A paraître – Danielle Quéruel, « La guerre, le livre et l’enfant », Éditions et Presses universitaires de Reims, 2021

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100659840

Enfants du front ou de l’arrière, les jeunes ont été témoins et acteurs de la Grande Guerre. L’abondante littérature qui leur était destinée (cahiers d’écoliers, correspondance, cartes postales, livres d’or des morts, carnets de guerre, affiches, manuels scolaires, romans, albums, périodiques) permet de faire revivre, cent ans plus tard, cette période troublée. La Première Guerre mondiale intervient à l’issue d’un long XIXe siècle qui a modifié la place de l’enfant dans la société française. Plus rare, l’enfant devient le centre et le capital affectif et social d’une famille de plus en plus nucléaire. Sa scolarisation tend à devenir primordiale. La République y pourvoit et l’école permet à la fois d’inventer la petite enfance et de repousser la limite de l’entrée dans le monde du travail. Cependant, loin d’être préservés du conflit par les adultes, les enfants deviennent « un enjeu caché de la guerre, » pour reprendre Stéphane Audoin-Rouzeau. Cette époque est également marquée par l’avènement, à partir de la décennie 1860, d’une première culture de masse, fondée sur une culture de l’imprimé. Conjuguée à l’intérêt nouveau porté à l’enfant, la diffusion massive du support imprimé encourage l’éclosion d’une littérature de jeunesse qui sera mobilisée dans une guerre qu’un certain nombre d’historiens décrivent comme « totale ». 14-18 est donc le moment par excellence où le livre peut servir de passeur entre un événement factuel dans sa brutalité, « la guerre », et une catégorie culturelle en pleine mutation, « l’enfance ».

Parution – « Pedagogies on the Margins in the 20th Century », revue Educació i Història, n° 34, 2019

http://revistes.iec.cat/index.php/EduH/issue/view/9811/showToc

Presentation. Pedagogies on the Margins in the 20th CenturyPDF
Andrés Payà Rico, Sergio Valero Gómez9-18
The Home Front: Early Childhood Care and Education during the Great War in Bologna (Italy)PDF
Mirella D’Ascenzo19-42
Expulsion, emotion and refugee children: forced European migration and refugee pedagogy (1912-1947)PDF
Kevin Myers, Siân Roberts43-63
Education as a Battlefield: School Desegregation in the United States (1954-1980)PDF
Aurora Bosch65-91
Education Policy for Indigenous People in Southern Brazil: the Introduction of Schools for the Kaingang (1910-1967)PDF
Maria Aparecida Bergamaschi, Juliana Schneider Medeiros93-120
Slow education from a historical perspective: conceptualization, development and its concretion in Waldorf Childminders in SpainPDF
Patricia Quiroga Uceda, Silvia Sánchez Serrano121-147
Schools at War in 1970s Barcelona: Pedagogical Renewal from a Class PerspectivePDF
Albert Torrent i Font, Jordi Feu Gelis149-179

Documents

The Boy Scouts in Spain (1913-1915): Distrust and Divisions in Spanish EpiscopacyPDF
Pere Fullana Puigserver183-199

Parution – « The pedagogical reception of European culture. Its legacy in the construction of Europe after the Great War », revue Educació i Història, n° 33, 2019

Presentation. The pedagogical reception of European culture. Its legacy in the construction of Europe after the Great WarPDF
Isabel Vilafranca, Eulàlia Collelldemont9-13
The great active lesson of the teacher Enric Gibert i CaminsPDF
Salvador Domènech i Domènech15-33
Mental trips to Europe from school: Europe through projector slidesPDF
Eulàlia Collelldemont, Isabel Vilafranca35-74
Russia, between orthodox tradition and the Soviet revolutionPDF
Raquel de la Arada, Ferran Sánchez Margalef, Conrad Vilanou Torrano75-124
May ’68 and its impact on poor pedagogical discoursesPDF
Albert Esteruelas Teixidó, Jordi Garcia Farrero125-150
University and trips (that perhaps ought to be made)PDF
Francisco Esteban, Jordi Planella151-175

Parution – Roberto Sani, « Education, school and cultural processes in contemporary Italy », Edizioni Università di Macerata, 2018

This book contains a number of articles published by the author from 2006 to 2012 in the international scientific magazine «History of Education & Children’s Literature» (HECL) dedicated to the history of schools and educational and cultural processes in Italy in the nineteenth and twentieth centuries. As a whole, they reflect the three thematic areas around which an undoubtedly prominent part of research conducted by the author over the last 10/15 years has centred: the problems relating to the relationship between education, school modernisation and social-cultural transformations in Italy both before and after unification in the nineteenth century; the evolution of educational processes and scholastic publishing and school textbooks in Giolitti’s liberal Italy and during the Fascist period; and lastly, the role played by the school and by popular education in promoting constitutional values and in building the democratic citizenship of Republican Italy. Written while bearing in mind the more recent, influential guidelines of international school and education historiography and founded on precious archive and press material, these articles provide a detailed, original reconstruction of the socio-economic scenarios and political and cultural events that denoted the birth and evolution of the Italian scholastic system in the 19th and 20th centuries and at the same time made literacy and enculturation of the Italian people possible in the various areas of this nation. At the same time, they also shed light not only on the ideologies (and relative pedagogies) that inspired the basic guidelines and scholastic policy choices made by the various national governments during the different historical periods (from the liberal Giolitti era, through the twenty-year Fascist period, the post Second World War period and on to the advent of the republican democracy) but also the particular development of schooling in the same length of time from the point of view of the curricula and study plans in the various types and levels of education, teaching programmes and educational methods (subjects, methods, etc), and also the devices and tools used to support teaching and learning in the classrooms (manuals, text books, copybooks etc).

Roberto Sani (Roma 1958) is full professor of History of Education at the University of Macerata. He founded and is director of the international Journal «History of Education & Children’s Literature» (HECL). In recent years, he has been Visiting Professor at European and extra-European universities and research centers and has been part of Jury de Doctorat and Tribunal de Tesis Doctoral established in various French and Spanish universities. He is the author of several volumes and numerous essays and articles on the history of education and educational institutions in modern and contemporary age and on Italian school politics between the nineteenth and twentieth centuries.

Parution – « 1919: Demokratisierung, Bildungssystem und Politische Bildung » [1919 : Démocratisation, système éducatif et éducation politique], n°25, Jahrbuch für Historische Bildungsforschung, 2019

https://www.klinkhardt.de/verlagsprogramm/2326.html

Schwerpunkt – 1919: Demokratisierung, Bildungssystem und Politische Bildung

Redaktion: Edith Glaser, Carola Groppe

Edith Glaser/Carola Groppe: 1919: Demokratisierung, Bildungssystem und Politische Bildung [Démocratisation, système éducatif et éducation politique]

Anne Otto: Neuer Staat – Neue Schüler*innen? Konzepte demokratischen Schüler*innen-Handelns in der frühen Weimarer Republik [Nouvel État – Nouveaux élèves ? Les concepts de l’action démocratique des étudiants au début de la République de Weimar]

Wilfried Göttlicher: Die Schulreform kleinarbeiten – Zur Rolle von Lehrerarbeitsgemeinschaften in der österreichischen Schulreform nach 1918 [La réforme scolaire kleinarbeiten – Sur le rôle des groupes de travail d’enseignants dans la réforme scolaire autrichienne après 1918]

Richard Pohle: Platonische Staatsbildung nach 1919 – ein Aufbruch auch zur Demokratie? [La construction d’un État platonique après 1919 – un départ également vers la démocratie ?]

Sebastian Elsbach/Ronny Noak: « Das freie Auge spricht! » Politische Bildung in den Parteien der Weimarer Koalition und dem Reichsbanner Schwarz-Rot-Gold [« L’oeil libre parle ! » L’éducation politique dans les partis de la coalition de Weimar et du Reichsbanner Schwarz-Rot-Gold]

Julika Böttcher, Sylvia Kesper-Biermann, Ingrid Lohmann, Christine Mayer: Deutsch-türkischer Bildungsraum um 1918 – Akteure, Visionen und Transformationen [Espace éducatif germano-turc vers 1918 – Acteurs, visions et transformations]

Quelle / Source :
Bettina Irina Reimers: Ästhetische Bildung und Arbeitsunterricht – Der deutsche Werkbund an die Teilnehmer der Reichsschulkonferenz [Éducation esthétique et instruction du travail – Le Werkbund allemand aux participants de la Conférence scolaire du Reich]

Parution – Varia, revue Paedagogica Historica, Volume 57, Issue 4 (2021)

Parution – Sélections d’articles en histoire de l’éducation

Parution – Ismail Ferhat (dir.), « La Picardie, un territoire éducatif à part ? », n° 39, Revue du Nord, 2020.

  • Ismail FERHAT, Ce que le territoire fait à l’éducation. Constats, questionnements et résultats d’une recherche collective
  • Axe 1. Quels héritages et trajectoires historiques ?
    • Bruno POUCET, Offre scolaire en primaire élémentaire, statistiques et réussite éducative
    • Maryse CUVILLIER, La constitution du réseau d’enseignement primaire supérieur dans la Somme de 1878 à 1960
    • Jean-François CONDETTE, Un siècle de développement de l’enseignement secondaire dans la France septentrionale une évolution différentielle des territoires picards ? (1840-1939)
    • Julien CAHON, Ce que la guerre fait à l’école (1870-1944)
  • Axe 2. Images et représentations
    • Alain MAILLARD, Le langage de la mauvaise réputation
    • Lucie MOUGENOT, La Picardie et les Picards : construction d’une image dans la littérature aux XIXe et XXe siècles
    • Thomas VENET, Lucie MOUGENOT, Julien MONIOTTE, Le sentiment d’auto-efficacité des élèves en Picardie
  • Axe 3. Quelles dynamiques et logiques territoriales ?
    • Arnaud DESVIGNES et Thomas VENET, Hétérogénéité territoriale et performances scolaires dans l’académie d’Amiens
    • Ismail FERHAT, Faire « bouger les jeunes » ? Les politiques budgétaires du Conseil régional de Picardie face à la mobilité éducative, années 1980-années 2010

Publication – Philippe Marchand (éd.), « Raconter la guerre. Souvenirs des élèves du département du Nord (1920) », à paraître aux PU du Septentrion.

En mai 1920, à l’occasion de la tenue à Lille d’une Exposition internationale pour la renaissance des régions libérées, Georges Lyon, recteur de l’académie de Lille demande aux enseignants de répondre à un questionnaire, à leurs élèves de rédiger une composition française sur le thème de leurs souvenirs de la guerre et de faire le récit d’un épisode dramatique dont ils auraient été le témoin ou l’acteur. Ce sont les 152 compositions produites par les élèves des six arrondissements du département du Nord aux deux tiers occupés par les Allemands qui sont ici publiés. Conservées dans les fonds de La Contemporaine (Nanterre), elles n’ont jamais été exploitées systématiquement faute d’une publication, accompagnée d’un appareil critique.

Témoignages directs d’enfants pour certains, d’adolescents pour d’autres, elles ne sont pas une vision de la Première Guerre mondiale « par le petit bout de la lorgnette ». Elles rassemblent les souvenirs de jeunes témoins qui ont connu la mobilisation de membres de leurs familles. Le choc de l’invasion allemande avec ses pillages et ses exactions, le froid, la faim, les représailles les bombardements aériens… C’est ce qui fait de ces textes des documents attachants et surtout précieux pour saisir l’expérience de la guerre par de jeunes enfants. En même temps, ils mettent en lumière le rôle de l’École dans la construction de la mémoire de la Première Guerre Mondiale.

Publication – Anne Schneider, « La littérature de jeunesse, veilleuse de mémoire en Europe. Les grands conflits du XXe siècle en Europe racontés aux enfants », à paraître en 2020 aux PU de Rouen et du Havre.

Comment parler de la guerre à des enfants alors que les parents n’osent pas aborder le sujet? C’est le défi relevé par la littérature de jeunesse: son objectif de transmission et d’éducation explique qu’elle investit autant cette thématique.

Dans ce volume, la seconde guerre mondiale est largement abordée comme sillon matriciel de la présence de toutes les guerres dans les romans ou les albums pour la jeunesse. L’évocation du conflit à travers toute l’Europe (Italie, Grande-Bretagne, Irlande, Allemagne, Espagne, Pologne, Tchécoslovaquie, France) met en avant les silences des adultes face aux incompréhensions des enfants, mais aussi les formes de violence cruelles engendrées par la guerre, tandis que les révolutions et conflits contemporains (Portugal, Grèce, Irlande, Rwanda) rendent la nécessité du souvenir et de la commémoration encore plus palpable.

À l’heure de la disparition des témoins de la Shoah, alors que la réflexion sur la transmission d’un devoir d’histoire est d’actualité, en particulier en Europe où la résurgence des discours totalitaires est préoccupante, la littérature de jeunesse européenne a pour fonction, en plaçant l’enfant au cœur de la narration, d’être veilleuse de mémoire.

AàC – Science et culture en temps de guerre (Toulouse, 2020)

  • Deadline propositions : avant le 15 septembre 2019, à caroline.barrera [at] univ-jfc.fr et cantier [at] univ-tlse2.fr. Elles doivent contenir : le titre de la communication proposée, un résumé d’une page maximum précisant les sources dépouillées, la méthodologie adoptée, la problématique et les principaux thèmes envisagés, votre institution de rattachement et vos coordonnées.
  • Colloque : 27 et 28 mars 2020 (Toulouse, France)

Prise en charge des intervenants : l’organisation du colloque prendra en charge les repas pendant le colloque (2 déjeuners, 1 dîner) et 1 à 2 nuits d’hôtel (+ petits déjeuners et taxe de séjour). Le transport sera à la charge des intervenants.

Publication des actes : le colloque fera l’objet d’une publication, soit sous forme de numéro spécial dans une revue universitaire, soit sous forme d’ouvrage collectif.

Ce colloque a pour objectif de croiser deux courants historiques particulièrement féconds depuis une quinzaine d’années : celui de l’histoire culturelle de la captivité et celui des sciences studies appliquées à la guerre. Ce temps particulier accentue en effet les interactions des groupes sociaux impliqués (universitaires, scientifiques, militaires, industriels, politiques, corps techniques ou médicaux…), génère des occasions, des séquences ou des lieux inédits de travail et de rencontres (camps, laboratoires, usines, institutions…). C’est aussi, plus que d’habitude, un temps de connexions et de globalisation. Enfin, le volet matériel et pratique y prend une acuité inédite. Les sciences studies, qui ont renouvelé l’histoire des sciences depuis les années 1970 (Pestre, 2006), en la considérant comme une histoire sociale, économique, politique, culturelle et non plus seulement comme la seule histoire des disciplines (histoire des corpus, des résultats, des concepts ou des idées) s’est depuis longtemps intéressé à la relation entre les sciences et la guerre. Elle l’a fait dans trois cadres chronologiques : court (une guerre en particulier), moyen (parfois de plusieurs décennies, prenant en compte l’avant ou l’après-guerre) et long (un siècle et plus). Les thématiques abordées se sont fixées sur le volet opérationnel des guerres et l’implication de certaines disciplines (invention des armes, maitrise de l’espace, conduite de la guerre, soins médicaux et protection), les formes et les modalités de la mobilisation scientifique (types, lieux, structures, profils), les discours et les représentations, et bien sûr sur les opportunités scientifiques permises par la guerre (moyens financiers, réorganisation de la recherche, terrains d’expérimentation, collaborations…). Les concepts de sciences pour la guerre (Dahan et Pestre, 2004), de preparedness (Stuart, 1993), de cet état de préparation continuel de la guerre qui lie la puissance militaire à la puissance tout court, générant des warfare states (Edgerton, 2005) ont été particulièrement féconds. L’histoire culturelle de la captivité éclaire de son côté toutes ces problématiques en les orientant vers la dialectique des contraintes et de l’agentivité déployée par les acteurs sociaux. Retiré d’une influence directe sur le cours de la guerre, les captifs ne sont pas pour autant réduits à la passivité. Une réflexion sur les différents environnements qui définissent leurs expériences est ici nécessaire : au-delà de leur commune privation de liberté, prisonniers militaires, prisonniers civils, déportés évoluent dans des contextes très différents dans lesquels les interstices de liberté permettant une initiative individuelle ou collective sont très variables. Une mise en évidence des ressources culturelles dont ils disposent s’impose également : ressources matérielles (accès aux livres et aux divers supports de la vie culturelle) et ressources humaines (réseau de solidarité, formes d’organisation collective). L’analyse des différentes formes de production culturelle et de leur modalité d’appropriation et de circulation au sein du monde de la captivité et au-delà mérite enfin l’attention.

Le colloque envisagé s’inscrit dans la lignée de ces deux axes forts de l’historiographie en souhaitant les croiser pour poursuivre et enrichir les réflexions en cours et pour réfléchir aux points peu abordés.

Continuer la lecture de « AàC – Science et culture en temps de guerre (Toulouse, 2020) »

AàC – Les transformations de la vie intellectuelle et scientifique en Allemagne, en France et en Italie en 1919-1920

  • Deadline propositions : avant le 30 septembre 2019. L’appel à communications concerne tous les chercheurs et chercheuses intéressé.e.s qui travaillent sur la France ou l’Allemagne. On sera particulièrement attentif aux propositions de doctorant.e.s ou de récents docteur.e.s. Les propositions sont à envoyer à Frédéric Attal, UPHF (frederic.attal [at] uphf.fr).
  • Colloque : 12-13 décembre 2019 (Valenciennes, France)

Colloque co-organisé par l’Université Polytechnique Hauts-de-France et l’Université de Florence, les 12-13 décembre 2019

Le colloque qui sera organisé à Valenciennes les 12 et 13 décembre 2019 entend ressaisir la perception et l’analyse que font les acteurs et les institutions animant la vie intellectuelle et scientifique allemande, française et italienne de la Grande Guerre comme des événements de l’immédiat après-guerre. Sentiments nationalistes et pacifistes, violences diffuses et phénomène de brutalisation, éruption révolutionnaire, rejet de la culture passée, rôle accru des intellectuels, autant de thématiques propres à la période de l’entre-deux-guerres qu’il s’agira d’analyser de façon critique en se gardant de tout esprit téléologique. Pour ce faire, on se penchera sur les premiers mois ou les deux-trois premières années qui suivent la fin de la guerre, en restant au plus près des protagonistes de la vie intellectuelle et scientifique des pays considérés, à travers les correspondances, les publications, les œuvres, l’ensemble des documents produits par les institutions académiques, scientifiques et autres actrices de la vie culturelle, pour mesurer la réalité des conséquences des chocs traumatiques et des inévitables et déchirantes remises en cause dans les domaines qui touchent à la pensée politique et scientifique comme aux différents domaines de la production culturelle. 

Publication – Manon Pignot, « L’appel de la guerre. Des adolescents au combat, 1914-1918 »

Anamosa, 2019.

Christian Sarton du Jonchay, Ernest Wrentmore, Marina Yurlova, Rudolf Höss, Jack Cornwell… Ces jeunes Français, Américain, Russe, Allemand ou Anglais sont nés entre 1899 et 1904 ; ce sont des combattants juvéniles, dont l’historienne Manon Pignot est allée chercher la trace dans les archives d’Europe et d’Amérique du Nord. Bien souvent camouflés, du fait du caractère illicite de leur engagement au sein des armées régulières, trouver ces « ado-combattants »  relève du jeu de piste, tant les sources sont parcellaires, dissimulées. L’auteure interroge les raisons comme les modalités de l’engagement de ces adolescents, les obstacles aussi qu’ils ont dû surmonter et la manière, s’ils ont survécu, dont cette expérience de guerre les a marqués. Patriotisme, transgression et filiation, désir d’aventure et désir de guerre… C’est une histoire délicate à écrire, tant elle touche à nos conceptions contemporaines de l’enfance et de l’adolescence. Avec ce travail pionnier, Manon Pignot s’attaque à un angle mort de l’historiographie contemporaine.

AàC – Science et culture en temps de guerre de la Révolution à nos jours

  • Deadline propositions : 1er septembre 2019
  • Colloque : 27-28 mars 2020
  • Publication des actes

Ce colloque a pour objectif de croiser deux courants historiques particulièrement féconds depuis une quinzaine d’années : celui de l’histoire culturelle de la captivité et celui des sciences studies appliquées à la guerre. Ce temps particulier accentue en effet les interactions des groupes sociaux impliqués (universitaires, scientifiques, militaires, industriels, politiques, corps techniques ou médicaux…), génère des occasions, des séquences ou des lieux inédits de travail et de rencontres (camps, laboratoires, usines, institutions…). C’est aussi, plus que d’habitude, un temps de connexions et de globalisation. Enfin, le volet matériel et pratique y prend une acuité inédite.

AàC – « Enfants et adolescents sans famille dans les guerres du XXe siècle » (Archives nationales, 27, 28 et 29 nov. 2019)

Enfants et adolescents « sans famille » dans les guerres du XXe siècle / Children and Adolescents “Without Family” in Twentieth Century Conflicts 

27, 28 et 29 Novembre 2019 aux Archives nationales (Pierrefitte-sur-Seine)

Colloque organisé par le CHSSC (Université de Picardie Jules Verne), le CIRCEFT-HEDUC (Université Paris 8 – Vincennes – Saint-Denis) et le CREW (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

Coordinateurs / Conveners : Laura Hobson-Faure (CREW – Université Sorbonne nouvelle – Paris 3), Manon Pignot (CHSSC – Université de Picardie Jules-Verne) et Antoine Rivière (CIRCEFT-HEDUC – Université Paris 8 – Vincennes – Saint-Denis)

Résumé :Ce colloque est consacré aux enfants – cachés, déplacés, réfugiés, déportés, orphelins, enrôlés… – qui se sont trouvés séparés de leur milieu familial au cours des conflits armés du XXe siècle. Sans exclure a priori aucun aspect de la question, cet appel entend susciter des propositions qui pourront notamment porter sur : l’événement de la séparation, ses causes, son déroulement, sa temporalité ; l’expérience vécue par les enfants ; la trace, notamment mémorielle, que ces séparations laissent aux individus et aux sociétés.

Summary :This international conference focuses on children – hidden, displaced, refugee, deported, orphaned, enlisted… – who were separated from their family environment during the armed conflicts of the 20th century. Without excluding other dimensions of this issue, this call for papers concerns in particular: the notion of separation as an event, its causes, the process, its temporality; children’s experiences ; and the traces, in particular, in the realm of memory, that these separations leave on individuals and societies.

Continuer la lecture de « AàC – « Enfants et adolescents sans famille dans les guerres du XXe siècle » (Archives nationales, 27, 28 et 29 nov. 2019) »

Parution – « Engagements adolescents en guerres mondiales », revue Le Mouvement social, n°261

JE: Structures et acteurs de l’éducation au cœur de la Première Guerre mondiale

Voici le programme de la première des deux journées d’études prévues les 14 octobre et 16 mars prochains à l’Université d’Artois autour des « Structures et acteurs de l’éducation au cœur de la Première Guerre mondiale dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais« .

Programme en Pdf

MERCREDI 14 OCTOBRE 2015 (09h00-17H30)

09h15-09h30 : Mise en perspective des deux journées par Jean-François CONDETTE, professeur en histoire contemporaine, Université d’Artois (ESPE-Lille-Nord-de-France), Laboratoire CREHS (EA 4027)

« Sources et acteurs institutionnels »
Modérateur : Emmanuel SAINT-FUSCIEN, maître de conférences en histoire contemporaine à l’EHESS

09h30-10h00 :    Aldo BATTAGLIA, Bibliothèque internationale de documentation contemporaine (BDIC-Nanterre) – La guerre dans le ressort de l’Académie de Lille (1914-1920) : une enquête de 1920 à l’histoire complexe.

10h00-10h30 :    Jean-François CONDETTE, professeur en histoire contemporaine, Université d’Artois (ESPE-Lille-Nord-de-France), Laboratoire CREHS (EA 4027) –La Grande Guerre du recteur Georges Lyon dans la zone occupée d’après ses Souvenirs manuscrits (1914-1918) Continuer la lecture de « JE: Structures et acteurs de l’éducation au cœur de la Première Guerre mondiale »

Séminaire: Ecole et guerre 1870-1939

Le programme 2013-2014 du séminaire ”Ecole et guerre 1870-1939″, animé par Jean-François Chanet (Sciences Po) et Emmanuel Saint-Fuscien (EHESS), est en ligne. La première séance aura lieu le vendredi 8 novembre de 9 à 11 heures, salle 9 au 105 bd Raspail.