Publication – Les oppositions aux réformes éducatives de l’après-Mai 1968, revue “Histoire@Politique”

Coordination : Yves Verneuil

Continuer la lecture de « Publication – Les oppositions aux réformes éducatives de l’après-Mai 1968, revue “Histoire@Politique” »

Publication – Sébastian-Akira Alix, L’éducation progressiste aux États-Unis. Histoire, philosophie et pratiques (1876-1919)

Présentation de l’éditeur :  Comment réformer l’école pour en faire un lieu de formation du citoyen ? Cette question a animé les réflexions de nombreux pédagogues comme John Dewey, Célestin Freinet, Ovide Decroly, ou Maria Montessori.  

Cet ouvrage propose une approche historique et philosophique d’un mouvement de réformes pédagogiques fondateur de l’éducation dans l’Amérique du début du XXe siècle : l’éducation progressiste nouvelle, ou comment mettre la pédagogie au service de la démocratie.

Adaptation de l’enseignement à l’enfant, respect du rythme de développement, apprendre en faisant, etc., l’auteur explore les réalisations institutionnelles et les pratiques éducatives qui en ont découlé à travers de nombreux exemples pris dans la période allant de 1876 à 1919, qui marque un tournant dans l’évolution de l’éducation aux États-Unis.

Plus d’informations sur le site des Presses universitaires de Grenoble.

Séminaire des doctorants en histoire de l’éducation – 20 mai 2015 [Paris]

Le séminaire/atelier des doctorant-e-s en histoire de l’éducation propose aux doctorant-e-s de toutes les disciplines ayant l’éducation et/ou l’enseignement comme objet central ou partiel de leur thèse avec un perspective historique (même réduite), un espace de discussion et de confrontation scientifique. L’objectif de ce séminaire est de permettre la mise en place d’un espace de travail scientifique partagé entre doctorant-e-s, post-doctorant-e-s et chercheur-e-s plus avancés, autour du thème de l’éducation et dans une perspective pluridisciplinaire.

Il est ouvert à tous sans inscription préalable.

La séance du 20 mai 2015 (17h-20h) sera consacrée aux projets de réforme de l’enseignement supérieur, et particulièrement à la question de « l’autonomie des universités » entre la fin du XIXe siècle et 1984. Elle s’organisera autour :

•  de la présentation d’Arnaud Desvignes qui prépare une thèse intitulée « Vers l’autonomie des universités en France. Les acteurs universitaires, politiques et syndicaux face à la réforme (1968-1984) ». (Paris IV Sorbonne. Direction : Jean-Noël Luc et Emmanuelle Picard).

•  de la présentation de Dalila Bahmed qui travaille sur « les transformations des politiques universitaires : contribution à l’étude du changement sémantique de la distinction politique entre l’interne et l’international (1896-1984) ».

•  des commentaires de Patrick Fridenson, directeur d’études (EHESS-CRH).

Les trois projets de réforme étudiés lors de cette séance seront les lois Poincaré du 10 juillet 1896, Edgar Faure du 12 novembre  1968 et Savary du 26 janvier 1984.  Les acteurs de la réforme, durant cette période, placent « l’autonomie » au cœur de leurs projets mais ne définissent pas tous ce terme de la même manière. La mise en valeur de la diversité de ces définitions selon les acteurs et la période envisagée constituera un premier axe d’étude. L’analyse de l’application d’un projet de loi consacré à l’autonomie des universités formera le second axe de réflexion. Dans ce cadre, les résultats d’une étude menée à partir des sources relatives à l’histoire des universités Paris VII, Rennes I et Amiens entre 1968 et 1976 seront évoqués.

Cette séance aura lieu à la Maison de la recherche, salle S 001 (rez-de-chaussée gauche), 28 rue Serpente, 75006, métro Odéon, Cluny, Saint-Michel.

Parution: Réformes d’hier et d’aujourd’hui

Thierry Chevaillier et Christine Musselin (dir.), Réformes d’hier et réformes d’aujourd’hui, Presses universitaires de Rennes, 2014.

Présentation: tiré d’une sélection de contributions présentées lors du précédent colloque international du RESUP (Réseau d’études sur l’enseignement supérieur), ce livre articule mouvements et continuités, en adoptant un regard au plus près des politiques d’enseignement supérieur et de recherche et en confrontant réformes d’hier et réformes d’aujourd’hui. Il les aborde à travers trois perspectives.

La première dépasse le constat de l’influence du nouveau management public en mettant l’accent sur les variations et nuances qui ressortent de sa mise en œuvre. La seconde met au jour les trajectoires de réforme que suivent les décisions publiques sur l’enseignement supérieur et analyse les changements sur des temps longs. Enfin, la troisième questionne la capacité de ces réformes à échapper aux effets de dépendance au sentier, qu’il s’agisse de reconfigurer les relations et les rapports de force entre les acteurs ou de transformer les jeux entre niveaux territoriaux.

Chacune de ces perspectives permet de mieux comprendre comment les réformes universitaires sont perçues, les comportements de résistance ou d’adhésion qu’elles suscitent et les recompositions auxquelles elles conduisent au sein de la communauté universitaire.

Parution: Reforming Higher Education

Reforming Higher EducationChistine Musselin et Pedro Teixeira (éd.), Reforming Higher Education. Public Policy Design and Implementation, Springer, 2014.

This book analyzes the reforms that led to a differentiated landscape of higher education systems after university practices and governance were considered poorly adapted to contemporary settings and to their new missions. This has led to a growing institutional differentiation in many higher education systems. This differentiation has certainly contributed to making the institutional landscape more diverse across and within higher education systems. This book covers this diversity. Each part corresponds to a different but complementary way of looking at reforms and highlights what can be learnt on specific cases by adopting a specific perspective. The first part analyzes the ongoing reforms and their evolution, identifies their internal contradictions, as well as the redefinitions and reorientations they experience, and reveals the ideas, representations, ideologies and theories on which they are built. The second part includes comparison between countries but also other comparative perspectives such as how one reform is developed in different regions of the same country, as well as how comparable reforms are declined to different sectors. The last part addresses the impact of the reforms. What is known about the effectiveness of such instruments on higher education systems? This part shows that reforms provoke new power games and reconfigure power relations.

Coll: Les Réformes universitaires en France, au Japon et au Brésil

L’ARESER organise un colloque franco-japonais intitulé: “Les Réformes universitaires en France, au Japon et au Brésil: pour un bilan critique et comparé“.

Il se déroulera le vendredi 13 décembre 2013 à l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm. 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, salle Pasteur
Pavillon Pasteur, à droite entrant par la loge du gardien

Matin :

  • 9h30- 9h45 : Charles Soulié (Paris 8, secrétaire de l’ARESER) : Introduction.
  • 9h45-10h15 : Atsumi Omae (Université de Joetsu-Kyoiku) : Les politiques de création de « nouvelles universités » au Japon dans les années 1960 : en comparaison avec le cas français.
  • 10h15-10h45 : Helgio Trindade (recteur émérite  Universidade Federal da Integração Latino-Americana – UNILA ) : Les réformes universitaires au Brésil et en Amérique latine, essai de diagnostic comparatif.
  • 10h45-11h : Pause
  • 11h-11h30 : Yoshihiko Shiratori (Université de Kobé): La politique de «projets » dans l’enseignement supérieur japonais et la hiérarchisation des universités.
  •  11h30-12h30 : Discussion.

12h30-14H : Déjeuner

Après midi :

  • 14 h : Romuald Bodin (Université de Poitiers) et Sophie Orange (Université de Nantes): Faux diagnostics pour vraies réformes : quelques idées reçues sur la situation actuelle des universités françaises.
  • 14 h30 : Frédéric Neyrat (Centre Emile Durkheim Sciences Po Bordeaux et Université de Limoges) : La redéfinition des diplômes universitaires en termes de compétences.
  • 15h : Shigeru Okayama (Université Waseda) : Les Humanités après Fukushima.
  • 15h 30—15h45 : Pause
  • 15h45- 17h : Discussion
  • 17h : Christophe Charle (Paris 1) : Essai de conclusion

Colloque soutenu par le programme japonais, Grants-in-Aid for Scientific Research (Japan Society for the Promotion of Science (JSPS)  « Recherches interdisciplinaires sur les réformes de l’enseignement supérieur au Japon et en France », l’ARESER France et l’ARESER Japon

Entrée libre dans la limite des places disponibles
Pour tout renseignement : charles.soulie [at] neuf.fr