Parution – History of Education, Volume 50, Issue 2 (2021)

https://www.tandfonline.com/toc/thed20/50/2?nav=tocList

Children of the state: Rousseau’s republican educational theory and child abandonment

Graeme Garrard

Russian emigrant Scouts and their activities regarding the construction of national identity

Ivan Bulatov

‘For me, St Paul’s would always be among the pine trees of Berkshire’: English public schools and wartime evacuation (1939-45)

Clémence Pillot

The political and national character of institutions of higher education and the University of Prishtina in Kosovo (1958–1980)

Atdhe Hetemi

An individualistic turn: citizenship in Swedish history and social studies syllabi, 1970–2017

Henrik Åström Elmersjö

One hundred years of the gender gap in examination results at the University of Oxford

Dennis A. Ahlburg & Brian P. McCall

Parution – Vladislav Rjéoutski et Willem Frijhoff (eds.), “Language Choice in Enlightenment Europe. Education, Sociability, and Governance”, De Gruyter, 2018

This multinational collection of essays challenges the traditional image of a monolingual Ancient Regime in Enlightenment Europe, both East and West. Its archival research explores the important role played by selective language use in social life and in the educational provisions in the early constitution of modern society. A broad range of case studies show how language was viewed and used symbolically by social groups – ranging from the nobility to the peasantry – to develop, express, and mark their identities.

https://www.degruyter.com/document/doi/10.1515/9789048535507/html

Sélection de plus de 170 articles parus en histoire de l’éducation entre janvier et juin 2021 (revue mondiale)

Compilation de la veille faite chaque mois sur H-Education par Rick Mikulski, MLS, PhD, Assistant Professor & Librarian à la Portland State University

Janvier

Alber, Julia M.; Allegrante, John P.  ; Auld, M. Elaine ; Breny, Jean. “Looking Back and Moving Forward: SOPHE’s 70 Years of Contributions to Health Education” Health Education & Behavior, v47 n6 p793-801 Dec 2020. [note: SOPHE is Society for Public Health Education]

Choi, Jamyung. “The Consolidating the Collar Line: The Professionalization of Engineering and Social Stratification in Modern Japan,” International Labor and Working-Class History No. 98, Fall 2020, pp. 216–236.

Continuer la lecture de « Sélection de plus de 170 articles parus en histoire de l’éducation entre janvier et juin 2021 (revue mondiale) »

Parution – Nicola McLelland et Richard Smith (eds.), “The History of Language Learning and Teaching”, volume 1, “16th-18th Century Europe”, Legenda, 2018

This three-volume set brings together current research in the history of language learning and teaching (HoLLT) in Europe and beyond. Providing the first overview of research in the field, it will be an indispensable reference for teachers, teacher educators and all those interested in the history of language learning and teaching and the history of applied linguistics avant la lettre.

Volume I presents the history of how languages were learnt and taught across Europe, from Russia and Scandinavia to the Iberian peninsula, up to about 1800. Case studies deal with the teaching and learning of French, Italian, German and Portuguese, as well as Latin, still the first ‘foreign language’ for many learners in this period.

Nicola McLelland is Professor of German and History of Linguistics at the University of Nottingham. She has published widely in the history of German linguistics and the history of language learning, and is co-editor of the journal Language & History.

Richard Smith is a Reader in English Language Teaching and Applied Linguistics at the University of Warwick. Founder of the Warwick ELT Archive and the AILA Research Network on History of Language Learning and Teaching, he has been active in the fields of historical research and teacher-research in language education.

Parution – Dorena Caroli, “Day Nurseries & Childcare in Europe, 1800–1939”, Palgrave MacMillan, 2017

This book traces the birth and evolution of the crèche in France, England, Germany, Russia and Italy from the mid-nineteenth century to the eve of the Second World War, in an attempt to understand from a transnational viewpoint the history of an institution for very young children that was very different from what we know today. These institutions had the two-fold goal of combatting the two phenomena that had for centuries characterised the history of infancy – infant mortality and the abandonment of babies. Drawing on a wealth of printed sources and in the light of the most recent and authoritative historical investigations, Dorena Caroli discusses the origins of the first crèche, established in Paris in 1844 by Firmin Marbeau, going on to compare and contrast the reception of the French model of care and assistance for babies and infants in a number of different European countries – England, Germany, Russia and Italy. This book fills a significant lacuna in the studies of infant history and the educational institutions designed for infants, providing a clear and broad picture not only of the practices followed but also of the evolution of “puericulture” and medical theories about very young children held in Europe in the nineteenth and twentieth centuries. It represents not only a valuable contribution to the history of these institutions but also a useful manual for students in the field of infant care.

Parution – Igor Fedyukin, “The Enterprisers: The Politics of School in Early Modern Russia”, Oxford, 2019

The Enterprisers traces the emergence of “modern” school in Russia during the reigns of Peter I and his immediate successors, up to the accession of Catherine II. The efforts to “educate” Russia represent a trademark of Peter I’s reign and reformist program, and innovations in schooling in Russia in the eighteenth century have traditionally been presented as a top-down, state-driven process. As with many other facets of the emerging early modern state, the Petrine-era school usually appears as the product of the practical needs of the tsar’s new “regular” army, which demanded skilled technical personnel. It is also commonly taken to be the personal creation of Peter I, who singlehandedly designed it and forced it on an unwilling population. Contrary to this received wisdom, The Enterprisers argues that schools were instead invented and built by “administrative entrepreneurs”—or projecteurs, as they were also called in that era—who sought to achieve diverse career goals, promoted their own pet ideas, advanced their claims for expertise, and competed for status and resources. As the in-depth study of some of the most notable episodes in the history of educational innovation and school-related “projecting” in Russia in the first half of the eighteenth century demonstrates, the creation of “modern” schools took place insofar as it enabled such enterprisers to pursue their agendas. The individual projects these enterprisers proposed and implemented served as building blocks for the edifice of the “well-regulated” state on the threshold of the modern era.

Sélection de plus de 300 articles parus en histoire de l’éducation pendant l’année 2020 (revue mondiale)

Compilation de la veille faite chaque mois sur H-Education par Rick Mikulski, MLS, PhD, Assistant Professor & Librarian à la Portland State University

Janvier 2020

  • Arnaldo Briskievicz, Danilo. “A educação no Brasil colonial a partir do Serro/MG (1702 a 1758). [Education in Serro/MG, colonial Brazil (1702-1758).]” Espacio, Tiempo y Educación, Vol. 7 Issue 1, p205-225.
  • D’ALESSIO, Michela. “The «New School» of Basilicata in Mid-twentieth Century. Arturo Arcomano’s Contribution for a Different Education in Southern Italy.” Espacio, Tiempo y Educación, v. 7, n. 1, p. 47-67.
  • DALLABRIDA, Norberto. “The Experimental Classes: Different Secondary Education in Brazil in 1950s and 1960s.” Espacio, Tiempo y Educación, v. 7, n. 1, p. 133-146.
  • D’Ascenzo, Mirella. “Pedagogic Alternatives in Italy after the Second World War: the Experience of the Movimento di Cooperazione Educativa and Bruno Ciari’s New School in Bologna.” Espacio, Tiempo y Educación, 2020, Vol. 7 Issue 1, p69-87.
  • GROVES, Tamar. “Professional Advocacy in Education. The Legacy of the 1960s Students’ Protest and the Forging of a Social-Professional Identity among Teachers (Spain, 1970-1982).” Espacio, Tiempo y Educación. v. 7, n. 1, p. 163-180, jan. 2020.
  • Lowe, Roy. “The charitable status of elite schools: the origins of a national scandal” History of Education, January 2020, Vol.49(1), pp.4-17.
  • MACHADO TRUJILLO, Cristian. “The Technological Boom in Schools in the 80s: an Approximation to the Spanish ATENEA Programme.” Espacio, Tiempo y Educación, v. 7, n. 1, p. 247-262, jan. 2020.
  • MANGAL, Aarti. “A century of teacher education in India: 1883-1985.” Espacio, Tiempo y Educación, v. 7, n. 1, p. 263-285, jan. 2020.
  • McCormack, Christopher F. “Society, science and institutionally-embodied higher education reform in nineteenth-century Ireland: the role of mobile, professional elites in fashioning reform.” History of Education; Jan2020, Vol. 49 Issue 1, p18-37.
  • Meşeci Giorgetti, Filiz. “Nation-building in Turkey through ritual pedagogy: the late Ottoman and early Turkish Republican era.” History of Education; Jan2020, Vol. 49 Issue 1, p77-103.
  • ROBERT, André D; JEAN-YVES, Seguy. “The French Classes Nouvelles (1945-1952): Why is it so Difficult to Change Traditional Pedagogy?” Espacio, Tiempo y Educación, v. 7, n. 1, p. 27-45, jan. 2020.    
  • Rosnes, Ellen Vea. “A time of destiny for Norwegian mission schools in Zululand and Natal under the policy of Bantu Education (1948–1955).” History of Education; Jan2020, Vol. 49 Issue 1, p104-125.
  • VISACOVSKY, Nerina. “Between State and Private Education: the Ideological Dilemma of Argentine Progressive Jews (1955-1995).” Espacio, Tiempo y Educación, [S.l.], v. 7, n. 1, p. 287-313, jan. 2020.
Continuer la lecture de « Sélection de plus de 300 articles parus en histoire de l’éducation pendant l’année 2020 (revue mondiale) »

Parution – “L’histoire à l’école en Europe de l’Est”, revue Passés Futurs, 2021

À quoi sert l’enseignement de l’histoire ? Telle est la question générale, paraphrasant le titre d’un ouvrage récent, que pose indirectement ce dossier. Et qu’en est-il dans les États d’Europe centrale et orientale, à l’évolution politique si complexe depuis quarante ans ? Plutôt que d’aborder ces questions de front, au risque d’apporter des réponses convenues, ce dossier propose quelques voies de contournement pour mieux poser le problème.

Comment s’élaborent les politiques pédagogiques ? Qui en sont les différents acteurs ? Quelles tensions peut-on repérer entre des injonctions politiques venues d’en haut (État), voire de plus haut encore (Union) ou de plus loin (intellectuels médiatiques, partis politiques, etc.), et les personnes chargées de la rédaction des programmes et des manuels ou celles qui animent les classes, organisent les musées et dialoguent avec les élèves ?

En retraçant les généalogies nécessaires, les éléments de réponse apportées ici sont l’occasion de reconsidérer de manière très concrète les idées, si mal en point, d’une possible harmonisation des politiques de mémoire au sein de l’Union européenne ou d’une transition démocratique libérale réussie pour des pays encore marqués par les conflits et les tyrannies du XXe siècle.

Colloque international – “Internationalisme(s) et éducation pendant la Guerre froide. Acteurs, compétitions, circulations”, 23-25 juin 2021

Nous avons le plaisir de vous annoncer le programme du colloque international “Internationalisme(s) et éducation pendant la Guerre froide. Acteurs, compétitions, circulations / Internationalism(s) and Education during the Cold War. Actors, Rivalries and Circulations“, qui aura lieu du 23 au 25 juin 2021 en visioconférence, par Zoom.

En plus d’une trentaine de contributions, cette conférence offrira la possibilité d’entendre deux keynotes: 

  • Mercredi 23 juin, 9h15-10h15 : Rita Hofstetter et Joëlle Droux (Université de Genève) : Internationalismes éducatifs en négociations. Droits à l’éducation, droits de l’enfant, droits humains » 
  • Jeudi 24 juin, 17h15-18h15 : Giles Scott-Smith (Leiden University) : “Sites of Exchange: Locating Mobility in Cold War Internationalisms”

Vous pouvez assister à ces 3 journées sur inscription auprès des organisateurs: Raphaëlle Ruppen Coutaz (raphaelle.ruppencoutaz@unil.ch) ou Damiano Matasci (damiano.matasci@unige.ch).

Vous retrouverez toutes les informations et le programme complet sur la page suivante: https://news.unil.ch/display/1620216036222 


We are pleased to announce the programme of the international conference “Internationalism(s) and Education during the Cold War. Acteurs, compétitions, circulations / Internationalism(s) and Education during the Cold War. Actors, Rivalries and Circulations“, which will take place from 23 to 25 June 2021 in videoconference, by Zoom.

In addition to some thirty contributions, this conference will offer the opportunity to hear two keynotes: 

  • Wednesday 23 June, 9:15-10:15: Rita Hofstetter and Joëlle Droux (University of Geneva) : « Internationalismes éducatifs en négociations. Droits à l’éducation, droits de l’enfant, droits humains » 
  • Thursday 24 June, 17:15-18:15: Giles Scott-Smith (Leiden University) : “Sites of Exchange: Locating Mobility in Cold War Internationalisms

You can attend these 3 days by registering with the convenors: Raphaëlle Ruppen Coutaz (raphaelle.ruppencoutaz@unil.ch) or Damiano Matasci (damiano.matasci@unige.ch).

You will find all the information and the complete programme on the following page: https://news.unil.ch/display/1620216036222   

Publication – Samuel Boussion, Mathias Gardet et Martine Ruchat, “L’internationale des républiques d’enfants (1939-1955)”, 2020.

En 1949, on compte en Allemagne 8 millions d’enfants sans toit ; ils sont 6,5 millions en Russie, 3 millions en Italie et 1,3 million en France… Pour répondre à une situation d’urgence, des centres d’accueil sont créés dès le début de la guerre. Fonctionnant souvent dans la pénurie, ces communautés d’enfants relèvent au départ plus du bricolage que d’une réflexion ou d’une innovation éducative. Mais le bilan alarmant dressé au lendemain de la guerre transforme ces expériences qui auraient dû être éphémères en modèle pédagogique, humanitaire, social et politique.

En partie administrées par les enfants, sous la forme de l’autogestion, certaines revêtent le nom de « républiques d’enfants » : on y élit de jeunes maires, un gouvernement (conseils fédéraux, conseils municipaux, syndicats…), on met en place une police, un tribunal, une banque, une monnaie intérieure, un système de coopérative avec magasin local vendant la production locale, la fabrication et l’impression d’un journal. Au départ sans connexion entre elles, elles sont fondées partout en Europe par des prêtres, des médecins psychiatres, des instituteurs, des militants de l’éducation nouvelle ou d’autres bonnes volontés, et finissent par faire réseau.

Les nouvelles organisations internationales préoccupées de pacifier et de reconstruire les pays dévastés soutiennent ces initiatives. Du 5 au 10 juillet 1948, l’Unesco nouvellement créée convoque une conférence internationale au village Pestalozzi de Trogen en Suisse. En référence aux Boys Town dans le Michigan ou au Summerhill School au Royaume-Uni,
et largement inspirés par les travaux de John Dewey, Célestin Freinet, Maria Montessori, Donald Winnicott ou Jean Piaget, ces communautés sont traversées par de nombreuses contradictions : l’idéologie universaliste des promoteurs de l’après-guerre se heurte aux cultures et politiques nationales, à la réalité concrète d’isolats micro-sociaux où l’autonomie de l’enfant s’entrechoque avec l’autorité des éducateurs. Entreprise humanitaire ou utopie pédagogique ? Objet d’une curieuse amnésie, cet épisode qui se développe en marge de l’institution scolaire résonne en effet étrangement avec la vogue des pédagogies alternatives et l’intérêt récent pour l’histoire de l’éducation nouvelle, la formation des enfants à la citoyenneté, mais aussi la politique d’accueil de mineurs isolés.

Ce livre en retrace l’histoire vivante, incarnée et parfois terrifiante. Il rassemble un extraordinaire matériel iconographique et sonore, également accessible sur un site dédié en prolongement du livre.

Publication – “Expériences théâtrales et idéologies. Les conditions d’émergence du théâtre pour la jeunesse en Europe”, revue Strenæ. Recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance

 

Sibylle Lesourd, Introduction

Giulia De Florio, Russian theatre for children and Marshak’s Teatr dlja detej [Texte intégral]

 
 
María del Mar Rebollo Calzada et Esther Laso y León, Le « Théâtre des enfants » de Jacinto Benavente
 
 
 
Anne Helgesen et Petra Helgesen, Innocent fun – Ideological shame. Fascism in Norwegian Children’s Theatre between the two World Wars
 

Sém.: Les ingénieurs et le monde académique

Le séminaire de Claudine Fontanon, Irina Gouzevitcht et André Grelon (EHESS), consacré à “Ingénieurs, professions techniques et sociétés” propose le 15 janvier une séance sur le thème “Les ingénieurs et le monde académique (XVIIIe-XXe S.)“.

EHESS, 15 janvier 2015, de 14h à 17h, Salle des artistes, 96 boulevard Raspail, 75006

  • Claudine Fontanon (CAK-EHESS): Les ingénieurs à l’Académie des sciences (1840 -1945)

En France, au XIXe siècle comme au XXe siècle, l’Académie des sciences a accueilli des ingénieurs ayant fait œuvre scientifique. Il faut attendre 1918 avec la proposition du physicien Paul Langevin pour que qu’une section des Applications  de la science à l’industrie  soit dédiée à cette catégorie professionnelle. Mais jusqu’en 1945, ce sont essentiellement des polytechniciens qui sont appelés à siéger dans cette compagnie. Au XIXe siècle, les mécaniciens y furent particulièrement nombreux avec des ingénieurs comme Jean Victor Poncelet, Arthur Morin ou Aimé Laussedat… Continuer la lecture de « Sém.: Les ingénieurs et le monde académique »

Coll: Les élites russes face aux innovations, normes et modèles européens

Les 6 et 7 novembre 2014 aura lieu, à la BDL de Lyon, un colloque consacré à “Les élites russes face aux innovations, normes et modèles européens : réception, appropriation et résistance, du règne de Pierre le Grand à 1914″.

Institut Français de l’Education (IFÉ), 19 allée de Fontenay, 69007 Lyon. Salle de conférences. Métro ligne B, arrêt Debourg. Entrée libre. Pour toute information complémentaire, s’adresser à Marie-Pierre Rey (Université Panthéon-Sorbonne), ou Anne Maître (BDL).

AAC: L’idéal d’éducation chez les noblesses européennes (XVIIe-XIXe siècles)

Un colloque consacré à “L’idéal d’éducation chez les noblesses européennes (XVIIe– début du XIXe siècle)” aura lieu les 26 et 27 septembre 2014 au Deutsches Historisches Institut Moskau (Nakhimovski prospekt, 51/21)

Appel à communication: Du XVIIe au début du XIXe siècle, l’éducation des jeunes nobles en Europe fut soumise à de fortes transformations, sous l’effet, à la fois, des mouvements de société, de l’évolution des idées et de l’action des autorités politiques et religieuses. Ces transformations, dont la plupart excédèrent le seul cadre de la noblesse pour toucher l’ensemble des élites, se traduisirent, sur le plan concret, par l’invention de nouvelles formes institutionnelles (extension des collèges catholiques et protestants, multiplication des écoles militaires, puis des écoles d’ingénieurs, création des écoles de filles, nouvelles créations  d’universités et évolution du système universitaire…) et la systématisation de nouvelles pratiques (extension puis mise en cause de l’internat, montée de l’éducation individuelle et domestique, Grand Tour éducatif, recul du latin et des enseignements traditionnels au profit de nouvelles matières, y compris le français….). Mais ces formes matérielles s’accompagnaient aussi d’une évolution des idées qui pouvaient aussi les avoir provoquées. Toute la période fut en effet très riche en projets éducatifs, qui allèrent crescendo, à l’échelle des États et des élites comme à celle des familles. Qui plus est, et cette coïncidence ne doit probablement rien au hasard, l’époque considérée fut aussi celle où les élites, et en particulier la noblesse, furent soumises, à des degrés divers, à un fort mouvement d’autodéfinition, de redéfinition, de mise en question. Enfin la période, particulièrement depuis le milieu du XVIIIe siècle, fut caractérisée par une intense circulation de modèles éducatifs, souvent à vocation universelle, d’un bout à l’autre de l’Europe, ce qui n’empêchait pas certains d’entre eux d’être revêtus, soit par leurs partisans, soit par leurs détracteurs, de couleurs nationales. Ainsi en alla-t-il, par exemple, des modèles universitaires allemands, de l’éducation britannique ou encore de ce qu’on pourrait appeler post factum, en reprenant les discours de ses adversaires, un “modèle français”. Bien évidemment, les exigences que les élites européennes formulaient à l’égard de l’éducation furent marquées par toutes ces évolutions des institutions, des pratiques et des projets étatiques, dont il faut tenir le plus grand compte si l’on veut lire correctement les divers et nombreux discours dont l’éducation fit l’objet.

Le but de ce colloque sera d’étudier les idées sur l’éducation des noblesses, afin de mieux comprendre les idéaux éducatifs, politiques, culturels, sociétaux, qui s’en dégageaient et les fondaient. La période choisie est celle qui suivit les grandes crises religieuses du XVIe siècle, et jusqu’aux crises politiques et aux guerres de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle. Continuer la lecture de « AAC: L’idéal d’éducation chez les noblesses européennes (XVIIe-XIXe siècles) »