AàC – “De la porte de l’école à la salle de classe : vivre l’école dans les mondes arabes et musulmans”, Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée

Nouvelle date limite : 30 septembre 2021.

« L’expérience de l’école » et de ses acteurs dans les mondes arabes et musulmans n’a guère suscité de travaux à ce jour, comme le souligne Chantal Verdeil (2017 :35). En effet, les analyses existantes proposent souvent un regard porté depuis l’extérieur des établissements scolaires dans une perspective globale. Rares sont celles qui entrent à l’intérieur de ces enceintes closes et relativement peu accessibles au monde extérieur. Pourtant, ces « boîtes noires », leurs fonctionnements et leurs logiques internes au quotidien sont centraux dans la perpétuation des sociétés puisqu’elles sont en charge d’en former les futurs citoyens (Durkheim 1922, Bernstein 2000 [1996], Forquin 2008). Aussi peuvent-elles s’avérer être un excellent analyseur de la société globale.

Un grand nombre d’études historiques, politiques et sociologiques s’intéressent à l’école comme appareil d’Etat et mécanisme étatique de contrôle social pour renforcer les prérogatives des élites régnantes en vue de consolider leur pouvoir et leur légitimité et de maîtriser l’accès au savoir et au marché de l’emploi qualifié. Elles examinent également, dans les différents contextes nationaux, l’évolution, les transformations et la coexistence des modalités de transmission des savoirs légitimes, entre les formes d’enseignement islamique traditionnel qui préexistaient aux périodes coloniales et les formes d’éducation scolaire modernes importées par les pouvoirs coloniaux sur le modèle desquelles les systèmes éducatifs nationaux ont été fondés lors des indépendances. Certaines traitent de la place de l’enseignement islamique à l’école et des tensions entre islamisation et sécularisation de l’éducation dans le processus d’institutionnalisation de ces systèmes éducatifs. C’est le cas des travaux récents dirigés par Verdeil (2017) sur l’histoire contemporaine de l’éducation au Moyen-Orient et par Honvault & El-Rashoud (2019) dans la péninsule arabique, de ceux de Vermeren (2011) au Maghreb, ceux de Dia, Hugon & d’Aiglepierre (2016) en Afrique subsaharienne ou de Thobani (2007) dans les contextes musulmans en Asie. Des analyses portent aussi sur les enjeux des programmes et des contenus des manuels scolaires, surtout en éducation islamique (Doumato & Starrett 2007) et en histoire (Seri-Hersch 2017).

De leur côté, les anthropologues et les ethnologues ont surtout investi comme champ d’investigation l’enseignement islamique en menant leurs recherches dans des écoles coraniques et religieuses et en s’intéressant à la vie quotidienne de ces écoles, aux modalités de transmission du savoir religieux et aux relations entre le cheikh et ses disciples (voir, entre autres, Messick 1996 sur le Yémen, Starrett 1998 et Dupret & Lavergne 2008 sur l’Egypte, Fortier 2003 sur la Mauritanie, Hoechner 2018 sur le Nigéria). Hefner & Zaman (2007) et Daun & Arjmand (2018) traitent de ces questions dans l’ensemble des mondes musulmans dont l’Indonésie, le Pakistan ou le Tadjikistan. Eickelman (1978, 1985) s’intéresse aux parcours de formation des « hommes de savoir » (‘men of learning’) et à l’évolution des savoirs d’Islam au Maroc, de manière comparative avec l’Egypte. Récemment, le projet collectif Ilm au Maroc a notamment permis la réalisation de films ethnographiques dans des écoles coraniques.

En revanche, peu de travaux s’intéressent directement à ce qui se joue au quotidien à l’intérieur des établissements scolaires, dans les salles de classe et les différents espaces de l’école dans les mondes arabes et musulmans. L’ouvrage collectif de Herrera & Torres (2006) propose des ethnographies dans des écoles en milieux urbain et rural en Egypte dans une perspective d’« ethnographie critique ». Benéï (2008) s’intéresse à la construction des identités nationales et minoritaires dans des écoles en Inde. Adely (2010) analyse les rituels patriotiques et nationalistes qui ponctuent le rythme scolaire au quotidien et les contenus de l’éducation morale dans un collège pour jeunes filles en Jordanie. Plusieurs études portent sur le Maroc. Boutieri (2016) infère une analyse sociologique des inégalités scolaires et sociales de ses observations de classe dans des lycées publics. En milieu rural marocain, Nait Belaid (2014) s’intéresse aux relations des élèves et des familles à l’école tandis que De Meyer (2019) a réalisé une ethnographie scolaire de longue durée pour sa thèse de doctorat sur l’école comme dispositif d’État. Pellegrini (2019, 2020) a mené sa recherche dans neuf établissements scolaires publics marocains, du primaire au lycée, et s’intéresse aux pratiques d’enseignement et aux modalités de construction des savoirs scolaires et des identités citoyennes dans les cours de langues.

Ce développement récent de recherches menées dans des établissements scolaires mérite de gagner en visibilité dans la mesure où de tels travaux permettent d’investiguer l’expérience éducative dans sa globalité sur le terrain et auprès des acteurs de l’école, qu’ils soient enseignants confirmés ou en formation, élèves, personnels de direction ou administratifs, parents, etc. Des sociologues de l’éducation comme Becker (1983) aux Etats-Unis et Payet (2016) en Europe soulignent l’importance de ce type de recherches pour analyser les interactions éducatives, les pratiques d’enseignement, les formes et les postures de savoirs qui sont construites, valorisées et légitimées par l’école. De même, il est important de s’intéresser aux formes d’identité nationale, citoyenne, sociale, linguistique, religieuse et ethnique que l’école transmet et véhicule (Lorcerie 2003), tant dans les contenus scolaires que dans les pratiques d’enseignement et les interactions (Adely & Starrett 2011, Pellegrini 2020).

Ce dossier s’inscrit dans le prolongement de ces recherches et ambitionne d’y apporter une dimension comparative. Il vise à rassembler des contributions explorant les dynamiques sociales, pédagogiques et cognitives à l’intérieur d’établissements scolaires dans les sociétés contemporaines des mondes arabes et musulmans, tant dans la vie quotidienne et les fonctionnements internes de l’école que dans les situations d’enseignement et d’apprentissage.

Le dossier privilégie des études relevant de l’ensemble des sciences sociales concernant des écoles primaires ou secondaires publiques et/ou privées (à l’exclusion des écoles étrangères), basées préférablement sur une méthodologie de recherche qualitative : entretiens avec les acteurs, recueils de récits ou de mémoires d’élèves ou d’enseignants, méthodes ethnographiques, observations participantes à l’intérieur des établissements, voire dans des centres de formation d’enseignants. La proposition est ouverte à des contributions sous forme de documents audiovisuels. Les perspectives comparatistes sont bienvenues. Les thématiques présentées dans les quatre axes suivants ne sont pas exclusives.

Publication – Sur l’enseignement de l’histoire, débats, programmes et pratiques du XIXe siècle à aujourd’hui, Laurence De Cock

Présentation de l’éditeur:

La réflexion politique sur l’école en général et l’enseignement de l’histoire en particulier aurait intérêt à délaisser quelque temps le domaine de la controverse stérile alimentée par quelques astrologues de la catastrophe pérorant dans Le Figaro, Marianne, ou Causeur.


En redonnant la parole au terrain, elle pourrait se targuer d’une forme d’intelligence des choses susceptible de formuler plus sereinement les questions urgentes que l’école pose aujourd’hui à la société.

C’est ce qu’ambitionne de faire cet ouvrage en proposant un retour historique sur l’enseignement de l’histoire du point de vue de ceux qui l’écrivent, l’enseignent ou l’apprennent. Il s’agit donc de donner la parole aux praticiens et usagers depuis le moment où l’histoire s’est constituée comme une discipline scolaire à la fin du XIXe siècle.

Nous y faisons ressortir la configuration des tensions et débats dont la plupart existent encore aujourd’hui sous des formes qui ne sont que recyclées ; nous y rappelons les expériences pédagogiques oubliées, les tentatives plus ou moins temporaires de bouleverser les paradigmes dominants de l’histoire scolaire ; mais nous y éclairons aussi les raisons des pesanteurs dans lesquelles s’englue souvent l’histoire scolaire, assignée à la délicate mission de garantir une identité nationale et un comportement politique codifié dans les coulisses feutrées de la République.

C’est ce jeu de miroir entre une discipline tiraillée dans ses finalités, objet de multiples récupérations et confiscations politiques, et des enseignants en prise avec des réalités autrement plus concrètes qui nous intéresse ici. Sans basculer dans la mystique de l’âge d’or d’une résistance enseignante, il s’agit de montrer qu’entre la norme et le terrain, des bribes de ruses, de contournement, d’accommodements ont toujours existé, plus ou moins silencieuses ou ostensibles, et que dans ces interstices réside la possibilité d’une réflexion sur l’enseignement de l’histoire autre que le commentaire médiatique ou la confiscation politique.

Ce livre pose quelques jalons d’une histoire populaire de l’enseignement de l’histoire depuis le XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui. Il donne aussi à voir différentes expériences, temporalités, géographies d’une pratique scolaire de l’histoire à l’école primaire comme dans l’enseignement secondaire.

Lien vers le site de l’éditeur.

Séminaire: Politiques Éducatives et sociétés

Voici le programme du séminaire d’Antoine Prost (U. Paris 1)  dédié aux “Politiques Éducatives et sociétés“.
Ce séminaire est un atelier de recherche sur l’histoire du Conseil national des programmes 1989-2005, dont les archives sont disponibles. Il comportera l’audition de témoins-acteurs, et la discussion des travaux des participants. Le programme détaillé est en cours d’établissement, en attente des dates des témoins sollicités.

Calendrier du séminaire :
le jeudi, de 17 à 19 heures, 9, rue Malher, salle 206, 
aux dates suivantes :

  • 24 octobre     Organisation du travail
  • 14 novembre    Dominique Raulin, secrétaire général puis président du CNP
  • 28 novembre     Luc Ferry, président du CNP, ancien ministre
  • 12 décembre     Dominique Borne, inspecteur général, ancien doyen de l’IGEN
  •  9 janvier    Claude Capelier, membre permanent du CNP
  • 23 janvier
  •  6 février

Les dates suivantes seront fixées ultérieurement

Merci de consulter le site pour connaître d’éventuelles modifications. Pour tout autre renseignement : ap-prost [ at] 3dnet.fr

Thèse soutenue: Réformer les programmes pour changer l’école?

Pierre Clément soutiendra sa thèse de sociologie intitulée “Réformer les programmes pour changer l’école? Une sociologie historique du champ du pouvoir scolaire“.
Lundi 11 mars 2013 à 14 heures dans l’amphithéâtre Sraffa du Pôle universitaire Cathédrale de l’Université de Picardie Jules Verne à Amiens (10, placette Lafleur).

Continuer la lecture de « Thèse soutenue: Réformer les programmes pour changer l’école? »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search