies d’institutions universitaires[2]. Mais les travaux dans ce domaine portent essentiellement sur la sociologie du corps enseignant et à leur positionnement politique dans les affaires de la cite[3]. Dans la répartition chronologiques de ces travaux, les années 1870-1914 dominent fortement[4], alors que ceux s’intéressant à l’entre-deux guerre sont plus rares. Les études abordant la période postérieure à la Seconde Guerre mondiale sont nombreuses, mais les étudiant(e)s y sont abordés comme groupe social, un groupe social croissant de façon exponentielle et dont on tente de mesurer le degré réel de démocratisation dans le recrutement[5]. Ils sont avant tout étudiés d’un point de vue politique, comme acteurs de revendications, de manifestations, autours de leurs associations et du rôle majeur joué par l’UNEF en particulier[6].

Cette journée d’étude artésienne se propose d’étudier sur une durée de deux siècles, de 1808 date de la reconstruction napoléonienne par les décrets du 17 mars 1808 organisant l’université impériale et débouchant sur la refondation des facultés, à la fin du XXe siècle, un public qui, au-delà des généralités, demeure assez peu connu : celui des étudiants et étudiantes. Nous nous limiterons à l’étude des élèves des universités françaises, d’État ou bien libres (après 1875), la comparaison entre les deux pouvant se révéler féconde. Les élèves des grandes écoles ont quant à eux déjà fait l’objet de travaux. C’est le cas des normaliens[7] ou des polytechniciens[8] entre autres.

C’est avec l’ouvrage de Jean-Claude Caron en 1991, sur les étudiants de l’époque romantique[9], que ces derniers deviennent réellement sujets d’étude. Pierre Moulinier en complétera l’étude pour la deuxième partie du XIXe siècle[10]. En outre, leur pendant féminin, les étudiantes, n’ont été le sujet que de peu d’études[11]. Ces dernières se sont principalement concentrées sur les étrangères au sein de l’université française ou sur certaines filières ayant connu un fort taux de féminisation, notamment la médecine[12].

Ainsi, reste une population en partie méconnue, notamment dans ce qu’elle vit au quotidien. Vivent-ils/elles chez leurs parents ou ont-ils/elles leur logement dans la ville universitaire et sous quelle forme (chambre louée, résidence universitaire…) ? Comment subviennent-ils à leurs besoins entre ressources parentales, petits boulots ou travail à temps complet ? Quelle est leur assiduité aux cours et comment l’institution gère-t-elle cette question selon les périodes ? Comment travaillent-ils/elles à leurs études et préparent-ils/elles leurs examens et concours ? Quelles représentations se font-ils de leurs enseignants et de l’institution universitaire ? Quelles forment d’actions mettent-ils/elles en placent lorsqu’ils/elles ont besoin de se mobiliser pour ou contre l’institution ? S’engagent-ils/elles d’autres manières (politique, droits civiques, bonnes œuvres) ? Que font-ils/elles de leur temps libre et quelles sont les structures associatives et de loisirs existant dans les villes universitaires ? Quels réseaux de sociabilité rejoignent-ils/elles? Quelles amitiés ou amours tissent-ils/elles ?

C’est à toutes ces questions et à bien d’autres, liées à la vie quotidienne des étudiant(e)s sur deux siècles, que cette journée d’étude va tenter d’apporter des réponses autours de quatre axes :

Les axes attendus pour la journée d’étude du 27 mars 2020

  • Axe 1 : La vie matérielle des étudiant(e)s
  • Axe 2 : Le travail universitaire des étudiant(e)s
  • Axe 3 : Les loisirs des étudiant(e)s
  • Axe 4 : Les engagements des étudiant(e)s

Modalités de soumissions des propositions de communication

Les propositions de communication comprendront une présentation rapide de l’identité du contributeur (nom, prénom, statut, lieu d’exercice, laboratoire), un titre clair et un résumé du projet de communication qui dégagera la problématique et explicitera les sources utilisées (20 lignes maximum).

La date limite de proposition des communications est fixée au 15 octobre 2019.

Elles sont à adresser à :

  • Amélie PUCHE, doctorante contractuelle au laboratoire CREHS de l’Université d’Artois : amelie.puche [at] gmail.com
  • Jean-François CONDETTE, professeur en histoire contemporaine (ESPE-Lille-Nord-de France), laboratoire CREHS de l’Université d’Artois : jfrancois.condette [at] espe-lnf.fr

Le comité d’organisation expertisera les propositions et donnera sa réponse aux contributeurs pour la fin du mois d’octobre 2019. Si le nombre de propositions retenues est supérieur à huit, une seconde journée d’étude pourra éventuellement être organisée en octobre  ou novembre 2020.

Comité d’organisation

  • PUCHE Amélie, laboratoire CREHS, Université d’Artois
  • CONDETTE Jean-François, laboratoire CREHS, Université d’Artois

Soutenance d’Antonin Dubois : “Organiser les étudiants. Mobilisations collectives et formation d’un groupe social (Allemagne et France, 1880-1914)”

  • Date :Vendredi 22 mars 2019 – 14:00
  • Lieu : EHESS (salle 8), 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Cette thèse s’attache à comprendre comment, d’individus rattachés entre eux par une inscription bureaucratique à un établissement d’enseignement supérieur, les étudiants en France et en Allemagne ont pu devenir un groupe social, dont les membres sont reliés entre eux par des organisations, qui cherchent à défendre leurs intérêts et besoins spécifiques. Le tournant des années 1870-1880 marque dans les deux pays un changement majeur, celui d’une autorisation et d’une acceptation grandissante des organisations étudiantes par les pouvoirs publics, tant universitaires et politiques. Ce changement est retracé dans la longue durée, par l’étude des répressions politiques des mouvements étudiants et de la transformation de la relation entre étudiants et État-nation (en construction) depuis le début du XIXe siècle.     Ces organisations étudiantes constituent des instances de socialisation. Il s’agit autant pour leurs membres d’acquérir des compétences politiques pratiques, que de compléter leurs cursus universitaires grâce à des conférences ou à des groupes ou encore qu’à renforcer leurs corps par des exercices physiques. Une lutte concurrentielle s’établit entre elles autour d’un grand nombre d’enjeux entre les années 1870/80 et la Première Guerre mondiale, période plus spécifiquement étudiée dans cette thèse : représentation des étudiants, relations avec les pouvoirs publics, insertion dans l’espace urbain universitaire, insertion dans la société élitaire locale et nationale, obtention d’avantages matériels et intellectuels pour les membres, développement d’une sociabilité commune. Par ces concurrences, les étudiants contribuent à la formation d’un espace social qui leur est propre et que nous avons appelé espace des organisations étudiantes.     Par l’analyse de cet espace social et par un intérêt constant au rapport des étudiants à la politique et à l’État-nation, il est possible de comprendre comment la place et le rôle des étudiants dans l’université et la société a été transformée au tournant des XIXe et XXe siècles et, partant, comment ils ont pu former un groupe social.

JURY :

  • M. Gérard Noiriel (Directeur de thèse), EHESS
  • Mme Katja Patzel-Mattern (Directrice de thèse), Universität Heidelberg
  • M. Christophe Charle, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne
  • M. Lutz Raphael, Universität Trier
  • M. Jakob Vogel, Centre Marc Bloch (Berlin)
  • Mme Bénédicte Zimmermann, EHESS

Colloque international – Empreintes étudiantes des années 1968 dans le monde

Empreintes étudiantes des années 1968 dans le monde

Paris, 2, 3 et 4 mai 2018

 

Colloque co-organisé par le GERME, la Cité des mémoires étudiantes et le Centre d’histoire de Sciences-Po Paris

Avec le soutien, notamment, du Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Paris I-CNRS), de la Faculté des lettres de Sorbonne Université, du Collège militaire royal du Canada, de l’Université de Nottingham Trent, du 50th Anniversary Civil Rights Commemoration Committee & de l’Université de Trente

Inscription gratuite, mais obligatoire (plan vigipirate) : colloque68@citedesmemoiresetudiantes.org

Continuer la lecture de « Colloque international – Empreintes étudiantes des années 1968 dans le monde »

Atelier: Oeuvres universitaires et mouvements étudiants

Dans le cadre du séminaire de Jean-Noël Luc (U. Paris IV), “Enfance, jeunesse, éducation, genre, XXIe-XXIe siècle”, un atelier, coorganisé avec le GERME et l’école doctorale II de Paris-Sorbonne, sera consacré le mercredi 12 février 2014 aux “Oeuvres universitaires et mouvements étudiants“.

14h-16h – 28 rue Serpente, 75006 Paris, Salle D 116

  •  Accueil et introduction: Pr. Jean-Noël Luc et Jean-Philippe Legois (président de l’Association des archivistes français et de la Cité des mémoires étudiantes)
  • « Il m’est apparu qu’une profonde réorganisation de ces oeuvres s’imposait »* : la renaissance des oeuvres universitaires sous le Front  populaire : Ludovic Bouvier, master d’histoire Paris-Sorbonne, Archives de la chancellerie des universités de Paris (*Alfred Rosier, 1933)
  • Les mouvements étudiants et le logement étudiant à Toulouse : entre soutien et contestation, 1920-1970: Gérard Périé, master d’histoire, Université de Toulouse
  • Des élus étudiants inutiles et illégitimes ? Rôle et pratiques des élus  étudiants (FAGE et Solidaires) dans les CROUS, 2008-2012: Tristan Haute, master en science politique, IEP de Lille

JE: L’AG ou la démocratie étudiante dans le second vingtième siècle

Voici le programme d’une journée d’études consacrée à “L’AG ou la démocratie étudiante dans le second vingtième siècle. De l’AGE (Association générale des étudiants) à l’AG (Assemblée générale)“.
Elle aura lieu le samedi 14 décembre 2013 à la Cité des mémoires étudiantes – 9, rue Malher, 75004 Paris.

Résumé:
Cette journée d’études est organisée conjointement avec le Centre d’histoire sociale du 20e siècle et le GERME (Groupe d’études et de recherche sur les mouvements étudiants) dans le cadre du programme PICRI (Partenariats institutions-citoyens pour la recherche et l’innovation, soutenus par la région Île-de-France) mené depuis l’année dernière sur le thème de la démocratie étudiante après 1968. Cette première journée du programme PICRI permettra d’aborder le passage de l’Association générale des étudiants (AGE) à l’Assemblée générale (AG) dans les années 1960, mais aussi dans une perspective plus longue.

Programme:
9h00 Accueil
9h30 Ouvertures
• Pascale Goetschel, CHS 20e s
• Jean-Philippe Legois, Cité des mémoires étudiantes

9h45-11h: avant 1961-62, l’âge d’or de l’AGE ?
• Alain Monchablon / Pierre Moulinier : autour de 1908
• Paul Bouchet

Continuer la lecture de « JE: L’AG ou la démocratie étudiante dans le second vingtième siècle »

Actualité du GERME

Extrait de la Lettre électronique du GERME et de la Cité des mémoires étudiantes n°84:

Agenda

  • – lundi 13 mai 2013, 16h (Cité des mémoires étudiantes, 153, rue Danielle Casanova, Aubervilliers, téléphoner une fois arrivé-e au portillon vert : 01.43.52.88.04) : rencontre avec Giulia Strippoli, docteure italienne menant un post-doc au Portugal (thèse à l’Università degli Studi di Torino sur “Parti Comunisti e Movimenti. PCI, PCF e PCP nel Sesantotto” et master sur “Daniel, Duarte, Manuel. L’azione e il pnesiero politico di Álvaro Cunhal, dirigente del Partito Comunista Portoghese”). Pot amical à partir de 18h (prévenir de votre venue -pour les stocks- à : info@citedesmemoiresetudiantes.org).
  • – mercredi 22 mai 2013, de 17h15 à 19h00, séminaire GERME/ Cité/ Centre d’histoire de Sciences-Po Paris (56, rue Jacob, 75005, M° : Saint-Germain-des-Prés) : Marie Prieur (Paris 8), Les rapports de genre dans le syndicalisme étudiant, à travers l’exemple de la période 1976-1986. Discutante : Bibia Pavard (Institut Droit et Santé, Paris 5).
  • – toujours mercredi 22 mai, à partir de 14h, Maison de quartier du 37, cours du Rû Monfort à Saint-Denis (Salle Michel Rogowski) : la Cité des mémoires étudiantes participe à une demi-journée d’étude sur la presse associative organisée par le Réseau Mémoires-Histoires en Ile-de-France dans le cadre de sa biennale 2013. Continuer la lecture de « Actualité du GERME »

Séminaire: Institutions et mouvements étudiants : socio-histoire et dynamiques politiques (6 et 13/02/2013)

Les troisième et quatrième séances du séminaire du GERME, “Institutions et mouvements étudiants : socio-histoire et dynamiques politiques” auront lieu les mercredi 6 et 13 février 2013:

Mercredi 6/02: Yassine Fatihé (CHS, Paris 1): “La question de la démocratie dans le mouvement étudiant de novembre-décembre 1986”. Discutant : Robi Morder (GERME).

Mercredi 13/02: Tatiana Smirnova (EHESS, RIAE), “Mouvement étudiant et politisation des oeuvres universitaires au Niger des années 1980 au début des années 2000”. Discutante : Marie-Emmanuelle Pommerolle (CEMAF, Paris I).

Informations pratiques : 17h15-19h15 au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob 75006 Paris (1er étage, salle du Traité)

AAC: Students in Twentieth Century Europe

Un AAC sur le thème “Students in Twentieth Century Europe” est lancé par l’Université de Portsmouth:

Présentation:
Across the twentieth century students have been seen as both the economic and political saviours of Europe, but also a destructive force demanding change. Particularly, but not exclusively, since 1968 students have often been depicted as trouble-makers as they have taken to the streets to protest on a variety of issues.  Reports of student protests have rarely represented students and their demands accurately, largely obscured the connections between these protests and wider society and treated ‘students’ as a single unified entity. Continuer la lecture de « AAC: Students in Twentieth Century Europe »