Parution – “Varia”, Historical Studies in Education/Revue histoire de l’éducation, Fall / automne 2020

https://historicalstudiesineducation.ca/index.php/edu_hse-rhe/issue/view/451

Façonner l’âme d’une nation par l’histoire : La vulgarisation historique, selon Marie-Claire Daveluy (1880–1968)

Louise Bienvenue

Appréhender le monde selon la théologie naturelle: l’enseignement des sciences au pensionnat des Ursulines de Québec (1830 –1910)

Mélanie Lafrance

La Néocolonialité des curricula du primaire au Cameroun: 1963 –2001

Emmanuel Thiery Nna

De la synthèse géographique à l’approche territoriale : l’évolution des définitions de la géographie dans les manuels québécois contemporains (1957–2005)

Raphaël Pelletier

Encounters with Sexuality: The Management of Inappropriate Body Behaviour and Body Talk in Late Nineteenth-Century British Columbia Schools

Jean Barman

“Breathe in… breathe out”: Contextualizing the Rise of Mindfulness in Canadian Schools

Catherine Gidney

Constitutional Rights at the Kitchen Table: British Columbia Francophones and the Making of a Minority-Language Educational System

Nicolas Kenny

Parution – Régis Révenin, “Une histoire des garçons et des filles. Amour, genre et sexualité dans la France d’après-guerre”, Vendémiaire, 2015

Mai 68, une révolution sexuelle ? Serait-ce seulement à partir des années 1970 que les garçons et les filles auraient eu librement accès au plaisir ? Certes, la contraception et le droit à l’avortement ont transformé notre rapport à la sexualité. Mais les différences et inégalités de genre restent très présentes.

Dans les années 1950 et 1960, à l’heure où les surprises-parties battent leur plein et où les magazines pour adolescents exhibent les corps des idoles, les garçons n’hésitent pas à multiplier les conquêtes. Et à s’en vanter : « J’aime les filles pour dormir ensemble une nuit ou deux. » Ou à raconter sans détours d’autres expériences : « J’aime qu’un homme m’embrasse sur la bouche »…

Archives inédites à l’appui, cet ouvrage donne la parole aux garçons des Trente Glorieuses, et révèle que, loin des tabous et des codes traditionnels, autant que d’une innocence fantasmée, ils avaient sur le sexe, l’amour et les filles des idées bien précises. Et des pratiques plus libres qu’on ne l’imagine.

https://www.editions-vendemiaire.com/catalogue/collection-chroniques/une-histoire-des-garcons-et-des-filles-regis-revenin/

Publication – Philippe Artières, “Un séminariste assassin. L’affaire Bladier, 1905”, 2020.

« Ce que je me rappelle bien, c’est que le soir, au lit, avant de m’endormir, je me représentais en train de tuer ou de faire souffrir de jeunes garçons […] alors ma “verge” grossissait […] et il me semblait que je jouirais véritablement et que je serais soulagé dès que je pourrais réaliser ce que je me représentais. »

Jean-Marie Bladier, 17 ans, a écrit ces lignes dérangeantes après avoir étranglé et décapité, le 1er septembre 1905, dans la forêt de Raulhac (Cantal), l’un de ses jeunes camarades âgé de 13 ans, Jean Raulnay. L’assassin, encouragé par des médecins de l’époque, dont le célèbre professeur Lacassagne, a rédigé une « sidérante » autobiographie. Bladier y décrit avec une inédite minutie l’histoire de son état mental, au point que les experts, dans leur rapport sur ce cas de « sadisme sanguinaire congénital », n’hésitèrent pas à le citer, parfois longuement.

Comment comprendre ce fait divers de la France des débuts du xxe siècle, tiraillée entre archaïsme et modernité, catholicisme, traditions rurales et laïcisme républicain ? Comment lire en historien ce double acte de tuer et d’écrire ? Comment interpréter la puissance de cette écriture si incommodante ?

Exhumant de précieuses archives, Philippe Artières se confronte à la figure oubliée de cet élève du petit séminaire destiné à la prêtrise avant de commettre ce meurtre. Il propose une autre manière d’écrire l’histoire du crime et des sexualités, à la croisée de l’histoire et de l’anthropologie.

Soutenance de thèse – La sexualité comme enjeu éducatif. Sociologie historique d’une politique scolaire, Gauthier Fradois

Nous vous annonçons la soutenance de la thèse de doctorat en science politique de Gauthier Fradois:
 
La sexualité comme enjeu éducatif. Sociologie historique d’une politique scolaire
 
Elle aura lieu le mercredi 4 décembre à partir de 13h30 à l’Université Paris Nanterre en F141 (bâtiment Simone Veil, 200 avenue de la République 92000 Nanterre).
 
Le jury est composé de :
 
Nathalie Bajos, Directrice de recherche, INSERM
Anne-Cécile Douillet, Professeure de science politique, Université de Lille (rapporteure)
Laurent Gutierrez, Professeur de sciences de l’éducation, Université Paris Nanterre
Christophe Le Digol, Maître de conférences de science politique, Université Paris Nanterre (codirecteur)
Virginie De Luca Barrusse, Professeure de démographie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (rapporteure)
Bernard Pudal, Professeur émérite de science politique, Université Paris Nanterre (codirecteur)
 
Résumé :
 
Objet d’affrontements régulièrement actualisés au 20e siècle, la production de discours pédagogiques sur la sexualité au sein de l’institution scolaire ne fait pas consensus. L’École ne parvient pas à constituer un monopole pédagogique relatif à l’éducation sexuelle. Si des connaissances biologiques concernant la reproduction humaine trouvent droit de cité dans le curriculum dès 1968, l’éducation sexuelle, rendue facultative en 1973, puis obligatoire en 1998, échappe en partie aux agents du système d’enseignement au profit d’associations en concurrence pour l’imposition de la morale familiale légitime. Des mobilisations hygiénistes contre la syphilis à la lutte contre le sida, en passant par la promotion du mariage ou de la contraception pour prévenir l’IVG, il s’agit d’étudier dans cette thèse le processus d’élaboration de ce bien pédagogique. En combinant observations en classe, entretiens biographiques et dépouillement de divers fonds d’archives, l’investigation s’attache à reconstruire les configurations où s’invente, se formalise et se vulgarise cet enjeu éducatif, objet d’une politique scolaire indissociable de l’expansion d’une École d’État et de la recomposition du mouvement familial.
 

Thèse soutenue: Les garçons, l’amour, la sexualité

Régis Revenin soutiendra le 7 décembre 2012 (salle C1605, centre Pierre Mendes France, 90 rue de Tolbiac, Paris), sa thèse réalisée sous la direction de Pascal Ory (Université Paris 1) sur « Les garçons, l’amour, la sexualité : une jeunesse sous surveillance ? (Paris, 1945- 1975) »

Jury; Eric Fassin, professeur à l’Université Paris 8 (rapporteur), Laurence Loeffel, professeure à l’Université Lille 3, Pascal Ory, professeur à l’Université Paris 1, Rebecca Rogers, professeure à l’Université Paris Descartes (rapporteure), Fabrice Virgili, directeur de recherche au CNRS.

Présentation:
Indissociable du processus de construction identitaire des individus, notamment au cours de l’enfance et de l’adolescence, la sexualité fascine, obsède, passionne, d’autant plus qu’elle est au cœur des préoccupations politiques, avec les questions de consentement, de dignité, de moralité. Continuer la lecture de « Thèse soutenue: Les garçons, l’amour, la sexualité »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search