Parution – “Juegos populares y educación en la historia” [Jeux populaires et éducation dans l’histoire], n°38, revue Historia de la educación, 2019

https://revistas.usal.es/index.php/0212-0267/issue/view/hedu201938

Dossier

Antonio S. Almeida Aguiar y Juan Francisco Cerezo Manrique, Presentación. Los juegos tradicionales: una aproximación desde la Historia de la Educación [Présentation : Les jeux traditionnels : une approche de l’histoire de l’éducation]

Andrés Payà Rico, El juego popular y tradicional en la historia de la educación española contemporánea [Les jeux populaires et traditionnels dans l’histoire de l’éducation espagnole contemporaine.]

Ignacio López de Prado Ortiz-Arce, Instruyendo sobre la recreación: Alcocer y la moderación en el xvi, clave en la educación para el juego [Instruire la récréation : Alcocer et la modération au XVIe siècle, une clé pour l’éducation ludique]

Jorge Cáceres-Muñoz, Presencia y relevancia de los juegos populares en el Boletín de la Institución Libre de Enseñanza [Présence et pertinence des jeux populaires dans le bulletin de l’Institución Libre de Enseñanza (L’Institution libre d’enseignement).)

Antonio S. Almeida Aguiar y Ulises S. Castro Núñez, Los juegos tradicionales y la educación en Canarias: de las propuestas del siglo xix a las regulaciones autonómicas [Jeux traditionnels et éducation aux îles Canaries : des propositions du XIXe siècle aux réglementations autonomes]

Enrique Jiménez Vaquerizo, Retrospectiva histórica del juego y deporte tradicional a través de la cultura segoviana [Rétrospective historique du jeu et du sport traditionnels à travers la culture ségovienne]

Jordi Brasó Rius y Xavier Torrebadella Flix, El juego popular de las cuatro esquinas:30variantes para recuperar su uso en la educación del siglo xxi [Le jeu populaire des quatre coins : 30 variantes pour récupérer son utilisation dans l’éducation au XXIe siècle.]

Varia

Enrique Asenjo Travesí, El concepto de infancia en la Baja Edad Media en Castilla a través de los «Espejos de Príncipes» (siglos xiii-xv) [Le concept d’enfance à la fin du Moyen Âge en Castille à travers les “Espejos de Príncipes” (XIIIe-XVe siècles)]

Juan Luis Monreal Pérez, El uso de las lenguas en los sistemas de enseñanza de la Europa renacentista [L’utilisation des langues dans les systèmes éducatifs de l’Europe de la Renaissance]

Miriam Bastos Marzal, Retrato de familia a contraluz: el aprendizaje musical de Angéli-que Diderot y la educación ilustrada de las mujeres [Portrait de famille à contre-jour : l’apprentissage musical d’Angélique Diderot et l’éducation éclairée des femmes.]

Alfonso Heredia Manrique, Los manuales pioneros en la construcción de la Didáctica General en España [Les manuels pionniers dans la construction de la Didactique Générale en Espagne]

Francisco Javier Rodríguez Méndez, Luis Domingo de Rute, arquitecto de modelos para la construcción de escuelas públicas en España a comienzos del siglo xx [Luis Domingo de Rute, architecte de modèles pour la construction d’écoles publiques en Espagne au début du XXe siècle.)

José-Manuel González González, La arquitectura escolar de Badajoz entre 1900 y 1975 [L’architecture scolaire à Badajoz entre 1900 et 1975]

José Carlos Sanchidrián Fernández, Los cómics en la construcción de la propuesta educativa en el primer franquismo [La bande dessinée dans la construction de la proposition éducative au début de la période franquiste]

M.ª Cristina Hernández Castelló, Una experiencia educativa televisada en España entre la década de los 60 y los 80. El programa Misión Rescate [Une expérience éducative télévisée en Espagne entre les années 1960 et 1980. Le programme Misión Rescate]

Ademir Valdir dos Santos, A escola primária teuto-brasileira rural: educação e sincretismo em Santa Catarina [L’école primaire rurale germano-brésilienne : éducation et syncrétisme à Santa Catarina]

Parution – Christine Bénévent et Xavier Bisaro, “Cahiers d’écoliers de la Renaissance”, PU François-Rabelais, 2019

Aujourd’hui comme hier, le cahier est le support de l’apprentissage scolaire, celui de la l’écriture, de la musique, des leçons du maître.

Qu’il soit en papier ou sous la forme de tablette de cire, il offre aux chercheurs une source privilégiée pour l’histoire de l’enseignement. Ainsi, ce livre nous fait découvrir que nos usages pédagogiques n’ont rien en commun avec ceux du Moyen Âge et de la Renaissance.

A travers d’exceptionnels exemplaires concrets, ce livre montre les différentes facettes de ce dispositif complexe, aux frontières du manuscrit et de l’imprimé, du cahier d’écolier et du cahier du maître, témoin de méthodes pédagogiques où se révèlent, à l’âge de l’humanisme, autant de continuités que de ruptures.

AàC – Colloque “Entre l’enfance et l’entrée en vie adulte. Normes et pratiques dans les sociétés médiévales, modernes et contemporaines”, Paris, nov. 2021

La période qui s’étend entre la fin de l’enfance et l’entrée dans la vie adulte recouvre
des réalités et des expériences diverses selon les périodes, les régions et les groupes
sociaux. Cette plasticité explique la difficulté à la saisir dans ses dimensions les plus
diverses. Aussi, même si quelques travaux s’y sont penchés dans une perspective
globale ou plus ciblée, le terrain reste largement à défricher pour comprendre les
évolutions de ses configurations dans différents espaces sociaux, historiques et
géographiques.


La Société de démographie historique a décidé de consacrer un colloque à cette période si particulière en l’ouvrant à plusieurs disciplines et périodes. Trois fils rouges ont été définis qui fournissent autant de pistes possibles, sans pour autant que ce cadre entende contraindre les propositions.

Parution – Jussi Välimaa, “A History of Finnish Higher Education from the Middle Ages to the 21st Century”, 2020.

This book unravels the origins, continuities, and discontinuities of Finnish higher education as part of European higher education from the Middle Ages to the 21st century. It describes the emergence of universities in the Middle Ages and the Finnish student, and  moves on to the Reformation and the end of Swedish rule. It then discusses the founding of the Royal Academy of Turku, its professors and governing bodies, its role as a community, student numbers, the research and controversies. Travelling through the age of autonomy, the first decades of independence and the Second World War, the book examines the expansion of higher education, the development of the system, and the establishment of polytechnics. It concludes by analysing the multiple institutional and organisational layers of Finnish higher education. Altogether, the book offers an historical study that shows how and why education and higher education have been important in the process of making the Finnish nation and nation state.

AàC – Éducation, pédagogie & formation. Circulation des savoirs autour de la mer Baltique du Moyen Âge au début du XXe siècle (Toulouse, 5 mars 2020)

  • Deadline propositions : 1er octobre 2019
  • Journée d’études : 5 mars 2020

Résumé

Cette journée d’étude s’inscrit dans une volonté de valorisation des questions relatives aux pays de la mer Baltique, c’est-à-dire les pays scandinaves (Suède, Norvège, Danemark et Finlande), baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie) et la Russie, durant une période large, allant de l’époque médiévale au début du XXe siècle. Au carrefour de champs de recherches profondément renouvelés, la question de la circulation, par le choix de la triade éducation, pédagogie et formation, se révèle être une approche pertinente et inédite pour étudier cette région. Avec la volonté de privilégier le dialogue entre les disciplines, cette journée d’étude souhaite réunir des intervenants de tous domaines : histoire, histoire de l’art, géographie, sociologie, anthropologie, mathématiques, physique, biologie… Elle a également la volonté de s’adresser aussi bien aux jeunes chercheurs de Master qu’aux chercheurs plus confirmés.

Continuer la lecture de « AàC – Éducation, pédagogie & formation. Circulation des savoirs autour de la mer Baltique du Moyen Âge au début du XXe siècle (Toulouse, 5 mars 2020) »

AàC – « Des Miroirs aux Princes aux princes dans le miroir » De l’éducation religieuse des monarques à la laïcisation du pouvoir en Europe du Moyen-âge à nos jours (Cergy-Pontoise, 27-28 sept. 2018)

Les « Miroirs aux princes » (Specula Principum) qui se développent en Europe au IXe siècle sont des traités destinés aux monarques ou futurs monarques. Ils contiennent des principes moraux et décrivent les vertus nécessaires au bon gouvernement selon Dieu. Parmi les plus connus, ceux de Jonas d’Orléans (Le métier de roi, 831), Les enseignements de saint Louis à son fils (v. 1267-1270), Le chemin de longue étude de Christine de Pizan (1403), jalonnent le Moyen Âge, idéalisant un Prince parfait.

Au moment de la Renaissance en Europe occidentale, un basculement de la morale religieuse à la morale politique s’est traduit par une laïcisation du pouvoir. Le prince (1513) de Machiavel vante la raison d’Etat et la conservation du pouvoir au mépris – s’il le faut – des préceptes moraux et religieux. Celui d’Erasme, dans L’éducation du prince ou l’art de gouverner (1516), est, à l’inverse, un conseil à Charles Quint de gouverner dans l’intérêt de tous. La question des qualités requises par le bon roi s’est effacée au profit des règles d’organisation, voire de limitations, du pouvoir.

Les périodes suivantes – des Lumières en passant par les Révolutions – n’ont fait que confirmer ces changements. En transformant les monarchies traditionnelles par des régimes démocratiques, la partie vertueuse du métier de roi a été occultée au profit des urnes et de la réglementation institutionnelle dans le rapport gouvernant / gouvernés. Pourtant, les monarchies constitutionnelles maintenues en Europe occidentale se fondent toujours sur des principes moraux mis en scène (Bagehot, 1867), des vertus religieuses, voire, pour certaines encore, sur le sacre, ce qui renvoie à la question de la sacralisation / désacralisation du prince dans un régime séculier et du rapport au religieux dans le bon gouvernement.

Le genre littéraire des Miroirs aux Princes couvre une variété diversifiée de textes (Jonsson, 2006) destinés à l’éducation des princes en vue de leur gouvernement. La longue histoire des monarchies européennes et la place politique qu’elles occupent toujours, invitent à se pencher sur cette éducation des monarques qui est l’objet de ce colloque pluridisciplinaire (ouvert aux historiens, aux historiens du droit, aux juristes, aux civilisationnistes et aux littéraires). Il a pour objet de considérer les Miroirs aux Princes en Europe à partir de leur développement sous les Carolingiens jusqu’à nos jours afin de réfléchir tant au contenu des Miroirs, leurs évolutions dans le temps et au gré des courants idéologiques, que leur impact sur l’exercice du pouvoir politique par les princes. Ces œuvres, variées, sont-elles une image idéalisée du monarque vers lequel celui-ci doit tendre ; un traité politique, rationnel, de bon gouvernement ; ou encore un reflet – presque narcissique – du prince, sorte de panégyrique ?

Se posent alors des questions sur la place de la morale, de la raison, du religieux et du politique dans ces œuvres, sur la laïcisation des Miroirs et avec elle sur la laïcisation du pouvoir. Cette laïcisation suppose-t-elle la disparition ou le recul des vertus religieuses et de la morale des princes ?

Une autre problématique est celle de l’éducation des futurs monarques : dans quelle mesure ces derniers se revendiquent-ils – où se libèrent-ils – des Miroirs de leur jeunesse ? Cette éducation engendre-t-elle la déférence due aux princes vertueux et/ou oblige-t-elle les princes à mener une politique vertueuse ? Les monarques vertueux peuvent-t-ils aussi devenir le miroir vers lequel des gouvernants tendent ou dans lesquels ils se mirent ?

Ce colloque se propose d’aborder ces divers axes à l’occasion de trois demi-journées d’études prévues par tranches chronologiques et thématiques :

  1. La première thématique s’intéressera au Moyen Âge pour examiner les divers contenus des Miroirs, la place qu’y tiennent la morale tirée de l’histoire, la morale religieuse et/ou la morale politique. Il s’agira aussi de confronter le miroir à la réalité en examinant les actions des monarques par le biais de la législation, par exemple.
  2. La seconde thématique vise à identifier les impacts de la Renaissance, de l’Humanisme et des Lumières sur les Miroirs aux princes. Comment ces périodes ont-elles modifié l’éducation des monarques et leur compréhension du « métier de roi » ? Est-ce que le pouvoir se laïcise sous l’influence de l’évolution des Miroirs ? Quelle part reste-t-il à la morale et à la religion ?
  3. La troisième thématique concerne les Révolutions et la mise en place des régimes démocratiques. Ces changements n’aboutissent-ils pas à la perte complète des vertus morales, voire religieuses, des monarques contemporains ? Ou au contraire à une nouvelle revendication d’une éthique en politique ? Les Miroirs aux Princes – ou ce qu’ils sont devenus – ont-ils / doivent-ils avoir toujours un sens de nos jours dans l’éducation des monarques ?  

 

Les propositions de communication, de 250 mots maximum (pour une communication de 25 minutes) sont à envoyer avant le 8 janvier 2018 aux deux courriels suivants : valerie.menes@u-cergy.fr & catherine.marshall@u-cergy.fr

Parution: Pratiques professionnelles de la parole (Europe, XIIe-XVIIIe siècles)

Le numéro de  juin 2012 (2/2012) de la Revue de Synthèse contient des articles susceptibles d’intéresser les historiens de l’éducation:
Pratiques professionnelles de la parole (Europe, XIIe-XVIIIe siècle)
coordonné par Marie Bouhaïk-Gironès
Articles:
Benoît Grévin : L’ars dictaminis entre enseignement et pratique (XIIe-XIVe siècle)
Claire Angotti : Apprendre à lire les Sentences de Pierre Lombard à l’Université de Paris (XIIIe-XIVe siècle)
Stéphane Péquignot : Le travail de négociation à Barcelone au XVe siècle
Katell Lavéant : Le théâtre dans la formation oratoire des écoliers au XVIe siècle
Isabelle Brian : Des professionnels de la chaire dans la France de l’Âge classique
Jochen Hoock : Les Berlaimonts. Manuels plurilingues à l’usage des marchands, XVIe-XVIIIe siècle