Parution – Nicholas Stargardt, « Des enfants en guerre Allemagne 1939-1945 », 2020

Résumé

Dans le ghetto de Varsovie, les enfants juifs s’amusaient à imiter les gardiens SS quand les petits Polonais jouaient aux interrogateurs de la Gestapo. À Berlin, en 1945, des adolescents furent envoyés combattre les chars de l’Armée rouge avec des armes de fortune… Qu’ont vécu et ressenti les enfants, aussi bien en Allemagne que dans les territoires annexés, au cours de la Seconde Guerre mondiale ?

Les plus jeunes incarnant l’avenir racial du Reich, les nazis commencèrent rapidement à écarter ou à tuer ceux qui le compromettaient : maisons de redressement pour délinquants ou supposés tels, stérilisation puis élimination des handicapés, extermination des indésirables…

Si un sort privilégié était réservé aux représentants de la « race aryenne » – qui, dans leurs jeux, recréaient les victoires de la Wehrmacht –, ces derniers apprirent à grandir sous les bombardements avant, pour certains, d’être entraînés dans une fuite éperdue pour échapper à l’avancée des Alliés.

Les liens familiaux explosant, les déracinements se multipliant, les enfants découvrirent l’impuissance et la vulnérabilité de leurs parents, le mensonge et la violence de la société, tout en devant assumer des responsabilités d’adultes pour survivre.

À partir d’archives inédites – devoirs d’écoliers, dessins, journaux intimes, lettres envoyées depuis les maisons de correction, témoignages rapportés par les travailleurs sociaux… –, Nicholas Stargardt livre une analyse novatrice et puissante des vies d’une poignée d’enfants de tous horizons que la barbarie nazie a fini par dévorer.

Séminaire – « L’enseignement scolaire de l’histoire. Les fragilités démocratiques et l’enseignement de l’histoire », 2020-2021

Cette année et compte tenu des circonstances, deux décisions ont été prises. La première relève de la thématique. L’idée de l’enseignement de l’histoire des fragilités démocratiques nous est apparue nécessaire. La seconde fut de reporter les trois interventions prévues en 2019-2020 sur la Pologne, les professeurs d’histoire français face aux attentats de 2015-2016 et l’Allemagne de l’après-Seconde-Guerre-mondiale.

  • 14/10/2020 | Ouverture du séminaire. Alexandre Lafon, Ancien responsable pédagogique de la Mission centenaire : »La crise sanitaire, un temps de (Grande) guerre pour l’Ecole ? », Benoît Falaize (Sciences Po, CHSP) : »Crise sanitaire et crise de société dans les manuels primaires français de 1919 à nos jours ».
  • 04/11/2020  | Alain Lamassoure, Ancien député européen, « La crise de l’enseignement de l’histoire en Europe face à la montée des populismes et des nationalismes (projet HOPE) »
  • 09/12/2020 | Ewa Tartakowsky, Institut des sciences sociales du Politique, « L’enseignement de l’histoire en Pologne : un témoin de la crise de la démocratie ».
  • 06/01/2021 | Rainer Bendick, Conseiller pédagogique au Service de l’Entretien des Sépultures Militaires Allemandes (SESMA), Régionale de Brunswick, « Enseigner aujourd’hui l’histoire en Allemagne : Comment prévenir au mépris de la démocratie ? »
  • 03/02/21 | Antoine Karam, Sénateur : « L’enseignement de l’histoire en Guyane au prises avec les enjeux démocratiques ».
  • 03/03/21 | Sébastien Ledoux, Paris-1 Sorbonne, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, « Les enseignants d’histoire face aux attentats de 2015-2016 en France ».
  • 07/04/21 | Juliette Fontaine, Université de Louvain, GIRSEF, « Transformer les programmes d’histoire sous Vichy : un enjeu pour les traditionalistes ».
  • 05/05/21 | Eric Mutubazi, Université catholique de Ouest à Angers, « Limites et erreurs dans l’enseignement de l’histoire du Rwanda avant le génocide commis contre les Tutsi ».
  • 09/06/21 | Marie Salaün, Université de Paris, « Décoloniser l’histoire ? Expériences calédoniennes depuis 1988. »

Informations pratiques

Toutes les séances auront lieu un mercredi, de 17h00 à 19h00  au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob.

Responsables :

  • Benoît Falaize (IGEN-chercheur correspondant au Centre d’histoire de Sciences Po)
  • Corinne Glaymann (IEN ET-EG)
  • Sébastien Ledoux (Paris I, Sciences Po)
  • Edenz Maurice (Secrétaire scientifique du Comité pour l’histoire préfectorale, chercheur associé au Centre d’histoire de Sciences Po)

Contact : benoit.falaize [at] sciencespo.fr

Parution – Ismail Ferhat (dir.), « La Picardie, un territoire éducatif à part ? », n° 39, Revue du Nord, 2020.

  • Ismail FERHAT, Ce que le territoire fait à l’éducation. Constats, questionnements et résultats d’une recherche collective
  • Axe 1. Quels héritages et trajectoires historiques ?
    • Bruno POUCET, Offre scolaire en primaire élémentaire, statistiques et réussite éducative
    • Maryse CUVILLIER, La constitution du réseau d’enseignement primaire supérieur dans la Somme de 1878 à 1960
    • Jean-François CONDETTE, Un siècle de développement de l’enseignement secondaire dans la France septentrionale une évolution différentielle des territoires picards ? (1840-1939)
    • Julien CAHON, Ce que la guerre fait à l’école (1870-1944)
  • Axe 2. Images et représentations
    • Alain MAILLARD, Le langage de la mauvaise réputation
    • Lucie MOUGENOT, La Picardie et les Picards : construction d’une image dans la littérature aux XIXe et XXe siècles
    • Thomas VENET, Lucie MOUGENOT, Julien MONIOTTE, Le sentiment d’auto-efficacité des élèves en Picardie
  • Axe 3. Quelles dynamiques et logiques territoriales ?
    • Arnaud DESVIGNES et Thomas VENET, Hétérogénéité territoriale et performances scolaires dans l’académie d’Amiens
    • Ismail FERHAT, Faire « bouger les jeunes » ? Les politiques budgétaires du Conseil régional de Picardie face à la mobilité éducative, années 1980-années 2010

Publication – Arlette Capdepuy, « De la Jeunesse hitlérienne aux camps de prisonniers de l’Atlantique. Lettres de Wolfram Knöchel (1943-1948) », à paraître en 2020 aux PU Bordeaux.

Wolfram Knöchel appartient à cette génération d’Allemands porteurs du projet nazi avant de payer le prix fort de son échec. Lycéen enrôlé dans la Wehrmacht en 1943 après avoir été embrigadé dans les Jeunesses hitlériennes, il est fait prisonnier de guerre en mars 1945 par les Américains. Transféré aux Français et affecté dans le Sud-Ouest près du littoral atlantique, il se porte volontaire pour le déminage. Loin des siens restés dans la zone soviétique d’occupation, il doit surmonter ses souffrances physiques et morales. Libéré fin décembre 1947, il sort transformé de sa captivité. C’est ce processus que donnent à lire les quelque 170 lettres écrites à ses parents entre 1943 et 1948, miraculeusement conservées. On y suit ses réflexions, ses inquiétudes, ses doutes, son aveuglement aussi. Ce témoignage exceptionnel reflète la sortie de guerre d’un jeune soldat et inscrit son histoire personnelle dans celle, plus large, des rapports franco-allemands à un moment clef de l’histoire européenne.

Publication – Anne Schneider, « La littérature de jeunesse, veilleuse de mémoire en Europe. Les grands conflits du XXe siècle en Europe racontés aux enfants », à paraître en 2020 aux PU de Rouen et du Havre.

Comment parler de la guerre à des enfants alors que les parents n’osent pas aborder le sujet? C’est le défi relevé par la littérature de jeunesse: son objectif de transmission et d’éducation explique qu’elle investit autant cette thématique.

Dans ce volume, la seconde guerre mondiale est largement abordée comme sillon matriciel de la présence de toutes les guerres dans les romans ou les albums pour la jeunesse. L’évocation du conflit à travers toute l’Europe (Italie, Grande-Bretagne, Irlande, Allemagne, Espagne, Pologne, Tchécoslovaquie, France) met en avant les silences des adultes face aux incompréhensions des enfants, mais aussi les formes de violence cruelles engendrées par la guerre, tandis que les révolutions et conflits contemporains (Portugal, Grèce, Irlande, Rwanda) rendent la nécessité du souvenir et de la commémoration encore plus palpable.

À l’heure de la disparition des témoins de la Shoah, alors que la réflexion sur la transmission d’un devoir d’histoire est d’actualité, en particulier en Europe où la résurgence des discours totalitaires est préoccupante, la littérature de jeunesse européenne a pour fonction, en plaçant l’enfant au cœur de la narration, d’être veilleuse de mémoire.

Archives en ligne – dessins d’enfants et registres d’inscription dans les écoles de la ville de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)

Dessins d’enfants de 1943

Pendant l’Occupation, à la fin de l’année 1943, les enfants de toutes les écoles de Saint-Denis ont été amenés à participer à un concours de dessins visant à promouvoir l’action humanitaire du régime de Vichy. Il s’agissait, pour chaque enfant, de mettre en avant de manière réaliste et percutante l’importance et l’efficacité du travail social du Secours national.

Le Secours national, oeuvre philanthropique pétainiste, avait obtenu, dès 1940, le monopole de la collecte privée de fonds, à charge pour lui d’en redistribuer une partie à d’autres associations caritatives. Outre les collectes privées, le Secours national recevait des subventions d’Etat. Il se finançait aussi par le produit de la confiscation et de la vente des biens juifs. 

Registres d’inscription 1837-1901

En 1836, une circulaire prévoit un registre matricule d’inscription des enfants fréquentant les salles d’asile. Et le 17 avril 1866, un arrêté rend obligatoire la tenue d’un registre matricule de tous les élèves inscrits à l’école. Les registres sont renseignés par les responsables des écoles communales primaires qui doivent noter les enfants, dans l’ordre chronologique de leur inscription.

Les listes mentionnent nom et prénom(s) de l’enfant, date et lieu de naissance, adresse et date d’inscription avec parfois la profession des parents ou encore des appréciations sur la conduite, la santé ou les aptitudes scolaires de l’élève. On peut également y trouver des renseignements relatifs à l’état civil, à la carrière et aux qualifications du personnel enseignant.

Ces registres sont riches d’informations sur le degré d’instruction, l’orientation scolaire, les relations entre enseignants et parents, le vocabulaire utilisé par les enseignants.

Parution – Dominique Missika & Bénédicte Vergez Chaignon, « Nous, les enfants de la guerre 1939-1945 »

Tallandier, 2019.

Résumé : raconter en images la vie des enfants sous l’Occupation est inédit. Il faut retrouver les traces de ces destins, les plus terribles comme les plus ordinaires. Tous les enfants ont en commun d’avoir continué à jouer aux billes ou à la poupée, à s’amuser aux séances de Guignol ou à construire des cabanes dans la forêt. Parfois jusque dans les camps d’internement où les enfants juifs sont parqués avant d’être déportés. Mais avoir 10 ans en 1940, c’est aussi être obligé de quitter sa maison pendant l’exode, de se cacher si on est juif, c’est être exposé à la faim et au froid, ébranlé par les séparations, les deuils, l’absence de son père ou de son frère, prisonniers de guerre ou partis pour le STO. Autant de souvenirs enfouis et ici restitués grâce à des lettres retrouvées, des rédactions, des photos de classe ou des albums de famille, des dessins, des témoignages, des jouets conservés dans les greniers. Car si les enfants subissent l’Histoire, ils y participent aussi à leur manière, à leur hauteur. On n’oublie pas son enfance, elle vous marque à jamais. Un magnifique album pour comprendre et découvrir la vie quotidienne des enfants de la guerre

Publication – Bénédicte Vergez-Chaignon, « Une juvénile fureur. Bonnier de la Chapelle, l’assassin de l’amiral Darlan »

Perrin, 2019.

Résumé : le garçon qui tua l’amiral Darlan. L’amiral Darlan, ancien chef du gouvernement de Vichy, haut-commissaire de la France en Afrique, est assassiné à Alger, le 24 décembre 1942, par Fernand Bonnier de La Chapelle, fusillé le surlendemain. Le nom du meurtrier se retrouve au détour de tous les ouvrages traitant des événements de la Seconde Guerre mondiale. Il est le prototype de l’illustre inconnu qui, agent supposé inconscient d’un complot qui le dépasse, entre abruptement dans l’Histoire pour en sortir aussitôt.

De lui, pourtant, on ne sait rien. Il avait vingt ans. On dit qu’il aurait appartenu aux Chantiers de la jeunesse ou aux Corps francs d’Afrique. On répète qu’il était royaliste. Sa particule semble corroborer ces opinions monarchistes. Seulement, Fernand Bonnier de La Chapelle n’appartenait plus aux Chantiers de la jeunesse et il n’a jamais fait partie des Corps francs d’Afrique. Sa particule n’est qu’un leurre et « dans ses veines, écrira son père, ne coulait que le sang rouge des vrais républicains. »

Issu d’une famille aventureuse, mais élevé au sein d’une bourgeoisie fortunée et progressiste, Fernand Bonnier de La Chapelle n’eut, à partir de la défaite de 1940, qu’un rêve : partir en Angleterre pour se battre et faire quelque chose de grand. Un rêve sans cesse empêché qui devait le conduire à rencontrer tout autrement sa destinée, la veille de Noël 1942. A l’aide d’archives totalement inédites, Bénédicte Vergez-Chaignon retrace pour la première fois le parcours de celui dont le général de Gaulle écrivit qu’il avait agi, soulevé par une « juvénile fureur ».

AàC – Science et culture en temps de guerre (Toulouse, 2020)

  • Deadline propositions : avant le 15 septembre 2019, à caroline.barrera [at] univ-jfc.fr et cantier [at] univ-tlse2.fr. Elles doivent contenir : le titre de la communication proposée, un résumé d’une page maximum précisant les sources dépouillées, la méthodologie adoptée, la problématique et les principaux thèmes envisagés, votre institution de rattachement et vos coordonnées.
  • Colloque : 27 et 28 mars 2020 (Toulouse, France)

Prise en charge des intervenants : l’organisation du colloque prendra en charge les repas pendant le colloque (2 déjeuners, 1 dîner) et 1 à 2 nuits d’hôtel (+ petits déjeuners et taxe de séjour). Le transport sera à la charge des intervenants.

Publication des actes : le colloque fera l’objet d’une publication, soit sous forme de numéro spécial dans une revue universitaire, soit sous forme d’ouvrage collectif.

Ce colloque a pour objectif de croiser deux courants historiques particulièrement féconds depuis une quinzaine d’années : celui de l’histoire culturelle de la captivité et celui des sciences studies appliquées à la guerre. Ce temps particulier accentue en effet les interactions des groupes sociaux impliqués (universitaires, scientifiques, militaires, industriels, politiques, corps techniques ou médicaux…), génère des occasions, des séquences ou des lieux inédits de travail et de rencontres (camps, laboratoires, usines, institutions…). C’est aussi, plus que d’habitude, un temps de connexions et de globalisation. Enfin, le volet matériel et pratique y prend une acuité inédite. Les sciences studies, qui ont renouvelé l’histoire des sciences depuis les années 1970 (Pestre, 2006), en la considérant comme une histoire sociale, économique, politique, culturelle et non plus seulement comme la seule histoire des disciplines (histoire des corpus, des résultats, des concepts ou des idées) s’est depuis longtemps intéressé à la relation entre les sciences et la guerre. Elle l’a fait dans trois cadres chronologiques : court (une guerre en particulier), moyen (parfois de plusieurs décennies, prenant en compte l’avant ou l’après-guerre) et long (un siècle et plus). Les thématiques abordées se sont fixées sur le volet opérationnel des guerres et l’implication de certaines disciplines (invention des armes, maitrise de l’espace, conduite de la guerre, soins médicaux et protection), les formes et les modalités de la mobilisation scientifique (types, lieux, structures, profils), les discours et les représentations, et bien sûr sur les opportunités scientifiques permises par la guerre (moyens financiers, réorganisation de la recherche, terrains d’expérimentation, collaborations…). Les concepts de sciences pour la guerre (Dahan et Pestre, 2004), de preparedness (Stuart, 1993), de cet état de préparation continuel de la guerre qui lie la puissance militaire à la puissance tout court, générant des warfare states (Edgerton, 2005) ont été particulièrement féconds. L’histoire culturelle de la captivité éclaire de son côté toutes ces problématiques en les orientant vers la dialectique des contraintes et de l’agentivité déployée par les acteurs sociaux. Retiré d’une influence directe sur le cours de la guerre, les captifs ne sont pas pour autant réduits à la passivité. Une réflexion sur les différents environnements qui définissent leurs expériences est ici nécessaire : au-delà de leur commune privation de liberté, prisonniers militaires, prisonniers civils, déportés évoluent dans des contextes très différents dans lesquels les interstices de liberté permettant une initiative individuelle ou collective sont très variables. Une mise en évidence des ressources culturelles dont ils disposent s’impose également : ressources matérielles (accès aux livres et aux divers supports de la vie culturelle) et ressources humaines (réseau de solidarité, formes d’organisation collective). L’analyse des différentes formes de production culturelle et de leur modalité d’appropriation et de circulation au sein du monde de la captivité et au-delà mérite enfin l’attention.

Le colloque envisagé s’inscrit dans la lignée de ces deux axes forts de l’historiographie en souhaitant les croiser pour poursuivre et enrichir les réflexions en cours et pour réfléchir aux points peu abordés.

Continuer la lecture de « AàC – Science et culture en temps de guerre (Toulouse, 2020) »

Soutenance – Clémence Pillot, “A cause for readjustment of values?”. English public schools and social inclusion (1914-1951) / « A l’origine de nouvelles valeurs ? ». Public schools anglaises et inclusion sociale (1914-1951)

Soutenue le 12 novembre 2018 à Sorbonne université , dans le cadre de École doctorale Histoire moderne et contemporaine (Paris) , en partenariat avec Centre d’histoire du XIXe siècle (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Michel Prum.

Le jury était composé de Emmanuelle AvrilClaire CharlotChristina De Bellaigue.

Cette thèse porte sur les neuf principales public schools anglaises entre 1914 et 1951, de la Grande Guerre à la fin de l’expérience travailliste. Elle revient sur la période de l’entre-deux-guerres, dans laquelle sont progressivement remises en cause les valeurs de la masculinité chrétienne promues par les écoles, alors que la critique se fait aussi politique à l’égard d’un système privé perçu comme de plus en plus inégalitaire. Cette étude montre que pendant la Seconde Guerre mondiale, les public schools confrontées aux bombardements, à la mobilisation, à l’évacuation et à l’effort de guerre, apparaissent plus en phase avec la communauté nationale et que les écoles manifestent la volonté de maintenir, au-delà des années de guerre, un esprit de coopération nationale. Ce travail suggère enfin que les réformes éducatives des années 1940, dont le Fleming Report qui recommandait l’admission de 25% d’élèves issus de l’enseignement public, peinent cependant à rapprocher les systèmes privé et public dans la période de l’après-guerre.

AàC – Science et culture en temps de guerre de la Révolution à nos jours

  • Deadline propositions : 1er septembre 2019
  • Colloque : 27-28 mars 2020
  • Publication des actes

Ce colloque a pour objectif de croiser deux courants historiques particulièrement féconds depuis une quinzaine d’années : celui de l’histoire culturelle de la captivité et celui des sciences studies appliquées à la guerre. Ce temps particulier accentue en effet les interactions des groupes sociaux impliqués (universitaires, scientifiques, militaires, industriels, politiques, corps techniques ou médicaux…), génère des occasions, des séquences ou des lieux inédits de travail et de rencontres (camps, laboratoires, usines, institutions…). C’est aussi, plus que d’habitude, un temps de connexions et de globalisation. Enfin, le volet matériel et pratique y prend une acuité inédite.

Actualité – Appel à témoignages « 39-45 : enfance et jeunesse »

1939-1945, années terribles de la Seconde Guerre mondiale.
Au cœur des événements tragiques se trouvaient les plus jeunes. Enfance et adolescence, périodes charnières de la construction de l’individu, ont alors été marquées du fer rouge de la guerre. La faim, la peur, l’exode, les proches mobilisés… mais aussi les petits événements de la vie quotidienne qui se poursuit malgré la guerre : l’école, les copains, l’entrée dans la vie professionnelle…

Micro-Archives, association dédiée à la sauvegarde des archives des particuliers, collecte la parole des femmes et des hommes sur leur enfance pendant la Seconde Guerre mondiale.

Vous avez vécu cette période sombre ? Racontez-nous-la ! Toutes les mémoires sont importantes car elles témoignent, à leur façon, de ce qu’a réellement représenté la Seconde Guerre mondiale dans la vie quotidienne des jeunes Français.

Continuer la lecture de « Actualité – Appel à témoignages « 39-45 : enfance et jeunesse » »

AàC – « Enfants et adolescents sans famille dans les guerres du XXe siècle » (Archives nationales, 27, 28 et 29 nov. 2019)

Enfants et adolescents « sans famille » dans les guerres du XXe siècle / Children and Adolescents “Without Family” in Twentieth Century Conflicts 

27, 28 et 29 Novembre 2019 aux Archives nationales (Pierrefitte-sur-Seine)

Colloque organisé par le CHSSC (Université de Picardie Jules Verne), le CIRCEFT-HEDUC (Université Paris 8 – Vincennes – Saint-Denis) et le CREW (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

Coordinateurs / Conveners : Laura Hobson-Faure (CREW – Université Sorbonne nouvelle – Paris 3), Manon Pignot (CHSSC – Université de Picardie Jules-Verne) et Antoine Rivière (CIRCEFT-HEDUC – Université Paris 8 – Vincennes – Saint-Denis)

Résumé :Ce colloque est consacré aux enfants – cachés, déplacés, réfugiés, déportés, orphelins, enrôlés… – qui se sont trouvés séparés de leur milieu familial au cours des conflits armés du XXe siècle. Sans exclure a priori aucun aspect de la question, cet appel entend susciter des propositions qui pourront notamment porter sur : l’événement de la séparation, ses causes, son déroulement, sa temporalité ; l’expérience vécue par les enfants ; la trace, notamment mémorielle, que ces séparations laissent aux individus et aux sociétés.

Summary :This international conference focuses on children – hidden, displaced, refugee, deported, orphaned, enlisted… – who were separated from their family environment during the armed conflicts of the 20th century. Without excluding other dimensions of this issue, this call for papers concerns in particular: the notion of separation as an event, its causes, the process, its temporality; children’s experiences ; and the traces, in particular, in the realm of memory, that these separations leave on individuals and societies.

Continuer la lecture de « AàC – « Enfants et adolescents sans famille dans les guerres du XXe siècle » (Archives nationales, 27, 28 et 29 nov. 2019) »

Parution – Lindsey Dodd et David Lees, « Vichy France and Everyday Life »

Trois contributions concernent l’histoire de l’éducation et de l’enfance : 

  • Camille Mahé, « Children and Play in Occupied France »
  • Matthieu Devigne, « Coping in the Classroom: Adapting Schools to Wartime »
  • Lindsey Dodd, « Urban Lives, Rural Lives and Children’s Evacuation »

Présentation de l’éditeur : 

This wide-ranging volume brings together a blend of experienced and emerging scholars to examine the texture of everyday life for different parts of the wartime French population. It explores systems of coping, means of helping one another, confrontations with people or events and the challenges posed to and by Vichy’s National Revolution during this difficult period in French and European history.

The book focuses on human interactions at the micro level, highlighting lived experience within the complex social networks of this era, as French civilians negotiated the violence of war, the restrictions of Occupation, the shortages of daily necessities and the fear of persecution in their everyday lives. Using approaches drawn mostly from history, but also including oral history, film, gender studies and sociology, the text peers into the lives of ordinary men, women and children and opens new perspectives on questions of resistance, collaboration, war and memory; it tells some of the stories of the anonymous millions who suffered, coped, laughed, played and worked, either together at home or far apart in towns and villages across Occupied and Vichy France.

Vichy France and Everyday Life is a crucial study for anyone interested in the social history of the Second World War or the history of France during the twentieth century.

Parution – « Engagements adolescents en guerres mondiales », revue Le Mouvement social, n°261

Parution: Science et révolutions politiques

Le dernier numéro de la revue Parlement[s] est consacré à l’histoire des sciences, sous le titre « Science et révolutions politiques« .
Le dossier ci-joint détaille son contenu, en donnant les résumés des articles et en présentant la partie « Sources » consacrée aux documents inédits commentés dans ce numéro, ainsi que les modalités pour y accéder, en format papier ou sur la base Cairn. Certains des articles sont susceptibles d’intéresser directement les historiens de l’éducation.

Séminaire: Le cas de l’opposition des instituteurs à la réforme éducative de Vichy

La prochaine séance du séminaire de doctorants « Mobilisations et engagements » (MobeE), jeudi 28 février 2013, consacré à la question « Comment utiliser des archives pour étudier des mobilisations et des résistances ? » accueillera Juliette Fontaine (Paris 1, CESSP-CRPS): « Rechercher des traces de l’engagement dans les archives. Le cas de l’opposition des instituteurs à la réforme éducative de Vichy » Continuer la lecture de « Séminaire: Le cas de l’opposition des instituteurs à la réforme éducative de Vichy »