Parution – Iris Seri-Hersch, « Enseigner l’histoire à l’heure de l’ébranlement colonial. Soudan, Egypte, empire britannique (1943-1960) », Karthala, 2018

Alors que les combats de la Seconde Guerre mondiale achevaient de dissoudre le mythe de la supériorité de l’homme blanc, le Soudan était disputé par ses deux maîtres officiels, la Grande-Bretagne et l’Égypte. Le territoire s’acheminait-il vers l’indépendance ou une union politique avec son voisin méditerranéen ? La rivalité anglo-égyptienne, couplée à un impérialisme britannique soucieux de « préparer » les sociétés africaines à la souveraineté nationale, déboucha sur l’unification hâtive du Nord et du Sud-Soudan en 1947. Parvenues à des positions de pouvoir une décennie avant l’indépendance (1956), les élites du Nord s’attachèrent à faire du Soudan, pays à forte pluralité ethnolinguistique et religieuse, un État-nation arabe et musulman.

Dans ce contexte, un nouvel enseignement d’histoire fut élaboré pour les écoles élémentaires soudanaises. Quels en étaient les acteurs, les récits, les pratiques ? Cet ouvrage décortique les représentations, les apprentissages et les rapports sociaux sous-tendant la production et l’usage de manuels en langue arabe dans le Soudan colonial tardif. L’auteure propose également un éclairage comparatif sur l’histoire enseignée dans d’autres territoires de l’empire britannique en voie d’émiettement.

Ce livre offre de nouvelles clés de compréhension d’une séquence charnière dans l’histoire du monde contemporain. Au regard de l’actualité plus récente, il montre quel rôle l’histoire scolaire a pu jouer dans l’éclatement du cadre national soudanais après 1956, aboutissant à la scission du Soudan en deux États en 2011.

Iris Seri-Hersch est maître de conférences au Département d’études moyen-orientales (DEMO) d’Aix-Marseille Université et rattachée à l’Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (IREMAM). Ses travaux portent sur l’histoire contemporaine du Soudan et de l’espace israélo-palestinien.

https://www.karthala.com/terres-et-gens-dislam/3230-enseigner-l-histoire-a-l-heure-de-l-ebranlement-colonial-soudan-egypte-empire-britannique-1943-1960-9782811119706.html

Parution – Suzanne Schneider, « Mandatory Separation. Religion, Education, and Mass Politics in Palestine », Stanford UP, 2018

Is religion a source of political stability and social continuity, or an agent of radical change? This question, so central to contemporary conversations about religion and extremism, has generated varied responses over the last century. Taking Jewish and Islamic education as its objects of inquiry, Mandatory Separation sheds light on the contours of this debate in Palestine during the formative period of British rule, detailing how colonial, Zionist, and Palestinian-Muslim leaders developed competing views of the form and function of religious education in an age of mass politics.

Drawing from archival records, school syllabi, textbooks, newspapers, and personal narratives, Suzanne Schneider argues that the British Mandatory government supported religious education as a supposed antidote to nationalist passions at the precise moment when the administrative, pedagogic, and curricular transformation of religious schooling rendered it a vital tool for Zionist and Palestinian leaders. This study of their policies and practices illuminates the tensions, similarities, and differences among these diverse educational and political philosophies, revealing the lasting significance of these debates for thinking about religion and political identity in the modern Middle East.

Suzanne Schneider is the Director of Operations and a Core Faculty member at the Brooklyn Institute for Social Research.

Soutenance – Farah Hany George Ramzy, « Renégocier le politique sur le campus : Engagement étudiant en Egypte post-2011 »

Renégocier le politique sur le campus : Engagement étudiant en Egypte post-2011

La soutenance aura lieu le 16 octobre 2019 à 14h00 à l’Université Paris Nanterre,  200 Avenue de la République, 92000 Nanterre, Bâtiment Simone Veil, Salle des Actes (F.141) 

Le jury sera composé de :

  • Mounia BENNANI-CHRAÏBI, Professeure, Université de Lausanne (Co-directrice de la thèse)
  • Assia BOUTALEB, Professeure, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (Rapporteure)
  • Sophie DUCHESNE, Directrice de recherche au CNRS, Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux (Co-directrice de la thèse)
  • Dina EL-KHAWAGA, Professeure, American University of Beirut  (Rapporteure)
  • Olivier FILLIEULE, Professeur, Université de Lausanne (Président du jury)
  • Sandrine LEFRANC, Chargée de recherche au CNRS, Université Paris Nanterre  (Examinatrice) 

Résumé : cette thèse étudie les transformations des modes d’action politique des étudiants des universités Égyptiennes. L’enquête, qui mêle entretiens et observation parmi plusieurs groupes d’étudiants actifs entre 2011 et 2015, remet en perspective la conception historique de l’action politique étudiante dans ce pays. La mise en évidence de la multiplicité de formes, niveaux et enjeux des organisations et des mobilisations étudiantes permet de souligner les transformations sur le long terme et de les situer par rapport aux changements du système d’enseignement supérieur, et des reconfigurations plus larges du système politique. Cette thèse étudie comment être étudiant en Égypte produit des manières spécifiques de dire et de faire le politique. Elle démontre que l’articulation de la charge politique historiquement associée au statut étudiant, des réformes du système d’enseignement supérieur dans les années 1990s et des dynamiques de court terme générées par la révolution de 2011 et l’intervention militaire de 2013, offre aux acteurs un espace pour négocier les significations qu’ils attribuent à leurs engagements. Le politique se manifeste alors sous des formes et à des niveaux divers, et notamment dans les interstices entre ce que les acteurs disent et ce qu’ils font, et dans les dans luttes autour de l’étiquetage politique des activités.

Publication – Chantal Verdeil (dir.), Histoire de l’éducation au Moyen-Orient de la fin du XIXe siècle à nos jours, revue « Histoire de l’éducation »

ENS Lyon/IFé

L’histoire contemporaine de l’éducation au Moyen-Orient a connu depuis une dizaine d’années de profonds renouvellements. Les systèmes publics d’éducation, les réseaux scolaires missionnaires ou communautaires ou encore l’essor récent de l’enseignement supérieur ont particulièrement retenu l’attention. Ce numéro spécial « Histoire de l’éducation au Moyen-Orient de la fin du XIXsiècle à nos jours » a pour vocation de rendre compte de la fécondité de ces recherches aux spécialistes peu familiers de cette aire culturelle. Il propose tout d’abord une synthèse historiographique sur ce sujet. Il éclaire ensuite les contenus enseignés à travers des manuels d’éducation morale utilisé en Égypte au début du XXe siècle, l’enseignement de l’histoire du Soudan de 1900 à 1960 ou encore l’introduction de la sociologie à l’Université américaine de Beyrouth au début du XXe siècle. Deux autres articles portent sur l’enseignement professionnel à travers l’enseignement agricole en Palestine, Transjordanie et en Irak sous mandat britannique puis indépendants et l’enseignement industriel dans l’Égypte à la fin du XIXe siècle.

Continuer la lecture de « Publication – Chantal Verdeil (dir.), Histoire de l’éducation au Moyen-Orient de la fin du XIXe siècle à nos jours, revue « Histoire de l’éducation » »

JE: école et changement social dans l’espace ottoman et post-ottoman (XIXe-XXe siècle)

F. Abécassis (ENS Lyon / LARHRA), P. Bourmaud (Lyon III), et Chantal Verdeil (LARHRA) organisent le vendredi 17 mai 2013, à l’ENS de Lyon, une journée d’études consacrée à « Au delà de la nationalisation : école et changement social dans l’espace ottoman et post-ottoman (XIXe-XXe siècle) ».

 Présentation :

De 1850 aux années 1950, dans l’espace administré par l’empire ottoman puis dans les États qui lui ont succédé, l’enseignement se transforme radicalement. Les cours se tiennent désormais dans des salles de classe qui regroupent les élèves (garçons et filles) dans des divisions. Le nouveau système d’enseignement repose sur un cursus hiérarchisé, progressif et uniformisé. Les contenus disciplinaires accordent une place réduite à l’enseignement religieux, doivent permettre d’acquérir certaines compétences définies en relation avec une profession (en médecine par exemple) et laissent moins de place à la relation personnelle avec le maître. Bref, la salle de cours qui rassemble plusieurs élèves tend à remplacer l’étudiant en quête de science. L’enseignement devient en outre une question politique cruciale pour les États dont les ambitions se heurtent dans ce domaine à celles d’autres acteurs : partout, des organisations internationales (missionnaires), des communautés religieuses ou des particuliers fondent et gèrent des institutions scolaires florissantes qui font concurrence à celles développées par la puissance publique.

Ces transformations et les conséquences qu’elles impliquent au plan politique et social font l’objet d’un projet de recherche ambitieux dont ce colloque voudrait présenter les premiers résultats. Ambitieux, ce projet l’est parce qu’il embrasse l’ensemble de l’espace ottoman (des Balkans aux provinces arabes) sur une longue période (deux siècles) au rebours d’une historiographie morcelée par les histoires nationales. Il l’est aussi parce qu’il rassemble des chercheurs venus de différents pays (France, Grande-Bretagne, Grèce, Turquie, Canada) pour écrire un livre de synthèse à plusieurs mains (et non un recueil de contributions séparées), dont le titre devrait être : Au-delà de la nationalisation, École et changement social dans un environnement multiculturel. Ce sont les différents chapitres de ce livre qui seront présentés lors de ce colloque et discutés par des spécialistes de l’histoire de l’éducation en France dans l’idée d’organiser une fructueuse et stimulante confrontation des historiographies. Continuer la lecture de « JE: école et changement social dans l’espace ottoman et post-ottoman (XIXe-XXe siècle) »