Publication – Philippe Marchand (éd.), « Raconter la guerre. Souvenirs des élèves du département du Nord (1920) », à paraître aux PU du Septentrion.

En mai 1920, à l’occasion de la tenue à Lille d’une Exposition internationale pour la renaissance des régions libérées, Georges Lyon, recteur de l’académie de Lille demande aux enseignants de répondre à un questionnaire, à leurs élèves de rédiger une composition française sur le thème de leurs souvenirs de la guerre et de faire le récit d’un épisode dramatique dont ils auraient été le témoin ou l’acteur. Ce sont les 152 compositions produites par les élèves des six arrondissements du département du Nord aux deux tiers occupés par les Allemands qui sont ici publiés. Conservées dans les fonds de La Contemporaine (Nanterre), elles n’ont jamais été exploitées systématiquement faute d’une publication, accompagnée d’un appareil critique.

Témoignages directs d’enfants pour certains, d’adolescents pour d’autres, elles ne sont pas une vision de la Première Guerre mondiale « par le petit bout de la lorgnette ». Elles rassemblent les souvenirs de jeunes témoins qui ont connu la mobilisation de membres de leurs familles. Le choc de l’invasion allemande avec ses pillages et ses exactions, le froid, la faim, les représailles les bombardements aériens… C’est ce qui fait de ces textes des documents attachants et surtout précieux pour saisir l’expérience de la guerre par de jeunes enfants. En même temps, ils mettent en lumière le rôle de l’École dans la construction de la mémoire de la Première Guerre Mondiale.

Parution – Histoire des élèves : tome 1, « Parcours scolaires, genre et inégalités » (Jean-François Condette et Véronique Castagnet-Lars dir.) ; tome 2, « Ordres, désordres et engagements (XVIe-XXe siècles) » (Jérôme Krop et Stéphane Lembré dir.), 2020.

Résumé :

Si l’élève n’est pas un nouvel oublié de l’histoire, il est cependant assez peu présent dans les études historiques en éducation, alors que les enseignants, les administrateurs, les contenus scolaires ou l’évolution de la législation le sont bien davantage. Il s’agit ici de placer l’élève au centre des analyses, qu’il soit sous l’autorité d’un précepteur ou intégré dans un établissement scolaire, et de l’étudier sur la longue durée des XVIIe-XXe siècles. Les parcours scolaires des élèves sont scrutés au plus près des sources existantes, dans dix-sept études de cas mises en relation avec le contexte national. Il s’agit de saisir le poids des déterminismes sociaux, économiques, culturels mais aussi géographiques, et de mesurer la part de liberté individuelle ou familiale qui demeure dans le choix de la fréquentation de tel ou tel établissement. La dimension genrée de ces choix et déterminismes est aussi prise en compte, tout comme l’étude de l’influence des événements politiques.

Résumé :

Si l’histoire de l’éducation évoque souvent les élèves, elle en fait trop rarement des acteurs à part entière du système éducatif. La place des élèves renvoie pourtant à l’enjeu de la vie en démocratie.

L’école est tout autant un moyen pour une société de former, informer et conformer la jeunesse, qu’une institution plurielle façonnée par celles et ceux qui la fréquentent. Ce livre, second tome de la publication d’un vaste travail collectif sur l’histoire de l’enfance et de la jeunesse scolarisées, vise à retrouver les élèves à travers leur adhésion ou leurs contestations de l’ordre imposé par l’école, lui-même changeant, et leur participation à la vie des écoles.

Quatorze textes explorent la diversité des sources donnant accès aux actes et aux paroles des élèves de divers établissements. En accordant une place importante mais non exclusive aux dernières décennies du XXe siècle, qui connaissent des développements décisifs, il s’agit aussi de donner toute sa profondeur chronologique à cette histoire.

Publication – Pour une histoire renouvelée des élèves (XVIe- XXe siècles) Volume 2 : sources et méthodes

Histoire de l'éducation n° 151
 
Dans la continuité du numéro 150 qui proposait cinq bilans historiographiques sur l’histoire des élèves, ce numéro présente cinq contributions qui insistent davantage sur les questions liées aux archives, aux sources imprimées et aux enquêtes statistiques, et qui mettent en avant les dimensions méthodologiques de l’écriture de cette histoire. Les sources sur les élèves sont souvent lacunaires et indirectes. Écrites par des adultes pour d’autres adultes, les sources administratives rendent compte d’une situation ou aident à la prise de décision. Les élèves sont bien présents, mais à l’arrière-plan, comme unités de compte révélant la bonne santé ou la crise d’un établissement. C’est à partir du croisement de sources diverses, permettant d’associer données nationales et réalités départementales ou locales, archives et textes imprimés, que l’on peut retrouver l’élève, comme le montrent les contributions de Dominique Julia, Jean le Bihan et de Solenn Huitric. Les mémoires, autobiographies et souvenirs étudiés par Pierre Caspard, si l’on dépasse leur individualité par leur mise en corpus, en disent aussi beaucoup sur la vie d’élève. L’historien peut également bénéficier de la collecte de données et de la constitution de larges bases par les services du ministère de l’Éducation nationale, comme les panels d’élèves mis en place depuis les années 1960 et présentés par Jean-Paul Caille et Jérôme Krop.

JE: Structures et acteurs de l’éducation au cœur de la Première Guerre mondiale

Voici le programme de la première des deux journées d’études prévues les 14 octobre et 16 mars prochains à l’Université d’Artois autour des « Structures et acteurs de l’éducation au cœur de la Première Guerre mondiale dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais« .

Programme en Pdf

MERCREDI 14 OCTOBRE 2015 (09h00-17H30)

09h15-09h30 : Mise en perspective des deux journées par Jean-François CONDETTE, professeur en histoire contemporaine, Université d’Artois (ESPE-Lille-Nord-de-France), Laboratoire CREHS (EA 4027)

« Sources et acteurs institutionnels »
Modérateur : Emmanuel SAINT-FUSCIEN, maître de conférences en histoire contemporaine à l’EHESS

09h30-10h00 :    Aldo BATTAGLIA, Bibliothèque internationale de documentation contemporaine (BDIC-Nanterre) – La guerre dans le ressort de l’Académie de Lille (1914-1920) : une enquête de 1920 à l’histoire complexe.

10h00-10h30 :    Jean-François CONDETTE, professeur en histoire contemporaine, Université d’Artois (ESPE-Lille-Nord-de-France), Laboratoire CREHS (EA 4027) –La Grande Guerre du recteur Georges Lyon dans la zone occupée d’après ses Souvenirs manuscrits (1914-1918) Continuer la lecture de « JE: Structures et acteurs de l’éducation au cœur de la Première Guerre mondiale »

JE: Ecoles dans la guerre, écoles en guerre

Le Centre de Recherches et d’Études Histoire et Sociétés (CREHS-EA 4027, Université d’Artois) organise le 23 novembre 2012 une journée d’études consacrée à « Écoles dans la guerre, Écoles en guerre. Structures et acteurs de l’éducation dans les tourmentes guerrières des XIXe et XXe siècles. « Autour de la Première Guerre mondiale ».

Continuer la lecture de « JE: Ecoles dans la guerre, écoles en guerre »

Thèse soutenue: L’école des producteurs

Stéphane Lembré a soutenu sa thèse le 16 septembre 2011 sur « L’école des producteurs. Activités économiques et institutionnalisation de la formation au travail dans la région du Nord des années 1860 aux années 1930« .

Le jury était composé de Anne-Françoise Garçon, Université Paris 1, Gérard Bodé (INRP – Service d’histoire de l’éducation), Jean-François Chanet (IEP Paris), directeur de thèse, Jean-François Eck (Université Lille 3), André Grelon (EHESS) et Paul-André Rosental (IEP Paris et EHESS).

Présentation:

L’objectif de cette étude est de comprendre le développement des besoins de formation au travail agricole, commercial et industriel dans le Nord de la France. La chronologie propre à l’institutionnalisation des formations des années 1860 aux années 1930 permet de suivre la construction incertaine d’un système régional de formation. Les dispositifs de formation anciens sont renouvelés et complétés grâce au renforcement des efforts de responsables politiques, économiques et éducatifs convaincus progressivement, et pour des raisons diverses, de la nécessité de disposer d’un personnel formé. Les relations entre collectivités locales et administrations centrales autour du dossier de la formation sont subordonnées à la construction économique régionale. Elles justifient la recherche de niveaux intermédiaires de gestion de ces équipements de l’économie qui reposent sur l’engagement de responsables convaincus, attentifs aux développements des formations en France et à l’étranger.