Soutenance – Laurène Le Cozanet, La professionnalisation des études. Quand l’université (s’)adapte à l’économie

La professionnalisation des études. Quand l’Université (s’)adapte à l’économie

La soutenance aura lieu le mardi 8 octobre 2019, 14h, à l’université Paris Dauphine, salle D 520.

Le jury sera composé de :

  • Mme Christine Musselin, directrice de recherche au CNRS, CSO, rapporteure
  • M. François Sarfati, professeur à l’université d’Évry Val d’Essonne, CEET, rapporteur
  • M. Dominique Damamme, professeur émérite à l’université Paris Dauphine-PSL, Irisso
  • M. Laurent Jeanpierre, professeur à l’université Paris 8 Saint-Denis, Cresspa
  • Mme Emmanuelle Picard, maîtresse de conférences à l’ENS de Lyon, Triangle
  • Mme Brigitte Le Grignou, professeure émérite à l’université Paris Dauphine-PSL, Irisso

Résumé de la thèse : cette thèse analyse comment les universités françaises relaient l’exigence de « professionnalisation des études ». Elle restitue le foisonnement de mobilisations, de conflits, de logiques institutionnelles et de dispositifs sur lesquels repose ce changement de régime universitaire. L’analyse est fondée sur des matériaux (archives, entretiens, observations) recueillis au cours d’une triple enquête : une recherche historique sur le succès de la professionnalisation comme catégorie du gouvernement des formations, une étude multisituée de la politique de professionnalisation qui se révèle mise au service d’une mise en relation optimale entre universités et économie, et une comparaison des usages de la professionnalisation dans les départements de lettres, de droit et de physique de trois établissements. Présentée comme une ressource pour les étudiants confrontés à un avenir incertain et pour les personnels aux prises avec une remise en cause de leur « utilité sociale », la professionnalisation est aussi un moyen de gouverner les universités.

AàC – « Amateurs et professionnels dans les sciences. Définition et redéfinition des identités et des frontières (années 1850 – années 1950). Une histoire par en bas » (Le Mans, 14 jan. 2020)

  • Deadline propositions : avant le 25 octobre 2019. Les propositions d’une quinzaine de lignes accompagnées d’un court CV sont à envoyer à Hervé Guillemain (herve.guillemain [at] univ-lemans.fr);
  • Journée d’études : 14 janvier 2020, Le Mans

 

L’ANR AmateurS propose de produire une histoire non surplombante des amateurs en science, privilégiant une perspective « par en bas » qui ne soit pas subordonnée aux jugements que les savants professionnels portent sur eux ni aux hiérarchies que solidifient les institutions scientifiques. S’il ne s’agit pas de nier que la catégorie amateur se soit largement constituée dans la confrontation aux savants professionnels et ait souvent été le fruit de mécanismes d’exclusion qui ont désigné d’en haut ceux qui étaient les « amateurs », le projet propose de placer les amateurs au centre des investigations, de restituer leurs points de vue sur la science qu’ils font et sur leurs identités de savants et d’étudier leur science « en train de se faire » à
partir, notamment, des traces matérielles qu’elle a laissées. — https://ams.hypotheses.org/


Intitulé Une histoire subjective des mondes des amateurs, l’axe 2 de ce projet de recherche est centré sur la question des identités des amateurs. La journée du 14 janvier sera particulièrement dédiée à la définition et redéfinition des identités et des frontières et centrée sur les situations de partage entre amateurs et professionnels dans les sciences des années 1850 aux années 1950. Nous souhaitons à l’occasion de cette journée mettre l’accent sur les moments de débat qui réorganisent les acteurs de part et d’autre des frontières académiques. Seront privilégiés les nœuds chronologiques et thématiques autour desquels se déploient des controverses théoriques et/ou des conflits de légitimité ayant pour conséquence des mouvements d’exclusion ou d’inclusion.


La journée s’organisera notamment autour des trois pistes de réflexion suivantes :

  1. La redéfinition des identités des acteurs, amateurs et professionnels, dans le sillage des transformations juridiques et réglementaires qui affectent l’organisation des différentes disciplines.
  2. La manière dont l’émergence de nouveaux objets d’étude, celle de nouvelles disciplines, et le développement de controverses scientifiques redessinent les
    frontières entre amateurs et professionnels.
  3. Le rôle des moments de commémoration et des rituels collectifs dans la
    structuration des identités amateurs.

AAC: Condition(s) enseignante(s), Conditions pour enseigner. Réalités, enjeux, défis

Voici un appel à communication pour un colloque sur le thème: “Condition(s) enseignante(s), Conditions pour enseigner. Réalités, enjeux, défis“, qui se tiendra à l’université Lumière Lyon 2, du 8 au 10 janvier 2015.

Version anglaise de l’appel à communication

Argumentaire général:Ce colloque scientifique international d’éducation s’adresse à la communauté des chercheurs en éducation définie en relation à un spectre large de sensibilités scientifiques : historiens, sociologues, psychologues, didacticiens et pédagogues, philosophes, comparatistes.

Scrutée en France ces dernières décennies tant par des chercheurs que par des responsables administratifs et politiques, ou encore par des enquêtes confiées à des instituts de sondage, la condition enseignante a fait l’objet d’études et de rapports, qui ont donné une vue sur la profession en termes d’évolution de l’identité professionnelle et des problèmes de reconnaissance sociale rencontrés par les enseignants. Des études existent aussi à l’échelle internationale. L’expression consacrée « la condition enseignante » constitue un raccourci utile dont on ne peut totalement se passer mais auquel il convient de préférer d’emblée le pluriel, tant les catégories enseignantes et leurs situations sont diverses, tout en ayant un noyau commun, et cela d’autant plus que le groupe professionnel n’a jamais été aussi divers en termes de statut et de formation et qu’il est amené à coopérer avec des professionnels eux-mêmes de plus en plus variés … Le pluriel s’impose dans la dimension comparative internationale, telle que par exemple la publication de l’OCDE Regards sur l’éducation (Education at a glance) permet d’y avoir accès en termes statistiques. Se référant explicitement à ce pluriel, le colloque privilégiera les approches à portée large et comportant une perspective comparative tant intra-nationale (vue sur une catégorie enseignante mise en perspective par rapport à d’autres) qu’extranationale. Qu’ont à nous apprendre les regards portés sur des conditions enseignantes éloignées de celles que nous vivons de l’intérieur ?

Les historiens pourront se pencher sur les conditions enseignantes des XIXe et XXe siècles. Ils n’excluront pas de leur regard la mise en perspective des rapports et études du type de ceux mentionnés ci-dessus. Les sociologues pourront contribuer à notre représentation des conditions enseignantes contemporaines, selon une variété de problématiques (problématique du genre, des « nouveaux enseignants », des effets des nouvelles formes de gouvernance, etc.). Continuer la lecture de « AAC: Condition(s) enseignante(s), Conditions pour enseigner. Réalités, enjeux, défis »

JE: Professionnalisation de l’enseignement et évaluation. Perspectives comparatistes

Dans le cadre du séminaire “L’histoire de l’éducation au carrefour des sciences humaines et sociales” est organisée, à Bordeaux le 12 juin 2013, une journée d’étude sur le thème “Professionnalisation de l’enseignement et évaluation. Perspectives comparatistes“.

Présentation:

L’école et l’université, à l’instar d’autres secteurs de l’action publique, sont de plus en plus soumises à des logiques de reddition de compte caractérisées par un recours à la mesure des performances et à des opérations d’évaluation, tant externes qu’internes. Ce mouvement réformateur que connaissent la plupart des pays industrialisés dans le domaine de l’enseignement et de la formation reconfigure le rôle des États dans la construction et l’accompagnement des politiques en direction des institutions d’enseignement et de leurs acteurs, s’accompagnant d’une transformation des formes d’organisation du travail éducatif et de formation et d’une recomposition des rôles des professionnels engagés dans ce travail.

Cette journée se propose de rassembler des contributions sociohistoriques, politiques et didactiques, de façon comparative, d’envisager les liens entre professionnalisation de l’enseignement et évaluation et d’explorer les ressorts des évolutions contemporaines. Il s’agit aussi de mieux saisir les variations observables localement dans les effets de la rencontre entre le paradigme de l’évaluation et la rhétorique de la professionnalisation en éducation, dans l’enseignement scolaire et universitaire.

Programme:

9h15-12h30 : enjeux de connaissance et disciplines de recherche

  • 9h15 : Professionnalisation et évaluation dans les systèmes d’enseignement. Enjeux de connaissance pour l’éducation comparée.Régis Malet – Laces EA4140, ercep3, Université de Bordeaux IV – IUFM
  •  10h15 : Professionnalisation et évaluation dans l’enseignement supérieur. Enjeux de connaissance pour l’histoire de l’éducation. Emmanuelle Picard, Larhra, ENS Lyon-IFé
  • 11h30 : Professionnalisation et évaluation dans la formation des enseignants. Enjeux de connaissances pour les didactiques. Caroline Bulf, Martine Champagne et Yann Lhoste, Laces ea4140, E3D, Université de Bordeaux IV- IUFM

14h00-17h00 : études de cas

  • 14h00 : Formation et professionnalisation des enseignants du supérieur au Royaume-Uni. Controverses, enjeux, témoignages. Marie-Christine Deyrich, Laces ea4140, Eadl, Université de Bordeaux IV – IUFM
  • 14h45 : Evaluation et tentatives de professionnalisation de la formation des enseignants dans la France des années 1970. Charles Mercier, Laces ea 4140, E3D, Université de Bordeaux IV – IUFM
  • 15h45 – Professionnalisation et évaluation dans le dispositif actuel de formation initiale en IUFM. Caroline Bulf, Martine Champagne et Yann Lhoste, Laces ea 4140, E3D, Université de Bordeaux IV – IUFM
  • 16h30 Synthèse et prospective : Jean du Bois de Gaudusson, professeur émérite de droit public, ancien président de Bordeaux IV de 1996 à 2001.

Séminaire: L’histoire de l’éducation au carrefour des sciences humaines et sociales

Programme du séminaire” L’histoire de l’éducation au carrefour des sciences humaines et sociales”, organisé par Clémence Cardon-Quint (IUFM d’Aquitaine/CEMMC), Jean-Hervé Jézéquel (IUFM d’Aquitaine/LAM) et Charles Mercier (IUFM d’Aquitaine/LACES).

 Ce séminaire traite de l’histoire de l’éducation, prise dans son acception la plus large :

  • histoire de l’enfance, de la jeunesse et des mouvements de jeunes
  • histoire de l’enseignement sous tous ses aspects : pédagogiques, didactiques et culturels
  • histoire des politiques éducatives et des institutions scolaires et universitaires.

Articulant des problématiques sociales, culturelles, politiques et économiques, l’histoire de l’éducation ne saurait se développer en vase clos. Ce séminaire se veut donc un espace de rencontres et de discussions universitaires largement ouvert : un carrefour. Il a pour but de favoriser les échanges entre les historiens de l’éducation et les chercheurs en sciences humaines et sociales qui traitent des questions éducatives présentes et passées.

Selon un rythme mensuel ou bimestriel, chercheurs expérimentés et plus jeunes collègues viennent y présenter leurs travaux ou réflexions récentes sur les questions éducatives. Soucieux de promouvoir les perspectives comparées les plus originales, ce séminaire s’ouvre à des recherches portant sur toutes les périodes et toutes les sociétés humaines. Continuer la lecture de « Séminaire: L’histoire de l’éducation au carrefour des sciences humaines et sociales »