Les thèses récentes d’histoire de l’éducation

D’après la liste établie par l’AHCESR : https://ahcesr.hypotheses.org/2281

Araujo, Christophe, Être historien sous un régime autoritaire. Pouvoir et savoir au Portugal (1926-1974), thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 24 novembre 2021 à Cergy Paris Université.

Barey, Morgane, « À rude école ». La formation initiale des officiers français à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale (1940-1945), thèse en histoire soutenue le 12 février 2021, à l’Université Paris-Saclay.

Ben Ali, Azzedine Ali, Naissance et développement de l’École nationale supérieure du pétrole (E.N.S.P.) 1919-1955. Étude socio-historique, thèse soutenue le 7 décembre 2021, à l’EHESS.

Bonhoure, Jean-Francois, Les historiens à l’épreuve du temps : la production historique éditée en France des années trente au début des années cinquante, thèse soutenue le à l’Université Panthéon-Sorbonne – Paris I.

Bordes, Etienne, La Conférence des Présidents d’université (1971-2007). Une socio-histoire du gouvernement des universités, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 21 octobre 2021 à Toulouse 2.

Canet Dol, Christiane Catherine, Les adoptions en France de 1789 à 1923 rêvées, instituées et vécues, thèse soutenue le 28 juin 2021, à l’EHESS.

Chabanne, Laure, Cohabitation, union, divorce : architecture, peinture et sculpture à l’École des beaux-arts de Paris (fin du XVIIIe siècle – 1968), thèse en histoire de l’art soutenue le 4 mars 2021, à l’EPHE.

Cussey-Besançon, Maud, Collèges, lycées, écoles professionnelles et université en Franche-Comté au cœur des grandes mutations de l’éducation au milieu du XXe siècle : ruptures, renouveau et continuités (1938-1947), thèse d’histoire contemporaine soutenue le 20 novembre 2020 à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté.

Fabre, Mélanie, La craie, la plume et la tribune. Trajectoires d’intellectuelles engagées pour l’école laïque (France, années 1880-1914), thèse soutenue le 25 novembre 2021, à l’EHESS.

Hillion, Julien, Le bataillon des « nuisibles ». La colonie pénitentiaire de Belle-Ile-en-Mer (1880-1911) : parcours de vies de jeunes détenus et modèle carcéral, thèse soutenue le 26 novembre 2021 à l’Université Bretagne Sud.

Hottin, Christian, Les patrimoines de l’enseignement supérieur à Paris (fin XVIIIe-XXe siècles), thèse en histoire de l’art soutenue le 23 novembre 2021, à l’Université Paris Sciences Lettres.

Kanté, Mody, Former une élite médicale africaine à l’époque coloniale. L’École de médecine de Dakar (1918 – années 1950), thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 9 juillet 2021 à Toulouse 2.

Khalil, Dalil, Fernant Leprette, entre la France et le ministère de l’Instruction publique égyptien (1919 – 1956), thèse soutenue le 13 décembre 2021, à l’ENS de Lyon.

Laloux, Adélaïde, Les dossiers individuels de la protection de l’enfance : constitution, conservation, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 15 avril 2021 à l’université d’Angers.

Le Cocq, Cédric, Transformer l’université française après 1968 : l’université de Nanterre 1971-1988, thèse soutenue le 18 octobre 2021 à l’Université Paris Nanterre.

Legrandjacques, Sara, Voies étudiantes. Pour une histoire globale des mobilités étudiantes en Asie (Inde britannique – Indochine française, années 1850-1940), thèse soutenue le 4 décembre 2021, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Li, Jun, Les diplômés chinois revenant de France en Chine – Le cas de la province du Shandong, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 16 décembre 2021 à l’université de Paris.

Mahé, Camille, Des enfances ordinaires ? Une histoire comparée de la sortie de guerre des enfants d’Europe occidentale (Allemagne de l’Ouest, France, Italie. 1943-1949), thèse soutenue le 6 décembre 2021, à Sciecnces Po Paris.

Pabion, Lionel, Le sport embrigadé ? Les sociétés de préparation militaire en France : des loisirs militarisés (années 1880 – années 1930), thèse de doctorat en Histoire soutenue le 12 novembre 2021 à l’université de Lyon.

Parveau, Hélène, De l’école d’art de Limoges aux écoles d’art françaises : étude des caractéristiques de l’enseignement artistique, thèse en langues et littératures françaises, soutenue le 1er décembre 2021, à l’Université de Limoges.

Paul, Marielle, Une histoire du binôme conflictuel latin-français dans l’enseignement secondaire en France, du XVIIIe au XXe siècle. Pour une métadidactique de l’enseignement du français, thèse soutenue le 4 mars 2021, à l’EHESS.

Plet, Charles, La « jeune fille » et sa représentation dans le roman catholique en France (1880-1914), thèse de doctorat en Littératures française et francophone, soutenue le 15 décembre 2021 à Paris 3 en cotutelle avec l’université de Montréal.

Profillet, Lucas, Le corps en images à l’école. L’ortho-figuration corporelle dans les méthodes de lecture (1880-1960), thèse soutenue le 8 décembre 2021, à l’Université de Franche-Comté.

Taveau, Valentin, Ackerman-Laurance, Famille, négoce et industrie des vins mousseux en Saumurois au XIXè siècle (1811-1914), thèse soutenue le 20 septembre 2021, à l’Université d’Angers.

Toureille-Kotula, Aurore, L’enseignement du dessin à Perpignan (fin XVIIIe siècle – 1914) : acteurs et institutions, thèse soutenue le 30 novembre 2021 à l’Université de Perpignan Via Domitia.

Valois, Philippine, L’éveil des sens. Histoire médicale de la puberté (1750-1850), thèse soutenue le 22 octobre 2021 à l’Université d’Angers.

Zhou, Ying, L’enseignement de l’histoire de l’art à l’école secondaire sous la IIIe République française, thèse en histoire de l’art soutenue le 20 janvier 2021 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (cotutelle avec l’Université des études internationales de Shanghai).

Zhou, Zhe, Les hôtes du Fort St-Irénée. Les étudiants chinois de l’Institut Franco-Chinois de Lyon 1921-1950, thèse soutenue le 14 mai 2021 à l’EHESS.

Parution – Céline Labrune Badiane, “Le pari de l’école. Une histoire de l’institution scolaire en Casamance (1860-1960)”, 2022

https://www.hemisphereseditions.com/le-pari-de-l-ecole

La Casamance, région située au Sénégal, au sud de la Gambie et au nord de la Guinée Bissau, occupe une place singulière dans l’histoire et l’espace colonial et post-colonial sénégalais. La région de Ziguinchor, partie occidentale de la Casamance, bien que tardivement et fragilement soumise à l’ordre colonial, est aussi la plus scolarisée du Sénégal, voire de l’Afrique-Occidentale française, à partir des années 1930 et surtout après la Seconde Guerre mondiale. Malgré le conflit indépendantiste qui y sévit depuis 1982, les taux de scolarisation y demeurent parmi les plus élevés, et l’école apparaît toujours comme le chemin privilégié de l’ascension sociale et de l’insertion professionnelle.

Pour comprendre ce qui peut sembler au premier abord paradoxal, cet ouvrage explore la longue histoire de l’école en Casamance à l’époque coloniale. Il s’attache à identifier les dynamiques politiques, économiques et sociales, à différentes échelles, qui ont conduit à l’institution de l’école en Casamance. Dans un contexte de profondes mutations, face à un
pouvoir colonial coercitif, les Casamançais n’ont pas une attitude figée face à l’institution scolaire. Ils l’intègrent à leurs pratiques sociales selon des modalités, des rythmes et des logiques multiples.

En s’appuyant sur des entretiens menés auprès des acteurs (élèves, enseignants, inspecteurs de l’enseignement) et des archives des écoles (monographies, registre matricule…), Céline Labrune Badiane restitue le point de vue et les expériences vécues de l’ensemble des élèves. L’analyse du processus de scolarisation à l’échelle locale permet de rendre compte de la diversité et de la complexité du rapport des individus, des communautés et des groupes sociaux à l’école et plus largement à l’État colonial. Pour reprendre les termes de l’historien Jacques Revel, il s’agit d’une « histoire totale vue d’en bas ».

L’autrice :

Céline Labrune Badiane est maîtresse de conférences en Histoire contemporaine à l’Université Assane Seck de Ziguinchor (Sénégal). Ses recherches portent sur l’histoire de l’éducation en Afrique de l’Ouest, dans une perspective d’histoire sociale, et sur les circulations des acteurs, des idées et des imaginaires dans l’Atlantique francophone contemporain, à partir de l’Afrique. Cet ouvrage est une version remaniée et actualisée de sa thèse, soutenue à l’Université Paris VII et récompensée par le Prix Louis Cros. Elle est, avec Etienne Smith (Sciences-Po Bordeaux) l’auteure d’un ouvrage sur la production des savoirs par les instituteurs africains en Afrique Occidentale Française, Les Hussards noirs de la colonie. Instituteurs et Petites patries (Karthala, 2018).

Parution – “L’enseignement en situation coloniale et postcoloniale”, revue Tsingy, 2022

Revue Tsingy : L’enseignement en situation coloniale et postcoloniale

Sous la direction de Pierre-Eric Fageol

http://revuetsingy.canalblog.com/archives/2022/02/17/39351045.html

Pour toute information, contacter Frédéric Garan ou Pierre Eric Fageol (Université de La Réunion) frederic.garan [at] univ-reunion.fr et pierre-eric.fageol [at] univ-reunion.fr

Sommaire

  • Christine MUSSARD, La rentrée des classes, un événement dans la guerre d’Algérie
  • Raoul LUCAS, Le collège Saint-Michel de Tananarive et l’accès des jeunes réunionnais à l’enseignement secondaire
  • Héloïse KIRIAKOU, « L’école du peuple » : un projet d’éducation alternatif au Congo-Brazzaville                 
  • Jean-Lémon KONÉ, Comment l’indépendance accéléra la carrière de maîtres africains : micro histoire connectée du cas de Koutia Lémon, instituteur de Côte d’Ivoire (1940-1974)
  • Thierry SIMON, De la coopération éducative française au Tchad et au Mali (1992-2000) : expériences d’un acteur
  • Stéphane MINVIELLE, Les récits d’élèves calédoniens et vanuatais sur la période coloniale…….

Varia :

Angelo DJISTERA, Capital éducatif en Afrique francophone : Une analyse comparative entre Madagascar et Maurice

Document :

Patrick MOUGENET, France/Algérie : la rentrée scolaire de 1956 vue par les actualités cinématographiques, un cas d’École ?

Parution – Stephen Jackson, “Religious Education and the Anglo-World: The Impact of Empire, Britishness, and Decolonization in Australia, Canada, and New Zealand”, Brill, 2020

https://brill.com/view/title/57607

Focusing on Australia, Canada, and New Zealand, Religious Education and the Anglo-World historiographically examines the relationship between empire and religious education. The analysis centres on three formative eras in the development of religious education in each case: firstly, the foundational moments of publicly funded education in the mid- to late nineteenth centuries when policy makers created largely Protestant systems of religious education, and frequently denied Roman Catholics funding for private education. Secondly, the period from 1880-1960 during which campaigns to strengthen religious education emerged in each context. Finally, the era of decolonisation from the 1960s through the 1980s when publicly funded religious education was challenged by the loss of Britishness as a central ideal, and Roman Catholics found unprecedented success in achieving state aid in many cases. By bringing these disparate national literatures into conversation with one another, Stephen Jackson calls for a greater transnational approach to the study of religious education in the Anglo-World.

Parution – Malini Johar Schueller, “Campaigns of Knowledge. U.S. Pedagogies of Colonialism and Occupation in the Philippines and Japan”, Temple University Press, 2019

http://tupress.temple.edu/book/20000000009893

The creation of a new school system in the Philippines in 1898 and educational reforms in occupied Japan, both with stated goals of democratization, speaks to a singular vision of America as savior, following its politics of violence with benevolent recuperation. The pedagogy of recovery—in which schooling was central and natives were forced to accept empire through education—might have shown how Americans could be good occupiers, but it also created projects of Orientalist racial management: Filipinos had to be educated and civilized, while the Japanese had to be reeducated and “de-civilized.”

In Campaigns of Knowledge, Malini Schueller contrapuntally reads state-sanctioned proclamations, educational agendas, and school textbooks alongside political cartoons, novels, short stories, and films by Filipino and Filipino Americans, Japanese and Japanese Americans to demonstrate how the U.S. tutelary project was rerouted, appropriated, reinterpreted, and resisted. In doing so, she highlights how schooling was conceived as a process of subjectification, creating particular modes of thought, behaviors, aspirations, and desires that would render the natives docile subjects amenable to American-style colonialism in the Philippines and occupation in Japan.

Parution – “Varia”, Revista Brasileira de História da Educação, v. 21 n. 1 (2021)

https://periodicos.uem.br/ojs/index.php/rbhe/issue/view/1865

Artigos / Articles

Parution – Anne Hugon, “Être mère en situation coloniale Gold Coast, années 1910-1950”, Editions de la Sorbonne, 2020

http://www.editionsdelasorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100182140

Pour une grande majorité des Africaines, la « rencontre coloniale » s’est faite à la maternité, au dispensaire et au centre de Protection maternelle et infantile, plus encore qu’au travail ou dans les bureaux de l’administration. Cet ouvrage analyse les conséquences de la colonisation sur les femmes colonisées, en mettant en valeur l’une des activités cruciales de ces dernières : mettre au monde des enfants et les élever.

Dans un contexte général de préoccupation démographique, à laquelle la colonie britannique de Gold Coast (futur Ghana) n’échappe pas, les autorités coloniales et les élites africaines tentent de lutter contre la mortalité maternelle et infantile, dans le but d’accroître la population locale. Comment sont déployées les politiques de médicalisation de la grossesse et de l’accouchement ? Comment sont-elles reçues ? L’histoire des institutions dévolues à la santé maternelle et infantile éclaire celle de leur personnel et de leurs usagères. Comment ont été redéfinis la physiologie de la maternité et le rôle social de mère, des concours « du plus beau bébé » à la formation de centaines de sages-femmes ? Les mères étant largement tenues pour responsables de la mortalité infantile par leurs « mauvaises pratiques », que prévoit-on pour les « éduquer » et comment réagissent-elles à ces méthodes ? Les sources de l’administration médicale, croisées avec de nombreux entretiens, documents privés et autres archives de presse, montrent les expériences multiples des mères africaines en situation coloniale.

Parution – Iris Seri-Hersch, “Enseigner l’histoire à l’heure de l’ébranlement colonial. Soudan, Egypte, empire britannique (1943-1960)”, Karthala, 2018

Alors que les combats de la Seconde Guerre mondiale achevaient de dissoudre le mythe de la supériorité de l’homme blanc, le Soudan était disputé par ses deux maîtres officiels, la Grande-Bretagne et l’Égypte. Le territoire s’acheminait-il vers l’indépendance ou une union politique avec son voisin méditerranéen ? La rivalité anglo-égyptienne, couplée à un impérialisme britannique soucieux de « préparer » les sociétés africaines à la souveraineté nationale, déboucha sur l’unification hâtive du Nord et du Sud-Soudan en 1947. Parvenues à des positions de pouvoir une décennie avant l’indépendance (1956), les élites du Nord s’attachèrent à faire du Soudan, pays à forte pluralité ethnolinguistique et religieuse, un État-nation arabe et musulman.

Dans ce contexte, un nouvel enseignement d’histoire fut élaboré pour les écoles élémentaires soudanaises. Quels en étaient les acteurs, les récits, les pratiques ? Cet ouvrage décortique les représentations, les apprentissages et les rapports sociaux sous-tendant la production et l’usage de manuels en langue arabe dans le Soudan colonial tardif. L’auteure propose également un éclairage comparatif sur l’histoire enseignée dans d’autres territoires de l’empire britannique en voie d’émiettement.

Ce livre offre de nouvelles clés de compréhension d’une séquence charnière dans l’histoire du monde contemporain. Au regard de l’actualité plus récente, il montre quel rôle l’histoire scolaire a pu jouer dans l’éclatement du cadre national soudanais après 1956, aboutissant à la scission du Soudan en deux États en 2011.

Iris Seri-Hersch est maître de conférences au Département d’études moyen-orientales (DEMO) d’Aix-Marseille Université et rattachée à l’Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (IREMAM). Ses travaux portent sur l’histoire contemporaine du Soudan et de l’espace israélo-palestinien.

https://www.karthala.com/terres-et-gens-dislam/3230-enseigner-l-histoire-a-l-heure-de-l-ebranlement-colonial-soudan-egypte-empire-britannique-1943-1960-9782811119706.html

Parution – “Enfances (dé)colonisées”, n° 22, Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, 2020

Yves Denéchère et Violaine Tisseau Introduction 

Edoardo Quaretta Enfance, évangélisation et inculturation catholique en colonie Le cas de la congrégation des Salésiens en Haut-KatangaChildhood, Evangelization and Catholic Inculturation in Colony. The case of the Salesian congregation in Haut-Katanga

Alvine Henriette Assembe Ndi Entre action charitable et bénéfice matériel : la politique de l’enfance « inadaptée » au Cameroun sous administration française (1928-1960) Between charitable action and material benefit: the “unsuitable” childhood policy in Cameroon under French administration (1928-1960)

Magali Bigaud « Rapatrier » les enfants métis du Cambodge : un élément de la relation postcoloniale franco-cambodgienne  “Repatriate” metis children from Cambodia: a part of the franco-cambodian postolonial relationship

Violaine Tisseau Pistes pour une histoire de l’enfance délinquante au Ghana Entretien avec Anne Hugon réalisé le 14 janvier 2020 par Violaine Tisseau Paths to a history of child delinquency in Ghana. Interview with Anne Hugon conducted on January 14, 2020 by Violaine Tisseau

Yves Denéchère Être adolescent au temps de la guerre d’indépendance algérienne, d’Alger au Béarn Témoignage de Monsieur Frédéric Ferdjioui recueilli par Yves Denéchère Being a teenager at the time of the Algerian War of Independence, from Algiers to Bearn. Testimony of Mr. Frédéric Ferdjioui collected by Yves Denéchère

Parution – Varia, revue Paedagogica Historica, Volume 56, Issue 3 (2020)

Parution – Antigone Heraclidou, “Imperial Control in Cyprus. Education and Political Manipulation in the British Empire”, Bloomsbury, 2017

In Protectorate Cyprus, education was one of the most effective tools of imperial control and political manipulation used by the British. This book charts the cultural and educational aspects of British colonial rule in Cyprus and analyses what these policies reveal about the internal struggles on the island between 1931 and 1960. Cyprus had been under British occupation since 1878, but it was in the 1930s that educational policies acquired a strong political significance and became essential in preserving the British position on the island. The co-existence of two very strongly-held and eventually conflicting national identities in Cyprus, Greek-Orthodox and Turkish Muslim, inevitably led to the politicisation of education and culture on the island. Therefore, any attempts to impose British culture, language and way of thinking onto Cypriots, or even to create a distinct Cypriot identity, had very limited success. Gradually, the education system reflected the shifting political developments in colonial Cyprus. By the start of the 1950s, schools had become a breeding ground for discontent and between 1955 and 1959 they were an indispensable part of the EOKA revolt.

Parution – Karen M. Teoh, “Schooling Diaspora: Women, Education, and the Overseas Chinese in British Malaya and Singapore, 1850s-1960s”, Oxford, 2018

Schooling Diaspora relates the previously untold story of female education and the overseas Chinese in British Malaya and Singapore, traversing more than a century of British imperialism, Chinese migration, and Southeast Asian nationalism. This book explores the pioneering English- and Chinese-language girls’ schools in which these women studied and worked, drawing from school records, missionary annals, colonial reports, periodicals, and oral interviews. The history of educated overseas Chinese girls and women reveals the surprising reach of transnational female affiliations and activities in an age and a community that most accounts have cast as male dominated. These women created and joined networks in schools, workplaces, associations, and politics. They influenced notions of labor and social relations in Asian and European societies. They were at the center of political debates over language and ethnicity and were vital actors in struggles over twentieth-century national belonging. Their education empowered them to defy certain sociocultural conventions in ways that school founders and political authorities did not anticipate. At the same time, they contended with an elite male discourse that perpetuated patriarchal views of gender, culture, and nation. Even as their schooling propelled them into a cosmopolitan, multi-ethnic public space, Chinese girls and women in diaspora often had to take sides as Malayan and Singaporean society became polarized—sometimes falsely—into mutually exclusive groups of British loyalists, pro-China nationalists, and Southeast Asian citizens. They negotiated these constraints to build unique identities, ultimately contributing to the development of a new figure: the educated transnational Chinese woman.

Parution – Sarah Steinbock-Pratt, “Educating the Empire. American Teachers and Contested Colonization in the Philippines”, Cambridge UP, 2019

This book examines how education contributed to the creation of US empire in the Philippines by focusing on American teachers and the Filipinos with whom they lived and worked. While education was located at the heart of the imperial project, used to justify empire, the implementation of schooling in the islands deviated from the expectations of the colonial state. American teachers at times upheld, adapted, circumvented, or entirely disregarded colonial policy. Despite the language of white masculinity that imbued imperial discourse, the appointment of white women and black men as teachers allowed them to claim roles and identities that transformed understandings of gender and race. Filipinos also used the American educational system to articulate their own understandings of empire. In this context, schools were a microcosm for the colonial state, with contestations over education often standing in for the colonial relationship itself.

Parution – Jana Tschurenev, “Empire, Civil Society, and the Beginnings of Colonial Education in India”, Cambridge UP, 2019

This book tells a story of radical educational change. In the early nineteenth century, an imperial civil society movement promoted modern elementary ‘schools for all’. This movement included British, American and German missionaries, and Indian intellectuals and social reformers. They organised themselves in non-governmental organisations, which aimed to change Indian education. Firstly, they introduced a new culture of schooling, centred on memorisation, examination, and technocratic management. Secondly, they laid the ground for the building of the colonial system of education, which substituted indigenous education. Thirdly, they broadened the social accessibility of schooling. However, for the nineteenth century reformers, education for all did not mean equal education for all: elementary schooling became a means to teach different subalterns ‘their place’ in colonial society. Finally, the educational movement also furthered the building of a secular ‘national education’ in England.

Parution – Nicholas Harrison, “Our Civilizing Mission. The Lessons of Colonial Education”, Liverpool UP, 2019

Our Civilizing Mission is at once an exploration of colonial education and a response to current anxieties about the historical and conceptual foundations of the ‘humanities’. On the one hand, it treats colonial education as a facet of colonialism. It draws on a rich body of work by ‘colonized’ writers – starting with Edward Said, then focusing on Algeria – that attests to the suffering inflicted by colonialism, to the shortcomings of colonial education, and to the often painful mismatch between the world of the colonial school and students’ home cultures. On the other hand, it asks what can be learned by treating colonial education not just as an example of colonialism but as a provocative, uncomfortable example of education, and its powers of transformation.

‘This is a deeply insightful, stimulating and scholarly book — uncompromisingly reflective, finely argued and carefully referenced, it deepens our understanding of colonial education and legacies in a number of mutually enriching ways that consistently draw out complexity and urge us to think about the teaching of literature. This is a book that will last the test of years and will prompt better scholarship (and, possibly, classroom practice) from the rest of us.’

Patrick Crowley, University College Cork

Nick Harrison is a Professor of French and Postcolonial Studies at King’s College London.

Parution – Carole Reynaud-Paligot, “L’Ecole aux colonies. Entre mission civilisatrice et racialisation (1816-1940), 2020.

La volonté de « civiliser » les populations colonisées grâce à l’école fut hautement proclamée par les colonisateurs français mais qu’en fut-il réellement ? Cette enquête, effectuée à partir des archives coloniales, restitue les débats et les réalisations de la politique scolaire. Dès 1815, le projet colonial fut durablement établi : les colonies devaient fournir des matières premières mais aussi être des débouchés pour les produits manufacturés de la métropole. La mission de l’école s’imposa : apprendre le français, le calcul et quelques bribes de civilisation nécessaires à la bonne participation des colonisées au projet colonial. Très vite, les limites apparurent, il fallait se garder de trop instruire. La volonté de dispenser un savoir pratique, de bannir un savoir trop intellectuel, de freiner la mobilité sociale provoqua les déceptions et la colère des colonisés.

Maurice Endenz est le lauréat du Prix Robert Mallet 2019

Pour sa troisième édition (2019), le prix Robert Mallet en histoire de l’éducation a été décerné par un jury de spécialistes d’histoire ou de sciences de l’éducation réuni par Madame Stéphanie Dameron, rectrice de l’académie d’Amiens, et comprenant : Antoine Prost (président), Claude Lelièvre (vice-président), Bruno Poucet (secrétaire), Julien Cahon, Véronique Castagnet, Clémence Cardon-Quint, Jean-François Condette, Ismail Ferhat, Marguerite Figeac, Jean-Noël Luc et Marianne Thivend.

Le prix a été attribué à Edenz Maurice pour sa thèse Faire école dans une vieille colonie. Un État colonial aux prises avec le monde scolaire de la Guyane française (1928-1950), soutenue en 2018 à Science Po-Paris sous la direction de Romain Bertrand. Ce prix de 3 000€ permet la publication de la thèse chez un éditeur des Hauts-de-France.

Une mention a été attribuée à Hayarpi Papikyan pour sa thèse L’éducation aux confins de l’Empire : la scolarisation des filles et l’entrée des femmes arméniennes dans l’espace public au Caucase, soutenue en 2017 à Paris V sous la direction de Rebecca Rogers.

Une remise officielle du prix aura lieu en juin 2020 au plus tard.

Prix “Robert Mallet” d’histoire de l’éducation 2019

  • Deadline dossiers : 15 octobre 2019 (bruno.poucet [at] u-picardie.fr)
  • Attribution : courant 2020

  • 2015 : Thuy Phuong Nguyen, pour sa thèse “L’école française au Vietnam de 1945 à 1975 : de la mission civilisatrice à la diplomatie culturelle” (sous la dir. de Rebecca Rogers, Université Paris-Descartes)
  • 2017 : Solenn Huitric, pour sa thèse “Transformer les collèges communaux en lycées. La coproduction d’une action publique (1830-1880)” (sous la dir. de Philippe Savoie, ENS Lyon)

Publication – Rebecca Swartz, “Education and Empire Children, Race and Humanitarianism in the British Settler Colonies, 1833–1880”

Palgave Macmillan, 2019.

This book tracks the changes in government involvement in Indigneous children’s education over the nineteenth century, drawing on case studies from the Caribbean, Australia and South Africa. Schools were pivotal in the production and reproduction of racial difference in the colonies of settlement.  Between 1833 and 1880, there were remarkable changes in thinking about education in Britain and the Empire with it increasingly seen as a government responsibility. At the same time, children’s needs came to be seen as different to those of their parents, and childhood was approached as a time to make interventions into Indigenous people’s lives. This period also saw shifts in thinking about race. Members of the public, researchers, missionaries and governments discussed the function of education, considering whether it could be used to further humanitarian or settler colonial aims. Underlying these questions were anxieties regarding the status of Indigenous people in newly colonised territories: the successful education of their children could show their potential for equality.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search