Parution – “Les transmissions religieuses face à la sécularisation”, n° 155, revue Histoire de l’éducation, 2021

Dossier

Anne Jusseaume et Sarah Scholl

Les transmissions religieuses face à la sécularisation Religious Transmissions in the Secular Age

Jean-Charles Buttier

L’enseignement de la morale pendant la Révolution française : un état des lieux historiographique Moral education during the French Revolution: a historiographical review

Charles Mercier

Les Journées mondiales de la jeunesse comme dispositifs de transmission religieuse (1985-2019) World Youth Days as a means for transmitting religion

Samuel Gicquel

La transmission religieuse dans les lycées catholiques bretons (XIXe-XXe siècles) Religious transmission in the Catholic educational institutions of Brittany (19th-21st centuries)

Bénédicte Toucheboeuf

Les changements dans la catéchèse des années 1960 en France : une rupture dans la transmission de la foi ? Changes in catechesis in the 1960s in France: a breach in the transmission of faith?

Émilie Pontanier

Choisir une école secondaire française à Tunis dans les années 2010 : stratégie sociale d’entre-soi ou liberté de conscience et transmission religieuse ? Choosing a French secondary school in Tunis in the 2010s: a social strategy for community-based exclusivity or freedom of conscience and religion?

Varia

Marcel Grandière

Entre demande sociale et conflits de pouvoirs : les écoles de Brissac en Anjou (vers 1450-1540) Between social demands and power conflicts. The schools of Brissac in Anjou (circa 1450-1540)

Karina Bénazech Wendling

De la charité religieuse au contrôle séculier de l’État : le rôle de l’Irish Society for Promoting the Education of the Native Irish through their own Language dans la mise en place d’une éducation nationale en Irlande (1800-1845) From religious charity to secular State control: the role of the Irish Society for Promoting the Education of the Native Irish through their own Language in the implementation of national education in Ireland (1800-1845)

Pascal Clerc

La formation d’un regard : la colonisation dans les manuels de géographie du secondaire (1873-1951) Shaping a viewpoint: colonization in secondary school geography textbooks (1873-1951)

Notes critiques

Thierry Kouamé

WEJWODA (Marek), Sächsische Rechtspraxis und gelehrte Jurisprudenz. Studien zu den rechtspraktischen Texten und zum Werk des Leipziger Juristen Dietrich von Bocksdorf (ca. 1410-1466) Hannovre, Hahn, 2012 (Monumenta Germaniae Historica. Studien und Texte, 54), XXX-318 p.

Sylvène Édouard

MORMICHE (Pascale), Le petit Louis XV. Enfance d’un prince, genèse d’un roi (1704-1725) Ceysérieu, Champ Vallon, 2018, 422 p.

Marie-Élise Hunyadi

MONNIER (Anne), Le temps des dissertations. Chronique de l’accès des jeunes filles aux études supérieures (Genève XIXe-XXe) Genève, Droz, 2018, 360 p.

Laurent Gutierrez

PALLUAU (Nicolas), La fabrique des pédagogues. Encadrer les colonies de vacances, 1919-1939 Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, 301 p.

Yves Verneuil

DALANÇON (Alain), DRAGONI (Josiane), DREVON (Jean-Michel) (coord.), BRESSAN (Eugenio), FÉRAY (Anne), LAFONTAN (Jean), LEIDET (Gérard), SPRINGSFIELDS (Marin), SZAJNFELD (Raphaël), Histoire de la FSU, t. 2 : dans la cour des grands (1997-2010) Paris, Syllepse, 2019, 281 p.

Jérôme Krop

DORISON (Catherine), CHEVALIER (Jean-Pierre), BELHADJIN (Anissa), ELALOUF (Marie-Laure), LOPEZ (Maryse), Des écoles normales à l’ESPÉ. Témoignages de formateurs Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2018, 237 p.

Résumés

Français/French : Partant du constat que les institutions religieuses et les initiatives qu’elles portent ont une place importante dans l’histoire de l’éducation, ce dossier analyse les modalités de la transmission religieuse, en particulier en milieu catholique mais non exclusivement, et en élargissant la perspective par rapport aux institutions scolaires. Sont examinés différents lieux, acteurs et événements qui concourent, en parallèle à la construction de l’école laïque et parfois en réaction à celle-ci, à maintenir et transformer le processus de transmission religieuse (savoirs, savoir-être, rituels et identités) à l’ère de la sécularisation. Les articles traitent d’une part de l’école et de son statut – privé ou public, religieux ou laïc – avec des exemples français, ainsi que l’étude d’un cas paradoxal, celui du choix par les parents d’un établissement français en Tunisie. Ils montrent que parents et institutions (État ou Églises) négocient, depuis la Révolution, pour conjuguer transmission scolaire, morale et religieuse ou areligieuse, et sont à la recherche de fragiles et provisoires compromis. D’autre part, les articles étudient des initiatives émanant des Églises pour contrecarrer la sécularisation et la laïcisation scolaire, tant en matière de réforme du catéchisme que d’événements comme les Journées mondiales de la jeunesse. Couvrant deux siècles d’histoire, ce dossier montre que la sécularisation de la société n’élimine pas la transmission religieuse, mais amène à une diversification de ses formes, avec un réinvestissement de l’espace public par les acteurs religieux.

English/Anglais : Building on the premise that religious institutions and the initiatives that they engender have an important place in the history of education, this special issue analyses the methods by which the various aspects of religious tradition and heritage are transmitted, in particular but not exclusively in Catholic milieus, by enlarging the perspective relative to educational institutions. We examine various places, actors and events that converge parallel to the construction of secular schools and sometimes in reaction to them, to maintain and transform the process of religious transmission (knowledge, soft skills and identities) in the period of secularization. The articles deal with schools and their status – private or public, religious or lay – with French examples, but also the study of a paradoxical case, in Tunisia, of parents choosing a French secular school for their children. They show that, since the Revolution, parents and institutions (state or church) have been negotiating to commingle educational, moral and religious or areligious transmission, in a search for fragile and temporary compromises. Simultaneously, the articles study initiatives emanating from churches to counter educational secularization and laicization, such as a reform of the catechism and events like the World Youth Day. Covering two centuries of history, this special issue shows that the secularization of society does not preclude religious transmission but leads to a diversification of its forms, with a renewed focus by religious actors into the public sphere.

Parution – Olivier Marty et Ray J. Amirault, “Nicolas de Condorcet. The Revolution of French Higher Education”, Springer, 2020

https://www.springer.com/gp/book/9783030435653

This Springer brief explores the contribution of Nicolas de Condorcet in French higher education, the historical development of his work and its influence on the history of the French education system.

Condorcet’s educational proposals were first devised as five Memoires, which were consolidated into the ‘Rapport et Projet de Decret sur l’Organisation Generale de l’Instruction Publique’. This report has sparked debate on the subject of education in the past and lives on as a basis for ongoing iterations of plans for education by other writers.
In developing these ideas and especially how they apply to higher education, this book bridges the gap between the 18th century French Enlightenment shift and the Revolution of higher education, with the advent of the Grandes Écoles such as École Normale Supérieure, École Polytechnique and Conservatoire National des Arts et Metiers. Each of these schools was represented by a specific institutionalized educational idea rooted in the works of the philosopher.

This book offers insights to a wider audience in the educational thought of Condorcet, which at the time of his writing was overshadowed by Rousseau, and shows how his ideas of liberty and equality flourish in the French educational system and remain an important part in today’s French academic, cultural and political culture.

Parution – Adrian O’Connor, “In pursuit of politics. Education and revolution in eighteenth-century France”, Manchester UP, 2017

This book offers a new interpretation of the debates over education and politics in the early years of the French Revolution. This period witnessed a series of amazingly ambitious efforts to reform and reinvent the nation’s political institutions, cultural politics, and social order. Deputies, political commentators, and private citizens alike recognized that reinventing French politics and transforming French society would require rethinking the principles and practices of education. The book aims to recapture the dynamism of this polyvalent debate and to flesh out the ambitions and dilemmas that gave it meaning during this most turbulent of historical moments. It traces an ambivalent strain in Enlightenment thought on education, a deep tension at the point of contact between seemingly limitless philosophical possibilities and the apparent limitations imposed by political and social realities. The book analyses the debate over education amid broader concerns about the nature and efficacy of representative government and the nascent idea of “public instruction” from its emergence as a revolutionary ambition through efforts to fulfill the constitutional promise of national education. It argues for a new understanding of “public instruction” as a pedagogical and political ideal and, with that, a revised sense of education’s role in regenerating France and in working towards a representative and participatory system of government. The book also focuses on letters and proposals submitted by people affiliated or associated with the schools and related institutions. Finally, it surveys the changes the “education question” took on an explicitly republican form after September 1792.

Séminaire – “Une éducation révolutionnaire ? Apprendre la Révolution, apprendre de et dans la Révolution”, Pierre Serna (Paris 1) et Jean-Charles Buttier (Unige)

Sous la direction de Jean-Charles Buttier (université de Genève ÉDHICE) et Pierre Serna (Paris 1 IHRF-IHMC)

Semestre de printemps 2021, le mercredi de 17 h 00 à 19 h 00

Le temps du confinement, les séances se tiendront exclusivement sur Zoom.

Pour obtenir les informations de connexion, prière de contacter Pierre Serna : pierreserna [at] wanadoo.fr

L’enjeu de ce séminaire est de réfléchir au rapport dialectique entre éducation et révolution pendant la Révolution française sans s’y limiter puisque la charnière entre deux siècles est fondamentale, entre les projets des philosophes des Lumières et les réalisations pédagogiques des États naissant et s’affermissant au début du xixe siècle. La figure de Pestalozzi est ainsi emblématique incarnant une innovation pédagogique qui s’inscrit dans la continuité d’un siècle marqué par l’intense réflexion éducative d’une part et qui rencontre l’évènement révolutionnaire d’autre part. Dans la seconde moitié du xviiie siècle s’est ainsi élargi l’horizon d’attente des pédagogues qui ont progressivement identifié leur public au peuple, tentant des expériences à un niveau personnel et local parfois, jusqu’à imaginer des utopies pédagogiques pour des sociétés entières.

Une révolution pédagogique et politique s’opère alors pour interroger toutes les formes d’éducation populaire. L’école n’est qu’un des lieux et des temps de l’éducation qui prend avec la Révolution française un sens civique. Le constant va-et-vient entre le terrain de la lutte politique et celui de l’innovation éducative devient ainsi un mouvement de fond qui se manifeste par exemple par l’insistance sur toutes les formes de vulgarisation ou « élémentation » des savoirs, y compris politiques. Tous les âges sont concernés par une première ébauche d’éducation permanente.

Dans son article consacré à l’histoire de la pédagogie écrit pour le Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire (1911) sous la direction de Ferdinand Buisson, le grand pédagogue républicain Gabriel Compayré voit dans le xviiie siècle la véritable rénovation des études et des méthodes pédagogiques. James Guillaume, historien majeur de la politique éducative révolutionnaire a ainsi insisté sur le fait que Pestalozzi fut fait citoyen français par la Législative en 1792. En 1883, Georges Dumesnil publia une histoire de l’école révolutionnaire sous le titre La Pédagogie révolutionnaire. Ces deux auteurs ont souhaité mettre en correspondance ce que Dumesnil appelle « les documents pédagogiques » et Guillaume « les systèmes pédagogiques » (dans une Note sur l’instruction publique parue en volume en 1888) et les « régimes politiques » (Guillaume) ou « forces politiques » (Dumesnil). Ainsi, dans le contexte du Centenaire de 1889, les deux historiens analysent les projets politiques et éducatifs qui se succèdent tout au long de la décennie révolutionnaire.

Cette approche règlementaire fut reprise dans le contexte du Bicentenaire de 1989 par de grands historiens de l’école révolutionnaire, tels que Bronislaw Baczko ou Dominique Julia. L’introduction de l’ouvrage de Baczko qui analyse les projets révolutionnaires (Une éducation pour la démocratie, 1982)permet d’examiner le lien opéré entre éducation et politique : « La pédagogie est ainsi tour à tour, le déterminant et le déterminé d’une politique. » Cette relation étroite entre pédagogie ou éducation, et politique est centrale.

Mona Ozouf publia en 1989 un recueil de ses articles intitulé L’homme régénéré dont elle détaille le projet en étudiant l’expression « pédagogie révolutionnaire » utilisée par Dumesnil un siècle plus tôt mais dans un sens très différent : « C’est donc autour de la pédagogie révolutionnaire que tourne ce livre, bien qu’il n’aborde jamais les contenus pédagogiques proposés par les réformateurs révolutionnaires de l’Instruction publique. » Elle précise plus loin que « L’école ici prend un sens extraordinairement dilaté : elle se confond avec la Révolution elle-même. » De son côté, Dominique Julia a participé au Dictionnaire historique de la Révolution française et, faisant référence à l’analyse de l’école par Ozouf sous l’angle du transfert de sacralité ou bien se référant aux travaux de Baczko et à son étude de l’œuvre scolaire révolutionnaire sous l’angle de l’utopie, Julia insiste dans son article sur la dimension patrimoniale des projets révolutionnaires : «  Surtout, elle a fait de l’école un vecteur d’émancipation, creuset d’une égalité démocratique entre les citoyens, agent actif, par l’accès à la culture qu’elle procure, d’une promotion sociale due au seul mérite. »

Vingt ans après le Bicentenaire, en 2009, Jean-Luc Chappey a dressé un bilan historiographique au titre significatif, « Les écoles de la Révolution : pour en finir avec la thèse de la table rase », qui illustre les enjeux contemporains de cette histoire de l’éducation révolutionnaire dans un sens extensif : « En l’an IIla pédagogie envahit tout l’espace social et politique. » En 2013, l’historien de l’école révolutionnaire René Grevet a consacré un article à la question dialectique suivante : « L’école de la Révolution à l’épreuve de l’utopie réformatrice. » Il a analysé « le fait scolaire en révolution » pour aboutir au constat d’un « décalage entre les espérances révolutionnaires et les réalisations » d’une part mais aussi pour constater que la Révolution a jeté « les bases d’une instruction publique sous le contrôle d’un État enseignant. »

Dans la continuité de ces travaux qui embrassent l’éducation ou la pédagogie révolutionnaire dans un sens étendu et mêlent éducation et politique, ce séminaire sera organisé autour des axes suivants :

  • Les discours et pratiques politiques : comment se construit une politique pédagogique, depuis les Assemblées nationales jusqu’aux écoles de village, quels sont les dynamiques des débats entre députés, puis une fois les lois votées, comment est appliquée la loi et quels pouvoirs peuvent se donner les représentants de la loi ou fonctionnaires pour vérifier sa bonne application ?
  • Comment la Révolution a-t-elle clairement identifié la naissance d’une nation par cette invention pédagogique qui n’allait pas tarder à la placer face aux forces traditionnelles du clergé et donc, la Révolution et la période qui a suivi avec l’Empire ont-elles réussi une première acculturation ou non ?
  • Les transferts pédagogiques, en particulier, ceux qui s’opèrent entre les différents supports utilisés comme support d’éducation populaire (presse, brochures, théâtre, fêtes, musées, etc.) mais aussi pour instruire les enfants ou les adultes (livres élémentaires, manuels de vulgarisation, etc.). Un contexte révolutionnaire est souvent propice à ces transferts car la pédagogie envahit toute la sphère publique.
  • Le mouvement de fond observé au cours de la période concernée est un jeu de va-et-vient entre le terrain de la lutte politique et celui de l’innovation pédagogique ce qui pose la question du rapport entre engagement et éducation politiques. Ce déplacement de la lutte politique vers l’éducation a été notamment observé chez les Conventionnels en exil et leurs enfants par Sergio Luzzatto (Mémoire de la Terreur, 1991).
  • Les acteurs et actrices ne seront pas oublié.e.s, les instituteurs et institutrices de l’époque révolutionnaire, mais aussi les professeurs d’institutions républicaines comme le Museum d’histoire naturelle par exemple,  ont eu un rôle de premier plan qu’il convient d’étudier non seulement sous l’angle de l’histoire politique, sociale mais aussi du genre. Il serait utile d’interroger la règlementation et son application et donc analyser contrôle normatif par les instances en charge de la surveillance de ces diverses formes d’éducation, notamment sous le Directoire, régime particulièrement intéressant par sa durée.

Programme

24 mars 2021 – Introduction du séminaire

Pierre Serna,  La Révolution : une propédeutique permanente

Jean-Charles Buttier (Unige), Le catéchisme républicain, une pédagogie révolutionnaire ?

31 mars 2021 – Du papier à la toile : le potentiel des Archives Parlementaires

Journée d’études en visioconférence à la Bibliothèque de la Sorbonne  31 mars, en collaboration avec le laboratoire Persée, la BIS et les chercheurs de l’IHRF-IHMC

7 avril 2021 – Mélisande Kripiek (élève de l’école des Chartes en cours de thèse)

Les professeurs du Museum d’histoire naturelle et leur enseignement 

12 mai 2021 – Côme Simien (IHRF-IHMC)

Les instituteurs de la République

19 mai 2021 – Caroline Fayolle (LIRDEF, Montpellier)

La fabrique scolaire du genre et de la « race » (colonies antillaises, 1795-1830)

26 mai 2021 – Anthony Saggese (IHRF-IHMC)

Le projet d’une éducation régénérée sous le Directoire

2 juin  2021 – Marie Ranquet et Céline Parcé (Archives Nationales)

Les grands textes de loi de l’éducation  sous la Révolution


Bibliographie

  • Numéro spécial de LRF/IHRF sous la direction de Caroline Fayolle et Jean Charles Butier, Pédagogies, utopies et révolutions (1789-1848), no 4, 2013, https://journals.openedition.org/lrf/791
  • Baczko (Bronislaw), Une éducation pour la démocratie. Textes et projets de l’époque révolutionnaire, Paris, Garnier, 1982.
  • Baczko (Bronislaw), « Ici on s’honore du titre de citoyen », dansMonnier (Raymonde) (dir.), Citoyens et citoyenneté sous la Révolution française.Paris, Société des études robespierriste, 2006.
  • Boulad-Ayoub (Josiane) (dir.). Former un nouveau peuple ? Pouvoir, Éducation, Révolution. Paris, France, Saint-Nicolas (Québec), Les Presses de l’Université de Laval, L’Harmattan, 1996.
  • Buttier (Jean-Charles), « Un exemple de transfert pédagogique : le catéchisme politique », Paedagogica Historica. International Journal of the History of Education, 2012/4, p. 511-547.
  • Buttier (Jean-Charles), « Les trois vies du Catéchisme républicain, philosophique et moral de La Chabeaussière », Annales historiques de la Révolution françaiseavril-juin 2011, 364, p. 163-192.
  • Chappey (Jean-Luc), « Les écoles de la Révolution : pour en finir avec la thèse de la table rase », dansBiard (Michel) (dir.). La Révolution française. Une histoire toujours vivante. Paris, Tallandier, 2009.
  • Fayolle (Caroline), La Femme nouvelle. Genre, éducation, Révolution (1789-1830), Paris, CTHS, 2017.
  • Grevet (René), Marchand (Philippe) (dir.), Les débuts de l’École républicaine (1792-1802). Revue du Nord, Tome LXXVIII, octobre-décembre 1996.
  • Grevet (René), L’avènement de l’école républicaine (1789-1835), Villeneuve d’Ascq, Presses du Septentrion, 2001.
  • Grevet (René), « L’école de la Révolution à l’épreuve de l’utopie réformatrice », dans Buttier (Jean-Charles), Fayolle (Caroline) (dir.), Pédagogies, utopies, révolutions (1789-1848)La Révolution française, 4/2013. En ligne : https://journals.openedition.org/lrf/794
  • Julia (Dominique), Les trois couleurs du tableau noir. La Révolution, Paris, Belin, 1981.
  • Julia (Dominique), « Instruction publique/éducation nationale », dans Soboul (Albert) (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, PUF, 1989.
  • Luzzatto (Sergio), Mémoire de la Terreur. Vieux montagnards et jeunes républicains au XIXe siècle, Lyon, PUL, 1991.
  • Ozouf (Mona), La fête révolutionnaire (1789-1799), Paris, Gallimard, 1976.
  • Ozouf (Mona), L’École de la France : essais sur la Révolution, l’utopie et l’enseignement, Paris, Gallimard, 1984.
  • Ozouf (Mona), L’homme régénéré. Essais sur la Révolution française, Paris, Gallimard, 1989.
  • Serna (Pierre), « Révolution », dans Baczko (Bronislaw), Porret (Michel), Rosset (François) (dir.), Dictionnaire critique de l’utopie au temps des Lumières, Georg editeur, Chêne-bourg, Suisse, 2016, p. 1093-1115.
  • Simien (Côme), « Des maîtres d’école aux instituteurs : une histoire de communautés rurales, de République et d’éducation, entre Lumières et Révolution (années 1760–1802) », Annales historiques de la Révolution française 2018/2 (no 392), p. 189 à 202.

Parution – Côme Simien, “Culture des humbles et culture de l’écrit. De quelle(s) intermédiation(s) culturelle(s) les maîtres d’école villageois du siècle des Lumières furent-ils les agents ?”, n° 18, Cahiers d’histoire de la Révolution française, 2020.

Le présent article se propose d’interroger plusieurs hypothèses formulées par Michel Vovelle à l’égard de l’accès des humbles à la culture écrite et du rôle du maître d’école comme « intermédiaire culturel » au xviiie siècle. Les enseignants du monde rural français assurèrent-ils la descente dans le corps social d’une culture voulue par les élites pour le peuple ? Comment expliquer la diffusion accélérée des écoles dans le monde rural à partir de la seconde moitié du xviiie siècle ? Serait-ce le fruit de la diffusion des idées des Lumières au village ? Comment comprendre l’absence de corrélation entre taux d’alphabétisation et couverture du territoire en écoles ? L’état actuel des connaissances nous permet de proposer quelques réponses à ces questions : la place singulière acquise par l’école au sein des communautés villageoises explique bien plus que l’influence des Lumières le nombre accru d’écoles au xviiie siècle ; elle limitait de fait aussi la capacité des maîtres à jouer un rôle de médiateur des idées nouvelles au village.

Publication – Vincent Bourdeau, Jean-Luc Chappey et Julien Vincent (dir.), “Les encyclopédismes en France à l’ère des révolutions (1789-1850)”, PU de Franche-Comté, 2020.

Après la Révolution française, l’idée d’encyclopédie prend une extension considérable. Jusqu’au Printemps des peuples de 1848, elle est indissociable de l’idée de république universelle, et se trouve au cœur d’une multiplicité d’enjeux pour la reconstruction institutionnelle, intellectuelle et politique de la société postrévolutionnaire. C’est à la singularité de ce moment (1789-1848) dans l’histoire longue de l’encyclopédisme que sont consacrées les différentes contributions de ce volume. Loin de se limiter à un moment de l’histoire des sciences, l’encyclopédisme nous révèle la manière dont les sociétés modernes se représentent elles-mêmes et s’instituent politiquement.

Conférence – De la régénération à la moralisation : histoire des écoles pour filles (1789-1830) (Caroline Fayolle, Montpellier)

Contrairement aux idées reçues, c’est sous la Révolution française que les premières écoles publiques de filles voient le jour. Objet de débats, ces dernières constituent un espace de régénération visant à faire advenir un modèle de féminité républicaine.

Plus d’information sur le site de France Culture.

Soutenance de thèse: Genre, savoir et citoyenneté. Les enjeux politiques de l’éducation des filles (de 1789 aux années 1820)

Caroline Fayolle soutiendra sa thèse de doctorat, sous la direction de Michèle Riot-Sarcey (U. Paris VIII) sur “Genre, savoir et citoyenneté. Les enjeux politiques de l’éducation des filles (de 1789 aux années 1820)“, le mardi 26 novembre 2013.

Jury :

  • M. Jean-Claude CARON, Professeur, histoire contemporaine, Université Blaise Pascal-Clermont-Ferrand II
  • Mme Dominique GODINEAU, Professeure, histoire moderne, Université Rennes 2
  • M. Jean-Clément MARTIN (rapporteur), Professeur, histoire contemporaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Mme Michèle RIOT-SARCEY (directrice de la thèse), Professeure, histoire contemporaine, Université Paris 8
  • Mme Rebecca ROGERS (rapporteur), Professeure, histoire de l’éducation, Université Paris Descartes
  • M. Pierre SERNA, Professeur, histoire moderne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

La soutenance aura lieu le mardi 26 novembre 2013 à partir de 10h30 dans la salle des thèses de l’espace Gilles Deleuze (bâtiment A) de l’Université Paris 8 (ligne 13, station Saint-Denis Université).

Parution: Science et révolutions politiques

Le dernier numéro de la revue Parlement[s] est consacré à l’histoire des sciences, sous le titre “Science et révolutions politiques“.
Le dossier ci-joint détaille son contenu, en donnant les résumés des articles et en présentant la partie “Sources” consacrée aux documents inédits commentés dans ce numéro, ainsi que les modalités pour y accéder, en format papier ou sur la base Cairn. Certains des articles sont susceptibles d’intéresser directement les historiens de l’éducation.

Colloque: Academic Culture and the Culture of Academic Competitions in early Modern Europe

This year the theme for the annual symposium of the Early Modern Research Centre, University of Reading (UK), is “Academic Culture and the Culture of Academic Competitions in early Modern Europe“.

For any enquiry, please email: Joel Felix [j.m.felix@reading.ac.uk] or Esther Mijers [e.mijers@reading.a.cuk]

Programme:
Continuer la lecture de « Colloque: Academic Culture and the Culture of Academic Competitions in early Modern Europe »

Thèse en cours: Les maîtres d’école et instituteurs de la fin de l’Ancien Régime à l’Empire

Côme Simien, doctorant en histoire moderne, travaille à une thèse sur les « maîtres d’école et instituteurs de la fin de l’Ancien Régime à l’Empire », sous la direction de Philippe Bourdin (université Clermont II).

 

Présentation:

Sous la coupe de l’Église depuis des siècles, les maîtres laïcs des petites écoles dépendent encore largement des évêques et des curés à la fin de l’Ancien Régime. Outre l’apprentissage des rudiments (lire, écrire et compter) les régents d’école sont aussi chargés d’assurer l’enseignement du catéchisme, des cérémonies d’église ou encore du chant liturgique. Continuer la lecture de « Thèse en cours: Les maîtres d’école et instituteurs de la fin de l’Ancien Régime à l’Empire »

Thèse en cours: Les enjeux politiques de l’éducation des femmes de 1789 aux années 1820

Caroline Fayolle travaille à une thèse, sous la direction de Michèle Riot-Sarcey (université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis), sur “Les enjeux politiques de l’éducation des femmes: genre, savoir, citoyenneté (de 1789 aux années 1820) »

Présentation:

L’objectif de cette thèse est de produire une histoire politique et culturelle de l’éducation des femmes de 1789 aux années 1820. Continuer la lecture de « Thèse en cours: Les enjeux politiques de l’éducation des femmes de 1789 aux années 1820 »