Parution – Italo Birocchi (dir.), « La Facoltà di giurisprudenza dell’università di Cagliari », tome I, « I. Dai progetti cinquecenteschi all’Unità d’Italia » [La faculté de droit de l’université de Cagliari, tome 1, Des projets du XVIe siècle à l’unification de l’Italie], ETS, 2018

http://www.edizioniets.com/scheda.asp?n=9788846752215

Français

Dans une double perspective, le livre raconte l’histoire de la faculté de droit de Cagliari depuis les plans de fondation de l’université au XVIe siècle jusqu’à l’unification de l’Italie : comme lieu de formation des juristes et, en étroite corrélation, comme carrefour pour l’accès aux postes et aux professions et pour une position privilégiée au sein de la polis. D’où les questions qui concernent, d’une part, les aspects de l’enseignement (le nombre d’étudiants, les cours, la fréquentation des conférences, les manuels, les bibliothèques, les examens, du point de vue des étudiants ; le recrutement, les engagements académiques, les outils pédagogiques, les horizons scientifiques et les méthodes, du point de vue des enseignants) ; d’autre part, l’impact sur le tissu social, selon des courants culturels dont la Faculté est l’expression et qu’elle contribue à son tour à mettre en œuvre. Même en temps de crise, la Faculté a fonctionné comme un dépositaire de connaissances juridiques, a communiqué avec le monde des professions et des institutions, et a formé des élites.

Premier volume d’une histoire qui se poursuivra jusqu’à nos jours, et fruit de la collaboration de chercheurs aux compétences différentes, le livre aborde les principaux problèmes historiographiques avec de nouvelles recherches archivistiques et une approche comparative : la ferveur après la fondation, la réduction de sa fonction dans les décennies suivantes, la refondation laborieuse par Bogini, les juristes « jacobins », la faculté de masse dans les années autour de la « fusion parfaite ». Et, tout en reconstruisant un itinéraire dont le thème dominant semble être celui de la formation du juriste de droit national, il propose également de nouvelles questions.

Italien

Sotto una duplice angolazione il libro racconta la storia della Facoltà di Giurisprudenza di Cagliari dai progetti cinquecenteschi di fondazione dell’ateneo fino all’Unità: come luogo di formazione del giurista e, in stretta correlazione, come momento di snodo per l’accesso alle cariche, alle professioni e per una collocazione privilegiata entro la polis. Da qui le domande che riguardano, da un lato, gli aspetti dell’insegnamento (il numero degli studenti, i corsi, la frequenza alle lezioni, i manuali, le biblioteche, gli esami, dal punto di vista dei discenti; il reclutamento, gli impegni accademici, gli strumenti didattici, gli orizzonti scientifici e di metodo, nell’ottica dei docenti); dall’altro gli impatti nel tessuto sociale, secondo indirizzi culturali di cui la Facoltà era espressione e che a sua volta contribuiva a implementare. Anche nei momenti di crisi, essa operava come deposito di conoscenza giuridica, dialogava con il mondo delle professioni e delle istituzioni, formava le élites.

Primo volume di una storia che arriverà fino ai giorni nostri e frutto della collaborazione di studiosi dalle competenze diverse, il libro affronta con nuove ricerche archivistiche e con sguardo comparatistico i principali problemi storiografici: il fervore dopo la fondazione, la reductio della sua funzione nei decenni successivi, la faticosa rifondazione boginiana, i giuristi “giacobini”, la Facoltà di massa negli anni a ridosso della “fusione perfetta”. E, mentre ricostruisce un itinerario in cui il tema dominante appare quello della formazione del giurista del diritto patrio, propone anche questioni nuove.

Parution – Charles Dorn, « For the Common Good. A New History of Higher Education in America », Cornell UP, 2017

Are colleges and universities in a period of unprecedented disruption? Is a bachelor’s degree still worth the investment? Are the humanities coming to an end? What, exactly, is higher education good for?

In For the Common Good, Charles Dorn challenges the rhetoric of America’s so-called crisis in higher education by investigating two centuries of college and university history. From the community college to the elite research university—in states from California to Maine—Dorn engages a fundamental question confronted by higher education institutions ever since the nation’s founding: Do colleges and universities contribute to the common good?

Tracking changes in the prevailing social ethos between the late eighteenth and early twenty-first centuries, Dorn illustrates the ways in which civic-mindedness, practicality, commercialism, and affluence influenced higher education’s dedication to the public good. Each ethos, long a part of American history and tradition, came to predominate over the others during one of the four chronological periods examined in the book, informing the character of institutional debates and telling the definitive story of its time. For the Common Good demonstrates how two hundred years of political, economic, and social change prompted transformation among colleges and universities—including the establishment of entirely new kinds of institutions—and refashioned higher education in the United States over time in essential and often vibrant ways.

https://www.cornellpress.cornell.edu/book/9780801452345/for-the-common-good/#bookTabs=4

Parution – Miles Taylor et Jill Pellew (eds.), « Utopian Universities. A Global History of the New Campuses of the 1960s », Bloomsbury, 2020

In a remarkable decade of public investment in higher education, some 200 new university campuses were established worldwide between 1961 and 1970. This volume offers a comparative and connective global history of these institutions, illustrating how their establishment, intellectual output and pedagogical experimentation sheds light on the social and cultural topography of the long 1960s.

With an impressive geographic coverage – using case studies from Europe, the Americas, Africa and Asia – the book explores how these universities have influenced academic disciplines and pioneered new types of teaching, architectural design and student experience. From educational reform in West Germany to the establishment of new institutions with progressive, interdisciplinary curricula in the Commonwealth, the illuminating case studies of this volume demonstrate how these universities shared in a common cause: the embodiment of ‘utopian’ ideals of living, learning and governance.

At a time when the role of higher education is fiercely debated, Utopian Universities is a timely and considered intervention that offers a wide-ranging, historical dimension to contemporary predicaments.

AàC – Colloque international : « L’enseignement supérieur du XIXe siècle à nos jours (France et international) : établissements, acteurs, disciplines, pédagogies » (ATHRE, 2022)

À l’initiative de l’ATHRE et des laboratoires ECP, LARHRA et Triangle, ce colloque a pour projet d’étudier la manière dont l’enseignement supérieur a évolué depuis le début du XIXe siècle, à différents niveaux, dans différents espaces et à différentes échelles.

Avec le processus de Bologne mis en œuvre en 1999 dans 29 pays, visant à la convergence des systèmes d’enseignement supérieur des pays européens, ont été instaurées de nouvelles pratiques qui ont profondément bouleversé le paysage de l’enseignement supérieur en France et en Europe. Les évolutions législatives et réglementaires révèlent une accélération de ce processus de transformation, quoique déjà amorcée depuis le début des années 1960. La situation actuelle qui confronte brutalement un système bicentenaire à un projet de transformation de grande ampleur constitue de ce point de vue un objet particulièrement fécond pour comprendre l’évolution des structures éducatives. Elle conduit à s’interroger sur les logiques de transformation sur le long terme et sur l’histoire du développement et de la diversification de l’enseignement supérieur depuis le début du XIXe siècle, ainsi que sur les résistances que ces transformations ont rencontrées et les controverses qu’elles ont suscitées.

Plusieurs angles d’attaque peuvent être envisagés pour appréhender ces évolutions. On peut ainsi, tout en conservant un point de vue résolument historique, croiser des approches politiques (questions nationales, internationales ou locales traitant en particulier de la gouvernance et de l’organisation des établissements d’enseignement supérieur), des approches socio-économiques (acteurs que sont les étudiant·es, les enseignant·es ou le personnel administratif, institutions elles-mêmes insérées dans un tissu local économique particulier), des approches pédagogiques interrogeant en particulier ce qu’on pourrait appeler « forme universitaire » : place des cours magistraux, des stages… Il est également possible de s’interroger sur le sens et la portée de l’adjectif « supérieur » dans le syntagme « enseignement supérieur ».

Plus généralement, l’accent pourra être mis sur les processus d’internationalisation de l’enseignement supérieur, y compris dans les espaces coloniaux et post-coloniaux. Ces approches internationales permettront en outre de considérer la manière dont les modèles (d’organisation, intellectuels, disciplinaires, pédagogiques) peuvent circuler et éventuellement se transférer d’un univers à l’autre.

Sur la base de ces questionnements généraux, quatre axes de travail sont proposés :

Axe 1. La diversité des établissements et leur insertion dans l’environnement local, national et international

Axe 2. Disciplines et pédagogies

Axe 3. Les transitions : modalités et dispositifs

Axe 4. Sociologie historique des enseignant·es et des étudiant·es

L’appel à communication complet est disponible ici.

Consignes aux auteur·es de propositions

Toute personne intéressée à présenter une communication est invitée à nous adresser un titre et un bref résumé de sa contribution (300 mots / 2000 signes maximum) en français ou en anglais.Ce résumé présente l’enjeu historiographique et la problématique de la communication, indique la périodisation et comporte une description du corpus traité.Il inclut une bibliographie de 5 titres et propose 4-5 mots-clés.

Les auteur·es précisent leur fonction ainsi que leur affiliation institutionnelle.

Les propositions de communication seront soumises à expertise.

Les propositions seront rédigées sous forme d’un document Word au format .docx dont le nom sera celui de l’auteur, noté en majuscules.

Elles seront déposées sur le site : https://enseignemt-sup.sciencesconf.org

Date limite pour l’envoi des propositions : 30 mai 2021 au plus tard

Notification d’acceptation aux auteur.es : 1er juillet 2021

Séminaire – Histoire des universités

Message de Kevin Chang :

Colleagues in the UK, New Zealand and I myself have organized a history of universities seminar. The first lecture of the seminar in fact features our member William Whyte. Entitled “The University: A Material History,” William’s lecture will take place online on June 2 (Wednesday), 2:00-3:30 British Summer Time.

Des collègues du Royaume-Uni, de Nouvelle-Zélande et moi-même avons organisé un séminaire sur l’histoire des université. La première conférence du séminaire est d’ailleurs donnée par notre membre William Whyte. Intitulée « The University : A Material History », la conférence de William aura lieu en ligne le 2 juin (mercredi), de 14h00 à 15h30, heure d’été britannique.

Contact email : historyofuniversities [at] gmail.com

Parution – Axe « éducation, enseignement et formation » de l’Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe

L’axe de recherche Éducation, enseignement, formation, propose des analyses historiques comparatives de l’évolution des idées et des pratiques éducatives, des structures des systèmes éducatifs des pays européens et des enseignements, disciplinaires ou non, ainsi que des formations professionnelles.

Séminaires – Séances intéressant l’histoire de l’éducation et de la jeunesse

Quelques séances de séminaires consacrées à l’histoire de l’enfance, de la jeunesse, de l’éducation…

Séminaire franco-britannique d’histoire 2018-2019 (Yann Béliard, Fabrice Bensimon, Myriam Boussahba-Bravard, Emmanuelle de Champs, Jean-François Dunyach, Stéphane Jettot, Frédérique Lachaud, Arnaud Page, Sandrine Parageau) – PROGRAMME COMPLET

  • Jeudi 29 novembre : Emily Baughan (University of Sheffield) : “Saving the Children in the 1960s: the Development Decade and the Decline of Humanitarian Internationalism”

Histoire des représentations et des sensibilités, 1800-1930 (Dominique Kalifa, Eric Fournier, Centre d’histoire du XIXe siècle) – PROGRAMME COMPLET

  • Séance 6, 6 décembre 2018 : Capter les voix « d’en bas » Lecture : Anatole LE BRAS, Un enfant à l’asile. Vie de Paul Taesch (1874-1914), Paris, CNRS Ed., 2018.
  • Séance 7, 19 décembre 2018 : Dessiner l’histoire ? Lecture : Manon PIGNOT, « La jeunesse réclame son dû ». Enfants et adolescents en guerre mondiale, mémoire d’HDR, Université Paris 1, 2018, [extraits].

Histoire des derniers siècles du Moyen Âge, XIIIe-XVe siècles (Elisabeth Crouzet-Pavan, Centre Roland Mousnier) – PROGRAMME COMPLET

  • Jeudi 18 octobre 2018 : Joël Chandelier (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis): « L’enseignement de la médecine dans les universités italiennes: autour du cas d’Avicenne (XIIIeXVe siècle) »

France, Europe, monde. Quelle histoire ! ? (Christophe Charle, IHMC) – PROGRAMME COMPLET

  • Séance 10, 19 février : Christophe Charle, Internationalisation des universités et classements mondiaux du XIXe au XXIe siècle.

Atelier-séminaire des doctorants

Le prochain atelier des doctorant-e-s travaillant sur l’éducation aura lieu le 19 avril prochain, de 13h30 à 17h, à l’ENS de Lyon, site Descartes, salle F 17, autour du thème « L’implication universitaire hors les murs ». Il pourra également être suivi en visioconférence à Paris, sur le site de l’UPS Pouchet en salle 124.

La séance s’organisera autour:

• De la présentation de Camille Vergnaud, doctorante en Géographie à l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense, sur « L’implication universitaire hors les murs : géopolitique des partenariats entre université, universitaires, et acteurs territoriaux »

Dans une approche comparative entre Etats-Unis et France, son travail porte sur les différents modes d’implication universitaire « hors les murs » à différents échelons, et leurs interactions : les politiques d’établissement universitaire, les projets de recherche-formation collaborative, et les pratiques individuelles d’enseignants-chercheurs.

En analysant les partenariats entre universités/universitaires et acteurs territoriaux, ce sont les définitions des missions universitaires et le fonctionnement des universités, les postures épistémologiques et les conceptions du métier d’enseignant-chercheur qui sont interrogés.

Son intervention portera sur le positionnement et les politiques de l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense à l’égard des territoires et ses acteurs, dans un contexte d’évolution législative de la gouvernance des universités.

• D’une discussion avec Jérôme Aust (Sciences Po Paris, CSO).

Continuer la lecture de « Atelier-séminaire des doctorants »

AAC: Enseignement supérieur et Universités dans les anciens Empires coloniaux

Appel à contributions pour un dossier thématique, Outre-Mers. Revue d’histoire
« Enseignement supérieur et Universitésdans les anciens Empires coloniaux
Histoire, comparaisons (du XIXe siècle aux indépendances) »
Les contributions concerneront les espaces « francophone » et « anglophone » des anciens empires coloniaux en Afrique, mais elles pourront concerner également les iles (Caraïbes, Réunion, Pacifique) et, à titre de comparaison, l’Asie (Inde, Indochine, Indonésie, Philippines). Les sujets abordés pourront porter sur la création des institutions d’enseignement supérieur, le monde universitaire (personnels et étudiants), les relations avec les Pouvoirs (politiques, religieux…), les disciplines enseignées, la place dans la recherche savante (en particulier en ce qui concerne les sciences humaines ou la médecine), l’économie universitaire (financement, bourses…), les campus (bâtiments d’enseignement, bibliothèques, cités universitaires, architectes et architecture…).

Continuer la lecture de « AAC: Enseignement supérieur et Universités dans les anciens Empires coloniaux »

Sem. : L’éclatement de l’Université de Paris en 1970 : état des lieux de la recherche historique

Une séance sur l’histoire des universités parisiennes se déroulera au séminaire Histoire des sciences, histoire de l’innovation (Université Paris Sorbonne, UPMC, LabEx EHNE), le jeudi 26 mars de 17 à 19h00 à l’Institut des sciences de la communication (ISCC) salle de conférence RDC, 20 rue Berbier-du-Mets à Paris (Métro Gobelins).

Loïc Vadelorge, interviendra sur « L’éclatement de l’Université de Paris en 1970 :
 état des lieux de la recherche historique« .

Résumé : La reconfiguration institutionnelle de l’Université de Paris est réalisée par le décret Guichard du 21 mars 1970 qui créée treize universités autonomes, désignées par un simple numéro en chiffre romain, accolé à la formule « université de Paris- ». Continuer la lecture de « Sem. : L’éclatement de l’Université de Paris en 1970 : état des lieux de la recherche historique »

Séminaire des doctorants en histoire de l’éducation – 20 mai 2015 [Paris]

Le séminaire/atelier des doctorant-e-s en histoire de l’éducation propose aux doctorant-e-s de toutes les disciplines ayant l’éducation et/ou l’enseignement comme objet central ou partiel de leur thèse avec un perspective historique (même réduite), un espace de discussion et de confrontation scientifique. L’objectif de ce séminaire est de permettre la mise en place d’un espace de travail scientifique partagé entre doctorant-e-s, post-doctorant-e-s et chercheur-e-s plus avancés, autour du thème de l’éducation et dans une perspective pluridisciplinaire.

Il est ouvert à tous sans inscription préalable.

La séance du 20 mai 2015 (17h-20h) sera consacrée aux projets de réforme de l’enseignement supérieur, et particulièrement à la question de « l’autonomie des universités » entre la fin du XIXe siècle et 1984. Elle s’organisera autour :

•  de la présentation d’Arnaud Desvignes qui prépare une thèse intitulée « Vers l’autonomie des universités en France. Les acteurs universitaires, politiques et syndicaux face à la réforme (1968-1984) ». (Paris IV Sorbonne. Direction : Jean-Noël Luc et Emmanuelle Picard).

•  de la présentation de Dalila Bahmed qui travaille sur « les transformations des politiques universitaires : contribution à l’étude du changement sémantique de la distinction politique entre l’interne et l’international (1896-1984) ».

•  des commentaires de Patrick Fridenson, directeur d’études (EHESS-CRH).

Les trois projets de réforme étudiés lors de cette séance seront les lois Poincaré du 10 juillet 1896, Edgar Faure du 12 novembre  1968 et Savary du 26 janvier 1984.  Les acteurs de la réforme, durant cette période, placent « l’autonomie » au cœur de leurs projets mais ne définissent pas tous ce terme de la même manière. La mise en valeur de la diversité de ces définitions selon les acteurs et la période envisagée constituera un premier axe d’étude. L’analyse de l’application d’un projet de loi consacré à l’autonomie des universités formera le second axe de réflexion. Dans ce cadre, les résultats d’une étude menée à partir des sources relatives à l’histoire des universités Paris VII, Rennes I et Amiens entre 1968 et 1976 seront évoqués.

Cette séance aura lieu à la Maison de la recherche, salle S 001 (rez-de-chaussée gauche), 28 rue Serpente, 75006, métro Odéon, Cluny, Saint-Michel.

Conférences: « les universités dans leur histoire » (BIU Sorbonne)

La bibliothèque universitaire de la Sorbonne organise un cycle de conférences sur le thème « Les universités dans leur histoire« :

Mardi 20 janvier 2015, 17h30 – 19h30
« Les universitaires dans la société médiévale : l’affirmation des maîtres« par Antoine DESTEMBERG, MCF d’histoire médiévale à l’université d’Artois. Inscription jusqu’au 19 janvier dans la limite des places disponibles.

Jeudi 19 février 2015, 17h30 – 19h30 > reportée au mardi 10 mars 2015, 17h30 – 19h30
« La place des sciences dans les universités de la fin du Moyen Age au début du XIXe siècle » par Bruno BELHOSTE, professeur d’histoire moderne à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Inscription jusqu’au 12 février dans la limite des places disponibles.

Jeudi 26 mars 2015, 17h30 – 19h30
« Facultés et universités en France de 1808 à 1940 : entre traditions et novations » par Jean-François CONDETTE, professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Artois. Inscription jusqu’au 19 mars dans la limite des places disponibles.

Mercredi 15 avril 2015, 17h30 – 19h30
« Les universités de 1945 à nos jours, en France et en Europe » par Christophe CHARLE, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Inscription jusqu’au 8 avril dans la limite des places disponibles.

Coll.: Les missions de l’université

La 4ème conférence internationale du Réseau d’Etudes sur l’Enseignement Supérieur sera consacrée à la question :  « Les missions de l’université : reconfigurations, articulations et contradictions« .

Elle aura lieu à l’Institut Français de l’Education, Ecole Normale Supérieure de Lyon, du 11 au 13 décembre 2014.

Programme
Ce colloque est ouvert à tous et ne nécessite pas d’inscription préalable.

Coll.: L’histoire de l’université de Nanterre

Le labex « Les passés dans le présent » développe un axe consacré à l’histoire de l’université de Nanterre: « Faire et arpenter l’histoire de l’université de Nanterre« . Parmi ses activités, un colloque « Comment faire et arpenter l’histoire de Nanterre? Naissances d’une université (1964-1974) » se propose de revenir sur les années fondatrices de l’université de Nanterre, tant dans sa dimension intellectuelle que sociale ou territoriale.

Parution: Réformes d’hier et d’aujourd’hui

Thierry Chevaillier et Christine Musselin (dir.), Réformes d’hier et réformes d’aujourd’hui, Presses universitaires de Rennes, 2014.

Présentation: tiré d’une sélection de contributions présentées lors du précédent colloque international du RESUP (Réseau d’études sur l’enseignement supérieur), ce livre articule mouvements et continuités, en adoptant un regard au plus près des politiques d’enseignement supérieur et de recherche et en confrontant réformes d’hier et réformes d’aujourd’hui. Il les aborde à travers trois perspectives.

La première dépasse le constat de l’influence du nouveau management public en mettant l’accent sur les variations et nuances qui ressortent de sa mise en œuvre. La seconde met au jour les trajectoires de réforme que suivent les décisions publiques sur l’enseignement supérieur et analyse les changements sur des temps longs. Enfin, la troisième questionne la capacité de ces réformes à échapper aux effets de dépendance au sentier, qu’il s’agisse de reconfigurer les relations et les rapports de force entre les acteurs ou de transformer les jeux entre niveaux territoriaux.

Chacune de ces perspectives permet de mieux comprendre comment les réformes universitaires sont perçues, les comportements de résistance ou d’adhésion qu’elles suscitent et les recompositions auxquelles elles conduisent au sein de la communauté universitaire.

Parution: Les universités au risque de l’histoire

 Yamina Bettahar et Marie-Jeanne Choffel-Mailfert, Les universités au risque de l’Histoire. Principes, configurations, modèles, PUN, 2014.

Au cours de ces dernières décennies, les universités ont été confrontées à un mouvement continu de réorganisation institutionnelle. Sollicitées de toutes parts, elles sont aujourd’hui sommées de relever de nombreux défis.
Cet ouvrage collectif prend le risque de l’Histoire pour tenter d’apporter des points de vue distanciés susceptibles d’éclairer les mutations actuelles. Il propose des contributions pour la plupart issues de recherches en cours, relevant de disciplines différentes (histoire, sociologie, philosophie, sciences de l’information et de la communication).
Les universités sont approchées dans leur complexité, en des temps et des lieux très divers. Leurs trajectoires singulières ne peuvent se lire sans évoquer la prégnance des modèles antérieurs, ni même indépendamment du poids du contexte, celui des guerres ou des révolutions, ou encore des environnements sociaux et économiques.
Le poids de l’histoire est aussi confirmé dans le cadre de comparaisons internationales qui confrontent le cas de la France, à ceux du Portugal, de la République tchèque, du Luxembourg, de la Suisse, du Royaume-Uni, du Chili, des États-Unis et du Japon. Quelles que soient les orientations retenues, les traces du passé résistent en dépit du credo qui tend à présenter comme inéluctable la marche vers une uniformisation mondialisée des systèmes d’enseignement supérieur.
Cet ouvrage montre finalement que, quels que soient les principes et les discours affichés par les organismes internationaux, les États ou les universités elles-mêmes, les réalités produites dans chaque pays, par chaque institution, n’ont pas toujours été celles qui étaient attendues. Même si les mutations actuelles paraissent dans une large mesure dictées par l’économie, elles sont aussi le résultat de l’intervention et de l’action des hommes qui réagissent aux opportunités qu’offre l’Histoire, pour en faire des ressources créatrices ou des contraintes qui obèrent l’avenir.

Pour celles et ceux qui se trouveraient à Nancy le Vendredi 12 septembre, Yamina Bettahar présentera l’ouvrage entre 14h et 18h, dans le cadre du Livre sur la Place (place de la Carrière), au stand « Sciences sur la Place ».