Parution – Véronique Castagnet-Lars (dir.), « Les associations d’élèves et d’étudiants. Entre socialisation et apprentissage (XVIe-XXe siècles), 2020.

Résumé

Dans une historiographie sur les élèves en plein renouvellement, l’étude des modalités de leur regroupement organisé par les institutions éducatives et leurs membres permet de mettre en évidence un autre axe d’apprentissages favorisés par des relations fraternelles, éminemment contrôlées toutefois par les pédagogues et les responsables scolaires.

La réflexion collective s’attache à l’analyse de ces structures, à leur organisation et leur fonctionnement quotidien tel qu’il paraît pris en charge, pour une large part, par les élèves eux-mêmes. Les autorités éducatives (politiques et religieuses) de l’époque moderne se saisissent de ces associations afin de prolonger hors du temps scolaire et après l’âge scolaire, avec éventuellement une radicalisation des formes d’expression, les effets de l’éducation développée dans les collèges d’Ancien Régime, jésuites et oratoriens.

Pour d’autres autorités des XVIIe-XXe siècles, reconnaître ces associations c’est permettre aux élèves de s’initier à une vie politique, soit au sein de cette association – et la question du fonctionnement de nature démocratique est un élément à prendre en compte –, soit à l’extérieur dans la cité. Les structures réunissent alors élèves et étudiants en leur donnant une visibilité, une voix. Enfin, encourager des pairs à s’associer concourt à créer une solidarité, des réseaux professionnels ou syndicaux, voire une culture d’établissement, entre adultes.

Soutenance d’Yves Verneuil, La représentation des professeurs de lycée (1880-1940)

Lundi 7 décembre (Sorbonne, salle des Actes, 15h30), Yves Verneuil (maître de conférences, Université de Reims), soutiendra son HDR sur le thème « Corporatisme, amicalisme et syndicalisme : la représentation des professeurs de lycée (1880-1940)« , sous la direction de Jean-Noël Luc.

Jury:

  • Pr. Gilles BAILLAT, Président de l’Université de Reims Champagne-Ardennes
  • Pr. Philippe BUTON, Université de Reims Champagne-Ardennes
  • Recteur Jean-François CHANET, IEP de Paris
  • Pr. Jean-François CONDETTE, Université d’Arras
  • Pr. Jean-Noël LUC, Université Paris-Sorbonne
  • Pr. André D. ROBERT, Université Lumière Lyon 2

Parution: Les frères ennemis : la FEN et son courant unitaire sous la IVe république

Parution d’un ouvrage de Laurent Frajerman, Les frères ennemis : la FEN et son courant unitaire sous la IVe République, Institut de recherche de la FSU, 2013.

Présentation:

Comment expliquer le succès actuel de la FSU et son imprégnation paradoxale par la culture syndicale créée par la Fédération de l’Education nationale ? Il faut revenir à la IVe République, dans une période marquée par l’essor du communisme en milieu enseignant et par la mise en place d’un modèle syndical original. Syndicat de masse et à bases multiples, réformiste, la FEN joue en pleine guerre froide un rôle de médiation entre la CGT et FO, participe à la gestion du système éducatif en y représentant les identités professionnelles.

La FEN instaure un mode de gestion du pluralisme interne officialisant les tendances, tout en combattant fortement la minorité favorable à la CGT (le courant unitaire ou Unité et action). Or, loin d’incarner une alternative révolutionnaire, le courant unitaire constitue une version musclée de ce modèle. Qu’a-t-il apporté à la majorité réformiste de la FEN, en quoi a-t-il en retour été influencé ?

Quel aspect prime dans les interactions à l’œuvre entre ces frères ennemis : l’idéologie, la profession, le niveau de militantisme ? Ce livre, fruit de 20 ans de recherches, croise sources orales, archives inédites et une abondante littérature militante. Il analyse finement la cohabitation de deux cultures syndicales dans la FEN (celle des instituteurs du SNI et des professeurs du SNES), l’articulation entre les structures locales, nationales et fédérales… Les pratiques militantes sont autant explorées que les discours.

JE: La pédagogie de Jean Zay : inspiration pour les politiques d’aujourd’hui ?

L’Association des Amis de Jean Zay organise, le vendredi 14 juin 2013, une journée d’études à l’université Paris 1 [Centre Malher] consacrée à « La pédagogie de Jean Zay : inspiration pour les politiques d’aujourd’hui ?« .

 Programme :

9h30 Introduction par Antoine Prost.

La journée se déroulera en 6 dialogues et une table ronde. Pour chaque dialogue, la parole est donnée d’abord à un historien  qui analyse  un aspect de la politique éducative de Jean Zay,  ensuite à un « commentateur » représentant un mouvement pédagogique ayant contribué à la pérennisation et/ou à l’évolution des idées pédagogiques que contiennent les textes du ministre.

  • 9h45 La classe de fin d’études primaires, Antoine Prost /Djimil Gahete (Education et Devenir)
  • 10h30 L’enseignement du français, Anne-Marie Chartier /Catherine Chabrun (ICEM)
  • 11h15 Les activités dirigées, Laurent Gutierrez /Myriam Fritz-Legendre (CEMEA)
  • 12h Les classes d’orientation, Jean-Michel Chapoulie /Patrice Bride (CRAP)
  • 14h Le sport, Patrick Clastres /Françoise Bouvier (Léo Lagrange)
  • 14h 45 L’articulation du scolaire et du péri scolaire, Laurent Besse / Eric Favey (Ligue de l’enseignement)
  • 15 h 30 Table ronde, animée par Emmanuel Laurentin: L’accueil réservé par les syndicats et les parents d’élèves aux idées de Jean Zay, à leur signification pour l’avenir de l’éducation en France avec Yves Verneuil, le SGEN-CFDT, le SNUIPP, l’UNSA-EN,(Luc Bentz) et Jean-Yves Seguy, la FCPE et la PEEP.

 17 h Conclusion

Lieu: 9, rue Malher, Paris 4ème (métro St Paul)

Thèse en cours: Vers l’autonomie des universités en France

Arnaud Desvignes travaille à une thèse, sous la direction de Jean-Noël Luc (université Paris IV) et Emmanuelle Picard (ENS de Lyon), sur le thème: « Vers l’autonomie des universités en France. Les acteurs universitaires, politiques et syndicaux face à la réforme (1968-1984)« .

Présentation:

Ce projet a pour ambition de réfléchir aux conditions de la mise en place progressive de l’autonomie des universités françaises. Or, la période qui s’étend de 1968 à 1984 apparaît, de ce point de vue, comme un terrain de réflexion privilégié. En effet, les lois Faure et Savary peuvent être considérées comme les premiers pas devant mener à une autonomie concrète des universités. Continuer la lecture de « Thèse en cours: Vers l’autonomie des universités en France »