Archives en ligne – dessins d’enfants et registres d’inscription dans les écoles de la ville de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)

Dessins d’enfants de 1943

Pendant l’Occupation, à la fin de l’année 1943, les enfants de toutes les écoles de Saint-Denis ont été amenés à participer à un concours de dessins visant à promouvoir l’action humanitaire du régime de Vichy. Il s’agissait, pour chaque enfant, de mettre en avant de manière réaliste et percutante l’importance et l’efficacité du travail social du Secours national.

Le Secours national, oeuvre philanthropique pétainiste, avait obtenu, dès 1940, le monopole de la collecte privée de fonds, à charge pour lui d’en redistribuer une partie à d’autres associations caritatives. Outre les collectes privées, le Secours national recevait des subventions d’Etat. Il se finançait aussi par le produit de la confiscation et de la vente des biens juifs. 

Registres d’inscription 1837-1901

En 1836, une circulaire prévoit un registre matricule d’inscription des enfants fréquentant les salles d’asile. Et le 17 avril 1866, un arrêté rend obligatoire la tenue d’un registre matricule de tous les élèves inscrits à l’école. Les registres sont renseignés par les responsables des écoles communales primaires qui doivent noter les enfants, dans l’ordre chronologique de leur inscription.

Les listes mentionnent nom et prénom(s) de l’enfant, date et lieu de naissance, adresse et date d’inscription avec parfois la profession des parents ou encore des appréciations sur la conduite, la santé ou les aptitudes scolaires de l’élève. On peut également y trouver des renseignements relatifs à l’état civil, à la carrière et aux qualifications du personnel enseignant.

Ces registres sont riches d’informations sur le degré d’instruction, l’orientation scolaire, les relations entre enseignants et parents, le vocabulaire utilisé par les enseignants.

Soutenance de thèse – « Vichy face au corps enseignant », Juliette Fontaine

Nous vous annonçons la soutenance de la thèse de doctorat en science politique de Juliette Fontaine:

« Vichy face au corps enseignant. Réformer les politiques scolaires en contexte autoritaire ». 

La soutenance aura lieu le vendredi 29 novembre 2019 à 14h en salle 2 du centre Panthéon de l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne (12 place du Panthéon, 75005, Paris). 

Le jury sera composé de :

Brigitte Gaïti, Professeure des universités, CESSP, Université Paris 1, Directrice de thèse
Bertrand Geay, Professeur des universités, CURAPP, Université de Picardie, Rapporteur
Patricia Legris, Maîtresse de conférences, TEMPORA, Université Rennes 2, Examinatrice
Francine Muel-Dreyfus, Directrice d’études à l’EHESS, Examinatrice
Jay Rowell, Directeur de recherche, CNRS – SAGE, Rapporteur

Résumé : Sous Vichy, une réforme de l’institution scolaire en rupture avec l’École républicaine est affichée comme prioritaire par les gouvernants du nouveau régime et des décisions sont prises en ce sens : les principes de la citoyenneté affirmés dans les lois Jules Ferry et les acquis démocratiques de l’entre-deux-guerres sont contestés. Comment et à quelles conditions le Gouvernement de Vichy a-t-il réformé le secteur de l’éducation alors que le corps enseignant sur lequel reposent les politiques scolaires sous la Troisième République lui est majoritairement hostile ? C’est la question à laquelle cette thèse propose de répondre, dans la continuité des travaux qui critiquent la mise à distance de la dimension politique de l’action publique et qui interrogent les tournants de l’action publique notamment dans des contextes autoritaire et d’alternance politique. Pour ce faire, la thèse retrace la fabrique des politiques scolaires sous Vichy, de leur émergence à leur mise en œuvre, en prêtant attention aux configurations historiques et polico-administratives particulières dans lesquelles elles s’inscrivent. En nous appuyant principalement sur l’analyse de revues professionnelles et militantes, d’archives nationales et départementales, ainsi que de biographies et de mémoires d’instituteurs, nous montrons d’une part que les changements impulsés par Vichy sont préparés sous la Troisième République et trouvent leur fondement dans des alliances nouées entre de futurs dirigeants du régime et une branche conservatrice et minoritaire du groupe enseignant ; nous montrons d’autre part que même si le nouveau régime se donne pour priorité le renouvellement du corps enseignant, les pratiques professionnelles et les habitus des instituteurs sur le terrain entravent les politiques décidées au sommet de l’État français. Au final, cette thèse contribue plus largement à la réflexion sur les capacités réformatrices et les limites du volontarisme politique. 

Parution – Lindsey Dodd et David Lees, « Vichy France and Everyday Life »

Trois contributions concernent l’histoire de l’éducation et de l’enfance : 

  • Camille Mahé, « Children and Play in Occupied France »
  • Matthieu Devigne, « Coping in the Classroom: Adapting Schools to Wartime »
  • Lindsey Dodd, « Urban Lives, Rural Lives and Children’s Evacuation »

Présentation de l’éditeur : 

This wide-ranging volume brings together a blend of experienced and emerging scholars to examine the texture of everyday life for different parts of the wartime French population. It explores systems of coping, means of helping one another, confrontations with people or events and the challenges posed to and by Vichy’s National Revolution during this difficult period in French and European history.

The book focuses on human interactions at the micro level, highlighting lived experience within the complex social networks of this era, as French civilians negotiated the violence of war, the restrictions of Occupation, the shortages of daily necessities and the fear of persecution in their everyday lives. Using approaches drawn mostly from history, but also including oral history, film, gender studies and sociology, the text peers into the lives of ordinary men, women and children and opens new perspectives on questions of resistance, collaboration, war and memory; it tells some of the stories of the anonymous millions who suffered, coped, laughed, played and worked, either together at home or far apart in towns and villages across Occupied and Vichy France.

Vichy France and Everyday Life is a crucial study for anyone interested in the social history of the Second World War or the history of France during the twentieth century.

Publication – L’École des années noires. Une histoire du primaire en temps de guerre (1938-1948), Matthieu Devigne

Comment maintenir l’École quand tout semble prêt à s’effondrer ? Comment l’École de la Troisième République a-t-elle reçu les dogmes et les ordres de Vichy ? Comment la France de l’après-guerre, enfin, a-t-elle accompagné la reconstruction des murs de celle des esprits et des corps ?

L’histoire des écoles primaires de la France des années noires (1938-1948), c’est celle du personnel et des élèves qui poursuivent leur tâche avec une endurance qui tient autant de la routine que d’une solide capacité d’adaptation. C’est aussi celle des solidarités inédites forgées à la faveur de la sauvegarde des enfants entre des territoires scolaires très diversement frappés par les drames de l’Occupation et de la Libération. C’est enfin l’histoire des visions de réforme et de reconstruction qui s’efforcent d’imaginer, en ces temps d’incertitudes, les destins possibles de l’Éducation nationale du second XXe siècle à venir.

De la Bretagne au Lyonnais, des petites communales des monts d’Auvergne aux classes marseillaises, se fait le récit d’un ordinaire recomposé au rythme du conflit. Il est tissé de rigueurs et de banalités propres à une époque saisissante, à partir de laquelle il est toujours inspirant de réfléchir le présent.

Références de l’ouvrage: Matthieu DEVIGNE, L’École des années noires. Une histoire du primaire en temps de guerre (1938-1948), PUF, février 2018

Sommaire:

Continuer la lecture de « Publication – L’École des années noires. Une histoire du primaire en temps de guerre (1938-1948), Matthieu Devigne »

Soutenance de Matthieu Devigne, Une histoire de l’École entre Vichy et République, 1938-1948

Lundi 23 novembre, Matthieu Devigne a soutenu sa thèse « Classe de guerre. Une histoire de l’École entre Vichy et République, 1938-1948 » réalisée sous la co-direction de Jean-Noël Luc et de Laurent Douzou

Jury:

  • Pr. Jean-François CONDETTE, Université d’Arras
  • Pr. Laurent DOUZOU, IEP de Lyon (co-directeur)
  • Pr. Yvan JABLONKA, Université Paris XIII
  • Pr. Jean-Noël LUC, Université Paris-Sorbonne
  • Pr. Bruno POUCET, Université d’Amiens
  • Dr. Henry ROUSSO, directeur de recherche CNRS ‒ IHTP-Paris

Séminaire des doctorants en histoire de l’éducation – 12 mars 2014 [Lyon]

Le prochain atelier des doctorant-e-s travaillant sur l’éducation aura lieu le 12 mars prochain, de 13h30 à 17h, à l’ENS de Lyon, site Descartes, salle F101, autour du thème « Guerre et éducation« .

L’atelier des doctorant-e-s propose un espace de discussion et de confrontation scientifique aux doctorant-e-s de toutes les disciplines pour lesquels l’éducation et/ou l’enseignement constitue un objet central ou partiel de recherche dans une perspective historique (même réduite). L’objectif de ce séminaire est de permettre la mise en place d’un espace de travail scientifique partagé entre doctorant-e-s, post-doctorant-e-s et chercheur-e-s plus avancés, autour du thème de l’éducation et dans une perspective pluridisciplinaire. Il est ouvert à tous sans inscription préalable.

La formule du séminaire est annuelle: les journées sont réparties entre Paris et Lyon. Elles permettent à la fois de discuter les thèses en cours (objets, méthodologie, problématique, sources… sans exclusive), à partir des présentations faites par les doctorant-e-s; et de débattre avec les chercheur-e-s présent-e-s et invité-e-s sur un ou deux thèmes préalablement choisis.

La séance du 12 mars s’organisera autour:

  • De la présentation de Juliette Fontaine qui prépare une thèse sur « L’école sous Vichy. L’action publique éducative à l’épreuve du quotidien (1940-1944) »;
  • D’une discussion avec Laurent Douzou (LARHRA/IEP de Lyon) et Christophe Capuano (LARHRA/Lyon2), sur leurs travaux de recherche et sur la thématique guerre et éducation.

Enfin, cet atelier sera l’occasion de réunir les doctorant-e-s travaillant sur la guerre d’un côté et sur l’éducation de l’autre. Il est ainsi organisé en lien avec l’équipe animant l’atelier des doctorant-e-s sur la guerre.

Contacts:

– emmanuelle.picard [at] ens-lyon.fr

– solenn.huitric [at] ens-lyon.fr

Thèse en cours: L’ecole sous Vichy. L’action publique éducative à l’épreuve du quotidien, 1940-1944

Juliette Fontaine travaille à une thèse de science politique sous la direction de Brigitte Gaïti (U. Paris I) sur le thème: « L’ecole sous Vichy. L’action publique éducative à l’épreuve du quotidien, 1940-1944« 

Présentation:

L’objet de notre thèse est d’étudier l’école primaire élémentaire durant la période de Vichy. Familier du grand public ce sujet – très peu étudié spécifiquement – n’est essentiellement connu qu’à travers les propos du Maréchal Pétain (moralisme, propagandisme, autoritarisme) donc du point de vue des discours politiques de l’Etat vichyste. Or, ces discours sont loin de renvoyer à une réalité effective tant du point de vue des décisions prises par le gouvernement en ce domaine que du point de vue du quotidien scolaire. Nous situant à la suite des travaux qui déconstruisent l’Etat autoritaire à l’aide des outils de la sociologie de l’action publique, nous étudions – au delà des discours – ce qu’est très concrètement la politique éducative du régime de Vichy dans ses différentes dimensions.

Ainsi, des décisions prises au sommet de l’Etat à la réalité concrète de la classe en passant par les différents niveaux de mise en œuvre, notre étude a pour but de comprendre  quelles sont les réformes scolaires entreprises et quels sont les moyens employés par le gouvernement pour transformer l’école (1), qui sont les réformateurs à la tête du ministère de l’Education nationale (2), comment et pourquoi cette réforme se recompose aux différents échelons de l’administration intermédiaire (3), comment et pourquoi les instituteurs réagissent durant cette période troublée (4) et, enfin, quelle est la réalité quotidienne des classes saisie dans des contextes différents (5).

Pour ce faire, nous travaillons à partir des archives du ministère de l’Education nationales, des archives départementales de la Seine, du Cher et de l’Aude – régions spécifiques sur lesquelles porte notre recherche – et réalisons des monographies historiques d’une ville et d’un village situés dans lesdits départements, en croisant, dans chaque cas, les archives municipales des communes étudiées et celles de deux de leurs écoles (l’une de filles, l’autre de garçons) avec la parole de témoins encore vivants (instituteurs et élèves) et leurs archives personnelles.

Séminaire: Le cas de l’opposition des instituteurs à la réforme éducative de Vichy

La prochaine séance du séminaire de doctorants « Mobilisations et engagements » (MobeE), jeudi 28 février 2013, consacré à la question « Comment utiliser des archives pour étudier des mobilisations et des résistances ? » accueillera Juliette Fontaine (Paris 1, CESSP-CRPS): « Rechercher des traces de l’engagement dans les archives. Le cas de l’opposition des instituteurs à la réforme éducative de Vichy » Continuer la lecture de « Séminaire: Le cas de l’opposition des instituteurs à la réforme éducative de Vichy »

Thèse en cours: Administrer le quotidien scolaire dans la France des années noires. 1939-1948

Matthieu Devigne travaille, sous la direction de Jean-Noël Luc (université Paris 4) et Laurent Douzou (université Lyon 2), à une thèse d’histoire sur le thème: « À l’école de la guerre. Administrer le quotidien scolaire dans la France des années noires. 1939-1948 ».

Présentation:

J’observe la manière dont l’Administration et ses membres, à toutes les échelles (ministérielle, académique, enseignante), appliquent les nouvelles prescriptions politiques du ministère vichyste tout en s’efforçant de surmonter les difficultés matérielles du temps. Continuer la lecture de « Thèse en cours: Administrer le quotidien scolaire dans la France des années noires. 1939-1948 »