Coll: Vies de savants et éthique des savoirs

Le Cirphlès organise les 14 et 15 novembre 2013 un colloque sur le thème: “Vies de savants et éthique des savoirs. Pouvoirs du récit biographique dans les sciences, XVIe-XXIe siècles”.

Présentation:

« L’art, c’est moi, la science c’est nous », disait Claude Bernard. La science est parfois décrite comme une entreprise collective et impersonnelle, où les caractères et les trajectoires individuels de ceux qui font la science ne jouent au mieux qu’un rôle anecdotique. Pourtant, on ne se lasse pas de raconter la vie de ceux qu’on appelle, selon les époques, les « savants », les « hommes de science », ou encore les « scientifiques ». Biographies, autobiographies, éloges académiques, nécrologies, notices encyclopédiques, discours commémoratifs, etc. sont autant de formes prises par ces récits de vie qui, depuis la Renaissance, construisent et popularisent la figure du savant. Les fonctions de ces récits sont diverses: percer à jour et célébrer les héros de la science ; forger des vies exemplaires susceptibles de fédérer et d’inspirer une discipline particulière ou la communauté scientifique dans son ensemble ; légitimer l’entreprise scientifique et en transmettre les valeurs ; la rendre accessible et attrayante pour le profane ou le néophyte ; et dans le cas plus particulier de l’autobiographie, évaluer et défendre sa vie et son œuvre, justifier certains choix de vie intellectuels ou éthiques, ou créer son propre mythe. Qu’ils soient écrits du dehors des sciences ou par les scientifiques eux-mêmes, qu’ils s’adressent au grand public ou à la communauté savante, ces récits biographiques sont des vecteurs importants de la formation et de la diffusion des identités savantes et de la perception des scientifiques par la société.

Ce matériau historique abondant, qui a récemment attiré l’attention des historiens des sciences, peut être exploré de multiples manières. On peut par exemple s’interroger sur la biographie comme genre à pratiquer, c’est-à-dire sur la légitimité et la valeur qu’il convient d’accorder au genre biographique comme forme de l’histoire des sciences, ou encore sur la manière adéquate de raconter la vie d’un homme ou d’une femme de science. On peut aussi s’intéresser au rôle du biographique dans l’histoire des sciences – à la façon dont les sciences s’ancrent dans des vies individuelles, et aux ressources qu’offrent les récits biographiques à qui veut comprendre les sciences. Ce colloque, quant à lui, se propose d’aborder les récits biographiques moins comme des outils que comme des objets de l’histoire des sciences, et en particulier, d’étudier le rôle joué par ces récits dans la constitution de l’ethos savant et dans l’image publique des scientifiques.

Programme

Séminaire: L’enquête biographique dans l’étude des sciences

Anne Collinot (CNRS, Centre Alexandre Koyré) organise un séminaire sur “L’enquête biographique dans l’étude des sciences. Vie et travail scientifiques”.

Présentation et programme:
Dans le sillage du renouveau récent de la réflexion sur l’enquête biographique comme outil de connaissance pour l’étude des sciences, le séminaire se propose d’examiner plus particulièrement le « mode de vie » savant. Loin de considérer le genre biographique comme objet en soi, notre exploration vise à éclairer les façons multiples dont les pratiques du savoir s’intègrent autant dans l’existence individuelle que dans la vie collective des chercheurs. Adoptant une perspective comparatiste, nous appliquons cette approche également à d’autres existences vouées aux savoirs, comme celles des lettrés, des philosophes ou des érudits.
Entendu ainsi au sens large, le travail savant, qu’il aboutisse à une réalisation extraordinaire ou aux productions plus triviales de la science dite normale, est le fruit d’une existence quotidienne, tantôt solitaire, tantôt partagée, qui appelle une organisation, une gestion du temps, l’adoption de règles de vie et la conciliation des contraintes variées propres à toute existence humaine. Les chercheurs et les savants donnent souvent à leur vie des formes singulières, dont nous continuerons cette année de restituer les contours, afin de porter un éclairage plus précis sur un ensemble de déterminants décisifs, et néanmoins rarement objectivés, du travail scientifique.

  • 04/11/2013      Anne Collinot (CNRS Centre Alexandre Koyré): Introduction et présentation du programme.
  • 18/11/2013      William Marx (Université Paris-Ouest Nanterre La Défense): « Écrire la vie du lettré ».
  • 25/11/2013      Lewis Pyenson (Western Michigan University): « Les idées et la vie intime : le mariage des Sarton et la genèse d’une discipline savante ».
  • 02/12/2013      Isabelle Gouarné (Centre Alexandre Koyré): « Vie savante et engagement politique. Deux études de cas : Jean-Maurice Lahy et Georges Friedmann».
  • 09/12/2013      Céline Surprenant (Assistante de recherche au Collège de France): «Loger et travailler au Collège de France selon Ernest Renan ».
  • 16/12/2013      Claudine Fontanon (EHESS Centre Alexandre Koyré): « Les professeurs du Conservatoire national des arts et métiers (1819-1920): vies et carrières au service de l’enseignement populaire ».

Le programme des six séances du 6 janvier au 10 février 2014 sera communiqué ultérieurement.

Le séminaire est ouvert aux chercheurs, doctorants et étudiants de master (séminaire semestriel M1S1, M2S3).
Pour tout renseignement, envoyer un message à Anne.Collinot [at] ehess.fr

Le séminaire a lieu le lundi de 15h30 à 17h30, du 4 novembre 2013 au 10 février 2014, au Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 5ème étage, 75013 Paris (métro Tolbiac).

JE: Les outils pour alimenter la base de données « La France savante »

Le Comité des travaux historiques et scientifiques et l’Association des amis du Comité des travaux historiques et scientifiques et des sociétés savantes organisent le 19 novembre 2013 une journée d’études consacrée aux “outils pour alimenter la base de données « La France savante »”.

Elle aura lieu aux Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine [salle des commissions].

  • 9 h 30 Accueil des participants
  • 10 h Ouverture par M. Ange Rovere, président de l’AACTHS

Première séance. Des outils pour alimenter la base de données « La France savante »

  • 10 h Claude-Isabelle BRELOT : La parentèle, cellule de base des sociétés savantes au XIXe
  •  siècle
  • 10 h 30 Jean-Luc CHAPPEY : Les dictionnaires historiques et les recompositions politiques et intellectuelles du début du XIXe siècle
  • 11 h Christiane DEMEULENAERE : L’utilisation des dossiers de Légion d’honneur et de la base « Léonore » dans la rédaction des notices de « La France savante »
  • 11 h 30 Édith PIRIO : La base « Quidam » des Archives nationales peut-elle aider à connaître des savants ? Continuer la lecture de « JE: Les outils pour alimenter la base de données « La France savante » »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search