Publication – Sur l’enseignement de l’histoire, débats, programmes et pratiques du XIXe siècle à aujourd’hui, Laurence De Cock

Présentation de l’éditeur:

La réflexion politique sur l’école en général et l’enseignement de l’histoire en particulier aurait intérêt à délaisser quelque temps le domaine de la controverse stérile alimentée par quelques astrologues de la catastrophe pérorant dans Le Figaro, Marianne, ou Causeur.


En redonnant la parole au terrain, elle pourrait se targuer d’une forme d’intelligence des choses susceptible de formuler plus sereinement les questions urgentes que l’école pose aujourd’hui à la société.

C’est ce qu’ambitionne de faire cet ouvrage en proposant un retour historique sur l’enseignement de l’histoire du point de vue de ceux qui l’écrivent, l’enseignent ou l’apprennent. Il s’agit donc de donner la parole aux praticiens et usagers depuis le moment où l’histoire s’est constituée comme une discipline scolaire à la fin du XIXe siècle.

Nous y faisons ressortir la configuration des tensions et débats dont la plupart existent encore aujourd’hui sous des formes qui ne sont que recyclées ; nous y rappelons les expériences pédagogiques oubliées, les tentatives plus ou moins temporaires de bouleverser les paradigmes dominants de l’histoire scolaire ; mais nous y éclairons aussi les raisons des pesanteurs dans lesquelles s’englue souvent l’histoire scolaire, assignée à la délicate mission de garantir une identité nationale et un comportement politique codifié dans les coulisses feutrées de la République.

C’est ce jeu de miroir entre une discipline tiraillée dans ses finalités, objet de multiples récupérations et confiscations politiques, et des enseignants en prise avec des réalités autrement plus concrètes qui nous intéresse ici. Sans basculer dans la mystique de l’âge d’or d’une résistance enseignante, il s’agit de montrer qu’entre la norme et le terrain, des bribes de ruses, de contournement, d’accommodements ont toujours existé, plus ou moins silencieuses ou ostensibles, et que dans ces interstices réside la possibilité d’une réflexion sur l’enseignement de l’histoire autre que le commentaire médiatique ou la confiscation politique.

Ce livre pose quelques jalons d’une histoire populaire de l’enseignement de l’histoire depuis le XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui. Il donne aussi à voir différentes expériences, temporalités, géographies d’une pratique scolaire de l’histoire à l’école primaire comme dans l’enseignement secondaire.

Lien vers le site de l’éditeur.

Séminaire: Politiques Éducatives et sociétés

Voici le programme du séminaire d’Antoine Prost (U. Paris 1)  dédié aux « Politiques Éducatives et sociétés« .
Ce séminaire est un atelier de recherche sur l’histoire du Conseil national des programmes 1989-2005, dont les archives sont disponibles. Il comportera l’audition de témoins-acteurs, et la discussion des travaux des participants. Le programme détaillé est en cours d’établissement, en attente des dates des témoins sollicités.

Calendrier du séminaire :
le jeudi, de 17 à 19 heures, 9, rue Malher, salle 206, 
aux dates suivantes :

  • 24 octobre     Organisation du travail
  • 14 novembre    Dominique Raulin, secrétaire général puis président du CNP
  • 28 novembre     Luc Ferry, président du CNP, ancien ministre
  • 12 décembre     Dominique Borne, inspecteur général, ancien doyen de l’IGEN
  •  9 janvier    Claude Capelier, membre permanent du CNP
  • 23 janvier
  •  6 février

Les dates suivantes seront fixées ultérieurement

Merci de consulter le site pour connaître d’éventuelles modifications. Pour tout autre renseignement : ap-prost [ at] 3dnet.fr

Thèse soutenue: Réformer les programmes pour changer l’école?

Pierre Clément soutiendra sa thèse de sociologie intitulée « Réformer les programmes pour changer l’école? Une sociologie historique du champ du pouvoir scolaire« .
Lundi 11 mars 2013 à 14 heures dans l’amphithéâtre Sraffa du Pôle universitaire Cathédrale de l’Université de Picardie Jules Verne à Amiens (10, placette Lafleur).

Continuer la lecture de « Thèse soutenue: Réformer les programmes pour changer l’école? »