Les thèses récentes d’histoire de l’éducation

D’après la liste établie par l’AHCESR : https://ahcesr.hypotheses.org/2281

Araujo, Christophe, Être historien sous un régime autoritaire. Pouvoir et savoir au Portugal (1926-1974), thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 24 novembre 2021 à Cergy Paris Université.

Barey, Morgane, « À rude école ». La formation initiale des officiers français à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale (1940-1945), thèse en histoire soutenue le 12 février 2021, à l’Université Paris-Saclay.

Ben Ali, Azzedine Ali, Naissance et développement de l’École nationale supérieure du pétrole (E.N.S.P.) 1919-1955. Étude socio-historique, thèse soutenue le 7 décembre 2021, à l’EHESS.

Bonhoure, Jean-Francois, Les historiens à l’épreuve du temps : la production historique éditée en France des années trente au début des années cinquante, thèse soutenue le à l’Université Panthéon-Sorbonne – Paris I.

Bordes, Etienne, La Conférence des Présidents d’université (1971-2007). Une socio-histoire du gouvernement des universités, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 21 octobre 2021 à Toulouse 2.

Canet Dol, Christiane Catherine, Les adoptions en France de 1789 à 1923 rêvées, instituées et vécues, thèse soutenue le 28 juin 2021, à l’EHESS.

Chabanne, Laure, Cohabitation, union, divorce : architecture, peinture et sculpture à l’École des beaux-arts de Paris (fin du XVIIIe siècle – 1968), thèse en histoire de l’art soutenue le 4 mars 2021, à l’EPHE.

Cussey-Besançon, Maud, Collèges, lycées, écoles professionnelles et université en Franche-Comté au cœur des grandes mutations de l’éducation au milieu du XXe siècle : ruptures, renouveau et continuités (1938-1947), thèse d’histoire contemporaine soutenue le 20 novembre 2020 à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté.

Fabre, Mélanie, La craie, la plume et la tribune. Trajectoires d’intellectuelles engagées pour l’école laïque (France, années 1880-1914), thèse soutenue le 25 novembre 2021, à l’EHESS.

Hillion, Julien, Le bataillon des « nuisibles ». La colonie pénitentiaire de Belle-Ile-en-Mer (1880-1911) : parcours de vies de jeunes détenus et modèle carcéral, thèse soutenue le 26 novembre 2021 à l’Université Bretagne Sud.

Hottin, Christian, Les patrimoines de l’enseignement supérieur à Paris (fin XVIIIe-XXe siècles), thèse en histoire de l’art soutenue le 23 novembre 2021, à l’Université Paris Sciences Lettres.

Kanté, Mody, Former une élite médicale africaine à l’époque coloniale. L’École de médecine de Dakar (1918 – années 1950), thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 9 juillet 2021 à Toulouse 2.

Khalil, Dalil, Fernant Leprette, entre la France et le ministère de l’Instruction publique égyptien (1919 – 1956), thèse soutenue le 13 décembre 2021, à l’ENS de Lyon.

Laloux, Adélaïde, Les dossiers individuels de la protection de l’enfance : constitution, conservation, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 15 avril 2021 à l’université d’Angers.

Le Cocq, Cédric, Transformer l’université française après 1968 : l’université de Nanterre 1971-1988, thèse soutenue le 18 octobre 2021 à l’Université Paris Nanterre.

Legrandjacques, Sara, Voies étudiantes. Pour une histoire globale des mobilités étudiantes en Asie (Inde britannique – Indochine française, années 1850-1940), thèse soutenue le 4 décembre 2021, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Li, Jun, Les diplômés chinois revenant de France en Chine – Le cas de la province du Shandong, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 16 décembre 2021 à l’université de Paris.

Mahé, Camille, Des enfances ordinaires ? Une histoire comparée de la sortie de guerre des enfants d’Europe occidentale (Allemagne de l’Ouest, France, Italie. 1943-1949), thèse soutenue le 6 décembre 2021, à Sciecnces Po Paris.

Pabion, Lionel, Le sport embrigadé ? Les sociétés de préparation militaire en France : des loisirs militarisés (années 1880 – années 1930), thèse de doctorat en Histoire soutenue le 12 novembre 2021 à l’université de Lyon.

Parveau, Hélène, De l’école d’art de Limoges aux écoles d’art françaises : étude des caractéristiques de l’enseignement artistique, thèse en langues et littératures françaises, soutenue le 1er décembre 2021, à l’Université de Limoges.

Paul, Marielle, Une histoire du binôme conflictuel latin-français dans l’enseignement secondaire en France, du XVIIIe au XXe siècle. Pour une métadidactique de l’enseignement du français, thèse soutenue le 4 mars 2021, à l’EHESS.

Plet, Charles, La « jeune fille » et sa représentation dans le roman catholique en France (1880-1914), thèse de doctorat en Littératures française et francophone, soutenue le 15 décembre 2021 à Paris 3 en cotutelle avec l’université de Montréal.

Profillet, Lucas, Le corps en images à l’école. L’ortho-figuration corporelle dans les méthodes de lecture (1880-1960), thèse soutenue le 8 décembre 2021, à l’Université de Franche-Comté.

Taveau, Valentin, Ackerman-Laurance, Famille, négoce et industrie des vins mousseux en Saumurois au XIXè siècle (1811-1914), thèse soutenue le 20 septembre 2021, à l’Université d’Angers.

Toureille-Kotula, Aurore, L’enseignement du dessin à Perpignan (fin XVIIIe siècle – 1914) : acteurs et institutions, thèse soutenue le 30 novembre 2021 à l’Université de Perpignan Via Domitia.

Valois, Philippine, L’éveil des sens. Histoire médicale de la puberté (1750-1850), thèse soutenue le 22 octobre 2021 à l’Université d’Angers.

Zhou, Ying, L’enseignement de l’histoire de l’art à l’école secondaire sous la IIIe République française, thèse en histoire de l’art soutenue le 20 janvier 2021 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (cotutelle avec l’Université des études internationales de Shanghai).

Zhou, Zhe, Les hôtes du Fort St-Irénée. Les étudiants chinois de l’Institut Franco-Chinois de Lyon 1921-1950, thèse soutenue le 14 mai 2021 à l’EHESS.

AàC – Journée d’études – “L’université de Dole et les fondations princières en Europe au XVe siècle”, Dôle-Besançon, juin 2023

« Comme rares sont les princes sur les territoires desquels une université n’ait été fondée » : le dauphin Louis (futur Louis XI) justifiait ainsi la fondation de l’université de Valence en Dauphiné, le 26 juin 1452. Cette proposition installe la communauté des gens de savoir au cœur de l’espace politique de la principauté, et elle manifeste la conscience aiguë d’une politique universitaire princière. Fonder une université représentait un effort considérable pour le prince, dans un dialogue avec différentes autorités : la papauté qui autorisait la fondation ; la ville qui accueillait la communauté fondée ; les institutions ecclésiastiques locales qui la protégeaient ou contribuaient à son fonctionnement.

Parution – Arnaud Desvignes, “L’Université française entre autonomie et centralisme, des années 1950 aux années 1970”, CTHS, 2022

https://www.cths.fr/ed/edition.php?id=7579

Cet ouvrage est issu d’un doctorat soutenu à Sorbonne Université, sous la codirection de Jean-Noël Luc et d’Emmanuelle Picard, et qui a obtenu le Prix de thèse du CTHS 2018. Après avoir rappelé les caractéristiques de l’enseignement supérieur français avant 1968, il analyse en détail les modalités d’application de la loi Faure, en étudiant notamment le cas de trois universités : Paris VII, Picardie et Rennes I. Si Edgar Faure remet au goût du jour le principe d’« autonomie des universités », avancé par les réformateurs de la Troisième République, il intègre habilement à son projet de loi les notions de « participation » et de « pluridisciplinarité », chères à certains de ses contemporains. Nommé en juillet 1968, il réussit à faire promulguer sa loi en novembre, après un vote à l’unanimité. Malgré ses faiblesses, ce texte demeure une ligne d’horizon pour tout projet de réforme de l’enseignement supérieur français. C’est dire l’intérêt d’une étude permettant de réévaluer sa place dans l’évolution du système universitaire, alors que les questions de l’accès à l’enseignement supérieur, de la modernisation de cet enseignement et de son positionnement face à des politiques néolibérales sont, plus que jamais, d’actualité.

Introduction

  • L’épineuse question de l’enseignement supérieur
  • Pourquoi un nouveau livre sur l’enseignement supérieur ?
  • Recherches en cours et sources

Chapitre 1 : L’université française à la veille de mai 1968 : des structures surannées dans un monde professionnel modifié ?

  • Des structures pesantes
  • Des structures confrontées à la massification

Chapitre II : Un découpage des nouvelles universités prisonnier de l’ordre ancien ?

  • La constitution des UER sous l’égide d’Edgar Faure : participation et pluridisciplinarité limitées
  • L’instrument de la transition entre l’ancien et le nouveau système : les conseils transitoires
  • La formation des nouvelles universités sous le ministère Guichard : consultation des enseignants et arbitrage du pouvoir central

Chapitre III :  Les premiers pas des nouvelles universités : des assemblées provisoires à la rédaction des statuts

  • La formation des assemblées provisoires
  • La rédaction des statuts : des universités en liberté surveillée

Chapitre IV :  Jeux de pouvoirs ou le principe de participation à l’épreuve des faits

  • L’installation progressive des nouvelles institutions
  • Les nouvelles institutions face à la montée de l’abstention et à l’influence des syndicats
  • L’exercice de la présidence au risque du conflit avec les UER

Chapitre V : L’impact de la loi Faure sur les formations dispensées par les universités

  • Des débats sur la nature et le contenu des diplômes aux réflexions sur la carte universitaire
  • La réforme du DEUG
  • La réforme du troisième cycle

Chapitre VI : Les universités face au mur de l’argent (1969-1976)

  • Un budget limité, des critères de répartition contestés
  • Le vote du budget par les conseils d’université : un « bras de fer » entre le ministère et les universités (1971-1976)
  • Manque de moyens et/ou mauvaise gestion des fonds par les universités

Conclusion générale

Histoire de la Conférence des présidents d’Universités

https://franceuniversites.fr/actualite/cpu-50-ans-la-cpu-comme-objet-de-these-episode-3/

Etienne Bordes a soutenu sa thèse en histoire contemporaine en octobre dernier, à l’Université Toulouse 2 Jean-Jaurès. Passionné par l’histoire et les mutations des universités, il a consacré ces 5 dernières années à sa thèse « La Conférence des présidents d’université (1971-2007) : une socio histoire du gouvernement des universités ».

Dans ce troisième épisode, l’enseignant-chercheur met en lumière les différences de formes qui existent entre la CPU de 1971 et celle d’aujourd’hui, tant au niveau de son statut, que de son fonctionnement on encore de sa force de frappe politique.

L’évolution de la CPU va de pair avec celle de l’Université depuis 50 ans. La montée en puissance de l’autonomie des établissements donne aux présidents des prérogatives accrues. La CPU accompagne ainsi la montée en compétences des présidents et se constitue en équipe, capable de rassembler la voix de ses membres, et de porter un message unifié. En 50 ans, elle devient un acteur politique incontournable de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en France.   

CPU : Quelles sont les grandes différences entre la CPU d’aujourd’hui et celle de 1971 ?  

Etienne Bordes : En 50 ans, la CPU a acquis une assise institutionnelle et humaine importante.

En 1971, elle est présidée par le Ministre de l’Education nationale. Il faut attendre 2007 pour qu’elle devienne autonome : le Bureau, constitué de trois président·e·s d’université, est alors seul à la tête de la CPU.

A ses débuts, la Conférence est abritée dans un petit bureau de l’Université Paris 5 : une secrétaire se charge d’envoyer les convocations et de prendre les billets de transport pour les présidents. Le fonctionnement de la CPU est alors tributaire du bon vouloir et de la motivation des présidents membres.

A partir de 1990, la Conférence se dote d’une équipe permanente conséquente, qui n’a cessé de s’étoffer au fil du temps. Cela permet à la Conférence de professionnaliser son action, de mieux préparer et défendre les questions relatives aux établissements.

La professionnalisation de la fonction de président, clé de la structuration de la CPU

Les problématiques qui se posent à la CPU des origines ont certes des aspects très contemporains : formation initiale, question étudiante, formation tout au long de la vie, internationalisation sont au cœur des débats des premières réunions. Mais la manière de les examiner s’est, elle, énormément transformée depuis 50 ans à mesure de la transformation de la fonction présidentielle.

Regardons de près la façon dont la CPU s’est adaptée à traves le temps aux besoins et aux profils de ses membres :

1971-1975 Le temps des présidents fondateurs

A cette époque, les présidents fondateurs de la CPU sont tous animés d’une volonté de réforme, dans le sillage de la loi Faure de 1968. L’autonomie est leur maître-mot, et ils se battent pour que celle-ci soit budgétaire et financière. La CPU est une caisse de résonnance pour eux, mais leurs succès restent modestes.

1976-1988 Le temps des présidents politiques

Ces années marquent une évolution du profil des présidents, plus jeunes, et plus politisés, à une époque où les tensions politiques sont très fortes avec le Ministère. Ces présidents conçoivent leur métier quasiment comme un prolongement de leur action syndicale. Avec des présidents aussi bien à gauche qu’à droite de l’échiquier politique, la CPU peine à porter une ligne commune, apte à rassembler tous les établissements.

1988-2007 : le temps des présidents de contrat

Avec la mise en place de la démarche contractuelle en 1988, la fonction de président se transforme. Il acquiert un rôle administratif et se doit d’avoir une connaissance exhaustive de l’établissement et une implication totale dans toutes les strates organisationnelles de son établissement. On peut parler d’une génération de présidents passionnés, qui portent des projets d’envergure pour leur université et entendent améliorer l’enseignement supérieur dans son ensemble. Les présidents deviennent plus professionnels et les relations avec le Ministère se renforcent.

Parallèlement, la CPU monte en puissance : une équipe permanente solide sous la houlette d’un nouveau délégué général se constitue Les méthodes, le rythme et l’intensité du travail de la CPU se transforment à grande vitesse : les colloques deviennent des laboratoires d’idées et des lieux de rencontres entre les membres de l’écosystème. En 1997 la CPU se dote d’un correspondant permanent à Bruxelles, et obtient des locaux confortables au 103 boulevard Saint Michel, à Paris. Elle devient une force de proposition collective.

Depuis 2007 :  de nouveaux enjeux collectifs

La loi de 2007, dite loi Pécresse, acte la professionnalisation du métier de Président en permettant leur réélection. Elle donne aux présidents d’université la gestion autonome du budget, des ressources humaines et de l’immobilier. Elle reconnait par ailleurs l’autonomie de la CPU qui devient début 2008 une association loi 1901 reconnue d’utilité publique. La CPU se professionnalise encore davantage et devient un outil au service des présidents, bien sûr, mais aussi des universités dans leur ensemble. La Conférence renforce son offre de formations, elle entend développer une doctrine commune à tous les présidents, avec en ligne de mire l’accentuation de l’autonomie et une présence renforcée auprès des pouvoirs publics.

Force de proposition, la CPU devient un véritable acteur politique !

Mais d’un autre côté se pose pour elle les défis de sa cohésion et de son unité dans le cadre d’un espace universitaire aux logiques de plus en plus différenciées.

  • Lire l’épisode 1 « Qu’est-ce qui vous a amené à prendre la CPU comme objet d’étude ? »
  • Lire l’épisode 2 sur les spécificités d’une thèse en histoire contemporaine

AàC – “Engagements étudiants contemporains”, Nanterre, oct. 2022

Engagements étudiants contemporains/Contemporary Students involvements

Depuis les années 1960 [Bourdieu et Passeron, 1964] et plus particulièrement depuis les années 1990 en France [Fave-BoLa multiplication des recherches et des approches sur les trente dernières années fait de l’analyse des engagements étudiants un objet sinon classique, du moins largement partagé par l’ensemble des sciences humaines et sociales. Pour autant, ce foisonnement de travaux se heurte à des frontières géographiques et disciplinaires.nnet et Clerc, 2001], de nombreuses études sont conduites sur les étudiant-e-s et leurs engagements qu’ils soient politiques, syndicaux ou associatifs, dans et en dehors des organisations [Côme et Morder, 2009].La multiplication des recherches et des approches sur les trente dernières années fait de l’analyse des engagements étudiants un objet sinon classique, du moins largement partagé par l’ensemble des sciences humaines et sociales. Pour autant, ce foisonnement de travaux se heurte à des frontières géographiques et disciplinaires.

En s’inscrivant dans des thématiques plus larges (sociologie de la jeunesse, de l’éducation, des organisations, analyse des politiques publiques, etc.), cet objet d’études se trouve confronté à la problématique de sa définition. Le terme d’engagement, d’abord, recouvre tout à la fois des collectifs (formels ou informels) aussi différents et variés que le sont les mouvements sociaux et les pratiques bénévoles [Becquet, 2014], mais également le rapport qu’entretiennent les étudiant-e-s à leurs filières et établissements [Thoury, 2017; Stuppia et Haute, 2021]. Ils et elles ne constituent d’ailleurs pas un groupe figé synonyme de jeunes adultes inscrits dans un cursus d’enseignement supérieur, tou-te-s n’étant pas “étudiants au même degré” [Grignon et Gruel, 1999: 11] et ne disposant pas des mêmes ressources favorisant (ou non) la participation à la vie démocratique de l’université [Le Mazier, 2014; Legois, Marchal et Morder (coord.), 2020], notamment pour les plus précaires. Cela a sans doute été renforcé par l’actuelle pandémie de la COVID-19.

La dimension spatiale apparaît aussi primordiale: si les dénonciations de la globalisation néolibérale des savoirs sont récurrentes depuis le tournant des années 2000 [collectif ACIDES, 2015], d’importantes disparités persistent entre les universités du nord et du sud de la planète [Bessant, Mejia-Mesinas et Pickard (dir.), 2021a] mais également à l’intérieur du même hémisphère, en raison notamment des niveaux de privatisation, des coûts (frais d’inscription) et de la compétitivité de chaque système d’enseignement [Bessant, Meja-Mesinas et Pickard (dir.) 2021b]. Notons enfin que le terme “étudiant” désigne, selon les pays, également les lycéens dans la multiplicité de leurs pratiques contestataires ou davantage institutionnelles.

L’objectif de ces journées d’études est donc d’explorer les multiples définitions que peuvent revêtir les engagements étudiants à partir de deux séries de questions :

Axe 1 – Sociologie des engagements étudiants contemporains

Dans un paysage en renouvellement constant, les formes prises par les engagements étudiants semblent se diversifier ces dernières années. D’abord, au niveau des modes d’actions : adhésion à un collectif (syndicat, association, groupe affinitaire…), investissement dans les instances représentatives, protestations au sens – désormais – classique du terme, avec ou sans Assemblées Générales (AG), piquets de grève (blocages) et coordinations [Legois, Monchablon et Morder, 2007], mais aussi des formes inédites ou presque. Nous pensons par exemple à l’ouverture d’épiceries solidaires, à la mise en place de cours de soutien aux étudiant-e-s migrantes, aux campagnes environnementales vouées à sensibiliser les usagers des campus lancées en parallèle aux Fridays For Future ou encore au fort activisme digital qui caractérise la culture étudiante depuis la création des premiers réseaux sociaux jusqu’aux discours de haine les plus récents [Ridley 2021]. En sus des modalités d’action, les enjeux paraissent changer eux aussi : droits humains, luttes LGBTQIA+, féministes, antiracistes, écologiques, mais également réactionnaires [Douglass, 2021].Il s’agit donc, dans cet axe, d’interroger à nouveaux frais les répertoires d’actions déployés par les étudiant-e-s partout dans le monde, d’hier à aujourd’hui [Morder, 2003], sans idéaliser le passé ni nier les transformations du profil social des jeunes scolarisés depuis plusieurs décennies [Erlich, 1998 ; Gallant et Garneau, 2016]. Nous nous intéresserons particulièrement aux effets de contextes dans lesquels prennent corps ces engagements et mobilisations, que ce soit dans le cadre de la fermeture des campus pour des raisons sanitaires pendant la crise de la COVID-19, mais également dans d’autres configurations tels que des conflits armés, des changements de régime, etc. Dans ce premier axe, nous souhaitons également interroger la distance et le regard scientifique sur les engagements étudiants. Il semble difficile d’avoir une représentation totalement détachée de prénotions lorsqu’on côtoie au quotidien les publics et les institutions dont on dépend (selon des statuts) pour vivre [do Mar Pereira, 2017]. Des propositions réflexives portant sur cet aspect seront les bienvenues.

Axe 2 – Politiques publiques et retour institutionnel sur les engagements étudiants

Dans ce second axe, nous souhaitons accueillir des enquêtes qui cherchent à inverser la focale, c’est-à-dire à interroger les engagements étudiants non pas à partir du public scolarisé lui-même et de ses pratiques, mais à partir des acteurs et des institutions qui cherchent à encourager, encadrer, voire contraindre ses engagements. Pour reprendre la formule de Stéphanie Garneau, il s’agit de questionner qui sont celles et ceux qui “encourag[ent] la jeunesse à des pratiques politiques conformes aux canaux posés comme légitimes par ceux qui ont le pouvoir” [Gallant et Garneau, 2016 : 232]. Parmi les politiques de soutien à l’engagement des jeunes, nous pouvons citer les exemples de l’intégration du community service ou de la valorisation des engagements bénévoles dans les cursus du secondaire [Loup, 2000] et du supérieur [Butin et Seider, 2012 ; Testi, 2021]. Ces politiques ne se limitent évidemment pas à l’espace scolaire ou universitaire : les collectivités locales et l’État déconcentré peuvent être également particulièrement actifs dans ce domaine, de même que les associations nationales et locales de l’éducation populaire. Par conséquent, nous recevrons avec intérêt des communications qui présentent différentes pratiques de recours à la participation formelle et non formelle des étudiant-e-s [Walther et al. 2019], à leur mise en œuvre, à leurs avantages et limites. Nous prendrons également en compte les analyses qui portent sur les profils des étudiant-e-s optant pour ces types d’engagement. Enfin, nous nous intéresserons aux travaux qui explorent le rôle joué par d’autres types d’acteurs dans le soutien aux engagements des étudiant-e-s en matière de logement, de santé, de droits sociaux ou d’autres types de revendications.

Informations pratiques et modalités de soumission des propositions

Les JE d’études se tiendront à l’Université Paris Nanterre en octobre 2022, au format hybride. Nous encourageons particulièrement les contributions de jeunes chercheur-se-s quelle qu’elle soit leur discipline.

Toute personne intéressée est invitée à soumettre une proposition de communication (3000 signes espace compris, hors bibliographie) en français ou en anglais, comprenant : un titre, une problématique, une présentation des données et des résultats ainsi qu’un court paragraphe bio-bibliographique. Les auteur-e-s sont invité-e-s à préciser leur fonction ainsi que leur affiliation institutionnelle. Les propositions seront rédigées sous forme d’un document Word au format .docx.

Elles sont a envoyer avant le 1er avril 2022 à l’adresse suivante :

Notification d’acceptation aux auteur-e-s : 1er juin 2022

Comité d’organisation

Ioanna Kasapi (doctorante en archivistique, Université d’Angers, TEMOS), Jean-Philippe Legois (archiviste, président de la Cité des Mémoires Étudiantes, EMA), Patricia Loncle (professeure de sociologie, EHESP, Arènes), Robi Morder (président du GERME, Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines, Printemps), Fransez Poisson (membre de Coop’Eskemm, chercheur associé à Arènes), Paolo Stuppia (docteur en science politique, chercheur associé au CESSP – Université Paris 1-EHESS-CNRS), Simon Ridley (docteur en sociologie, chercheur associé au Sophiapol – Université Paris Nanterre), Julie Testi (post-doctorante au CHEC – UCA, chercheuse associée à l’ISP – Université Paris Nanterre)

Comité Scientifique

Yaëlle Amsellem-Mainguy (chargée de recherche à l’INJEP, CERLIS), Lorenzo Barrault-Stella (chargé de recherches au CNRS, CRESSPA-CSU), Valérie Becquet (professeure des Universités en sciences de l’éducation, Cergy Paris Université, EMA), Séverine Chauvel (maîtresse de conférences en sociologie, Université Paris Est-Créteil, LIRTES), Nicole Gallant (professeure à l’Institut National de la Recherche Scientifique, Québec), Tristan Haute (maître de conférences en science politique, Université de Lille, CERAPS), Laurent Lardeux (chargé de recherche à l’INJEP, Triangle), Hugo Melchior (doctorant en histoire, Université Rennes II, ARENES), Sarah Pickard (maîtresse de conférences en civilisation britannique, Université Sorbonne Nouvelle, CREW), Nedjib Sidi Moussa (docteur en science politique, chercheur associé au CESSP – Université Paris 1-EHESS-CNRS), Claire Thoury (docteure en sociologie, présidente du Mouvement Associatif, déleguée générale d’Animafac).

Parution – Philippe Boutry, Christophe Charle et Marie-Caroline Luce, “L’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Cinquante ans, entre utopies et réalités (1971-2021)”, 2022

Ce volume retrace un demi siècle d’histoire de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne née du grand ébranlement de 1968. Ses fondateurs entendaient réaliser les promesses les plus fructueuses et les ambitions les plus nobles de la loi Edgar Faure sans renier ses héritages issus de la Sorbonne et de la Faculté de droit : une université en phase avec son époque, pluridisciplinaire qui donne aux étudiants et aux étudiantes voix au chapitre (par la participation aux conseils), mais aussi soutien et encadrement par des groupes de travaux dirigés à taille humaine. Paris 1 Panthéon-Sorbonne a su aussi s’ouvrir à des domaines inconnus largement des anciennes facultés comme les arts plastiques, les mathématiques et l’informatique, le sport, la formation permanente et fédérer en outre des composantes originales, comme les instituts. Cette histoire fut pleine de conflits et de difficultés (en matière de locaux, budgets, structures) affrontées dans un esprit constructif mais fidèle au projet initial par douze équipes présidentielles. L’ouvrage montre comment malgré conflits et crises, et face à des ministres pas toujours à l’écoute des demandes, Paris 1 a réussi à faire exister une communauté humaine massive et de plus en plus diverse tout en restant au cœur des innovations intellectuelles et professionnelles dans les sciences humaines, sociales, économiques et juridiques (info éditeur). 

http://www.editionsdelasorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100272130

AàC – Journées doctorales du RESUP, ENS de Lyon, juin 2022

Le RESUP organise à l’ENS de Lyon, les 16 et 17 juin 2022, deux journées de doctoriales ouvertes aux doctorants et doctorantes et jeunes docteur·es (thèse soutenue après le 31 décembre 2019) travaillant sur l’enseignement supérieur et la recherche, et ce quelle que soit la discipline (sociologie, histoire, sciences politiques, géographie, économie, sciences de gestion etc.).

Le formulaire de candidature se trouve en pièce jointe. 

Séminaire doctoral du Laboratoire de l’éducation

troisième séance du séminaire des doctorant·es et des jeunes chercheur·ses organisé dans le cadre des projets du LLE – Laboratoire de l’Education.

Nous accueillerons Etienne Bordes, docteur en histoire contemporaine de l’Université de Toulouse Jean Jaurès (FRAMESPA) lors d’une communication intitulée « La Conférence des présidents d’universités (1971-2007) ou comment faire une socio-histoire d’un groupe social et d’une organisation? ».

La séance se déroulera le mercredi 15 décembre 2021 de 14h30 à 17h00 en salle D4 143 à l’ENS de Lyon (un pass sanitaire sera demandé), ainsi qu’en visioconférence (le lien vous sera envoyé avant la séance).

Elle s’adresse à un public de doctorant·es et masterant·es et à toutes personnes s’intéressant aux problématiques éducatives, depuis les diverses disciplines des sciences sociales, didactiques et linguistiques. 

Pour des personnes souhaitant suivre le séminaire à distance, nous vous prions de vouloir remplir le formulaire suivant afin d’obtenir le lien de connexion : https://forms.gle/rQvXeGkfs2wpJsop8

Vous trouverez en pièce jointe l’argumentaire et le programme du cycle de séminaire 2021-2022.

Séance de séminaire – Histoire de l’université de Toulouse

Le prochain séminaire UNIVERSITAS, consacré à l’histoire de l’université de Toulouse, se tiendra en présentiel et distanciel le vendredi 3 décembre 2021 à la Bibliothèque d’études méridionales, au 56 de la rue du Taur. Nous entendrons François Charru sur l’histoire de l’Institut électrotechnique de Toulouse, fondé en 1907 (et ancêtre de l’actuelle ENSEEIHT).

Présentation du séminaire : En 1907, Charles Camichel, professeur de physique, crée l’institut électrotechnique de l’université de Toulouse (IET). Cette création, vigoureusement soutenue par le doyen Paul Sabatier et par le maire de Toulouse, s’inscrit dans un large mouvement national en faveur du développement des sciences appliquées dans les facultés, où les municipalités jouent un rôle déterminant. Le succès est immédiat : l’IET rassemble, à la veille de la Première Guerre mondiale, la moitié des étudiants de la faculté, avec une nombreuse clientèle étrangère. Sollicité par la Compagnie des chemins de fer du Midi qui électrifie alors son réseau à partir de l’hydroélectricité, Camichel crée en 1913 un laboratoire d’hydraulique, dont la réputation s’établit rapidement tant auprès des industriels que des milieux académiques. En 1930, le ministère de l’Air choisit Toulouse pour la création d’un institut de mécanique des fluides (IMFT), dirigé par Camichel, notamment pour des études sur les hydravions. Toulouse est alors un centre majeur de recherche en mécanique des fluides, de réputation internationale. Camichel est élu à l’Académie des sciences en 1936. Dans l’après-guerre, Léopold Escande, successeur de Camichel, obtient la transformation de l’IET en Ecole nationale supérieure d’ingénieurs (ENSEHT), et devient un expert, très sollicité, des ouvrages hydrauliques pour l’hydroélectricité. L’activité du laboratoire toulousain est alors dominée par les études techniques. Un renouveau scientifique apparaît dès la fin des années cinquante, tandis qu’à l’ENSEHT se développent les laboratoires d’électrotechnique et d’électronique. L’enseignement supérieur connaît alors une expansion considérable, et la recherche scientifique est l’objet d’une ambitieuse politique nationale dont la métropole toulousaine bénéficie largement. Escande est élu à l’Académie des sciences en 1954, et l’IMFT est en 1966 l’un des premiers laboratoires associés au CNRS. A l’orée du 21e siècle, l’ingénierie universitaire toulousaine est à 60% issue de l’institut électrotechnique créé un siècle auparavant. Le séminaire discutera cette histoire centenaire, où se lient étroitement histoire des sciences et histoire des sociétés.

Présentation de l’intervenant : François Charru est Professeur à l’Université Paul Sabatier de Toulouse. Il poursuit au sein de l’Institut de Mécanique des Fluides de Toulouse des recherches sur les instabilités d’interfaces fluides et les instabilités d’écoulements granulaires. Il s’intéresse par ailleurs à l’histoire de la mécanique des fluides. Il a dirigé l’ouvrage  L’institut de mécanique des fluides de Toulouse, 100 ans de recherche (2016) et publie Ailes, nuages et tourbillons. La mécanique des fluides en France de 1900 à 1950 : une politique nationale (2021).

Le séminaire se tiendra en présentiel mais sera aussi accessible à distance pour celles et ceux qui ne pourraient pas se déplacer. Si vous êtes dans ce cas, vous pouvez demander le lien Zoom à l’adresse suivante : universitas@univ-jfc.fr

Workshop – “Protagonism, activism and women’s networks in universities in the contemporary age”, 25 oct. 2021, en ligne.

Women became fully part of university life only in the twentieth century. This seminar aims to analyze the different forms of female presence in the academic world by focusing on women’s activism and their ability to network within a male universe, also in relation to possible career opportunities.

Continuer la lecture de « Workshop – “Protagonism, activism and women’s networks in universities in the contemporary age”, 25 oct. 2021, en ligne. »

Parution – History of Education Review, Volume 49, Issue 2, 2020

https://www.emerald.com/insight/publication/issn/0819-8691/vol/49/iss/2

“The NOSCA Mafia”: overseas student activism in Australia, 1985–1994

Tim Briedis

The New South Wales Teachers Federation, the Conciliation Committee of 1927-1929, and the Formation of the Educational Workers League

Dorothy KassMartin Sullivan

Collegial governance in postwar Australian universities

Joel Barnes

Education in the apocalypse: disaster and teaching on British television

Marcus Harmes

Remembering and forgetting the arts of technical education

John Pardy

The quarantine archives: educators in “social isolation”

Ligia (Licho) López LópezChristopher T. McCawRhonda Di BiaseAmy McKernanSophie RudolphAristidis GalatisNicky DulferJessica GerrardElizabeth McKinleyJulie McLeodFazal Rizvi

Australian university and medical school life during the 1919 influenza pandemic

James Waghorne

A history of university income in the United Kingdom and Australia, 1922–2017

Tamson Pietsch

“Not in the business of indoctrination”: religious education in South Australian public schools, 1968–1980

Stephen James Jackson

Parution – Ethan Schrum, “The Instrumental University. Education in Service of the National Agenda after World War II”, Cornell UP, 2019

https://www.cornellpress.cornell.edu/book/9781501736643/the-instrumental-university

In The Instrumental University, Ethan Schrum provides an illuminating genealogy of the educational environment in which administrators, professors, and students live and work today. After World War II, research universities in the United States underwent a profound mission change. The Instrumental University combines intellectual, institutional, and political history to reinterpret postwar American life through the changes in higher education.

Acknowledging but rejecting the prevailing conception of the Cold War university largely dedicated to supporting national security, Schrum provides a more complete and contextualized account of the American research university between 1945 and 1970. Uncovering a pervasive instrumental understanding of higher education during that era, The Instrumental University shows that universities framed their mission around solving social problems and promoting economic development as central institutions in what would soon be called the knowledge economy. In so doing, these institutions took on more capitalistic and managerial tendencies and, as a result, marginalized founding ideals, such as pursuit of knowledge in academic disciplines and freedom of individual investigators.

The technocratic turn eroded some practices that made the American university special. Yet, as Schrum suggests, the instrumental university was not yet the neoliberal university of the 1970s and onwards in which market considerations trumped all others. University of California president Clark Kerr and other innovators in higher education were driven by a progressive impulse that drew on an earlier tradition grounded in a concern for the common good and social welfare.

Parution – Yamina Bettahar (dir.), “Universités et grandes écoles. Circulations internationales étudiantes et scientifiques d’hier à aujourd’hui”, Presses universitaires de Nancy – Editions Universitaires de Lorraine, 2020

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100431930&fa=description

Le phénomène de mobilité et circulation internationale estudiantine et scientifique est un phénomène ancien. On peut considérer que le début du XIXe siècle marque le départ d’une expansion significative. Au cours de ces dernières décennies, ce phénomène s’est accéléré et constitue aujourd’hui un enjeu important pour les établissements d’enseignement supérieur (universités et grandes écoles) européens et internationaux, confrontés à un mouvement continu de réorganisation institutionnelle, sommés de relever les défis liés à l’internationalisation et à la mondialisation des échanges universitaires et scientifiques.

L’objet de cet ouvrage est de confronter les travaux de chercheurs issus d’horizons différents afin d’apporter des points de vue distanciés susceptibles d’éclairer les mutations actuelles autour de ces questions et de présenter des expériences de mobilité et de circulation vécues dans différentes configurations et contextes.

Parution – Italo Birocchi (dir.), “La Facoltà di giurisprudenza dell’università di Cagliari”, tome I, “I. Dai progetti cinquecenteschi all’Unità d’Italia” [La faculté de droit de l’université de Cagliari, tome 1, Des projets du XVIe siècle à l’unification de l’Italie], ETS, 2018

http://www.edizioniets.com/scheda.asp?n=9788846752215

Français

Dans une double perspective, le livre raconte l’histoire de la faculté de droit de Cagliari depuis les plans de fondation de l’université au XVIe siècle jusqu’à l’unification de l’Italie : comme lieu de formation des juristes et, en étroite corrélation, comme carrefour pour l’accès aux postes et aux professions et pour une position privilégiée au sein de la polis. D’où les questions qui concernent, d’une part, les aspects de l’enseignement (le nombre d’étudiants, les cours, la fréquentation des conférences, les manuels, les bibliothèques, les examens, du point de vue des étudiants ; le recrutement, les engagements académiques, les outils pédagogiques, les horizons scientifiques et les méthodes, du point de vue des enseignants) ; d’autre part, l’impact sur le tissu social, selon des courants culturels dont la Faculté est l’expression et qu’elle contribue à son tour à mettre en œuvre. Même en temps de crise, la Faculté a fonctionné comme un dépositaire de connaissances juridiques, a communiqué avec le monde des professions et des institutions, et a formé des élites.

Premier volume d’une histoire qui se poursuivra jusqu’à nos jours, et fruit de la collaboration de chercheurs aux compétences différentes, le livre aborde les principaux problèmes historiographiques avec de nouvelles recherches archivistiques et une approche comparative : la ferveur après la fondation, la réduction de sa fonction dans les décennies suivantes, la refondation laborieuse par Bogini, les juristes “jacobins”, la faculté de masse dans les années autour de la “fusion parfaite”. Et, tout en reconstruisant un itinéraire dont le thème dominant semble être celui de la formation du juriste de droit national, il propose également de nouvelles questions.

Italien

Sotto una duplice angolazione il libro racconta la storia della Facoltà di Giurisprudenza di Cagliari dai progetti cinquecenteschi di fondazione dell’ateneo fino all’Unità: come luogo di formazione del giurista e, in stretta correlazione, come momento di snodo per l’accesso alle cariche, alle professioni e per una collocazione privilegiata entro la polis. Da qui le domande che riguardano, da un lato, gli aspetti dell’insegnamento (il numero degli studenti, i corsi, la frequenza alle lezioni, i manuali, le biblioteche, gli esami, dal punto di vista dei discenti; il reclutamento, gli impegni accademici, gli strumenti didattici, gli orizzonti scientifici e di metodo, nell’ottica dei docenti); dall’altro gli impatti nel tessuto sociale, secondo indirizzi culturali di cui la Facoltà era espressione e che a sua volta contribuiva a implementare. Anche nei momenti di crisi, essa operava come deposito di conoscenza giuridica, dialogava con il mondo delle professioni e delle istituzioni, formava le élites.

Primo volume di una storia che arriverà fino ai giorni nostri e frutto della collaborazione di studiosi dalle competenze diverse, il libro affronta con nuove ricerche archivistiche e con sguardo comparatistico i principali problemi storiografici: il fervore dopo la fondazione, la reductio della sua funzione nei decenni successivi, la faticosa rifondazione boginiana, i giuristi “giacobini”, la Facoltà di massa negli anni a ridosso della “fusione perfetta”. E, mentre ricostruisce un itinerario in cui il tema dominante appare quello della formazione del giurista del diritto patrio, propone anche questioni nuove.

Parution – “La oposición política al franquismo en la Universidad” [L’opposition politique au franquisme dans l’Université], revue CIAN-Revista de Historia de las Universidades, Vol. 23, Núm. 1 (2020)

Presentación. La oposición política al franquismo en la Universidad
Alberto Carrillo-Linares
PDF
11-20
La represión de la protesta estudiantil durante el franquismo (1936-1976)
Eduardo González Calleja
PDF
21-54
Universitarias en el antifranquismo. Mujeres, movilización estudiantil y feminismo, 1960-1975
Mónica Moreno Seco
PDF
55-85
La prensa estudiantil bajo dictadura. Apuntes para un estudio comparativo entre España y Argentina
Guadalupe A. Seia
PDF
87-117
La Universidad de Santiago de Compostela (1939-1969): de la indiferencia y la “no adhesión” al antifranquismo
Ricardo Gurriarán Rodríguez
PDF
119-147
Movimiento estudiantil antifranquista en Andalucía
Alberto Carrillo-Linares
PDF
149-178

Parution – “The pedagogical reception of European culture. Its legacy in the construction of Europe after the Great War”, revue Educació i Història, n° 33, 2019

Presentation. The pedagogical reception of European culture. Its legacy in the construction of Europe after the Great WarPDF
Isabel Vilafranca, Eulàlia Collelldemont9-13
The great active lesson of the teacher Enric Gibert i CaminsPDF
Salvador Domènech i Domènech15-33
Mental trips to Europe from school: Europe through projector slidesPDF
Eulàlia Collelldemont, Isabel Vilafranca35-74
Russia, between orthodox tradition and the Soviet revolutionPDF
Raquel de la Arada, Ferran Sánchez Margalef, Conrad Vilanou Torrano75-124
May ’68 and its impact on poor pedagogical discoursesPDF
Albert Esteruelas Teixidó, Jordi Garcia Farrero125-150
University and trips (that perhaps ought to be made)PDF
Francisco Esteban, Jordi Planella151-175

Parution – “Aportaciones a la historia de la educación matemática” [Contributions à l’histoire de l’enseignement des mathématiques], n° 29, revue Historia de la educación, 2020

https://revistas.usal.es/index.php/0212-0267/issue/view/hedu202039

Dossier : “Aportaciones a la historia de la educación matemática” [Contributions à l’histoire de l’enseignement des mathématiques]

María Teresa González Astudillo y Wagner Rodrigues Valente,Historia de la Educación Matemática. Presentación

Wagner Rodrigues Valente, Las matemáticas de la enseñanza y la enseñanza de las matemáticas: fracciones en la escuela primaria, segunda mitad del siglo xix [Les mathématiques de l’enseignement et l’enseignement des mathématiques : les fractions dans les écoles primaires, seconde moitié du XIXe siècle]

Isabel M.ª Sánchez Sierra y M.ª Teresa González Astudillo, Concepciones de la Geometría Analítica en los libros de texto de secundaria y Universidad en España durante el siglo xix [Conceptions de la géométrie analytique dans les manuels scolaires et universitaires en Espagne au XIXe siècle.]

Iran Abreu Mendes, Atividades matemáticas de Francisco Ferreira de Vilhena Alves na Revista Pedagógica A Escola (Belém/Brasil) entre 1900 e 1905 [Activités mathématiques de Francisco Ferreira de Vilhena Alves dans la Revista Pedagógica A Escola (Belém/Brésil) entre 1900 et 1905)

Maria Cristina Almeida y José Manuel Matos, O conhecimento do professor em tempos de mudança curricular. O caso da Telescola portuguesa (1965-1967) [Les connaissances des enseignants en période de changement de programme. Le cas de la Telescola portugaise (1965-1967)]

Dolores Carrillo Gallego, José Francisco Castejón Mochón y Pilar Olivares Carrillo, Problemas de sumar y restar en los cuadernos Rubio (España) [Problèmes d’addition et de soustraction dans les cahiers Rubio (Espagne)]

Vanesa Pacheco Moros y Fredy Enrique González, Una historia del primer programa latinoamericano de postgrado en Educación Matemática [Une histoire du premier programme latino-américain de troisième cycle en enseignement des mathématiques]

Alejandra Deriard, Llegada de las ideas de la Didáctica de la Matemática francesa a los documentos oficiales de la Municipalidad de Buenos Aires [L’arrivée des idées de la Didactique française des mathématiques dans les documents officiels de la municipalité de Buenos Aires.]

Varia

Willem Frijhoff, Multilingualism and plurilingualism: language use and education, teaching and proficiency as social and cultural assets in the Dutch Golden Age [Multilinguisme et plurilinguisme : l’utilisation des langues et l’éducation, l’enseignement et la maîtrise des langues comme atouts sociaux et culturels au Siècle d’or néerlandais]

Antonella Cagnolati, La revolución educativa y el Humanismo italiano: De ingenuis mor-ibus et liberalibus adolescentiae studiis de Pier Paolo Vergerio [La révolution éducative et l’humanisme italien: De ingenuis moribus et liberalibus adolescentiae studiis de Pier Paolo Vergerio]

Federico Briante Benítez, La educación moral en las primeras edades a través del teatro español del siglo xviii y primera mitad del xix [L’éducation morale dans les premiers âges à travers le théâtre espagnol du XVIIIe et de la première moitié du XIXe siècle.]

Conrad Vilanou Torrano e Isabel Vilafranca Manguán, La pedagogía católica italiana: entre el positivismo y el neoidealismo. Notas sobre su presencia en España (1870-1968) [La pédagogie catholique italienne : entre positivisme et néoidéalisme. Notes sur sa présence en Espagne (1870-1968)]

Carmen Sanchidrián Blanco,El método Montessori en la educación infantil española: luces y sombras [La méthode Montessori dans l’éducation de la petite enfance en Espagne : ombres et lumières]

José Luis Corzo, La pedagogía de Milani en España e Iberoamérica [La pédagogie de Milani en Espagne et en Amérique latine]

Elias Souza Dos Santos, Margarida Louro Felgueiras y Cristiano Ferronato, Educação musical escolar em Portugal: a disciplina Canto Coral na Primeira República (1910-1926) [L’enseignement musical scolaire au Portugal : la discipline Chant choral dans la Première République (1910-1926)]

Rosa María Cid Galante, Las escuelas de adultas en los inicios del siglo xx: legislación, currículo y justificación. Caso particular de Orense [Les écoles pour adultes au début du 20e siècle : législation, programme et justification. Le cas particulier d’Orense]

Rosa Ortiz De Santos, Una encuesta paralizada en el tiempo: el cuaderno de preparación de lecciones [Une enquête figée dans le temps : le cahier de préparation des leçons]

Parution – “Konservatismus und Pädagogik im Europa des 20. Jahrhunderts” [Conservatisme et pédagogie dans l’Europe du XXe siècle], n°26, Jahrbuch für Historische Bildungsforschung, 2020

https://www.klinkhardt.de/verlagsprogramm/2413.html

Dossier

Schwerpunkt – Konservatismus und Pädagogik im Europa des 20. Jahrhunderts [Conservatisme et pédagogie dans l’Europe du XXe siècle]

Redaktion: Michael Geiss, Sabine Reh

Michael Geiss/Sabine Reh: Konservatismus und Pädagogik im Europa des 20. Jahrhunderts [Conservatisme et pédagogie dans l’Europe du XXe siècle]

Wilfried Göttlicher: Zwischen Bauerntumsideologie und Bildungsexpansion: Die
Konservativen und die Reform der österreichischen Landschule, ca. 1925 bis 1965 [Entre l’idéologie paysanne et l’expansion de l’éducation : l’histoire de l’Europe.
Les conservateurs et la réforme de l’école rurale autrichienne, de 1925 à 1965]

Harald Jarning: Comprehensive schooling – the right way conservative policies regarding common schooling in Norway, 1920-2020 [La scolarisation globale – la bonne voie – les politiques conservatrices concernant la scolarisation commune en Norvège, 1920-2020.]

Julia Kurig: Gymnasiale Elitebildung zwischen Diktatur und Demokratie [L’éducation des élites dans les lycées entre dictature et démocratie]

Rita Casale/Catrin Dingler: Der „gesunde Kern“ der Universitätsidee [Le “noyau sain” de l’idée universitaire]

Joakim Landahl: Defending Christianity as a school subject: mass petitions and the mobilization of public opinion in the Swedish sixties [Défendre le christianisme en tant que matière scolaire : pétitions de masse et mobilisation de l’opinion publique dans les années soixante en Suède.]

Monika Mattes: „Mut zur Erziehung“, „humane Schule“ und Konservatismus [“Courage d’éduquer”, “école humaine” et conservatisme]

Andrea De Vincenti/Norbert Grube/Andreas Hoffmann- Ocon: Konservative Markierungen in bildungspolitischen Reformen. Fallbeispiele aus dem Zürcher Bildungswesen in den 1970er- und 1980er-Jahren [Marqueurs conservateurs dans les réformes de la politique éducative. Études de cas du système éducatif zurichois dans les années 1970 et 1980]

Quelle / Source

Carola Groppe: Texte einer Diskursgemeinschaft: Die preußischen Heeresreformer schreiben über Bildung [Textes d’une communauté de discours : les réformateurs de l’armée prussienne écrivent sur l’éducation.]

Bettina Irina Reimers/Sabine Reh: Ein frühes Manuskript von Berthold Otto über den Liberalismus [Un manuscrit ancien de Berthold Otto sur le libéralisme]