Parution – Ismail Ferhat (dir.), « La Picardie, un territoire éducatif à part ? », n° 39, Revue du Nord, 2020.

  • Ismail FERHAT, Ce que le territoire fait à l’éducation. Constats, questionnements et résultats d’une recherche collective
  • Axe 1. Quels héritages et trajectoires historiques ?
    • Bruno POUCET, Offre scolaire en primaire élémentaire, statistiques et réussite éducative
    • Maryse CUVILLIER, La constitution du réseau d’enseignement primaire supérieur dans la Somme de 1878 à 1960
    • Jean-François CONDETTE, Un siècle de développement de l’enseignement secondaire dans la France septentrionale une évolution différentielle des territoires picards ? (1840-1939)
    • Julien CAHON, Ce que la guerre fait à l’école (1870-1944)
  • Axe 2. Images et représentations
    • Alain MAILLARD, Le langage de la mauvaise réputation
    • Lucie MOUGENOT, La Picardie et les Picards : construction d’une image dans la littérature aux XIXe et XXe siècles
    • Thomas VENET, Lucie MOUGENOT, Julien MONIOTTE, Le sentiment d’auto-efficacité des élèves en Picardie
  • Axe 3. Quelles dynamiques et logiques territoriales ?
    • Arnaud DESVIGNES et Thomas VENET, Hétérogénéité territoriale et performances scolaires dans l’académie d’Amiens
    • Ismail FERHAT, Faire « bouger les jeunes » ? Les politiques budgétaires du Conseil régional de Picardie face à la mobilité éducative, années 1980-années 2010

Publication – Philippe Marchand (éd.), « Raconter la guerre. Souvenirs des élèves du département du Nord (1920) », à paraître aux PU du Septentrion.

En mai 1920, à l’occasion de la tenue à Lille d’une Exposition internationale pour la renaissance des régions libérées, Georges Lyon, recteur de l’académie de Lille demande aux enseignants de répondre à un questionnaire, à leurs élèves de rédiger une composition française sur le thème de leurs souvenirs de la guerre et de faire le récit d’un épisode dramatique dont ils auraient été le témoin ou l’acteur. Ce sont les 152 compositions produites par les élèves des six arrondissements du département du Nord aux deux tiers occupés par les Allemands qui sont ici publiés. Conservées dans les fonds de La Contemporaine (Nanterre), elles n’ont jamais été exploitées systématiquement faute d’une publication, accompagnée d’un appareil critique.

Témoignages directs d’enfants pour certains, d’adolescents pour d’autres, elles ne sont pas une vision de la Première Guerre mondiale « par le petit bout de la lorgnette ». Elles rassemblent les souvenirs de jeunes témoins qui ont connu la mobilisation de membres de leurs familles. Le choc de l’invasion allemande avec ses pillages et ses exactions, le froid, la faim, les représailles les bombardements aériens… C’est ce qui fait de ces textes des documents attachants et surtout précieux pour saisir l’expérience de la guerre par de jeunes enfants. En même temps, ils mettent en lumière le rôle de l’École dans la construction de la mémoire de la Première Guerre Mondiale.

Publication – Anne Schneider, « La littérature de jeunesse, veilleuse de mémoire en Europe. Les grands conflits du XXe siècle en Europe racontés aux enfants », à paraître en 2020 aux PU de Rouen et du Havre.

Comment parler de la guerre à des enfants alors que les parents n’osent pas aborder le sujet? C’est le défi relevé par la littérature de jeunesse: son objectif de transmission et d’éducation explique qu’elle investit autant cette thématique.

Dans ce volume, la seconde guerre mondiale est largement abordée comme sillon matriciel de la présence de toutes les guerres dans les romans ou les albums pour la jeunesse. L’évocation du conflit à travers toute l’Europe (Italie, Grande-Bretagne, Irlande, Allemagne, Espagne, Pologne, Tchécoslovaquie, France) met en avant les silences des adultes face aux incompréhensions des enfants, mais aussi les formes de violence cruelles engendrées par la guerre, tandis que les révolutions et conflits contemporains (Portugal, Grèce, Irlande, Rwanda) rendent la nécessité du souvenir et de la commémoration encore plus palpable.

À l’heure de la disparition des témoins de la Shoah, alors que la réflexion sur la transmission d’un devoir d’histoire est d’actualité, en particulier en Europe où la résurgence des discours totalitaires est préoccupante, la littérature de jeunesse européenne a pour fonction, en plaçant l’enfant au cœur de la narration, d’être veilleuse de mémoire.

AàC – Science et culture en temps de guerre (Toulouse, 2020)

  • Deadline propositions : avant le 15 septembre 2019, à caroline.barrera [at] univ-jfc.fr et cantier [at] univ-tlse2.fr. Elles doivent contenir : le titre de la communication proposée, un résumé d’une page maximum précisant les sources dépouillées, la méthodologie adoptée, la problématique et les principaux thèmes envisagés, votre institution de rattachement et vos coordonnées.
  • Colloque : 27 et 28 mars 2020 (Toulouse, France)

Prise en charge des intervenants : l’organisation du colloque prendra en charge les repas pendant le colloque (2 déjeuners, 1 dîner) et 1 à 2 nuits d’hôtel (+ petits déjeuners et taxe de séjour). Le transport sera à la charge des intervenants.

Publication des actes : le colloque fera l’objet d’une publication, soit sous forme de numéro spécial dans une revue universitaire, soit sous forme d’ouvrage collectif.

Ce colloque a pour objectif de croiser deux courants historiques particulièrement féconds depuis une quinzaine d’années : celui de l’histoire culturelle de la captivité et celui des sciences studies appliquées à la guerre. Ce temps particulier accentue en effet les interactions des groupes sociaux impliqués (universitaires, scientifiques, militaires, industriels, politiques, corps techniques ou médicaux…), génère des occasions, des séquences ou des lieux inédits de travail et de rencontres (camps, laboratoires, usines, institutions…). C’est aussi, plus que d’habitude, un temps de connexions et de globalisation. Enfin, le volet matériel et pratique y prend une acuité inédite. Les sciences studies, qui ont renouvelé l’histoire des sciences depuis les années 1970 (Pestre, 2006), en la considérant comme une histoire sociale, économique, politique, culturelle et non plus seulement comme la seule histoire des disciplines (histoire des corpus, des résultats, des concepts ou des idées) s’est depuis longtemps intéressé à la relation entre les sciences et la guerre. Elle l’a fait dans trois cadres chronologiques : court (une guerre en particulier), moyen (parfois de plusieurs décennies, prenant en compte l’avant ou l’après-guerre) et long (un siècle et plus). Les thématiques abordées se sont fixées sur le volet opérationnel des guerres et l’implication de certaines disciplines (invention des armes, maitrise de l’espace, conduite de la guerre, soins médicaux et protection), les formes et les modalités de la mobilisation scientifique (types, lieux, structures, profils), les discours et les représentations, et bien sûr sur les opportunités scientifiques permises par la guerre (moyens financiers, réorganisation de la recherche, terrains d’expérimentation, collaborations…). Les concepts de sciences pour la guerre (Dahan et Pestre, 2004), de preparedness (Stuart, 1993), de cet état de préparation continuel de la guerre qui lie la puissance militaire à la puissance tout court, générant des warfare states (Edgerton, 2005) ont été particulièrement féconds. L’histoire culturelle de la captivité éclaire de son côté toutes ces problématiques en les orientant vers la dialectique des contraintes et de l’agentivité déployée par les acteurs sociaux. Retiré d’une influence directe sur le cours de la guerre, les captifs ne sont pas pour autant réduits à la passivité. Une réflexion sur les différents environnements qui définissent leurs expériences est ici nécessaire : au-delà de leur commune privation de liberté, prisonniers militaires, prisonniers civils, déportés évoluent dans des contextes très différents dans lesquels les interstices de liberté permettant une initiative individuelle ou collective sont très variables. Une mise en évidence des ressources culturelles dont ils disposent s’impose également : ressources matérielles (accès aux livres et aux divers supports de la vie culturelle) et ressources humaines (réseau de solidarité, formes d’organisation collective). L’analyse des différentes formes de production culturelle et de leur modalité d’appropriation et de circulation au sein du monde de la captivité et au-delà mérite enfin l’attention.

Le colloque envisagé s’inscrit dans la lignée de ces deux axes forts de l’historiographie en souhaitant les croiser pour poursuivre et enrichir les réflexions en cours et pour réfléchir aux points peu abordés.

Continuer la lecture de « AàC – Science et culture en temps de guerre (Toulouse, 2020) »

AàC – Les transformations de la vie intellectuelle et scientifique en Allemagne, en France et en Italie en 1919-1920

  • Deadline propositions : avant le 30 septembre 2019. L’appel à communications concerne tous les chercheurs et chercheuses intéressé.e.s qui travaillent sur la France ou l’Allemagne. On sera particulièrement attentif aux propositions de doctorant.e.s ou de récents docteur.e.s. Les propositions sont à envoyer à Frédéric Attal, UPHF (frederic.attal [at] uphf.fr).
  • Colloque : 12-13 décembre 2019 (Valenciennes, France)

Colloque co-organisé par l’Université Polytechnique Hauts-de-France et l’Université de Florence, les 12-13 décembre 2019

Le colloque qui sera organisé à Valenciennes les 12 et 13 décembre 2019 entend ressaisir la perception et l’analyse que font les acteurs et les institutions animant la vie intellectuelle et scientifique allemande, française et italienne de la Grande Guerre comme des événements de l’immédiat après-guerre. Sentiments nationalistes et pacifistes, violences diffuses et phénomène de brutalisation, éruption révolutionnaire, rejet de la culture passée, rôle accru des intellectuels, autant de thématiques propres à la période de l’entre-deux-guerres qu’il s’agira d’analyser de façon critique en se gardant de tout esprit téléologique. Pour ce faire, on se penchera sur les premiers mois ou les deux-trois premières années qui suivent la fin de la guerre, en restant au plus près des protagonistes de la vie intellectuelle et scientifique des pays considérés, à travers les correspondances, les publications, les œuvres, l’ensemble des documents produits par les institutions académiques, scientifiques et autres actrices de la vie culturelle, pour mesurer la réalité des conséquences des chocs traumatiques et des inévitables et déchirantes remises en cause dans les domaines qui touchent à la pensée politique et scientifique comme aux différents domaines de la production culturelle. 

Publication – Manon Pignot, « L’appel de la guerre. Des adolescents au combat, 1914-1918 »

Anamosa, 2019.

Christian Sarton du Jonchay, Ernest Wrentmore, Marina Yurlova, Rudolf Höss, Jack Cornwell… Ces jeunes Français, Américain, Russe, Allemand ou Anglais sont nés entre 1899 et 1904 ; ce sont des combattants juvéniles, dont l’historienne Manon Pignot est allée chercher la trace dans les archives d’Europe et d’Amérique du Nord. Bien souvent camouflés, du fait du caractère illicite de leur engagement au sein des armées régulières, trouver ces « ado-combattants »  relève du jeu de piste, tant les sources sont parcellaires, dissimulées. L’auteure interroge les raisons comme les modalités de l’engagement de ces adolescents, les obstacles aussi qu’ils ont dû surmonter et la manière, s’ils ont survécu, dont cette expérience de guerre les a marqués. Patriotisme, transgression et filiation, désir d’aventure et désir de guerre… C’est une histoire délicate à écrire, tant elle touche à nos conceptions contemporaines de l’enfance et de l’adolescence. Avec ce travail pionnier, Manon Pignot s’attaque à un angle mort de l’historiographie contemporaine.

AàC – Science et culture en temps de guerre de la Révolution à nos jours

  • Deadline propositions : 1er septembre 2019
  • Colloque : 27-28 mars 2020
  • Publication des actes

Ce colloque a pour objectif de croiser deux courants historiques particulièrement féconds depuis une quinzaine d’années : celui de l’histoire culturelle de la captivité et celui des sciences studies appliquées à la guerre. Ce temps particulier accentue en effet les interactions des groupes sociaux impliqués (universitaires, scientifiques, militaires, industriels, politiques, corps techniques ou médicaux…), génère des occasions, des séquences ou des lieux inédits de travail et de rencontres (camps, laboratoires, usines, institutions…). C’est aussi, plus que d’habitude, un temps de connexions et de globalisation. Enfin, le volet matériel et pratique y prend une acuité inédite.

AàC – « Enfants et adolescents sans famille dans les guerres du XXe siècle » (Archives nationales, 27, 28 et 29 nov. 2019)

Enfants et adolescents « sans famille » dans les guerres du XXe siècle / Children and Adolescents “Without Family” in Twentieth Century Conflicts 

27, 28 et 29 Novembre 2019 aux Archives nationales (Pierrefitte-sur-Seine)

Colloque organisé par le CHSSC (Université de Picardie Jules Verne), le CIRCEFT-HEDUC (Université Paris 8 – Vincennes – Saint-Denis) et le CREW (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

Coordinateurs / Conveners : Laura Hobson-Faure (CREW – Université Sorbonne nouvelle – Paris 3), Manon Pignot (CHSSC – Université de Picardie Jules-Verne) et Antoine Rivière (CIRCEFT-HEDUC – Université Paris 8 – Vincennes – Saint-Denis)

Résumé :Ce colloque est consacré aux enfants – cachés, déplacés, réfugiés, déportés, orphelins, enrôlés… – qui se sont trouvés séparés de leur milieu familial au cours des conflits armés du XXe siècle. Sans exclure a priori aucun aspect de la question, cet appel entend susciter des propositions qui pourront notamment porter sur : l’événement de la séparation, ses causes, son déroulement, sa temporalité ; l’expérience vécue par les enfants ; la trace, notamment mémorielle, que ces séparations laissent aux individus et aux sociétés.

Summary :This international conference focuses on children – hidden, displaced, refugee, deported, orphaned, enlisted… – who were separated from their family environment during the armed conflicts of the 20th century. Without excluding other dimensions of this issue, this call for papers concerns in particular: the notion of separation as an event, its causes, the process, its temporality; children’s experiences ; and the traces, in particular, in the realm of memory, that these separations leave on individuals and societies.

Continuer la lecture de « AàC – « Enfants et adolescents sans famille dans les guerres du XXe siècle » (Archives nationales, 27, 28 et 29 nov. 2019) »

Parution – « Engagements adolescents en guerres mondiales », revue Le Mouvement social, n°261

JE: Structures et acteurs de l’éducation au cœur de la Première Guerre mondiale

Voici le programme de la première des deux journées d’études prévues les 14 octobre et 16 mars prochains à l’Université d’Artois autour des « Structures et acteurs de l’éducation au cœur de la Première Guerre mondiale dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais« .

Programme en Pdf

MERCREDI 14 OCTOBRE 2015 (09h00-17H30)

09h15-09h30 : Mise en perspective des deux journées par Jean-François CONDETTE, professeur en histoire contemporaine, Université d’Artois (ESPE-Lille-Nord-de-France), Laboratoire CREHS (EA 4027)

« Sources et acteurs institutionnels »
Modérateur : Emmanuel SAINT-FUSCIEN, maître de conférences en histoire contemporaine à l’EHESS

09h30-10h00 :    Aldo BATTAGLIA, Bibliothèque internationale de documentation contemporaine (BDIC-Nanterre) – La guerre dans le ressort de l’Académie de Lille (1914-1920) : une enquête de 1920 à l’histoire complexe.

10h00-10h30 :    Jean-François CONDETTE, professeur en histoire contemporaine, Université d’Artois (ESPE-Lille-Nord-de-France), Laboratoire CREHS (EA 4027) –La Grande Guerre du recteur Georges Lyon dans la zone occupée d’après ses Souvenirs manuscrits (1914-1918) Continuer la lecture de « JE: Structures et acteurs de l’éducation au cœur de la Première Guerre mondiale »

Séminaire: Ecole et guerre 1870-1939

Le programme 2013-2014 du séminaire ”Ecole et guerre 1870-1939″, animé par Jean-François Chanet (Sciences Po) et Emmanuel Saint-Fuscien (EHESS), est en ligne. La première séance aura lieu le vendredi 8 novembre de 9 à 11 heures, salle 9 au 105 bd Raspail.

 

JE: Ecoles dans la guerre, écoles en guerre

Le Centre de Recherches et d’Études Histoire et Sociétés (CREHS-EA 4027, Université d’Artois) organise le 23 novembre 2012 une journée d’études consacrée à « Écoles dans la guerre, Écoles en guerre. Structures et acteurs de l’éducation dans les tourmentes guerrières des XIXe et XXe siècles. « Autour de la Première Guerre mondiale ».

Continuer la lecture de « JE: Ecoles dans la guerre, écoles en guerre »