Thèses: trois thèses soutenues ou à soutenir en 2012

Signalées sur le site de l’AHCESR, trois thèses peuvent intéresser les historiens de l’éducation:

Histoire scolaire, impérialisme(s) et décolonisation(s): le cas du Soudan anglo-égyptien (1945-1958), par Iris Seri-Hersch1, sous la direction de Ghislaine Alleaume, Aix-Marseille Université.

La réception de l’histoire romaine dans l’enseignement secondaire de 1880 à nos jours : l’exemple d’Alésia, par Aurelie Rodes (Mauget), sous la direction de Corinne Bonnet, Université de Toulouse 2.

La France et la construction de l’Espace Européen de l’Enseignement Supérieur (EEES), par Rachida Gacem, sous la direction de Elisabeth du Réau, Université de Paris 3.

Thèse soutenue: Histoire scolaire, impérialisme(s) et décolonisation(s)

Une thèse récemment soutenue (mai 2012):
Iris Seri-Hersch1, Histoire scolaire, impérialisme(s) et décolonisation(s) : le cas du Soudan anglo-égyptien (1945-1958)
sous la direction de Ghislaine Alleaume, Aix-Marseille Université

 

Jury
Ghislaine ALLEAUME Directrice de recherches CNRS-IREMAM, Aix-en-Provence
Pierre-Philippe BUGNARD Professeur, Université de Fribourg, Suisse
Marc DEPAEPE Professeur, Université Catholique de Louvain, Belgique
Haggai ERLICH Professeur émérite, Tel Aviv University, Israël
Odile GOERG Professeur, Université Denis Diderot – Paris 7
Robert ILBERT Professeur, Aix-Marseille Université, Aix-en-Provence
Catherine MILLER Directrice de recherches CNRS-IREMAM, Aix-en-Provence
Justin WILLIS Professeur, Durham University, Royaume-Uni

 

Réinscrivant le Soudan anglo-égyptien dans l’histoire impériale britannique, cette thèse explore l’histoire scolaire soudanaise à l’ère de l’”ébranlement colonial” qui succéda à la Seconde Guerre mondiale. Les matériaux didactiques, les contenus prescrits et les pratiques pédagogiques sont analysés à la lumière de cinq développements majeurs des années 1945-1953 : le virage “paterno-progressiste” des politiques coloniales britanniques en Afrique, dont l’objectif était désormais de préparer les peuples colonisés à l’autogouvernance ; la polarisation des positions britannique et égyptienne sur la question du Soudan ; la concurrence accrue entre les deux courants du nationalisme soudanais (indépendantiste et unioniste) ; l’unification hâtive du Nord et du Sud-Soudan après plus d’un demi-siècle de gestion séparée ; et la tentative des élites nord-soudanaises de construire un État-nation arabo-musulman. Le second volet de la thèse est consacré à une mise en perspective diachronique et synchronique de l’histoire scolaire soudanaise de fin d’Empire : celle-ci marqua-t-elle une véritable rupture par rapport à l’histoire scolaire pratiquée au Soudan jusqu’en 1945 ? Quelles étaient les convergences et les divergences entre l’histoire scolaire du Soudan et celle d’autres territoires de l’(ex-)Empire britannique (Ouganda, Rhodésie du Nord, Nigeria, Égypte, Inde, Grande-Bretagne) ? Ma réflexion s’achève sur deux problèmes cruciaux de l’ère postcoloniale : la décolonisation – ou non – des récits historiques scolaires après l’indépendance (1956) et le rôle catalyseur de l’histoire scolaire dans la guerre civile entre le Nord et le Sud-Soudan.