Thèse en cours: Les formes et mécanismes d’une ségrégation universitaire en Île-de-France

Leïla Frouillou, doctorante en géographie sous la direction de Sylvie Fol (Université Paris I – UMR Géographie-cités), travaille à une thèse sur « les formes et mécanismes d’une ségrégation universitaire en Île-de-France« .

Présentation:

L’Île-de-France se caractérise par une forte concentration universitaire et une organisation aréolaire distinguant les universités centrales, de grande taille, relativement spécialisées thématiquement, d’universités périphériques aux effectifs plus faibles et orientées vers la professionnalisation (Baron, Berroir, Cattan, Lesecq et Saint-Julien, 2007). Continuer la lecture de « Thèse en cours: Les formes et mécanismes d’une ségrégation universitaire en Île-de-France »

AAC: De l’université de Paris aux universités franciliennes

 

 En pièce jointe et dans le billet, l’appel à contribution pour le colloque « De l’université de Paris aux universités franciliennes » qui se tiendra les 30 et 31 janvier 2014.

Appel à contribution à télécharger

Argumentaire:

Dans l’esprit du grand public, l’université de Paris est généralement identifiée au quartier Latin. Ce cliché, hérité d’une histoire multiséculaire est encore celui qui domine lors de la crise étudiante de mai 1968 quand l’ORTF diffuse les premières images d’un mouvement qui a pourtant démarré à Nanterre en mars de la même année. Depuis le milieu des années 1950 en effet, l’université de Paris, qui depuis longtemps déjà était sortie de son quartier historique a déployé des antennes au-delà de la ligne du futur périphérique. La faculté des sciences d’Orsay (1954-1965), la faculté des Lettres (1964) puis de droit et sciences économiques (1966) de Nanterre, le projet de Villetaneuse (1960-1967) et les centres expérimentaux de Dauphine (1968) et Vincennes (1968) anticipent, entre 1955 et 1968 Continuer la lecture de « AAC: De l’université de Paris aux universités franciliennes »