Journée d’étude nationale de l’APHG : « Coup d’œil sur les politiques scolaires, de la Libération aux années 2010 », 20 nov. 2021, en Sorbonne

Organisateurs : Jean-Noël Luc et Joëlle Alazard.

  • La Sorbonne. Amphi Milne Edwards – escalier B cour d’honneur (à l’opposé, droite, de la chapelle).
  • Inscription obligatoire en ligne : inscriptionsaphg@gmail.com avant le 15 novembre.
Continuer la lecture de « Journée d’étude nationale de l’APHG : « Coup d’œil sur les politiques scolaires, de la Libération aux années 2010 », 20 nov. 2021, en Sorbonne »

A paraître – Danielle Quéruel, “La guerre, le livre et l’enfant”, Éditions et Presses universitaires de Reims, 2021

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100659840

Enfants du front ou de l’arrière, les jeunes ont été témoins et acteurs de la Grande Guerre. L’abondante littérature qui leur était destinée (cahiers d’écoliers, correspondance, cartes postales, livres d’or des morts, carnets de guerre, affiches, manuels scolaires, romans, albums, périodiques) permet de faire revivre, cent ans plus tard, cette période troublée. La Première Guerre mondiale intervient à l’issue d’un long XIXe siècle qui a modifié la place de l’enfant dans la société française. Plus rare, l’enfant devient le centre et le capital affectif et social d’une famille de plus en plus nucléaire. Sa scolarisation tend à devenir primordiale. La République y pourvoit et l’école permet à la fois d’inventer la petite enfance et de repousser la limite de l’entrée dans le monde du travail. Cependant, loin d’être préservés du conflit par les adultes, les enfants deviennent « un enjeu caché de la guerre, » pour reprendre Stéphane Audoin-Rouzeau. Cette époque est également marquée par l’avènement, à partir de la décennie 1860, d’une première culture de masse, fondée sur une culture de l’imprimé. Conjuguée à l’intérêt nouveau porté à l’enfant, la diffusion massive du support imprimé encourage l’éclosion d’une littérature de jeunesse qui sera mobilisée dans une guerre qu’un certain nombre d’historiens décrivent comme « totale ». 14-18 est donc le moment par excellence où le livre peut servir de passeur entre un événement factuel dans sa brutalité, « la guerre », et une catégorie culturelle en pleine mutation, « l’enfance ».

A paraître – Yannick Clavé, “Les proviseurs de lycée au XIXe siècle (1802-1914). Servir l’État, former la jeunesse”, PU Septentrion, 2021

https://www.septentrion.com/FR/livre/?GCOI=27574100513960

Créés en même temps que les lycées de garçons en 1802, les proviseurs se retrouvent au cœur de la vaste réorganisation du système éducatif engagée par Napoléon Bonaparte. Ils appartiennent à un corps qui se construit progressivement, par la volonté de l’État, tout au long du XIXe siècle et qui atteint son apogée sous la IIIe République. Fonctionnaires de l’encadrement intermédiaire, issus très majoritairement du monde de l’enseignement, de plus en plus fréquemment agrégés, les proviseurs sont environ 1 200 à exercer jusqu’en 1914 (parmi lesquels 108 prêtres). Être proviseur, c’est, tout à la fois, diriger un établissement scolaire, servir l’État et affirmer son rôle d’éducateur pour former la jeunesse. Hommes de terrain, au contact avec une multitude d’acteurs au quotidien dans et en-dehors du lycée, leur travail est considérable. Ils sont aussi au cœur des enjeux sociaux et politiques de leur époque, devant faire vivre une culture républicaine et laïque.

Parution – Sélections d’articles en histoire de l’éducation

Antonin Dubois, “Organiser les étudiants. Socio-histoire d’un groupe social (Allemagne et France, 1880-1914)”, éditions du Croquant, 20

Comment les étudiants sont-ils devenus un groupe social, organisé et reconnu comme tel ?

En France comme en Allemagne, ce livre révèle le rôle décisif des organisations étudiantes dans ce processus. Instances de représentation et de socialisation, elles ont contribué à faire des étudiants un groupe aux caractéristiques communes.

En articulant rapport à l’État et sociabilité associative, formes de socialisation et manifestations politiques, négociations avec les pouvoirs publics et catégorisation ou encore alliances nationales et conflits locaux, l’auteur retrace la formation des étudiants comme groupe entre 1880 et 1914 et les origines des formes actuelles de leur organisation.

 Antonin Dubois est docteur en histoire de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et de l’Université de Heidelberg. Ses recherches portent sur l’histoire contemporaine des étudiants et des universités en France, en Allemagne et plus largement en Europe.

Parution – Juliette Fontaine, “Vichy face aux instituteurs. Réformer les politiques scolaires en contexte autoritaire”, Dalloz, 2021

Sous Vichy, une réforme de l’institution scolaire en rupture avec l’École républicaine est affichée comme prioritaire par les gouvernants du nouveau régime et des décisions sont prises en ce sens : les principes de la citoyenneté affirmés dans les lois Jules Ferry et les acquis démocratiques de l’entre-deux-guerres sont contestés. Comment et à quelles conditions le Gouvernement de Vichy a-t-il réformé le secteur de l’éducation alors que le corps enseignant sur lequel reposent les politiques scolaires sous la Troisième République lui est majoritairement hostile ? C’est la question à laquelle cette thèse propose de répondre, dans la continuité des travaux qui critiquent la mise à distance de la dimension politique de l’action publique et qui interrogent les tournants de l’action publique notamment dans des contextes autoritaire et d’alternance politique. Pour ce faire, la thèse retrace la fabrique des politiques scolaires sous Vichy, de leur émergence à leur mise en œuvre, en prêtant attention aux configurations historiques et polico-administratives particulières dans lesquelles elles s’inscrivent. En nous appuyant principalement sur l’analyse de revues professionnelles et militantes, d’archives nationales et départementales, ainsi que de biographies et de mémoires d’instituteurs, nous montrons d’une part que les changements impulsés par Vichy sont préparés sous la Troisième République et trouvent leur fondement dans des alliances nouées entre de futurs dirigeants du régime et une branche conservatrice et minoritaire du groupe enseignant ; nous montrons d’autre part que même si le nouveau régime se donne pour priorité le renouvellement du corps enseignant, les pratiques professionnelles et les habitus des instituteurs sur le terrain entravent les politiques décidées au sommet de l’État français. Au final, cette thèse contribue plus largement à la réflexion sur les capacités réformatrices et les limites du volontarisme politique.

Ressource – Le fonds d’histoire de l’éducation du SCD de l’Université de Limoges

Photo : Sandrine Chaumeton, SCD de l’Université de Limoges.

Présentation du fonds

Bien que l’Université de Limoges n’ait été fondée qu’en 1968, son Service commun de la documentation conserve et présente à ses publics des fonds plus anciens. Parmi eux, le fonds d’histoire de l’éducation, conservé dans les bibliothèques de l’INSPÉ de l’académie de Limoges à Limoges et Tulle, sera regroupé à Limoges et rendu accessible dans le courant de l’année 2021. Il compte environ 20 000 documents, majoritairement issus des bibliothèques des anciennes écoles normales d’instituteurs et d’institutrices de l’académie de Limoges (Limoges pour le département de la Haute-Vienne, Guéret pour la Creuse, Tulle pour la Corrèze), auxquels s’est ajoutée la collection réalisée par l’association locale « sauvegarde du patrimoine scolaire », et quelques dons des anciennes bibliothèques des CDDP du Limousin ou de particuliers. Il s’agit globalement de :

  • manuels scolaires publiés depuis la première moitié du 19e siècle,
  • textes officiels,
  • revues et ouvrages relatifs à la pédagogie et à la didactique des disciplines,
  • petits matériels pédagogiques autrefois utilisés dans les écoles.
Continuer la lecture de « Ressource – Le fonds d’histoire de l’éducation du SCD de l’Université de Limoges »

Expositions virtuelles – L’enseignement dans la capitale sous la Troisième République (Archives de Paris)

Entrée de l’école de garçons, 15 rue Sorbier (Paris, 1927). Cote : Archives de Paris, 11Fi 894.

Les Archives de Paris conservent d’importants fonds sur les écoles primaires de la capitale. Anciens élèves à la recherche d’informations sur leur parcours scolaire ou historiens soucieux de retracer l’histoire d’une école peuvent venir découvrir ces sources très variées.

Témoignages précieux et émouvants d’une histoire de l’enseignement à Paris, ces documents ont été collectés à l’issue d’un travail de longue haleine. Une première campagne est menée dans les années 1990, sans caractère systématique mais pour répondre à une urgence de sauvegarde à l’occasion de travaux ou pour faire face à des dégâts matériels. De 2006 à 2009, une politique volontariste étend l’effort de collecte à l’ensemble des écoles primaires et établissements secondaires parisiens. 550 versements, représentant plus de 200 mètres linéaires d’archives, ont ainsi été collectés.

Un guide des fonds a été publié en 2013 par les Archives de Paris sous la direction de Geneviève Profit, Rosine Lheureux et Olivier Muth, pour accompagner les chercheurs. L’ouvrage, Deux siècles d’enseignement public à Paris, XIXe – XXe sièclestome 1 : Les archives des écoles primaires, état des versements, documents de 1842 à 2006, est en vente à la caisse des Archives de Paris.

Cycle de conférences – “L’Ecole à Paris. Saison 2 : Enseignants, élèves et disciplines” (Archives de Paris, 2020).

Attention, séances reportées en octobre, novembre et décembre 2020.

Cycle de conférences les jeudis, de 17h à 18h30. Entrée libre dans la limite des 100 places disponibles et dans le respect des consignes de sécurité. 

  • 6 février 2020

Les fondateurs de l’école républicaine. La première génération des instituteurs sous la IIIe République. par Jérôme Krop, Maître de conférences en histoire contemporaine, CREHS, Université d’Artois.

  • 19 mars 2020 – Reporté au 15 octobre 2020

La photo de classe, source pour une autre histoire de l’école. par Sylvain Wagnon, Historien, professeur en sciences de l’éducation, Université de Montpellier.

  • 23 avril 2020 – Reporté au 3 décembre 2020

Les maîtresses de pensionnat parisien au XIXe siècle. par Rebecca Rogers, Professeure en histoire de l’éducation, département Sciences de l’éducation, Université de Paris, Cerlis, CNRS.

  • 4 juin 2020 – Reporté au 26 novembre 2020

Le sport est-il une pratique éducative ?, par Michaël Attali, Professeur des Universités, UFR STAPS – Université de Rennes 2. 

  • 18 juin 2020 – Reporté au 5 novembre 2020

Ordres et désordres dans l’empire du Milieu”. Les élèves et la discipline dans les lycées de l’académie de Paris (1848-1968), par Pierre Porcher, Doctorant en histoire à Sorbonne Université, Centre d’histoire du XIXe siècle et Centre de recherches et d’études d’histoire et sociétés.

Archives en ligne – dessins d’enfants et registres d’inscription dans les écoles de la ville de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)

Dessins d’enfants de 1943

Pendant l’Occupation, à la fin de l’année 1943, les enfants de toutes les écoles de Saint-Denis ont été amenés à participer à un concours de dessins visant à promouvoir l’action humanitaire du régime de Vichy. Il s’agissait, pour chaque enfant, de mettre en avant de manière réaliste et percutante l’importance et l’efficacité du travail social du Secours national.

Le Secours national, oeuvre philanthropique pétainiste, avait obtenu, dès 1940, le monopole de la collecte privée de fonds, à charge pour lui d’en redistribuer une partie à d’autres associations caritatives. Outre les collectes privées, le Secours national recevait des subventions d’Etat. Il se finançait aussi par le produit de la confiscation et de la vente des biens juifs. 

Registres d’inscription 1837-1901

En 1836, une circulaire prévoit un registre matricule d’inscription des enfants fréquentant les salles d’asile. Et le 17 avril 1866, un arrêté rend obligatoire la tenue d’un registre matricule de tous les élèves inscrits à l’école. Les registres sont renseignés par les responsables des écoles communales primaires qui doivent noter les enfants, dans l’ordre chronologique de leur inscription.

Les listes mentionnent nom et prénom(s) de l’enfant, date et lieu de naissance, adresse et date d’inscription avec parfois la profession des parents ou encore des appréciations sur la conduite, la santé ou les aptitudes scolaires de l’élève. On peut également y trouver des renseignements relatifs à l’état civil, à la carrière et aux qualifications du personnel enseignant.

Ces registres sont riches d’informations sur le degré d’instruction, l’orientation scolaire, les relations entre enseignants et parents, le vocabulaire utilisé par les enseignants.

Publication – Gustave Stoskopf, un étudiant alsacien à Paris (1887-1894), textes présentés par Pierre Rézeau, Nicolas Stoskopf et Daniel Zimmer

Editions du Signe, 2019.

Gustave Stoskopf, un étudiant alsacien à Paris (1887-1894), textes présentés par Pierre Rézeau, Nicolas Stoskopf et Daniel Zimmer, Strasbourg, Éditions du Signe, 2019, 479 p. (ISBN 978-2-7468-3736-2, 25 €)

Résumé : le 12 novembre 1887, Gustave Stoskopf, un jeune homme de dix-huit ans, quitte Brumath, alors en Alsace allemande, et part à Paris pour y apprendre la peinture. Ces années d’apprentissage sont connues par la correspondance régulière qu’il entretient avec sa mère et par un récit autobiographique sur la vie d’artiste à ParisLa publication parallèle de ces deux documents inédits offre un témoignage sur l’enseignement des Beaux-Arts délivré à la fin du XIXe siècle dans les académies Colarossi et Julian, mais aussi à Munich où l’artiste fait un bref séjour en 1892. Au fil des lettres, c’est en même temps tout un vécu qui s’exprime, entre une mère inquiète, en attente de nouvelles, et un fils qui raconte et veut rassurer, entre un horizon assombri par la maladie incurable d’un fils cadet et les espérances du succès de l’aîné, entre la difficulté de vivre sous le régime prussien et celle d’être considéré comme un Allemand à Paris. Quant à la langue et à ses maladresses, elles témoignent également de ce moment de l’histoire d’Alsace et participe de l’émotion qui se dégage de cet échange.

Gustave Stoskopf (1869-1944) fera carrière à Strasbourg comme peintre, auteur dramatique, galeriste, patron de presse.

Publication – Maryse Cuvillier, Des mathématiques pour les filles ? L’exemple de l’enseignement primaire de la Somme de 1881 à 1923

Presses universitaires du Septentrion, 2019.

À l’école primaire de la fin du XIXe siècle, les performances des filles en mathématique sont inférieures à celles des garçons. Sont-elles privées de « la bosse des maths » ou y-a-t-il d’autres raisons à cette situation ? De nouveaux programmes sont publiés à partir de 1881. L’enseignement mathématique se veut « pratique », il vise aussi à développer la réflexion. Ces finalités seront-elles atteintes ? Cela améliorera –t-il les résultats des filles ?

Cet ouvrage entend apporter des réponses à ces questions en étudiant l’histoire de l’enseignement mathématique féminin au primaire, par le biais de sa mise en œuvre dans la Somme. S’appuyant sur des sources très variées, il comble un vide historiographique, ce sujet ayant été peu exploré jusqu’à présent. L’auteure s’attache à entrer non seulement dans les classes, mais aussi dans les salles d’examen, pour saisir les enjeux de cet enseignement, les décalages entre le national et le local, précisant ainsi la culture scolaire acquise par ces élèves.

Soutenance d’Antonin Dubois : “Organiser les étudiants. Mobilisations collectives et formation d’un groupe social (Allemagne et France, 1880-1914)”

  • Date :Vendredi 22 mars 2019 – 14:00
  • Lieu : EHESS (salle 8), 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Cette thèse s’attache à comprendre comment, d’individus rattachés entre eux par une inscription bureaucratique à un établissement d’enseignement supérieur, les étudiants en France et en Allemagne ont pu devenir un groupe social, dont les membres sont reliés entre eux par des organisations, qui cherchent à défendre leurs intérêts et besoins spécifiques. Le tournant des années 1870-1880 marque dans les deux pays un changement majeur, celui d’une autorisation et d’une acceptation grandissante des organisations étudiantes par les pouvoirs publics, tant universitaires et politiques. Ce changement est retracé dans la longue durée, par l’étude des répressions politiques des mouvements étudiants et de la transformation de la relation entre étudiants et État-nation (en construction) depuis le début du XIXe siècle.     Ces organisations étudiantes constituent des instances de socialisation. Il s’agit autant pour leurs membres d’acquérir des compétences politiques pratiques, que de compléter leurs cursus universitaires grâce à des conférences ou à des groupes ou encore qu’à renforcer leurs corps par des exercices physiques. Une lutte concurrentielle s’établit entre elles autour d’un grand nombre d’enjeux entre les années 1870/80 et la Première Guerre mondiale, période plus spécifiquement étudiée dans cette thèse : représentation des étudiants, relations avec les pouvoirs publics, insertion dans l’espace urbain universitaire, insertion dans la société élitaire locale et nationale, obtention d’avantages matériels et intellectuels pour les membres, développement d’une sociabilité commune. Par ces concurrences, les étudiants contribuent à la formation d’un espace social qui leur est propre et que nous avons appelé espace des organisations étudiantes.     Par l’analyse de cet espace social et par un intérêt constant au rapport des étudiants à la politique et à l’État-nation, il est possible de comprendre comment la place et le rôle des étudiants dans l’université et la société a été transformée au tournant des XIXe et XXe siècles et, partant, comment ils ont pu former un groupe social.

JURY :

  • M. Gérard Noiriel (Directeur de thèse), EHESS
  • Mme Katja Patzel-Mattern (Directrice de thèse), Universität Heidelberg
  • M. Christophe Charle, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne
  • M. Lutz Raphael, Universität Trier
  • M. Jakob Vogel, Centre Marc Bloch (Berlin)
  • Mme Bénédicte Zimmermann, EHESS

Radio – Cycle “éduquer dans son temps” de la Fabrique de l’histoire (Emmanuel Laurentin, France Culture)

Séminaire – “Mobilités institutionnelles dans les institutions disciplinaires”

Le GRID (groupe de recherche sur les institutions disciplinaires) organise un séminaire dont les réflexions pour 2017-2018 sont consacrées aux “mobilités institutionnelles dans les institutions disciplinaires”.

La prochaine séance du séminaire aura lieu le mercredi 28 mars 2018 de 17h à 20h au 17 rue de la Sorbonne, salle Fossier (escalier C, 3e étage).

  • Jérôme Krop (Laboratoire CREHS, université d’Artois) : « La mobilité des enseignants de la première génération des instituteurs et institutrices de la Troisième République dans la Seine : un reflet de la structuration du champ de l’enseignement primaire (1870-années 1920) »
  • Mathieu Marly (IHRiS, Université de Lille) et Lionel Kesztenbaum (INED) : « Les mobilités inter-armes dans l’armée française durant la Première Guerre mondiale »

 

  • Présentation du GRID : https://grid.hypotheses.org/a-propos
  • Programme du séminaire 2017-2018 : https://grid.hypotheses.org/programme-2017-2018

Soutenance d’Yves Verneuil, La représentation des professeurs de lycée (1880-1940)

Lundi 7 décembre (Sorbonne, salle des Actes, 15h30), Yves Verneuil (maître de conférences, Université de Reims), soutiendra son HDR sur le thème “Corporatisme, amicalisme et syndicalisme : la représentation des professeurs de lycée (1880-1940)“, sous la direction de Jean-Noël Luc.

Jury:

  • Pr. Gilles BAILLAT, Président de l’Université de Reims Champagne-Ardennes
  • Pr. Philippe BUTON, Université de Reims Champagne-Ardennes
  • Recteur Jean-François CHANET, IEP de Paris
  • Pr. Jean-François CONDETTE, Université d’Arras
  • Pr. Jean-Noël LUC, Université Paris-Sorbonne
  • Pr. André D. ROBERT, Université Lumière Lyon 2
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search