Parution – Suzanne Schneider, « Mandatory Separation. Religion, Education, and Mass Politics in Palestine », Stanford UP, 2018

Is religion a source of political stability and social continuity, or an agent of radical change? This question, so central to contemporary conversations about religion and extremism, has generated varied responses over the last century. Taking Jewish and Islamic education as its objects of inquiry, Mandatory Separation sheds light on the contours of this debate in Palestine during the formative period of British rule, detailing how colonial, Zionist, and Palestinian-Muslim leaders developed competing views of the form and function of religious education in an age of mass politics.

Drawing from archival records, school syllabi, textbooks, newspapers, and personal narratives, Suzanne Schneider argues that the British Mandatory government supported religious education as a supposed antidote to nationalist passions at the precise moment when the administrative, pedagogic, and curricular transformation of religious schooling rendered it a vital tool for Zionist and Palestinian leaders. This study of their policies and practices illuminates the tensions, similarities, and differences among these diverse educational and political philosophies, revealing the lasting significance of these debates for thinking about religion and political identity in the modern Middle East.

Suzanne Schneider is the Director of Operations and a Core Faculty member at the Brooklyn Institute for Social Research.

Parution – Khammai Dhammasami, « Buddhism, Education and Politics in Burma and Thailand, from the Seventeenth Century to the Present », Bloomsbury, 2018

Drawing on primary sources in Pali, Burmese and Thai, practising monk Venerable Khammai Dhammasami guides the reader through the complex history of monastic education in two neighbouring countries with very different Buddhist societies: Burma and Thailand.

This book provides a clear account of the ways in which royal leaders and monastic institutions worked to develop monastic education in the face of changing political and economic conditions, including colonialism and the political instability of the 19th and 20th centuries. It studies influences from both British colonists and Siamese/Thai reformers, and engages with primary material, including documents from Burmese monasteries, royal orders, royal chronicles, and official government records.

As the first book to examine monastic education in Burma and Thailand, this is a welcome contribution to the social, monastic and religious history of Southeast Asia, and the growing field of Burmese Buddhist Studies.

Séminaire – « Politiques scolaires, écoles et publics scolaires de la colonisation aux indépendances (mi-XIXe siècle – années 1970) » (CESSMA, Université de Paris)

CESSMA – Séminaire 7 octobre 2021

Jeudi 7 octobre 2021 , Salle 870 + Visio-Zoom pour l’étranger et la province, 14  h 00 – 16 h 00

Pieter Verstraete, Kim Christiaens et Idesbald Goddeeris (Université de Leuven, Belgique) viendront présenter leur ouvrage :

Missionary Education: Historical Approaches and Global Perspectives

avec certain(e)s des auteur(e)s dont Ellen Vea Rosnes (VID, Norvège)

Parution – Marcel Launay, « Le prêtre professeur (XIXe-XXe siècles). Un ministère oublié », 2020

« Le prêtre joue au collège le même rôle qu’au régiment, on le supporte », écrit Émile Zola en 1877. Et dans ses Souvenirs d’enfance et de jeunesse, Ernest Renan rend hommage à ses maîtres du petit séminaire de Saint-Nicolas-du-Chardonnet à Paris. C’est que, dans la France des XIXe et XXe siècles, le prêtre-professeur constitue une figure importante pour l’Église et la société. Il fait partie des visages familiers du catholicisme de l’époque et marquera plusieurs générations. À travers cette évocation vivante, Marcel Launay décrit ce ministère oublié aujourd’hui, qui sera touché de plein fouet par la déchristianisation. Cette contribution à l’histoire du catholicisme contemporain nous plonge dans un monde disparu et croise la question scolaire, le rapport à la culture et le lien de l’Église aux élites et à la société.

Soutenance d’HDR – « Educations, laïcités et religions, mondialisations (XIXe-XXIe siècles). Relier les histoires », Charles Mercier

Le 2 septembre dernier, Charles Mercier a soutenu son habilitation à diriger les recherches :

ÉDUCATIONS, LAÏCITÉS ET RELIGIONS, MONDIALISATIONS (XIXe-XXIe SIÈCLES). RELIER LES HISTOIRES

Il contient un mémoire inédit de recherche : Une histoire globale des Journées mondiales de la jeunesse de Jean-Paul II (1984-2002)

Le jury sera composé de :

  • Mme Laurence Badel, Professeur des universités, Paris 1 Panthéon Sorbonne (garante)
  • M. Jean-François Condette, Professeur des universités, Université de Lille
  • Mme Ruth Harris, Senior Research Fellow, University of Oxford
  • M. Régis Malet, Professeur des universités, Université de Bordeaux
  • M. Denis Pelletier, Directeur d’études, École pratique des hautes études
  • M. Philippe Portier, Directeur d’études, École pratique des hautes études

Journée d’études – Retour sur l’affaire de Creil, 1989-2019 (Amiens, UPJV, 4 oct. 2019)

  • 9h00 Accueil des participants
  • 9h30 Introduction institutionnelle UPJV, ESPE, FJJ, CAREF
  • 9h45 Introduction scientifique de la journée, Ismail Ferhat (UPJV, CAREF)

10h00-11h00 – 1re partie : De Creil à l’Elysée – Présidence : Jérôme Damblant (IA-IPR de l’Académie d’Amiens, référent
académique « Valeurs de la République »)

  • Julien Cahon (UPJV, CAREF), « Pourquoi Creil ? »
  • Ismail Ferhat (UPJV, CAREF), « Des sommets de l’Etat bousculés ? »
  • Débat

11h00 Pause

11h15-12h15 – 2e partie : Les partis politiques – Présidence : Thierry Mérel (Fondation Jean Jaurès)

  • Alan Flicoteaux (UPJV, CAREF), « Le PCF découvre un accommodement
    déraisonnable avec un islam des banlieues. »
  • Julien Cahon (UPJV, CAREF), « Le PS rattrapé par ses ‘vieilles querelles’ ? »

Débat
12h15 Repas


13h45-15h15 – 3e partie : Les sensibilités religieuses – Présidence : Corinne Vezirian (ESPE de l’académie de Lille, référente laïcité)

  • Xavier Boniface (UPJV, CHSSC), « Prudence et modération de l’Église
    catholique. »
  • Olivier Rota (Université d’Artois, IEFR), « Une communauté juive divisée. »
    Sébastien Vida (UPJV, CAREF), « Une quête de légitimités pour l’islam de
    France. »

Débat


15h15 Pause


15h30-16h30 – 4e partie : Les sensibilités philosophiques et intellectuelles – Présidence : Corinne Vezirian (ESPE de l’académie de Lille, référente laïcité)

  • Bruno Poucet (UPJV, CAREF), « Les organisations laïques : la fracture ? »
  • Sébastien Repaire (Sciences-po Paris, CHSP), « Une nouvelle ligne de
    front parmi les intellectuels français ? »

Débat


16h30 Conclusions de la journée, Sarah Croché (UPJV, CAREF)

Publication – Collectif, « Les foulards de la discorde. Retours sur l’affaire de Creil, 1989 ».

Fondation Jean Jaurès/éditions l’Aube, 2019.

Résumé : en France, le débat public se focalise régulièrement sur des questions mêlant statut des femmes, islam et laïcité. Cette structuration trouve sa première cristallisation dans « l’affaire du foulard » qui se déroule à Creil en 1989. Que recouvre cette appellation, restée dans les mémoires ? Comment trois foulards de collégiennes ont-ils pu susciter autant de prises de position et de polémiques ? En étudiant les différentes facettes, les auteurs montrent que cette affaire a constitué un tournant de l’histoire récente de notre pays.

Colloque international – Controverses sur la cantine : laïcités, religions, nations (XIXe-XXIe siècles), 6-7 juin 2019, University of Chicago in Paris

 La cantine scolaire, et le repas de midi qui y est servi, est un espace central dans la construction d’un habitus national républicain et, en principe, laïque.  Le déjeuner à la cantine est donc un lieu pour inculquer les valeurs françaises aux enfants.   Pendant ces deux jours, nous souhaitons identifier de nouvelles pistes de recherche pour aborder ces questions à partir des travaux historiographiques, ethnographiques, littéraires, et sociologiques sur la cuisine « française » ; la nourriture dite « religieuse » entre public et privé au passé et au présent ; et le corps « pratiquant » comme cible d’intervention étatique.  Pour élargir les cadres de ces discussions ; des practicien.ne.s venue.s des écoles, et des mairies et des institutions aborderont ces mêmes questions et des chercheuses/chercheurs évoqueront des comparaisons transnationales ainsi que d’autres controverses politico-religieuses. 

Colloque – Les institutions catholiques d’enseignement secondaire en France à l’époque contemporaine (Ploërmel, 14-15 juin 2019)

Jeudi 13 juin 2019

9 h – Accueil et introduction : Samuel Gicquel (Rennes 2, Tempora) et Frédéric Le Moigne (UBO, CRBC)

9 h 25 – Les fondations

  • GICQUEL Samuel (maître de conférences en histoire contemporaine, Rennes 2, Tempora). L’enseignement secondaire catholique en France de 1806 à 1959. Les mutations du paysage institutionnel.
  • BERTHEREAU Estelle (docteure en histoire, chercheuse associée au CRHXIX), Fonder un enseignement catholique mennaisien.
  • DUFFAU Marie-Thérèse (docteure en histoire, chargée de recherche au CNRS, FRAMESPA), Lacordaire et la congrégation enseignante.
  • CAVALIN Tangi (agrégé d’histoire, chercheur associé au CEMS/IMM/EHESS), La mémoire de Lacordaire dans la congrégation dominicaine enseignante.

14 h – Les acteurs

  • ROCHER Philippe (docteur en histoire, université de Bourgogne, IPRA),
  • Le Ratio studiorum au collège. Pédagogie et pédagogues jésuites en France aux XIXe et XXe siècles.
  • TRANVOUEZ Yvon (professeur émérite d’histoire contemporaine, Université de Bretagne occidentale-CRBC), Une variante scolaire du Ralliement : le Père Didon à Arcueil (1890-1900).
  • LE MOIGNE Frédéric (maître de conférences en histoire contemporaine, UBO-CRBC), La composition et le style. Georges Grente en ses collèges.

16 h – Expériences éducatives

  • PUCHE Amélie (doctorante à l’université d’Artois, CREHS), Le secondaire privé catholique pour jeunes filles à Tours dans la seconde moitié du XIXe siècle : une réussite modèle.
  • LANGLOIS Claude (EPHE), Entre mémoire et histoire : l’institut Notre-Dame d’Avranches au lendemain de la  guerre (1945-1955)

Vendredi 14 juin 2019

9 h – Mutations institutionnelles

  • POUCET Bruno (professeur en sciences de l’éducation, université de Picardie Jules Verne, CAREF), De l’enseignement secondaire confessionnel à l’enseignement associé : ruptures et continuité (1950-2018).
  • VIET-DEPAULE Nathalie (ingénieure de recherche CNRS, CEMS) et LAFFAY Augustin (docteur en histoire, archiviste de la Province dominicaine de Toulouse), La fin des collèges dominicains (1957). Portrait de groupe des dominicains-enseignants.
  • JUSSEAUME Anne (maître de conférences en histoire contemporaine, université d’Artois, CREHS), Des « sœurs blanches » en civil : les habits des Filles du Saint-Esprit dans les établissements scolaires au XXe siècle

11 h – La place du religieux

  • MOLINARIO Joël (maître de conférences en théologie, institut catholique de Paris), Catéchèse/pastorale, tension et évolution dans l’enseignement catholique depuis le guide pastoral de Paul Lamotte.
  • DUPUY Guillaume (docteur en sociologie, université de Nanterre), Affirmations différenciées du caractère religieux dans les établissements catholiques secondaires.

14 h – Recomposition

  • VERNEUIL Yves (professeur en sciences de l’éducation, université Lumière Lyon 2, ISPEF), L’enseignement secondaire privé catholique entre mixité et respect de la différence des sexes (des années 1960 à nos jours).
  • MENGNEAU Juliette (docteure en sociologie, université de Nantes), Enseignement privé, enseignement public en Pays de la Loire. Vers une reconfiguration du service public d’éducation.
  • RAISON DU CLEUZIOU Yann (maître de conférences HDR en science politique, université de Bordeaux, centre Émile Durkheim), La dissidence scolaire des catholiques observants au début du XXIe siècle.

16 h – Conclusions : Bruno Poucet

AàC – Enfance, jeunesse et missions chrétiennes. XIXe-XXIe siècles

En 2019, le Centre de Recherches et d’Echanges sur Diffusion et l’Inculturation du Christianisme (CREDIC) consacre son colloque à la jeunesse chrétienne. Organisée dans la catéchèse ecclésiale comme dans des mouvements para-ecclésiaux ou dans des programmes d’engagement volontaire, elle a constamment été au centre des préoccupations des organismes missionnaires. En Europe, comme en Afrique, en Asie et dans les Amériques, elle a été un acteur et un destinataire des activités des Églises et des organisations missionnaires. L’objectif de ce colloque est d’étudier sous les angles historiques, anthropologiques, sociologiques comme psycho-pédagogiques, la place que tient la jeunesse — de l’enfant au jeune adulte — dans les missions outre-mer et dans les Eglises du Sud, depuis le XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui.

Parution – Charles-Édouard Harang, « Jeunes filles et jeunes gens catholiques. De la garçonne au mariage pour tous »

Il s’agit de comprendre les métaphores catholiques à travers le prisme de la jeunesse. Il s’agit de comprendre l’évolution de la place d’une religion majoritaire qui devient minoritaire dans sa pratique et moins influente culturellement. Qu’est-ce qui a changé, qu’est-ce qui a été maintenu ? Comment les catholiques conçoivent-ils la mixité ? Existe-t-il plusieurs approches ? 
Voici une analyse moins théorique qu’empirique basée sur des sources variées.

Parution: Les religions à l’école

La revue Hommes, monde et culture religieuse fait paraître un dossier dirigé par Françoise Lantheaume, sur le thème « Les religions à l’école » avec les contributions d’Yves Verneuil, Anne Claire Husser, Jacqueline Gautherin, Micheline Milot, Corinne Fortin, Nicole Durish Gauthier, Philippe Borgeaud, Florence Bergeaud-Blackler, Stéphanie Tremblay, Isabelle Saint-Martin.

Le dossier est issu d’un colloque organisé par le Laboratoire Éducation, Cultures, Politiques et l’Institut supérieur d’études des religions et de la laïcité (Iserl) de Lyon, en association avec l’Institut européen en sciences des religions (Iesr) de Paris. Au point de départ, un étonnement face à des dynamiques contradictoires : d’un côté une expression plus importante des religions dans l’espace public (dont l’école), de l’autre d’incessants rappels sur la nécessité de limiter leur emprise sur ce même espace public qu’elles menaceraient. Continuer la lecture de « Parution: Les religions à l’école »