AàC – « Amateurs et professionnels dans les sciences. Définition et redéfinition des identités et des frontières (années 1850 – années 1950). Une histoire par en bas » (Le Mans, 14 jan. 2020)

  • Deadline propositions : avant le 25 octobre 2019. Les propositions d’une quinzaine de lignes accompagnées d’un court CV sont à envoyer à Hervé Guillemain (herve.guillemain [at] univ-lemans.fr);
  • Journée d’études : 14 janvier 2020, Le Mans

 

L’ANR AmateurS propose de produire une histoire non surplombante des amateurs en science, privilégiant une perspective « par en bas » qui ne soit pas subordonnée aux jugements que les savants professionnels portent sur eux ni aux hiérarchies que solidifient les institutions scientifiques. S’il ne s’agit pas de nier que la catégorie amateur se soit largement constituée dans la confrontation aux savants professionnels et ait souvent été le fruit de mécanismes d’exclusion qui ont désigné d’en haut ceux qui étaient les « amateurs », le projet propose de placer les amateurs au centre des investigations, de restituer leurs points de vue sur la science qu’ils font et sur leurs identités de savants et d’étudier leur science « en train de se faire » à
partir, notamment, des traces matérielles qu’elle a laissées. — https://ams.hypotheses.org/


Intitulé Une histoire subjective des mondes des amateurs, l’axe 2 de ce projet de recherche est centré sur la question des identités des amateurs. La journée du 14 janvier sera particulièrement dédiée à la définition et redéfinition des identités et des frontières et centrée sur les situations de partage entre amateurs et professionnels dans les sciences des années 1850 aux années 1950. Nous souhaitons à l’occasion de cette journée mettre l’accent sur les moments de débat qui réorganisent les acteurs de part et d’autre des frontières académiques. Seront privilégiés les nœuds chronologiques et thématiques autour desquels se déploient des controverses théoriques et/ou des conflits de légitimité ayant pour conséquence des mouvements d’exclusion ou d’inclusion.


La journée s’organisera notamment autour des trois pistes de réflexion suivantes :

  1. La redéfinition des identités des acteurs, amateurs et professionnels, dans le sillage des transformations juridiques et réglementaires qui affectent l’organisation des différentes disciplines.
  2. La manière dont l’émergence de nouveaux objets d’étude, celle de nouvelles disciplines, et le développement de controverses scientifiques redessinent les
    frontières entre amateurs et professionnels.
  3. Le rôle des moments de commémoration et des rituels collectifs dans la
    structuration des identités amateurs.

AAC: Condition(s) enseignante(s), Conditions pour enseigner. Réalités, enjeux, défis

Voici un appel à communication pour un colloque sur le thème: “Condition(s) enseignante(s), Conditions pour enseigner. Réalités, enjeux, défis“, qui se tiendra à l’université Lumière Lyon 2, du 8 au 10 janvier 2015.

Version anglaise de l’appel à communication

Argumentaire général:Ce colloque scientifique international d’éducation s’adresse à la communauté des chercheurs en éducation définie en relation à un spectre large de sensibilités scientifiques : historiens, sociologues, psychologues, didacticiens et pédagogues, philosophes, comparatistes.

Scrutée en France ces dernières décennies tant par des chercheurs que par des responsables administratifs et politiques, ou encore par des enquêtes confiées à des instituts de sondage, la condition enseignante a fait l’objet d’études et de rapports, qui ont donné une vue sur la profession en termes d’évolution de l’identité professionnelle et des problèmes de reconnaissance sociale rencontrés par les enseignants. Des études existent aussi à l’échelle internationale. L’expression consacrée « la condition enseignante » constitue un raccourci utile dont on ne peut totalement se passer mais auquel il convient de préférer d’emblée le pluriel, tant les catégories enseignantes et leurs situations sont diverses, tout en ayant un noyau commun, et cela d’autant plus que le groupe professionnel n’a jamais été aussi divers en termes de statut et de formation et qu’il est amené à coopérer avec des professionnels eux-mêmes de plus en plus variés … Le pluriel s’impose dans la dimension comparative internationale, telle que par exemple la publication de l’OCDE Regards sur l’éducation (Education at a glance) permet d’y avoir accès en termes statistiques. Se référant explicitement à ce pluriel, le colloque privilégiera les approches à portée large et comportant une perspective comparative tant intra-nationale (vue sur une catégorie enseignante mise en perspective par rapport à d’autres) qu’extranationale. Qu’ont à nous apprendre les regards portés sur des conditions enseignantes éloignées de celles que nous vivons de l’intérieur ?

Les historiens pourront se pencher sur les conditions enseignantes des XIXe et XXe siècles. Ils n’excluront pas de leur regard la mise en perspective des rapports et études du type de ceux mentionnés ci-dessus. Les sociologues pourront contribuer à notre représentation des conditions enseignantes contemporaines, selon une variété de problématiques (problématique du genre, des « nouveaux enseignants », des effets des nouvelles formes de gouvernance, etc.). Continuer la lecture de « AAC: Condition(s) enseignante(s), Conditions pour enseigner. Réalités, enjeux, défis »

Séminaire: L’enquête biographique dans les études sur les sciences. Vie et travail scientifiques

Voici le programme du séminaire « L’enquête biographique dans les études sur les sciences. Vie et travail scientifiques », organisé au centre Koyré par Anne Collinot.

Dans ce cadre, Lewis Pyenson (Western Michigan University) donnera une conférence intitulée: « Les idées et la vie intime : le mariage des Sarton et la genèse d’une discipline savante ».

La conférence aura lieu le 25 novembre 2013, de 15h30 à 17h30 au Centre Alexandre Koyré [27 rue Damesme, 5ème étage, 75013 Paris (métro Tolbiac)].

Depuis quatre-vingts ans, le projet d’une histoire sociale des idées scientifiques reparaît à plusieurs reprises sans avoir encore livré un schéma transférable d’une époque à une autre. Nous traiterons de la pertinence d’une configuration sociale manifeste dans toute époque, la vie intime, comme lieu où s’engendrent des idées scientifiques. La vie de George Sarton, savant, et de son épouse Mabel Elwes, artiste, nous permet de voir jusqu’à quel point un mariage turbulent pourrait fournir des éléments pour comprendre la genèse d’une discipline scientifique : l’histoire des sciences aux Etats-Unis.

Lewis Pyenson est professeur d’histoire. Il a publié The Passion of George Sarton: A Modern Marriage and Its Discipline (Philadelphia: American Philosophical Society, 2007).

Rappel du programme des séances suivantes :

  • 02/12/2013      Isabelle Gouarné (Centre Alexandre Koyré) « Vie savante et engagement politique. Deux études de cas : Jean-Maurice Lahy et Georges Friedmann».
  • 09/12/2013      Céline Surprenant (Assistante de recherche au Collège de France) « Loger et travailler au Collège de France selon Ernest Renan ».
  • 16/12/2013      Claudine Fontanon (EHESS Centre Alexandre Koyré) « Les professeurs du Conservatoire national des arts et métiers (1819-1920): vies et carrières au service de l’enseignement populaire ». Continuer la lecture de « Séminaire: L’enquête biographique dans les études sur les sciences. Vie et travail scientifiques »

Séminaire: L’enquête biographique dans l’étude des sciences

Anne Collinot (CNRS, Centre Alexandre Koyré) organise un séminaire sur “L’enquête biographique dans l’étude des sciences. Vie et travail scientifiques”.

Présentation et programme:
Dans le sillage du renouveau récent de la réflexion sur l’enquête biographique comme outil de connaissance pour l’étude des sciences, le séminaire se propose d’examiner plus particulièrement le « mode de vie » savant. Loin de considérer le genre biographique comme objet en soi, notre exploration vise à éclairer les façons multiples dont les pratiques du savoir s’intègrent autant dans l’existence individuelle que dans la vie collective des chercheurs. Adoptant une perspective comparatiste, nous appliquons cette approche également à d’autres existences vouées aux savoirs, comme celles des lettrés, des philosophes ou des érudits.
Entendu ainsi au sens large, le travail savant, qu’il aboutisse à une réalisation extraordinaire ou aux productions plus triviales de la science dite normale, est le fruit d’une existence quotidienne, tantôt solitaire, tantôt partagée, qui appelle une organisation, une gestion du temps, l’adoption de règles de vie et la conciliation des contraintes variées propres à toute existence humaine. Les chercheurs et les savants donnent souvent à leur vie des formes singulières, dont nous continuerons cette année de restituer les contours, afin de porter un éclairage plus précis sur un ensemble de déterminants décisifs, et néanmoins rarement objectivés, du travail scientifique.

  • 04/11/2013      Anne Collinot (CNRS Centre Alexandre Koyré): Introduction et présentation du programme.
  • 18/11/2013      William Marx (Université Paris-Ouest Nanterre La Défense): « Écrire la vie du lettré ».
  • 25/11/2013      Lewis Pyenson (Western Michigan University): « Les idées et la vie intime : le mariage des Sarton et la genèse d’une discipline savante ».
  • 02/12/2013      Isabelle Gouarné (Centre Alexandre Koyré): « Vie savante et engagement politique. Deux études de cas : Jean-Maurice Lahy et Georges Friedmann».
  • 09/12/2013      Céline Surprenant (Assistante de recherche au Collège de France): «Loger et travailler au Collège de France selon Ernest Renan ».
  • 16/12/2013      Claudine Fontanon (EHESS Centre Alexandre Koyré): « Les professeurs du Conservatoire national des arts et métiers (1819-1920): vies et carrières au service de l’enseignement populaire ».

Le programme des six séances du 6 janvier au 10 février 2014 sera communiqué ultérieurement.

Le séminaire est ouvert aux chercheurs, doctorants et étudiants de master (séminaire semestriel M1S1, M2S3).
Pour tout renseignement, envoyer un message à Anne.Collinot [at] ehess.fr

Le séminaire a lieu le lundi de 15h30 à 17h30, du 4 novembre 2013 au 10 février 2014, au Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 5ème étage, 75013 Paris (métro Tolbiac).