Parution – Fabian Waßer, « Von der « Universitätsfabrick » zur « Entrepreneurial University » Konkurrenz unter deutschen Universitäten von der Spätaufklärung bis in die 1980er Jahre »

Wettbewerb unter Hochschulen ist seit der Exzellenzinitiative auch in Deutschland in aller Munde. Bei der interuniversitären Konkurrenz handelt es sich jedoch keineswegs um ein neues Phänomen: In einem historischen Längsschnitt von der Spätaufklärung bis in die 1980er Jahre hinein zeichnet Fabian Waßer kompetitive Praktiken deutscher Universitäten nach. Aufbauend auf Georg Simmels triadischem Konkurrenzmodell stehen dabei Fragen nach den am Wettbewerb beteiligten Akteuren, den Prämien der Konkurrenz und den schiedsrichterlichen Instanzen, die über die Verteilung derselben entscheiden, im Vordergrund.

Im Fokus der Untersuchung stehen Umbruchphasen, in denen sich neue Wettbewerbsordnungen etablierten: die Epoche von der Gründung der Aufklärungsuniversität Göttingen bis zu den Humboldtschen Bildungsreformen sowie das Kaiserreich und das « Dritte Reich », aber auch die « langen 1960er Jahre » und der Beginn der « Ära Kohl » in den 1980er Jahren. Im Vergleich wird deutlich, dass sich der Wettbewerb bei einer Verknappung der Prämien verschärfte und Zeiten starken Konkurrenzdrucks mit Phasen eines nur schwach ausgeprägten Wettbewerbs abwechselten.

Publication – Lucilla Conigliello et Chiara Melacca, « Il ’68 dei professori: l’Associazione nazionale docenti universitari, Giorgio Spini e la riforma dell’Università [Le 68 des professeurs…], 2018.

The archive of the Italian National Association of University Teachers sheds light on the little-known contribution a vanguard of university teachers gave to the reform process of Italian Universities, which started in 1968 after the failure of the Italian bill n. 2314. ANDU immediately identified itself in Giorgio Spini’s leadership: he was Professor of history at the Faculty of Education of the University of Florence, and he brought together union leadership and constant political and cultural work, which could show the problem with universities was a long-term matter. The student movement has been one of ANDU’s main dialogue partners from the beginning, and the association has always supported their initiatives, condemning the police repression and the closing of the academic authorities. In this context, the right to education becomes the primary goal of the university reform, not only for overcoming its classist nature, but also for significantly contributing to question the relations among classes and the balance of power in the Italian society.

Parution – Jean-Noël Luc, Jean-François Condette et Yves Verneuil, « L’enseignement en France (XIXe-XXIe siècle) », 2020.

Présentation :

Alors que la question de l’enseignement reste plus que jamais discutée, ce volume offre un panorama exceptionnel sur l’histoire de l’enseignement de la maternelle à l’université, de l’époque napoléonienne jusqu’à nos jours. Il présente les structures, les pratiques, les réformes, les innovations et les contestations qui ont marqué plus de deux siècles d’activité enseignante.

L’ouvrage interroge les méthodes préconisées et leurs applications en replaçant le fait éducatif dans ses dimensions politiques, économiques, sociales, culturelles nationales, voire internationales. Exhaustif et sans parti pris, il sera utile à tous ceux, acteurs ou témoins, qui interrogent les nouveaux défis de l’enseignement en France.

AàC – Les réformes du financement de l’éducation : genèses, enjeux et effets. France et Suède (XIXe-XXIe siècles)

Les réformes du financement de l’éducation : genèses, enjeux et effets. France et Suède (xixe-xxie siècles)

Appel à contributions pour un dossier thématique publié simultanément dans la revue Histoire de l’éducation (en français) et dans le Nordic Journal for Educational history (anglais et langues scandinaves).

Au xixe et au xxe siècle, avec des variations de calendrier, de rythme et d’ampleur, les sociétés européennes ont suivi des trajectoires de massification des scolarisations primaires, secondaires – générales et techniques – et supérieures. Dans le même temps, diverses réformes ont remodelé l’organisation financière de ces enseignements, les modifications portant sur la part respective des financements publics et privés, sur le rôle des mécanismes de marché dans l’allocation des ressources, ou encore sur la répartition des compétences et des charges financières entre l’État et les collectivités locales.

Mobilisant des méthodologies quantitatives, économistes et politistes ont examiné les effets des différents types de régimes financiers sur le rythme de développement du système scolaire, sur le niveau global de la dépense d’éducation, et sur les mécanismes de redistribution des richesses entre les différentes classes sociales. Ces recherches montrent que les régimes financiers des systèmes scolaires ne sont pas des leviers neutres. Au contraire, en comprendre les spécificités et les mécanismes permet d’éclairer différents aspects des politiques éducatives, et de mieux apprécier la place du système scolaire dans les politiques redistributives des sociétés démocratiques. À ce titre, l’histoire de l’organisation financière des systèmes d’enseignement vient nourrir la réflexion en cours sur la dynamique des inégalités socio-économiques dans les sociétés européennes. Après avoir culminé au XIXe siècle, les inégalités de revenu et de patrimoine y ont en effet sensiblement diminué au XXe siècle après la Première guerre mondiale, mais tendent à s’accroître depuis les années 1980.

Nous proposons donc, dans cet appel à contributions, de prendre pour objet d’étude les différentes réformes apportées à l’organisation financière des systèmes scolaires au xixe et au xxe siècle, leur genèse, leurs objectifs sociaux, économiques et politiques, ainsi que leurs effets. Cet appel à contributions cible les cas de la France et de la Suède. Notre ambition est d’abord de combler les lacunes des historiographies nationales sur ces questions, mais aussi de faire apparaître la diversité des solutions apportées à des problèmes similaires tels que les différences de coût des scolarités en milieu urbain et en zone rurale, les tensions entre objectifs nationaux et spécificités socio-économiques locales, ou encore le durcissement de la contrainte budgétaire et la recherche d’un meilleur emploi des fonds publics.

Parmi les réformes qui mériteraient un examen plus approfondi, nous aimerions signaler, sans prétendre à l’exhaustivité :

Pour le cas français :

  • La prise en charge par l’État de la rémunération des instituteurs en 1889, ainsi que celle des professeurs de collège en 1925
  • La réforme de la taxe d’apprentissage en 1971
  • La vague de nationalisation des collèges des années 1950 aux années 1970
  • Les aspects financiers de la décentralisation scolaire initiée en 1982-1983, tant pour l’enseignement public que pour l’enseignement privé

Pour le cas suédois :

  • La centralisation de la rémunération des instituteurs (1910-1930)
  • La réforme du système d’aide aux étudiants (1900-1950)
  • La création des « grundskole » dans les années 1950 et leur réforme en 1962 (grundskolereformen)
  • La décentralisation de l’école primaire suédoise en 1989-1991, dite encore « municipalisation » (komunaliseringen)
  • L’introduction des « chèques éducation » (1992)

Dans leurs recherches, nous invitons les auteurs à être attentifs à la pluralité de facteurs susceptibles d’éclairer l’adoption de telle ou telle réforme. La réforme peut officialiser l’existence de flux financiers, qui se seraient progressivement développés en dehors du cadre fixé par les textes. Elle peut aussi instaurer de nouvelles sources de financement. Dans tous les cas, il faut apprécier le poids des modèles idéologiques qui apportent les justifications nécessaires à toute modification dans la répartition des charges incombant aux différents financeurs : conceptions concurrentes de ce qu’implique l’égalité (entre individus, genres, classes sociales, territoires) ; visions alternatives des caractéristiques d’une organisation efficace.  Enfin, les auteurs devront, dans la mesure du possible, s’efforcer d’apprécier les effets à court, moyen et long terme des réformes étudiées, sans préjuger de la conformité de ces effets aux objectifs initialement poursuivis.

Consignes pour les auteurs

Les propositions devront inclure :

  • le nom de l’auteur, ses coordonnées électroniques et son affiliation institutionnelle
  • un titre et un résumé (700-800 mots) en français, en anglais, ou dans une langue scandinave
  • une bibliographie.

Ces propositions seront adressées conjointement à Clémence Cardon-Quint (clemence.cardon-quint@u-bordeaux.fr) et Johannes Westberg (b.a.j.westberg@rug.nl).

Comité scientifique

Les articles seront soumis à une expertise en double aveugle. Les comités scientifiques de la revue Histoire de l’éducation et du Nordic Journal of Educational History sont garants du bon déroulement du processus.

https://journals.openedition.org/histoire-education/

https://journals.ub.umu.se/index.php/njedh

 

Calendrier

  • Clôture de l’appel à contributions : 1er mai 2020.
  • Réponse aux auteurs : 1er juin 2020.
  • Novembre 2020 (date précisée ultérieurement) : atelier de travail à l’université de Bordeaux (France). Présentation et discussion d’une première version des articles et de l’introduction du dossier
  • Janvier 2021 : remise des articles
  • Janvier-mars 2021 : expertise en double aveugle
  • Mai 2021 : remise des versions revues et amendées des articles
  • Mai 2021-septembre 2021 : traduction professionnelle des articles (financée et supervisée par les organisateurs)
  • Hiver 2021 : publication

 

Bibliographie

Ansell Ben W., From the Ballot to the Blackboard: The Redistributive Political Economy of Education, Cambridge, Cambridge University Press (coll. « Cambridge Studies in Comparative Politics »), 2010.

 

Busemeyer Marius R., Skills and Inequality: Partisan Politics and the Political Economy of Education Reforms in Western Welfare States, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.

 

Busemeyer Marius R., The Impact of Fiscal Decentralisation on Education and Other Types of Spending, Rochester, NY, Social Science Research Network, 2007.

 

Cappelli Gabriele et Vasta Michelangelo, « Can school centralization foster human capital accumulation? A quasi-experiment from early twentieth-century Italy », The Economic History Review, 22 juillet 2019.

 

Condette Jean-François (ed.), Le coût des études : modalités, acteurs et implications sociales, XVIe-XXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, 412 p.

 

Forsberg, Håkan. « School Competition and Social Stratification in the Deregulated Upper Secondary School Market in Stockholm. » British Journal of Sociology of Education 39, no. 6 (2018): 891-907.

Gambin Lynn, Hogarth Terence, “Who pays for skills? Differing Perspectives on Who Should pay and Why”, in John Buchanan, David Finegold, Ken Mayhew, Chris Warhurst (ed.), The Oxford Handbook of Skills and Training, Oxford, Oxford University Press, 2017, p. 652-670.

Huitric Solenn, Transformer les collèges communaux en lycées. La coproduction d’une action publique (1830-1880), Thèse de doctorat, Université de Lyon, France, 2016.

Lundahl, Lisbeth. « A Matter of Self-Governance and Control the Reconstruction of Swedish Education Policy: 1980-2003. » European Education 37, no. 1 (2005): 10-25.

Mitch David F., « The Impact of Subsidies to Elementary Schooling on Enrolment Rates in Nineteenth-century England », Economic History Review, Second Series, août 1986, vol. 39, no 3, p. 371‑391.


Piketty Thomas, Capital et idéologie, Paris, Éditions du Seuil, 2019, 1197 p.


Román, Henrik, Stina Hallsén, Andreas Nordin, and Johanna Ringarp. « Who Governs the Swedish School? Local School Policy Research from a Historical and Transnational Curriculum Theory Perspective. » Nordic Journal of Studies in Educational Policy, no. 1 (2015): 81-94.

Savoie Philippe, La construction de l’enseignement secondaire (1802-1914). Aux origines d’un service public, Lyon, ENS, 2013, 501 p.

Théret Bruno, « Les dépenses d’enseignement et d’assistance en France au XIXe siècle : une réévaluation de la rupture républicaine », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 1991, vol. 46, no 6, p. 1335‑1374.

 

 

Soutenance de thèse – « Vichy face au corps enseignant », Juliette Fontaine

Nous vous annonçons la soutenance de la thèse de doctorat en science politique de Juliette Fontaine:

« Vichy face au corps enseignant. Réformer les politiques scolaires en contexte autoritaire ». 

La soutenance aura lieu le vendredi 29 novembre 2019 à 14h en salle 2 du centre Panthéon de l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne (12 place du Panthéon, 75005, Paris). 

Le jury sera composé de :

Brigitte Gaïti, Professeure des universités, CESSP, Université Paris 1, Directrice de thèse
Bertrand Geay, Professeur des universités, CURAPP, Université de Picardie, Rapporteur
Patricia Legris, Maîtresse de conférences, TEMPORA, Université Rennes 2, Examinatrice
Francine Muel-Dreyfus, Directrice d’études à l’EHESS, Examinatrice
Jay Rowell, Directeur de recherche, CNRS – SAGE, Rapporteur

Résumé : Sous Vichy, une réforme de l’institution scolaire en rupture avec l’École républicaine est affichée comme prioritaire par les gouvernants du nouveau régime et des décisions sont prises en ce sens : les principes de la citoyenneté affirmés dans les lois Jules Ferry et les acquis démocratiques de l’entre-deux-guerres sont contestés. Comment et à quelles conditions le Gouvernement de Vichy a-t-il réformé le secteur de l’éducation alors que le corps enseignant sur lequel reposent les politiques scolaires sous la Troisième République lui est majoritairement hostile ? C’est la question à laquelle cette thèse propose de répondre, dans la continuité des travaux qui critiquent la mise à distance de la dimension politique de l’action publique et qui interrogent les tournants de l’action publique notamment dans des contextes autoritaire et d’alternance politique. Pour ce faire, la thèse retrace la fabrique des politiques scolaires sous Vichy, de leur émergence à leur mise en œuvre, en prêtant attention aux configurations historiques et polico-administratives particulières dans lesquelles elles s’inscrivent. En nous appuyant principalement sur l’analyse de revues professionnelles et militantes, d’archives nationales et départementales, ainsi que de biographies et de mémoires d’instituteurs, nous montrons d’une part que les changements impulsés par Vichy sont préparés sous la Troisième République et trouvent leur fondement dans des alliances nouées entre de futurs dirigeants du régime et une branche conservatrice et minoritaire du groupe enseignant ; nous montrons d’autre part que même si le nouveau régime se donne pour priorité le renouvellement du corps enseignant, les pratiques professionnelles et les habitus des instituteurs sur le terrain entravent les politiques décidées au sommet de l’État français. Au final, cette thèse contribue plus largement à la réflexion sur les capacités réformatrices et les limites du volontarisme politique. 

Colloque – Les Compagnons de l’université nouvelle. Histoire, mémoire et postérité (CIEP, 15 et 16 nov. 2019)

Les Compagnons, combattants de la Grande Guerre, espéraient que l’Union sacrée, acquise dans la boue des tranchées, dans le sang et dans le don de soi à l’intérêt supérieur de la nation, prolongerait ses effets dans la paix, en faveur d’une réforme totale de ce qu’ils nommaient l’université, au sens où nous disons aujourd’hui système éducatif. Une réforme démocratique, c’était une réforme qui devait mettre fin à la séparation des scolarités entre deux ensembles trop étanches : l’école primaire gratuite et ses classes primaires supérieures pour les enfants du peuple, et l’ordre secondaire payant, fondé par Napoléon Ier, autour d’un lycée précédé de ses classes élémentaires pour les enfants de la bourgeoisie, celui-là seul ouvert vers l’enseignement supérieur. Les Compagnons voulaient fonder une université nouvelle, juste et efficace, depuis l’école unique pour tous les enfants de toutes origines, jusqu’aux formations supérieures. L’équité sociale servirait l’efficacité économique en faveur de la patrie à reconstruire.

Publication – Les oppositions aux réformes éducatives de l’après-Mai 1968, revue « Histoire@Politique »

Coordination : Yves Verneuil

Continuer la lecture de « Publication – Les oppositions aux réformes éducatives de l’après-Mai 1968, revue « Histoire@Politique » »

Coll.: Les 40 ans de la réforme Haby

Les jeudi 26 et vendredi 27 aura lieu à l’Espé de Lyon un colloque sur le thème « 40 ans après la création du collège unique. Eclairages socio-historiques sur la loi du 11 juillet 1975″.

Programme en Pdf

Jeudi 26 novembre 2015

9h45. Ouverture de la journée

  • Alain Mougniotte, Directeur de l’ESPE
  • Denis Poizat, Directeur de l’ISPEF
  • Françoise Lantheaume, Directrice du laboratoire ECP

10h15-11h. Conférence inaugurale de la première journée. Présidence : Martine Safra. Centre universitaire d’information pédagogique (CUIP)

  • Du cycle d’orientation à l’établissement… de premier cycle (1936-1963), Antoine Prost. Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. CHS du XXe siècle

11h-12h15. Séquence 1. René Haby : l’homme, le ministre et « sa » réforme, Présidence : Vincent Pohrel. ESPE de l’Académie de Lyon. UCBL L1

  • René Haby par lui-même, Françoise Lepagnot. Service d’histoire de l’éducation. ENS-IFE. LARHRA
  •  La paternité de la loi du « collège unique » en question, Bruno Poucet. Université de Picardie Jules Verne. Laboratoire CAREF

Continuer la lecture de « Coll.: Les 40 ans de la réforme Haby »

JE: La pédagogie de Jean Zay : inspiration pour les politiques d’aujourd’hui ?

L’Association des Amis de Jean Zay organise, le vendredi 14 juin 2013, une journée d’études à l’université Paris 1 [Centre Malher] consacrée à « La pédagogie de Jean Zay : inspiration pour les politiques d’aujourd’hui ?« .

 Programme :

9h30 Introduction par Antoine Prost.

La journée se déroulera en 6 dialogues et une table ronde. Pour chaque dialogue, la parole est donnée d’abord à un historien  qui analyse  un aspect de la politique éducative de Jean Zay,  ensuite à un « commentateur » représentant un mouvement pédagogique ayant contribué à la pérennisation et/ou à l’évolution des idées pédagogiques que contiennent les textes du ministre.

  • 9h45 La classe de fin d’études primaires, Antoine Prost /Djimil Gahete (Education et Devenir)
  • 10h30 L’enseignement du français, Anne-Marie Chartier /Catherine Chabrun (ICEM)
  • 11h15 Les activités dirigées, Laurent Gutierrez /Myriam Fritz-Legendre (CEMEA)
  • 12h Les classes d’orientation, Jean-Michel Chapoulie /Patrice Bride (CRAP)
  • 14h Le sport, Patrick Clastres /Françoise Bouvier (Léo Lagrange)
  • 14h 45 L’articulation du scolaire et du péri scolaire, Laurent Besse / Eric Favey (Ligue de l’enseignement)
  • 15 h 30 Table ronde, animée par Emmanuel Laurentin: L’accueil réservé par les syndicats et les parents d’élèves aux idées de Jean Zay, à leur signification pour l’avenir de l’éducation en France avec Yves Verneuil, le SGEN-CFDT, le SNUIPP, l’UNSA-EN,(Luc Bentz) et Jean-Yves Seguy, la FCPE et la PEEP.

 17 h Conclusion

Lieu: 9, rue Malher, Paris 4ème (métro St Paul)

Parution: « Savoirs et autonomisation de l’administration dans les réformes de l’Instruction publique sous Jules Ferry »

Le dernier volume de la revue Gouvernement et action publique (4/2012) consacre un dossier aux « Savoirs de gouvernement à la frontière entre administration et politique« , dans lequel Philippe Bongrand publie un article intitulé: « Savoirs et autonomisation de l’administration dans les réformes de l’Instruction publique sous Jules Ferry (1879-1883)« .

JE: L’éducation nationale au risque de l’éducation nouvelle (1945-1975)

À l’occasion de la parution de l’ouvrage Réformer l’école. L’apport de l’Education nouvelle (1930-1970) dirigé par Laurent Gutierrez, Laurent Besse et Antoine Prost, le Comité universitaire d’information pédagogique (CUIP) organise une journée d’étude qui se propose d’interroger l’influence du mouvement de l’Éducation nouvelle sur les orientations et les méthodes pédagogiques officielles de l’Éducation nationale de la Libération jusqu’à la création du Collège unique en 1975.

Cette journée d’étude se déroulera le jeudi 14 février 2013 à la salle de fêtes de la mairie du 13e arrondissement de Paris. L’entrée est libre.

Thèse en cours: Les transformations des politiques universitaires

Dalila Bahmed travaille sous le direction de Bernard Lacroix (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) à une thèse sur « Les transformations des politiques universitaires: contribution à l’étude du changement sémantique de la distinction politique entre l’interne et l’international ».

Présentation:

Le travail de thèse engagé vise à interroger à un siècle de distance la mise en œuvre de politiques publiques de l’enseignement supérieur. Continuer la lecture de « Thèse en cours: Les transformations des politiques universitaires »

Thèse en cours: Vers l’autonomie des universités en France

Arnaud Desvignes travaille à une thèse, sous la direction de Jean-Noël Luc (université Paris IV) et Emmanuelle Picard (ENS de Lyon), sur le thème: « Vers l’autonomie des universités en France. Les acteurs universitaires, politiques et syndicaux face à la réforme (1968-1984)« .

Présentation:

Ce projet a pour ambition de réfléchir aux conditions de la mise en place progressive de l’autonomie des universités françaises. Or, la période qui s’étend de 1968 à 1984 apparaît, de ce point de vue, comme un terrain de réflexion privilégié. En effet, les lois Faure et Savary peuvent être considérées comme les premiers pas devant mener à une autonomie concrète des universités. Continuer la lecture de « Thèse en cours: Vers l’autonomie des universités en France »

Thèse soutenue: L’école républicaine et l’étranger

Damiano Matasci a soutenu le 23 mars 2012 à Genève, une thèse en cotutelle entre l’Université de Genève et l’EHESS, consacrée à « L’école républicaine et l’étranger. Acteurs et espaces de l’internationalisation de la « réforme scolaire » en France (1870 – première moitié du XXe siècle) »
Jury : Sandrine Kott (Genève, co-directrice), Paul-André Rosental (Sciences-Po, co-directeur), Jean-François Chanet (Sciences-Po), Christophe Charle (Paris I), Rita Hofstetter (Genève), Christoph Conrad (Genève).

Présentation:
Cette thèse de doctorat s’intéresse au processus d’internationalisation des réformes scolaires françaises entre 1870 et la première moitié du XXe siècle. En s’inscrivant dans le « tournant transnational » de la recherche historique contemporaine, elle a pour ambition de repenser l’histoire de l’école républicaine en plaçant le processus de nationalisation du système scolaire français dans le contexte international. Continuer la lecture de « Thèse soutenue: L’école républicaine et l’étranger »

Thèse soutenue: Octave Gréard, réformateur de l’enseignement primaire

Stéphanie Dauphin a soutenu le 30 mars 2012 sa thèse dirigée par Jean-Noël Luc (université Paris IV) sur le thème: « Octave Gréard, réformateur de l’enseignement primaire de Second Empire à la Belle Époque »
Le jury Était composé de Jean-Noël Luc, Florence Bourillon, Jean-François Condette, Bruno Poucet, Rebecca Rogers.

Présentation:

Gréard a rempli de nombreuses fonctions : inspecteur d’académie à Paris en 1864, inspecteur chargé du service de l’instruction primaire à Paris en 1866, directeur de l’enseignement primaire de la Seine en 1870, inspecteur général de l’Instruction publique en 1871, directeur de l’enseignement primaire au ministère de l’Instruction publique en 1872. Continuer la lecture de « Thèse soutenue: Octave Gréard, réformateur de l’enseignement primaire »

Conf: Réformer l’école

Un cycle de conférences organisé par l’Université de Rouen se propose d’interroger l’histoire des réformes de l’enseignement sous différents angles d’approches. Après avoir abordé la question des instances de consultation et l’apport de l’Éducation nouvelle à divers projets de réforme de l’école républicaine dans la première partie du XXe siècle, les séances suivantes aborderont respectivement la problématique de la rénovation pédagogique scolaire, celle des projets de réforme structurelle de l’enseignement du second degré dans les années 1950-1960 ainsi que celle des classes et des disciplines scolaires comme terreau favorable à la rénovation de l’enseignement jusque dans les années 1970.

Programme sur Calenda