Parution – Encyclopédie ENHE : « D’une éducation pour l’Europe à une éducation européenne »

Nouveau bloc de notices dans l’ENHE :

Parution – Jussi Välimaa, « A History of Finnish Higher Education from the Middle Ages to the 21st Century », 2020.

This book unravels the origins, continuities, and discontinuities of Finnish higher education as part of European higher education from the Middle Ages to the 21st century. It describes the emergence of universities in the Middle Ages and the Finnish student, and  moves on to the Reformation and the end of Swedish rule. It then discusses the founding of the Royal Academy of Turku, its professors and governing bodies, its role as a community, student numbers, the research and controversies. Travelling through the age of autonomy, the first decades of independence and the Second World War, the book examines the expansion of higher education, the development of the system, and the establishment of polytechnics. It concludes by analysing the multiple institutional and organisational layers of Finnish higher education. Altogether, the book offers an historical study that shows how and why education and higher education have been important in the process of making the Finnish nation and nation state.

Publication – Livia Prüll, Christian George, Frank Hüther, « Universitätsgeschichte schreiben. Inhalte – Methoden – Fallbeispiele » [Ecrire l’histoire des universités. Contenu – méthodes – études de cas], 2020.

Allemand : In Vorbereitung auf die 75-Jahrfeier der Johannes Gutenberg-Universität Mainz hat der Forschungsverbund Universitätsgeschichte Wissenschaftlerinnen und Wissenschaftler aus Deutschland, Österreich und der Schweiz versammelt. Dieser Band präsentiert die Ergebnisse dieser Zusammenkunft. Im Zentrum stehen die Fragen nach dem Forschungsgegenstand der neueren Universitätsgeschichte sowie nach Methoden und Zugängen zur Erforschung der Universitätsgeschichte nach 1945. Ergänzt um einen Beitrag zur Universitätsgeschichte der DDR wird dabei der aktuelle Forschungsstand beleuchtet. Zwei Einzelbeispiele vermitteln schließlich den Umgang von Universitäten mit ihrer jüngeren Geschichte.

Anglais : In preparation of the 75th anniversary of the Johannes Gutenberg University Mainz the Research Alliance for the university history gathered scholars from Germany, Austria and Switzerland. This volume presents the proceedings of this meeting. The volume focuses on the recent history of the university as a field of research as well as methods to explore the history of the university after 1945. A contribution on the history of the university in the German Democratic Republic (GDR) highlights the current state of research. Two examples convey how universities cope with their recent history.

Publication – Laurent Cosnefroy, Jean-Marie De Ketele, Bernard Hugonnier, Philippe Parmentier, Donatella Palomba, Stamenka Uvalic-Trumbic, « L’internationalisation de l’enseignement supérieur. Le meilleur des mondes ? », De Boeck supérieur, 2020.

Ce livre est le premier qui propose un bilan critique de l’internationalisation de l’enseignement supérieur en abordant à la fois les aspects politiques, économiques, institutionnels et pédagogiques.

L’enseignement supérieur s’est massivement internationalisé ces dernières années. Dans tous les pays les plus développés économiquement, les universités cherchent à capter un public d’étudiants étrangers, à envoyer elles-mêmes leurs étudiants à l’étranger et à recruter des enseignants-chercheurs étrangers. Les finalités assignées sont multiples, parmi lesquelles mieux préparer les étudiants à travailler dans un monde multiculturel et globalisé, obtenir une meilleure visibilité à l’international en accédant au statut « d’université de classe mondiale », se manifestant entre autres par un classement en bonne place dans les palmarès les plus réputés (Shanghai, Times Higher Education).

L’objectif de ce livre est de proposer une analyse globale du processus d’internationalisation de l’enseignement supérieur en examinant les aspects politique, économique, institutionnel et pédagogique et en clarifiant plusieurs concepts utilisés dans ce domaine tels que globalisation, éducation transnationale, citoyenneté globale, compétence interculturelle, mobilité internationale et internationalisation chez soi. L’ouvrage développe en outre différents scénarios d’évolution de l’internationalisation de l’enseignement supérieur et avance des propositions pour qu’elle soit plus équitable et plus sociale.

Publication – Mercedes Pérez Montes (dir.), « Historia del Archivo de la Universidad Complutense de Madrid (1836-2006) », 2019.

Resumen. Los archivos, habituales fuentes de información para la Historia, pueden también convertirse en objeto de estudio. Conocer sus orígenes, su lugar dentro de las instituciones, su ubicación, las personas que los han servido, los fondos que se han ido incorporando y los que se han perdido irremediablemente, resulta imprescindible para comprender su presente. En el caso del Archivo de la Universidad Complutense de Madrid, era necesario dar un paso más allá. Para reconstruir su trayectoria, resulta ineludible asomarse a la evolución de las políticas educativas y archivísticas del país, y a la de la propia Universidad. Estas páginas intentan recoger todos estos aspectos, sin restar relevancia a su protagonista principal: el Archivo.

Publication – Matthew Andrews, « Universities in the Age of Reform, 1800–1870. Durham, London and King’s College », 2018.

This book considers a crucial moment in the development of English higher education, and also provides a new and comprehensive history of the early decades of Durham University. During the Age of Reform innovative ideas about the role and purpose of a university were moving at an unprecedented pace. Proposals for new institutions in all parts of the country were developing quickly and resulted in the foundation of Durham University, London University (later re-styled University College, London), and King’s College, London. While normally overshadowed by the London institutions, this book demonstrates not only that Durham attempted to produce a far broader institution than any historian has given its founders credit for, but that a remarkable attempt at a third-way in English higher education has been neglected. Matthew Andrews therefore not only provides the first fully researched account of this important national institution since 1932, but also carefully situates Durham in its contemporary context, and alongside the two other most prominent emerging institutions of that time.

Publication – Francisco Javier Alejo Montes, « La cofradía en defensa de los estudiantes presos en la cárcel de la Universidad de Salamanca del siglo XVI », 2016.

Desde el siglo XIV hasta principios del siglo XIX los miembros del gremio universitario salmantino estuvieron bajo la jurisdicción del juez del Estudio, llamado maestrescuela, que contaba con el apoyo de la audiencia escolástica (formada por jueces, fiscales, procuradores, notarios y alguaciles) y disponía de una cárcel propia para quienes delinquían. En la segunda mitad del siglo XVI se produce un claro deterioro del ejercicio del poder por parte del maestrescuela y su audiencia (con abusos, detenciones sin pruebas, extorsión a los detenidos, dilaciones en los juicios…), por lo que el rector, un estudiante, plantea en el claustro universitario la creación de una cofradía para ayudar y defender a los estudiantes que, al ser apresados, quedaban totalmente desvalidos. Los estatutos de esta cofradía son aprobados por el claustro de la Universidad y sancionados por Felipe II en 1568, pero el maestrescuela pone todos los medios a su alcance (¡incluida la excomunión!) para impedir su ejecución, lo cual es fuente de graves tensiones y conflictos a lo largo del siglo.

AàC – « Education et crise sanitaire », revue Carrefours de l’éducation

Carrefours de l’éducation lance un appel à projet d’articles sur la crise sanitaire et ses conséquences éducatives. Le dossier sera coordonné par Bruno Poucet, Julien Cahon, Lucie Mougenot et Mickaël Le Mentec.

Le dossier comportera environ 6-8 articles (autour de 35 000 signes, en respectant les normes qui seront adressées ultérieurement aux contributeurs retenus), une note de synthèse (autour de 60 000 signes), et deux articles internationaux (en français d’environ chacun 35 000 signes).

Un résumé de 1500 signes précisant les sources mobilisées (archives, enquêtes, entretiens, publications, autres), est attendu pour le 15 septembre 2020 ; une réponse sur l’acceptation du projet sera donnée dans le mois qui suit.

Les articles seront à remettre le 30 janvier 2021 (dernier délai) pour une parution prévue au plus tard dans le numéro 54 de décembre 2022.

La question de la continuité éducative a été l’un des défis majeurs pendant la période de confinement et pendant la période qui suit. Ce défi peut se prolonger si une seconde vague épidémiologique devait être constatée, ou en cas d’autres épisodes pandémiques dans les années à venir. Il concerne l’ensemble du système éducatif, quels que soient les niveaux, les secteurs et les filières d’enseignement ou de formation.

Report du X Atelier Héloïse : Universities in Europe: common contexts and local peculiarities through source analysis au 29-31 mars 2020

X Atelier Héloïse – “L’Europa delle Università: contesti comuni e peculiarità locali dalle origini all’età contemporanea”

La pandemia che affligge il Pianeta da diversi mesi ha prodotto un sovvertimento della maggior parte delle attività programmate in precedenza. Il forte desiderio di riaffermare una condizione di normalità nel nostro comune lavoro è tuttora ostacolato dalle necessarie misure sanitarie che restano, per il momento, l’unica arma efficace per contrastare le luttuose conseguenze del Covid-19. Ci troviamo pertanto oggi costretti ad annullare il nostro incontro previsto per il 3-5 settembre 2020. 

Dopo i necessari contatti con i responsabili delle strutture universitarie e alberghiere per annullare gli impegni già assunti, abbiamo potuto procedere ad individuare la nuova data per lo svolgimento del X Atelier Héloïse. In accordo con i Colleghi Jean-Philippe Genet, presidente del Comitato Héloïse, e Mordechai Feingold, presidente dell’ICHU, il Comitato organizzativo ha fissato lo svolgimento del X Atelier Héloïse a Bologna nei giorni 29-31 marzo 2021, avendo già provveduto a trasferire a tale data tutte le prenotazioni necessarie allo svolgimento del nostro Convegno e dell’assemblea dell’International Commission for the History of Universities.Chiediamo a tutti la cortesia di rispondere a questa e-mail, confermando la propria partecipazione al nuovo appuntamento del 29-31 marzo 2021, e impegnandoci nel contempo a mantenervi costantemente informati. 

X Héloïse Workshop – “Universities in Europe: common contexts and local peculiarities through source analysis”

The pandemic that has plagued the planet for several months forced us to reschedule most of the previously planned activities. The strong desire to reaffirm a normal condition in our common work is still hindered by the necessary health measures which remain, for the moment, the only effective weapon to counter the mournful consequences of Covid-19. Today we have therefore to cancel our meeting scheduled for 3-5 September 2020.

After the necessary contacts with the managers of the university and hotel structures to cancel the reservations already made, we had finally rescheduled the X Atelier Héloïse.In agreement with colleagues Jean-Philippe Genet, president of the Héloïse Committee, and Mordechai Feingold, president of the ICHU, the Organizing Committee has set the new dates for the X Héloïse Workshop and the meeting of the International Commission for the History of Universities in Bologna on29-31 March 2021.

Parution – L’Histoire de l’université de Toulouse

Nous vous annonçons la publication de deux des trois volumes de l’Histoire de l’université de Toulouse du Moyen Age à nos jours, co-dirigés par Caroline Barrera et Patrick Ferté :
 
le volume 1 qui concerne la période médiévale, rédigé par Jacques Verger et Patrice Foissac
 
le volume 3 qui porte sur la période contemporaine, dirigé par Caroline Barrera.
 
Le volume 2 (période moderne), rédigé par Patrick Ferté, paraîtra très prochainement.
 
Toutes les informations complémentaires sont disponibles ici.
 
 
 

Soutenance – Farah Hany George Ramzy, « Renégocier le politique sur le campus : Engagement étudiant en Egypte post-2011 »

Renégocier le politique sur le campus : Engagement étudiant en Egypte post-2011

La soutenance aura lieu le 16 octobre 2019 à 14h00 à l’Université Paris Nanterre,  200 Avenue de la République, 92000 Nanterre, Bâtiment Simone Veil, Salle des Actes (F.141) 

Le jury sera composé de :

  • Mounia BENNANI-CHRAÏBI, Professeure, Université de Lausanne (Co-directrice de la thèse)
  • Assia BOUTALEB, Professeure, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (Rapporteure)
  • Sophie DUCHESNE, Directrice de recherche au CNRS, Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux (Co-directrice de la thèse)
  • Dina EL-KHAWAGA, Professeure, American University of Beirut  (Rapporteure)
  • Olivier FILLIEULE, Professeur, Université de Lausanne (Président du jury)
  • Sandrine LEFRANC, Chargée de recherche au CNRS, Université Paris Nanterre  (Examinatrice) 

Résumé : cette thèse étudie les transformations des modes d’action politique des étudiants des universités Égyptiennes. L’enquête, qui mêle entretiens et observation parmi plusieurs groupes d’étudiants actifs entre 2011 et 2015, remet en perspective la conception historique de l’action politique étudiante dans ce pays. La mise en évidence de la multiplicité de formes, niveaux et enjeux des organisations et des mobilisations étudiantes permet de souligner les transformations sur le long terme et de les situer par rapport aux changements du système d’enseignement supérieur, et des reconfigurations plus larges du système politique. Cette thèse étudie comment être étudiant en Égypte produit des manières spécifiques de dire et de faire le politique. Elle démontre que l’articulation de la charge politique historiquement associée au statut étudiant, des réformes du système d’enseignement supérieur dans les années 1990s et des dynamiques de court terme générées par la révolution de 2011 et l’intervention militaire de 2013, offre aux acteurs un espace pour négocier les significations qu’ils attribuent à leurs engagements. Le politique se manifeste alors sous des formes et à des niveaux divers, et notamment dans les interstices entre ce que les acteurs disent et ce qu’ils font, et dans les dans luttes autour de l’étiquetage politique des activités.

Soutenance – Laurène Le Cozanet, La professionnalisation des études. Quand l’université (s’)adapte à l’économie

La professionnalisation des études. Quand l’Université (s’)adapte à l’économie

La soutenance aura lieu le mardi 8 octobre 2019, 14h, à l’université Paris Dauphine, salle D 520.

Le jury sera composé de :

  • Mme Christine Musselin, directrice de recherche au CNRS, CSO, rapporteure
  • M. François Sarfati, professeur à l’université d’Évry Val d’Essonne, CEET, rapporteur
  • M. Dominique Damamme, professeur émérite à l’université Paris Dauphine-PSL, Irisso
  • M. Laurent Jeanpierre, professeur à l’université Paris 8 Saint-Denis, Cresspa
  • Mme Emmanuelle Picard, maîtresse de conférences à l’ENS de Lyon, Triangle
  • Mme Brigitte Le Grignou, professeure émérite à l’université Paris Dauphine-PSL, Irisso

Résumé de la thèse : cette thèse analyse comment les universités françaises relaient l’exigence de « professionnalisation des études ». Elle restitue le foisonnement de mobilisations, de conflits, de logiques institutionnelles et de dispositifs sur lesquels repose ce changement de régime universitaire. L’analyse est fondée sur des matériaux (archives, entretiens, observations) recueillis au cours d’une triple enquête : une recherche historique sur le succès de la professionnalisation comme catégorie du gouvernement des formations, une étude multisituée de la politique de professionnalisation qui se révèle mise au service d’une mise en relation optimale entre universités et économie, et une comparaison des usages de la professionnalisation dans les départements de lettres, de droit et de physique de trois établissements. Présentée comme une ressource pour les étudiants confrontés à un avenir incertain et pour les personnels aux prises avec une remise en cause de leur « utilité sociale », la professionnalisation est aussi un moyen de gouverner les universités.

Parution – Axe « éducation, enseignement et formation » de l’Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe

L’axe de recherche Éducation, enseignement, formation, propose des analyses historiques comparatives de l’évolution des idées et des pratiques éducatives, des structures des systèmes éducatifs des pays européens et des enseignements, disciplinaires ou non, ainsi que des formations professionnelles.

Parution – « Les reconfigurations des universités françaises : entre influences internationales et particularismes nationaux », Revue française d’administration publique

RFAP, 2019

Résumé : au cours de la dernière décennie, le système d’enseignement supérieur français a fait l’objet d’une vague de réformes au rythme et au contenu inédits dans son histoire. Le renforcement de l’autonomie des universités, l’introduction de la mesure de la performance de la formation supérieure et de la recherche scientifique, la distinction d’unités de recherche et d’établissements d’excellence, la construction d’universités de « taille critique »… sont autant de politiques qui visent à répondre à un nouvel ordre européen et global au sein duquel les universités françaises sont appelées à devenir de véritables acteurs de l’économie de la connaissance, mais aussi à améliorer leur positionnement dans un paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche désormais internationalisé et concurrentiel. Ce dossier thématique, qui réunit des contributions de scientifiques d’horizons disciplinaires différents, d’experts et praticiens de l’administration du secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche, examine la nature et le degré de changement de la configuration universitaire à la française, en analysant tour à tour les transformations de la profession académique, de la gouvernance des universités et de leurs modes de pilotage par l’État, dans un contexte européen et international qu’il n’est plus possible d’ignorer.

AàC – La relation maîtres/étudiants (1850-1950), revue « Les études sociales »

  • Deadline : 1er mai 2019
  • Envoi des 1re versions : 1er novembre 2019

Argumentaire

Ce dossier à paraître dans Les Etudes sociales (1er semestre 2020) voudrait se focaliser sur la fonction enseignante dans les sciences sociales entre 1850 et 1950 sous l’angle de la transmission, en interrogeant ses formes et ses contenus. On oublie souvent que la plupart de ceux qui font figure de « maîtres » dans la mémoire collective des sciences sociales furent très souvent aussi des enseignants. L’historiographie néglige cette dimension du magistère et par là l’activité d’enseignement ; elle néglige ainsi les cours et leurs contenus, les publics et leur rôle stimulant. Si l’on connaît les auteurs par leur « œuvre », que sait-on de leur activité de transmission dans le « face à face pédagogique », de leur ressenti, de leurs étudiants, de la marque qu’ils eurent sur eux (et réciproquement), de l’influence, de l’empreinte qu’ils ont pu exercer les uns sur les autres ? Le but de ce dossier est de lever un coin du voile sur cette dimension négligée de l’histoire des sciences sociales, pourtant riche de promesses.

Débat – Qu’est ce qu’une université de « rang mondial » ?

Depuis le début des années 2000, les universités françaises ont subi de profondes transformations : fusions, création de méta-établissements financés par les plans d’investissements d’avenir (PIA) : IDEX, LABEX, EQUIPEX, mais aussi primes d’excellence, encouragement à la création d’entreprise, etc. L’objectif affiché par les décideurs publics est, à travers ces transformations, d’amener un certain nombre d’établissements français à atteindre « un rang mondial », sur un supposé marché globalisé de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR). Université de « rang mondial », world class university en VO : à quoi renvoie cette expression qui fait désormais florès ? Si Harvard, Stanford, Oxford ou Cambridge viennent immédiatement à l’esprit pour illustrer cette vue, quel sens lui donner dans le contexte français ? Pourquoi et comment la rhétorique de l’excellence internationale s’est-elle imposée dans les cénacles politiques de l’ESR ? Au-delà du rang dans le classement de Shangaï, régulièrement mis en avant, quels sont lignes directrices des réformes les plus récentes ?

Une douzaine d’années après la mise en place de la LRU, cette séance du séminaire Politique des Sciences propose, en faisant débattre chercheurs, acteurs de l’ESR et décideurs politiques, de questionner le développement des « universités de rang mondial ».

  • Christine Barats (Maître de conférences HDR, Université Paris Descartes, Céditec), « Construction médiatique du classement de Shanghai »
  • Hugo Harari-Kermadec et Romain Avouac (ENS Paris Saclay), « Classement de Shanghai et polarisation sociale du système universitaire français »
  • Christine Musselin (Directrice de recherche CNRS, Centre de Sociologie des Organisations, Sciences Po), « Se mettre à l’IDEX ou être mis à l’index. Conformations, appropriations et résistances aux instruments d’action publique dans trois sites d’enseignement supérieur »
  • Thierry Coulhon (Conseiller Education, Enseignement Supérieur, Recherche et Innovation à la présidence de la République), « Peut-on construire en France des universités de rang mondial ? »

La séance aura lieu le 14 février, de 17h à 21h en salle Lombard, au 96 bd Raspail, EHESS.

Bien cordialement, Arnaud Saint-Martin, pour PDS

Séminaires – Séances intéressant l’histoire de l’éducation et de la jeunesse

Quelques séances de séminaires consacrées à l’histoire de l’enfance, de la jeunesse, de l’éducation…

Séminaire franco-britannique d’histoire 2018-2019 (Yann Béliard, Fabrice Bensimon, Myriam Boussahba-Bravard, Emmanuelle de Champs, Jean-François Dunyach, Stéphane Jettot, Frédérique Lachaud, Arnaud Page, Sandrine Parageau) – PROGRAMME COMPLET

  • Jeudi 29 novembre : Emily Baughan (University of Sheffield) : “Saving the Children in the 1960s: the Development Decade and the Decline of Humanitarian Internationalism”

Histoire des représentations et des sensibilités, 1800-1930 (Dominique Kalifa, Eric Fournier, Centre d’histoire du XIXe siècle) – PROGRAMME COMPLET

  • Séance 6, 6 décembre 2018 : Capter les voix « d’en bas » Lecture : Anatole LE BRAS, Un enfant à l’asile. Vie de Paul Taesch (1874-1914), Paris, CNRS Ed., 2018.
  • Séance 7, 19 décembre 2018 : Dessiner l’histoire ? Lecture : Manon PIGNOT, « La jeunesse réclame son dû ». Enfants et adolescents en guerre mondiale, mémoire d’HDR, Université Paris 1, 2018, [extraits].

Histoire des derniers siècles du Moyen Âge, XIIIe-XVe siècles (Elisabeth Crouzet-Pavan, Centre Roland Mousnier) – PROGRAMME COMPLET

  • Jeudi 18 octobre 2018 : Joël Chandelier (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis): « L’enseignement de la médecine dans les universités italiennes: autour du cas d’Avicenne (XIIIeXVe siècle) »

France, Europe, monde. Quelle histoire ! ? (Christophe Charle, IHMC) – PROGRAMME COMPLET

  • Séance 10, 19 février : Christophe Charle, Internationalisation des universités et classements mondiaux du XIXe au XXIe siècle.

Publication – Charles Mercier, « René Rémond »

Présentation de l’éditeur : Qui ne se souvient du long visage de René Rémond (1918-2007), familier durant des années du petit écran les soirs d’élections ? Qui mieux que lui a traversé le XXe siècle avec ses multiples soubresauts, de l’impact des deux guerres à Mai 68, du choc de Vatican II à la sécularisation, des idéologies d’hier aux mentalités politiques d’aujourd’hui ? Plus que d’autres sans doute, il mérite le titre rare « d’historien du présent ». Charles Mercier retrace le parcours de cette figure éminente qui a formé des générations d’étudiants, sous ses différentes facettes. Celle du chercheur libre qui se consacre aux idées politiques dans la durée, au risque d’apparaître marginal. Celle de l’universitaire institutionnellement impliqué, qui préside l’Université de Nanterre et la Fondation nationale des sciences politiques. Celle de l’académicien et expert aussi, sollicité par la République pour résoudre les questions sensibles. Et surtout, il dresse le portrait d’un intellectuel chrétien engagé pour un catholicisme d’ouverture, de l’Action catholique de sa jeunesse au groupe Paroles, mais qui, au soir de sa vie, s’inquiète de l’antichristianisme. Comme l’écrit avec sympathie Pierre Nora dans sa préface : « De la Jeunesse étudiante chrétienne à la consécration publique, Charles Mercier restitue avec justesse et précision l’unité de ce parcours et la courbe de cet épanouissement. »

Publication – Le roman de l’université, René Favier

Présentation de l’éditeur:

Des témoins clés, des personnages connus, des acteurs du monde scientifique sur le plan national et international : une véritable épopée, avec ses trahisons et ses réussites, qui se lit comme un roman !

L’Université Grenoble Alpes est l’une des dix plus importantes universités françaises aujourd’hui : la cinquième par sa taille, et la plus importante de la région Auvergne-Rhône-Alpes en nombre d’étudiants. Elle est labellisée initiative d’excellence (IDEX) depuis 2016. Mais connaît-on bien son histoire ? Comment en est-elle arrivée à ce statut d’université d’excellence ?

Sur les bases d’un travail historique, de la consultation d’archives et documents d’époque et de nombreuses interviews, René Favier remonte le temps et nous dresse l’histoire de cette université depuis sa création (1339) jusqu’à nos jours.
Des rebondissements multiples et étonnants émaillent cette aventure singulière : lutte régionale pour la maîtrise des diplômes, rivalités entre professeurs, mais aussi génie et clairvoyance de ces grands chercheurs qui ont construit pierre après pierre ce qui fait la réputation d’excellence de l’université, et au-delà, du Grenoble d’aujourd’hui.

Lien vers le site de l’éditeur.