Les thèses récentes d’histoire de l’éducation

D’après la liste établie par l’AHCESR : https://ahcesr.hypotheses.org/2281

Araujo, Christophe, Être historien sous un régime autoritaire. Pouvoir et savoir au Portugal (1926-1974), thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 24 novembre 2021 à Cergy Paris Université.

Barey, Morgane, « À rude école ». La formation initiale des officiers français à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale (1940-1945), thèse en histoire soutenue le 12 février 2021, à l’Université Paris-Saclay.

Ben Ali, Azzedine Ali, Naissance et développement de l’École nationale supérieure du pétrole (E.N.S.P.) 1919-1955. Étude socio-historique, thèse soutenue le 7 décembre 2021, à l’EHESS.

Bonhoure, Jean-Francois, Les historiens à l’épreuve du temps : la production historique éditée en France des années trente au début des années cinquante, thèse soutenue le à l’Université Panthéon-Sorbonne – Paris I.

Bordes, Etienne, La Conférence des Présidents d’université (1971-2007). Une socio-histoire du gouvernement des universités, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 21 octobre 2021 à Toulouse 2.

Canet Dol, Christiane Catherine, Les adoptions en France de 1789 à 1923 rêvées, instituées et vécues, thèse soutenue le 28 juin 2021, à l’EHESS.

Chabanne, Laure, Cohabitation, union, divorce : architecture, peinture et sculpture à l’École des beaux-arts de Paris (fin du XVIIIe siècle – 1968), thèse en histoire de l’art soutenue le 4 mars 2021, à l’EPHE.

Cussey-Besançon, Maud, Collèges, lycées, écoles professionnelles et université en Franche-Comté au cœur des grandes mutations de l’éducation au milieu du XXe siècle : ruptures, renouveau et continuités (1938-1947), thèse d’histoire contemporaine soutenue le 20 novembre 2020 à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté.

Fabre, Mélanie, La craie, la plume et la tribune. Trajectoires d’intellectuelles engagées pour l’école laïque (France, années 1880-1914), thèse soutenue le 25 novembre 2021, à l’EHESS.

Hillion, Julien, Le bataillon des « nuisibles ». La colonie pénitentiaire de Belle-Ile-en-Mer (1880-1911) : parcours de vies de jeunes détenus et modèle carcéral, thèse soutenue le 26 novembre 2021 à l’Université Bretagne Sud.

Hottin, Christian, Les patrimoines de l’enseignement supérieur à Paris (fin XVIIIe-XXe siècles), thèse en histoire de l’art soutenue le 23 novembre 2021, à l’Université Paris Sciences Lettres.

Kanté, Mody, Former une élite médicale africaine à l’époque coloniale. L’École de médecine de Dakar (1918 – années 1950), thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 9 juillet 2021 à Toulouse 2.

Khalil, Dalil, Fernant Leprette, entre la France et le ministère de l’Instruction publique égyptien (1919 – 1956), thèse soutenue le 13 décembre 2021, à l’ENS de Lyon.

Laloux, Adélaïde, Les dossiers individuels de la protection de l’enfance : constitution, conservation, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 15 avril 2021 à l’université d’Angers.

Le Cocq, Cédric, Transformer l’université française après 1968 : l’université de Nanterre 1971-1988, thèse soutenue le 18 octobre 2021 à l’Université Paris Nanterre.

Legrandjacques, Sara, Voies étudiantes. Pour une histoire globale des mobilités étudiantes en Asie (Inde britannique – Indochine française, années 1850-1940), thèse soutenue le 4 décembre 2021, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Li, Jun, Les diplômés chinois revenant de France en Chine – Le cas de la province du Shandong, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 16 décembre 2021 à l’université de Paris.

Mahé, Camille, Des enfances ordinaires ? Une histoire comparée de la sortie de guerre des enfants d’Europe occidentale (Allemagne de l’Ouest, France, Italie. 1943-1949), thèse soutenue le 6 décembre 2021, à Sciecnces Po Paris.

Pabion, Lionel, Le sport embrigadé ? Les sociétés de préparation militaire en France : des loisirs militarisés (années 1880 – années 1930), thèse de doctorat en Histoire soutenue le 12 novembre 2021 à l’université de Lyon.

Parveau, Hélène, De l’école d’art de Limoges aux écoles d’art françaises : étude des caractéristiques de l’enseignement artistique, thèse en langues et littératures françaises, soutenue le 1er décembre 2021, à l’Université de Limoges.

Paul, Marielle, Une histoire du binôme conflictuel latin-français dans l’enseignement secondaire en France, du XVIIIe au XXe siècle. Pour une métadidactique de l’enseignement du français, thèse soutenue le 4 mars 2021, à l’EHESS.

Plet, Charles, La « jeune fille » et sa représentation dans le roman catholique en France (1880-1914), thèse de doctorat en Littératures française et francophone, soutenue le 15 décembre 2021 à Paris 3 en cotutelle avec l’université de Montréal.

Profillet, Lucas, Le corps en images à l’école. L’ortho-figuration corporelle dans les méthodes de lecture (1880-1960), thèse soutenue le 8 décembre 2021, à l’Université de Franche-Comté.

Taveau, Valentin, Ackerman-Laurance, Famille, négoce et industrie des vins mousseux en Saumurois au XIXè siècle (1811-1914), thèse soutenue le 20 septembre 2021, à l’Université d’Angers.

Toureille-Kotula, Aurore, L’enseignement du dessin à Perpignan (fin XVIIIe siècle – 1914) : acteurs et institutions, thèse soutenue le 30 novembre 2021 à l’Université de Perpignan Via Domitia.

Valois, Philippine, L’éveil des sens. Histoire médicale de la puberté (1750-1850), thèse soutenue le 22 octobre 2021 à l’Université d’Angers.

Zhou, Ying, L’enseignement de l’histoire de l’art à l’école secondaire sous la IIIe République française, thèse en histoire de l’art soutenue le 20 janvier 2021 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (cotutelle avec l’Université des études internationales de Shanghai).

Zhou, Zhe, Les hôtes du Fort St-Irénée. Les étudiants chinois de l’Institut Franco-Chinois de Lyon 1921-1950, thèse soutenue le 14 mai 2021 à l’EHESS.

Parution – Jane Martin, “Gender and Education in England since 1770. A Social and Cultural History”, 2022

Français : ce livre adopte une approche novatrice du sujet, combinant des approches biographiques et l’histoire locale, une synthèse de la littérature sociologique et historique, avec de nouvelles recherches pour aborder une variété de thèmes et fournir une histoire complète et arrondie démontrant l’enchevêtrement de l’expérience éducative et l’influence de différents modes de discrimination et de préjugés. En utilisant le prisme du genre, Jane Martin réévalue la nature sexuée de l’histoire moderne de l’éducation et fournit une vue d’ensemble des aspects imbriqués de l’éducation, de la société, de la politique et du pouvoir. Son organisation est conviviale, fournissant des informations accessibles en ce qui concerne les chronologies de la législation et des événements clés pour refléter la constance et le changement, tout en “cartographiant” les contextes politiques, économiques, sociaux et culturels plus larges, ce qui en fait un ouvrage idéal à utiliser comme manuel ou ressource pour les enseignants et les étudiants.

English : this book takes a novel approach to the topic, combining biographical approaches and local history, a synthesis of sociological and historical literature, with new research to address a variety of themes and provide a comprehensive, rounded history demonstrating the entanglement of educational experience and the influence of different modes of discrimination and prejudice. Using the lens of gender, Jane Martin reassesses the gendered nature of the modern history of education and provides an overview of intertwined aspects of education, society, politics and power. Its organisation is user friendly, providing accessible information with regard to chronologies of legislation and key events to reflect constancy and change, whilst ‘mapping’ the larger political, economic, social and cultural contexts, making it ideal for use as a textbook or a resource for teachers and students.

Parution – Céline Labrune Badiane, “Le pari de l’école. Une histoire de l’institution scolaire en Casamance (1860-1960)”, 2022

https://www.hemisphereseditions.com/le-pari-de-l-ecole

La Casamance, région située au Sénégal, au sud de la Gambie et au nord de la Guinée Bissau, occupe une place singulière dans l’histoire et l’espace colonial et post-colonial sénégalais. La région de Ziguinchor, partie occidentale de la Casamance, bien que tardivement et fragilement soumise à l’ordre colonial, est aussi la plus scolarisée du Sénégal, voire de l’Afrique-Occidentale française, à partir des années 1930 et surtout après la Seconde Guerre mondiale. Malgré le conflit indépendantiste qui y sévit depuis 1982, les taux de scolarisation y demeurent parmi les plus élevés, et l’école apparaît toujours comme le chemin privilégié de l’ascension sociale et de l’insertion professionnelle.

Pour comprendre ce qui peut sembler au premier abord paradoxal, cet ouvrage explore la longue histoire de l’école en Casamance à l’époque coloniale. Il s’attache à identifier les dynamiques politiques, économiques et sociales, à différentes échelles, qui ont conduit à l’institution de l’école en Casamance. Dans un contexte de profondes mutations, face à un
pouvoir colonial coercitif, les Casamançais n’ont pas une attitude figée face à l’institution scolaire. Ils l’intègrent à leurs pratiques sociales selon des modalités, des rythmes et des logiques multiples.

En s’appuyant sur des entretiens menés auprès des acteurs (élèves, enseignants, inspecteurs de l’enseignement) et des archives des écoles (monographies, registre matricule…), Céline Labrune Badiane restitue le point de vue et les expériences vécues de l’ensemble des élèves. L’analyse du processus de scolarisation à l’échelle locale permet de rendre compte de la diversité et de la complexité du rapport des individus, des communautés et des groupes sociaux à l’école et plus largement à l’État colonial. Pour reprendre les termes de l’historien Jacques Revel, il s’agit d’une « histoire totale vue d’en bas ».

L’autrice :

Céline Labrune Badiane est maîtresse de conférences en Histoire contemporaine à l’Université Assane Seck de Ziguinchor (Sénégal). Ses recherches portent sur l’histoire de l’éducation en Afrique de l’Ouest, dans une perspective d’histoire sociale, et sur les circulations des acteurs, des idées et des imaginaires dans l’Atlantique francophone contemporain, à partir de l’Afrique. Cet ouvrage est une version remaniée et actualisée de sa thèse, soutenue à l’Université Paris VII et récompensée par le Prix Louis Cros. Elle est, avec Etienne Smith (Sciences-Po Bordeaux) l’auteure d’un ouvrage sur la production des savoirs par les instituteurs africains en Afrique Occidentale Française, Les Hussards noirs de la colonie. Instituteurs et Petites patries (Karthala, 2018).

AàC – “Histoire des pères et de la paternité en Occident de la Renaissance à nos jours”, Amiens, déc. 2022

1er– 2 décembre 2022 (Amiens)

 Résumé

Ce colloque sur l’histoire des pères et de la paternitéen Occident de la Renaissance à nos jours a pour objectif d’éclairer les profondes mutations de la figure paternelle au cours des derniers siècles et de combler certains vides historiographiques. À la croisée de l’histoire, des sciences sociales et de l’anthropologie, l’ambition de cette rencontre est donc de proposer sur un temps long une histoire plurielle de la paternité en Occident en la considérant comme un objet de recherche se rapportant autant à la sphère privée qu’à la sphère publique.

Quatre axes thématiques sont privilégiés :

  • Axe 1 : Les pères et la petite enfance
  • Axe 2 : Émotions et sentiments paternels
  • ​​Axe 3 : Les relations pères/enfants : transmissions des savoirs et des pratiques
  • Axe 4 : Le bon et le mauvais père : modèles, paternité et espace public

 Argumentaire

 Ce colloque sur l’histoire des pères et de la paternitéen Occident de la Renaissance à nos jours a pour objectif d’éclairer les profondes mutations de la figure paternelle au cours des derniers siècles et de combler certains vides historiographiques.

L’histoire des pères et de la paternité s’est développée tardivement dans les pays occidentaux par rapport à d’autres champs de l’histoire de la famille et de la parenté, en plein essor à partir des années 1960-1970. En France, il faut attendre la fin des années 1980 et les années 1990 pour que soient publiés les premiers ouvrages sur le sujet [Knibiehler, 1987 ; Delumeau, Roche, 1990]. Depuis lors, de multiples travaux historiques ont été menés, privilégiant certains angles d’études (juridiques, éducatifs, etc.) ou certaines périodes, notamment le Moyen Age [Lett, 1997 ; Baschet 2000 ; Payan, 2006 ; Certin, 2014]. Dans d’autres pays européens, en particulier anglo-saxons, les travaux sur la question ont été plus nombreux, contribuant à renouveler les perspectives, notamment sous l’angle du genre [Broughton, Rogers 2013 ; Strange, 2015]. Deux publications collectives récentes témoignent de la vitalité de ce champ de recherche [Certin, 2016 ; Doyon, 2021] et invitent à poursuivre l’étude des sujets encore peu explorés, notamment pour la période moderne et contemporaine. Les relations de la paternité à la cité et au politique, souvent appréhendées sous le seul angle symbolique, méritent ainsi d’être davantage étudiées [Avezou, 2003 ; Cohen, 2007]. « L’histoire de la paternité concrète », reste également mal connue, en particulier « la dimension personnelle et intime de la paternité, soit la relation des pères avec leurs enfants », comme le signale l’historienne Anne Verjus [Verjus, 2013].

À la croisée de l’histoire, des sciences sociales, de l’anthropologie, l’ambition de ce colloque est donc de proposer sur un temps long une histoire plurielle de la paternité en Occident en la considérant comme un objet de recherche se rapportant autant à la sphère privée qu’à la sphère publique. La définition de la paternité sera envisagée ici au sens large afin de pouvoir aborder tant le père charnel et social que spirituel, ainsi que l’articulation de ces différentes facettes de la paternité. L’examen minutieux d’archives, de sources du for privé, d’iconographies, d’œuvres littéraires ou médiatiques sera au cœur de cette rencontre qui cherche à saisir comment chaque époque conçoit la paternité (normes et représentations, expériences et vécu). La mobilisation du concept de genre sera appréciée, notamment pour étudier les relations pères/fils et pères/filles et pour mettre en évidence la place de la paternité dans l’identité masculine et la définition de la masculinité [Tosh, 1999].

Angles d’étudeAxe 1 : Les pères et la petite enfance

Jusqu’à une époque très récente, le soin quotidien des enfants dans les premières années de leur existence relevait essentiellement des femmes, et en particulier des mères. Les pères passent pour avoir été traditionnellement peu impliqués dans la prise en charge des tout-petits, avant que n’émerge depuis les années 1970 le modèle des « nouveaux-pères », plus investis dans les premiers moments de la vie de leurs enfants. Il apparaît cependant que la réalité est plus complexe, les situations variées et l’évolution aucunement linéaire au cours des derniers siècles. Au Moyen Âge, Didier Lett a déjà relevé de nombreux exemples de tendresse paternelle et d’implication des pères dans le soin de leurs enfants, bien avant l’âge de raison [Lett, 1997]. Eggle Becchi a aussi montré comment les pères des élites à l’époque des Lumières se faisaient volontiers puériculteurs [Becchi, 2004]. Les écrits privés révèlent également qu’à l’époque moderne et au XIXe siècle, certains hommes s’investissaient concrètement pendant la grossesse et l’accouchement et dans les soins du jeune enfant [Berthiaud, 2011], avant que cela ne devienne la norme – plus ou moins assumée d’ailleurs – dans le dernier tiers du XXe siècle. Les modalités concrètes de cet investissement paternel et ses évolutions seraient à retracer plus précisément, notamment pour percevoir les variations éventuelles entre les milieux sociaux et la manière dont le rôle des pères s’articule avec celui des mères et des autres acteurs impliqués dans le soin des jeunes enfants (membres de la famille, nourrice, domestique, sage-femme, médecin).

 Axe 2 : Émotions et sentiments paternels

La question des sentiments des pères pour leurs enfants, et en particulier de l’amour paternel, a été abordée de manière pionnière par Daniel Roche dans son article « L’amour paternel à Paris au XVIIIe siècle » [Roche, 1983]. Depuis, divers travaux, centrés en particulier sur le Moyen Age [Lett, 1997] ou basés sur les écrits du for privé, ont abordé le sujet mais bien des aspects restent à explorer. Manon Pignot a pu montrer comment les lettres des pères à leurs enfants lors de la Grande Guerre ont permis l’« expression nouvelle d’une sensibilité, qui passe par l’expression de la tendresse physique » [Pignot, 2012, p. 297], contribuant à « la révélation d’un sentiment paternel » jugé inédit. D’autres contextes de séparation prolongée et d’absence ont pu être propices à l’expression des sentiments paternels et à leur conservation dans les sources. Les guerres révolutionnaires et de l’Empire, les situations d’exil ou d’emprisonnement sont par exemple des occasions d’étudier l’expérience de la paternité à distance et parfois aussi les sentiments qui trouvent alors une occasion de s’exprimer. Certains moments particuliers de la vie de l’enfant suscitent également des émotions fortes et s’avèrent propices pour mesurer l’investissement sentimental des pères avec leur progéniture. Outre la naissance, évoquée précédemment, c’est notamment le cas des maladies et surtout de la mort de l’enfant [King, 1994]. Il faut toutefois se garder d’idéaliser ces rapports père-enfants et aborder tout le registre des attitudes et des sentiments paternels, qui peuvent aussi prendre la forme de l’indifférence, de l’hostilité ou de la violence. Il conviendra également d’envisager l’influence de la place dans la fratrie et du sexe de l’enfant dans ces relations. En prenant appui sur une histoire des émotions et des sensibilités, profondément renouvelée ces dernières décennies, on s’attachera ainsi à étudier les modalités d’expression des sentiments paternels, ainsi que l’évolution des normes en vigueur pendant la période étudiée.

   Axe 3 : Les relations pères-enfants : transmissions des savoirs et des pratiques

Si les relations père-enfants ont retenu l’attention des historiens, sociologues et anthropologues depuis déjà plusieurs années, celles-ci ont souvent été étudiées au prisme de la mission éducative et moralisante qui incombe au père de famille depuis des temps reculés [Delumeau et Roche, 1990]. En charge de l’instruction spirituelle de ses héritiers ainsi que de la transmission de valeurs édifiantes, le père apparaît souvent comme un modèle d’autorité inculquant la discipline et/ou adepte de punitions corporelles. Réduire l’investissement paternel auprès de sa progéniture à ces seuls comportements a cependant tendance à figer la relation père/enfant dans la distance, dans la soumission ou dans le rejet. Il en ressort aussi une image stéréotypée, longtemps entretenue par l’historiographie. Le renouvellement des approches qui s’est imposé en France à la fin des années 1990 a heureusement permis de nuancer ce tableau. En explorant comment l’engagement paternel peut se manifester au travers d’activités du quotidien (travail, loisirs, etc.), nous ambitionnons de réévaluer la relation que les pères peuvent construire avec leur(s) enfant(s) en particulier dans le cadre domestique et professionnel. Il s’agirait notamment d’étudier les différentes formes de transmission paternelle : la passation de savoirs et de gestes nécessaires à l’apprentissage d’un métier par exemple, la délivrance de conseils utiles dans la vie sociale ou les manières dont les pères transmettent leur expérience de la paternité aux générations suivantes. À l’image de l’analyse entreprise par Philippe Lejeune sur le Journal de Marc de Bombelles [Lejeune, 2016], ces contributions permettraient de nourrir une histoire concrète de la paternité en examinant au plus près l’implication des pères auprès de leur(s) enfant(s).

 Axe 4 : Le bon et le mauvais père : modèles, paternité et espace public

 Les attentes de notre société contemporaine à l’égard de la paternité s’expriment à travers divers supports (traités d’éducation, fictions, médias, sondages, réseaux sociaux…) et participent, depuis les années 1970, à l’émergence du modèle du « nouveau père ». Plus impliqué, celui-ci s’investirait auprès de ses enfants dès leur plus jeune âge, assumerait les soins quotidiens avec la mère tout en continuant à pourvoir financièrement aux besoins de la famille. Ce modèle, dont l’émergence est consécutive à l’affirmation du principe d’égalité entre les hommes et les femmes, rompt avec les figures traditionnelles de la paternité, telle celle du pater familias ou celle du père effacé voire absent [Dermott, 2008]. Parce que les représentations culturelles reflètent et façonnent des images communément acceptées sur le rôle et la place du père au sein de la cellule familiale, elles méritent de retenir notre attention.

 Considérer la paternité comme une construction sociale et culturelle invite à s’intéresser à l’imaginaire entourant la figure paternelle et à ses différentes déclinaisons, positives autant que négatives. À partir des mythes du père idéal (et de ses contraires), plébiscités par le passé puis constamment renouvelés, il s’agira d’identifier les caractéristiques de ces archétypes circulant en Occident, d’appréhender les supports sur lesquels apparaissent ces images et les injonctions qui pèsent sur les hommes au moment où ils embrassent la paternité. Le modèle formé par Joseph à partir du XVe siècle [Payan, 2006], celui « des bons pères bons gouvernants » perpétué dans l’Empire à la même époque [Certin, 2011, p. 8] ou, à l’opposé, la figure repoussoir de Vautrin dans le Père Goriot traduisent une perpétuelle évolution des normes et des représentations. L’enjeu ici est donc de cerner les rapports que les hommes en âge de procréer entretiennent avec ces références et comment chaque individu parvient à se construire en imitant plus ou moins celles-ci ou en s’en démarquant. Il s’agira notamment de se pencher sur l’évolution des rapports entre paternité et « l’injonction de virilité » [A. Corbin, 2011, t. 2, p. 9] depuis la première modernité jusqu’à nos jours. Dans cette optique, des travaux traitant de la stérilité, du contrôle des naissances, de la bâtardise, ou de la capacité à engendrer des naissances multiples voire une famille nombreuse pourraient enrichir nos connaissances.

 En outre, on se penchera sur la manière dont la paternité investit la sphère publique au point qu’être père devient progressivement un des éléments définitoires d’un individu. Ainsi, en se donnant à voir comme le fondateur d’une longue lignée, le chef de famille expose au reste de la société sa capacité à donner la vie, à éduquer, à assumer économiquement les siens et à assurer la pérennité de son nom. En conséquence, il en retire un surcroît de pouvoir. Dès lors, interroger la communication des puissants sous l’angle de l’état florissant de la famille permettrait de mieux comprendre comment la paternité, pensée comme un relationnel privilégié d’un père à ses enfants, s’insinue dans le champ politique mais aussi s’affirme dans les milieux bourgeois voire populaires [Teuscher, 2004 ; Certin, 2011].

Bibliographie sélective

  • AVEZOU Laurent, « Louis XII. Père du peuple : grandeur et décadence d’un mythe politique, du XVIe au XIXe siècle », Revue historique, 2003/1 (n° 625), p. 95-125.
  • BASCHET Jérôme, Le Sein du père. Abraham et la paternité dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard, 2000.
  • BECCHI Egle, « Corpi infantili et nuove paternità : agli inizi delle puericultura », in Patrizia Guarnieri (dir.), Bambini e salute in Europa 1750-2000, in Medicina & Storia, rivista di storia della Medicina e della Sanità, IV, 7, 2004, p. 5-30.
  • BERTHIAUD Emmanuelle, « Attendre un enfant » : Vécu et représentations de la grossesse aux XVIIIe et XIXe siècles (France), thèse de doctorat, sous la dir. de S. Beauvalet, UPJV Amiens, 2011.
  • BROUGHTON Trev Lynn, ROGERS Helen, Gender and Fatherhood in the Nineteenth Century, Basingstoke/New York, Palgrave Macmillan, 2007.
  • CERTIN Aude-Marie,« Pères de la mémoire et mémoire des pères dans l’Empire à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne », Revue de l’IFHA [En ligne], 3 | 2011, URL : http://journals.openedition.org/ifha/196
  • CERTIN Aude-Marie, La cité des pères. Paternité, mémoire, société dans les villes méridionales de l’Empire du milieu du XIVe siècle au milieu du XVIe siècle (Nuremberg, Augsbourg, Francfort-sur-le Main), thèse de doctorat sous la dir. de P. Monnet et J.-C. Schmitt, EHESS, 2014 (à paraître).
  • CERTIN Aude-Marie (dir.), Formes et réformes de la paternité à la fin du Moyen Age et au début de l’époque moderne, Francfort, Peter Lang, 2016.
  • COHEN Antonin, « Le “père de l’Europe”. La construction sociale d’un récit des origines », Actes de la recherche en sciences sociales, 2007/1-2 (n° 166-167), p. 14-29.
  • CORBIN Alain, COURTINE Jean-Jacques et VIGARELLO Georges (dir.), Histoire de la virilité, Paris, Le Seuil, 2011, 3 vol.
  • CREST Aurélie du, Modèle familial et pouvoir monarchique (XVIe-XVIIIe siècles), Aix/Marseille, Presses universitaires d’Aix Marseille, 2002.
  • DELUMEAU Jean, ROCHE Daniel (dir.), Histoire des pères et de la paternité, Paris, Larousse, 1990.
  • DERMOTT Esther, Intimate Fatherhood: A Sociological Analysis, Londres, New York, Routledge, 2008.
  • DOYON Julie, ARMANI Sabine (dir.), L’Empire paternel. Familles, pouvoirs, transmission (Antiquité romaine, époque moderne), Genève, Georg, Coll. « L’Equinoxe », 2021.
  • KING, Margaret L., The Death of the Child Valerio Marcello, Chicago et Londres, The University of Chicago Press, 1994.
  • KNIBIEHLER Yvonne, Les pères aussi ont une histoire, Paris, Hachette, 1987.
  • HALLAMA Peter, « Histoire de la paternité aux XIXe et XXe siècles », Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe [en ligne], 2016, URL : https://ehne.fr/fr/node/12353
  • LEJEUNE Philippe, Aux origines du journal personnel France 1750-1815, Paris, H. Champion, 2016.
  • LETT Didier, L’enfant des miracles. Enfance et société au Moyen Age (XIIe-XIIIe siècle), Paris, Aubier, 1997.
  • LETT Didier (dir.), « Être père au Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 4, 1997.
  • PAYAN Paul, Joseph. Une image de la paternité dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 2006.
  • PIGNOT Manon, Allons enfants de la patrie. Génération Grande Guerre, Paris, Éd. du Seuil, 2012.
  • ROCHE Daniel, « L’amour paternel à Paris au XVIIIe siècle », Annales de démographie historique, « Mères et nourrissons », 1983, p. 73-80.
  • SHEPARD Alexandra, « From Anxious Patriarchs to Refined Gentlemen? Manhood in Britain, circa 1500–1700 », Journal of British Studies, Vol. 44, n° 2 (April 2005), p. 281-295.
  • STRANGE Julie-Marie, Fatherhood and the British Working Class, 1865-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 2015.
  • TEUSCHER Simon, « Parenté, politique et comptabilité. Chroniques familiales autour de 1500 (Suisse et Allemagne du Sud) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2004/4 (59e année), p. 847-858.
  • TOSH John, A Man’s Place. Masculinity and the Middle-Class Home in Victorian England, New Haven/Londres, Yale University Press, 1999.
  • VERJUS Anne, « La paternité au fil de l’histoire », Informations sociales, 2013, 176 (2), p. 14-22.

 Modalités de soumission des propositions

 Les propositions de communication doivent comprendre :

  • Un titre (même provisoire)
  • Un résumé d’une page maximum
  • Une courte présentation personnelle précisant l’université, le laboratoire de recherche, les thématiques de recherche et les principales publications.

 Les propositions doivent être envoyées à emmanuelle.berthiaud@u-picardie.fr et isaure.boitel@u-picardie.fr

 La date limite pour répondre à cet appel est fixée au 11 avril 2022.

 Les candidat.e.s seront informé.e.s de la décision au cours du mois de mai 2022.

 Modalités pratiques

 Le colloque se tiendra jeudi 1er et vendredi 2 décembre 2022 au Logis du Roy, Passage du Logis du roi, à Amiens (Haut-de-France). Les frais d’hébergement et de voyage ainsi que les repas seront pris en charge pour les intervenants. Le colloque donnera lieu à une publication, ce qui implique une remise des communications écrites en mars 2023.

Un compte twitter a été créé pour suivre l’actualité du colloque : @paternite2022

 Organisatrices

Emmanuelle Berthiaud (maîtresse de conférences en histoire moderne, CHSSC, UPJV)

Isaure Boitel (maîtresse de conférences en histoire moderne, CHSSC, UPJV)

Parution – Sylvain Wagnon (ed.) – “Normes, disciplines et manuels scolaires”, Peter Lang, 2022

https://www.peterlang.com/document/1170962

Le manuel scolaire est un outil majeur et incontournable de l’enseignement actuel. Témoin de son temps, enjeu politique, économique et culturel, il est révélateur des mutations et des évolutions de nos systèmes éducatifs. Cet ouvrage analyse les liens entre les manuels scolaires, les savoirs enseignés, les normes disciplinaires et la forme scolaire. Chaque chapitre explore à la fois l’histoire et l’actualité des différentes disciplines scolaires par le prisme du manuel scolaire.

Grâce à des analyses renouvelées et pluridisciplinaires, cet ouvrage précise l’importance du manuel en tant qu’interface incontournable de l’acte éducatif et élément constitutif d’une culture scolaire. Au fil des contributions issues des plus récentes recherches françaises et suisses, le manuel apparait ainsi comme vecteur de connaissances, de concepts et de valeurs, mais aussi et avant tout interprétation des programmes officiels.

L’étude des liens entre les manuels scolaires et l’évolution de la forme scolaire permet de mettre en évidence les influences des divers acteurs, leurs interactions et les transferts culturels liés à la production des manuels, ainsi que leurs effets sur la constitution des disciplines. Grâce à cette étude novatrice des relations entre les normes, les disciplines et les manuels scolaires, cet ouvrage propose une réflexion globale sur l’enseignement, son histoire, son présent et ses perspectives.

Appel à participation – ANR “Race, littérature et pratiques pédagogiques au XIXe siècle”

Dans le cadre d’un projet ANR franco-allemand co-organisé par Carole Reynaud-Paligot (Université de Bourgogne) et Laurens Schlicht (Université de Sarrebruck) “Race, littérature et pratiques pédagogiques au XIXe siècle”, nous souhaitons inviter des chercheurs travaillant sur l’histoire de l’éducation à se joindre à l’équipe.

Voici un extrait du projet en cours d’élaboration.

” Ainsi, après avoir identifié la place que les savoirs raciologiques occupent dans la société, reste à comprendre la transmission de ces savoirs d’une génération à l’autre, et c’est dans cette optique qu’il convient d’analyser les traitements de la diversité humaine et l’utilisation de ces savoirs à l’école. A partir de sources publiées et de fonds d’archives, ce deuxième axe du projet vise ainsi à étudier la manière dont la diversité humaine a été abordée dans les écoles françaises et allemandes [..]

Dans un premier temps, nous identifierons un corpus des textes – pour la plupart des manuels scolaires et des publications officielles– […] . Nous nous intéressons ici, moins à la manière dont les élèves eux-mêmes ont pu être discriminés, qu’aux connaissances qu’ils ont reçues à l’école sur la diversité humaine. Nous chercherons à identifier quelles disciplines scolaires (et par conséquent : dans quels manuels) les élèves ont reçu des connaissances sur la différence entre les groupes humains. Il sera également important d’estimer la diffusion de ces manuels, leur plus ou moins grande présence et leur utilisation dans les écoles.[…]

Nous souhaitons identifier également des fonds d’archives qui permettront d’étudier l’appropriation des savoirs raciologiques par les acteurs sociaux éducatifs dans le cadre de pratiques pédagogiques. Nous pourrons ainsi cerner la mise en œuvre des directives officielles, la marge de manœuvre et de liberté des pédagogues, et ainsi les modalités de diffusion mais aussi les éventuelles déviances, résistances, oppositions. Il s’agira ici de prendre en considération le positionnement socio-économique, épistémologique et religieux des enseignants. Dans quelle mesure la religion a-t-elle joué un rôle dans la construction des représentations de « races humaines » des enseignants et dans la diffusion de celles-ci dans la classe ? Quels autres facteurs ont contribué à la circulation, l’appropriation des savoirs raciologiques à l’école ? Sans viser à l’exhaustivité, cette démarche nous paraît centrale, car peu d’études ont été entreprise […].”

Contact : Carole.Reynaud-Paligot [at] u-bourgogne.fr

Parution – Amandine Diener, “Enseigner l’architecture aux Beaux-Arts (1863-1968). Entre réformes et traditions”, PUR, 2022

https://www.pur-editions.fr/product/5964/enseigner-l-architecture-aux-beaux-arts-1863-1968

L’histoire de l’enseignement de l’architecture à l’École des beaux-arts au XXe siècle semble connue des historiens de l’architecture et des architectes qui, pour la plupart, ont arpenté les couloirs de cette prestigieuse école. Malgré son évidence, ce sujet n’avait jamais été abordé de front sur cette longue période. Entre la réforme mise au point par Viollet-le-Duc en 1863 et la disparition de la section d’architecture en 1968, il y avait un vide que cet ouvrage propose de combler.

À partir de l’analyse de documents d’archives et d’un corpus jusque-là épars, ce livre fait le choix d’un regard croisé entre histoire réglementaire et pédagogique pour dégager une lecture historique de la « doctrine » de la section d’architecture, vérifier sa capacité à questionner ses traditions académiques et à se réformer. Il offre une synthèse, libérée de toute polémique, de l’évolution de la formation des architectes en dégageant des moments de basculement, de crise ou de stabilité provoqués par des phénomènes d’ordre institutionnel, historique ou professionnel.

Du berceau parisien aux antennes provinciales, des débuts glorieux aux difficultés grandissantes, des enjeux pédagogiques à ceux de la profession, du cours de théorie aux concours d’émulation, l’ouvrage propose une lecture inédite de la longue et difficile mue de la section d’architecture à l’École des beaux-arts au XXe siècle.

Séminaire – “Savoirs et formation des travailleurs et travailleuses en Seine-Saint-Denis (XIXe-XXIe siècles) : recherche et valorisation des sources”

Premier séminaire dans le cadre du projet

Lundi 28 mars, 10h-13h
Campus Condorcet (salle 3.023 Bât. Recherche Sud)

Emmanuel Bellanger, directeur de recherche au CNRS, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains : Des fondations du Grand Paris à l’avènement de la Seine-Saint-Denis :un territoire populaire en mutation, laboratoire des cultures et des politiques urbaines (XIXe-XXIe siècles)

Projet soutenu par MSH Paris Nord/Campus Condorcet dans le cadre de leur appel à projets commun “Campus universitaires et territoires”

Informations et contact : francoise.laot@univ-paris8.fr

Parution – Sylvie Moret Petrini, “L’enfance sous la plume.La diffusion de l’écriture éducative en Suisse romande, 1750-1820”, PUR, 2022

https://www.pur-editions.fr/product/5643/l-enfance-sous-la-plume

Systématiquement recommandée par les traités pédagogiques, l’observation des enfants se développe dès le milieu du XVIIIe siècle, dans le sillage des Lumières et de l’essor des sciences. Pères, mères, précepteurs et gouvernantes sont désormais exhortés à prendre la plume dans le cadre de leur mission éducative. Et ils ne sont pas les seuls. Enfants et jeunes gens se voient aussi fortement encouragés à tenir un journal, auquel on attribue de nombreuses vertus.

Fondé sur l’analyse d’une centaine de journaux personnels conservés dans les archives de Suisse romande, le présent ouvrage retrace l’émergence de ces nouvelles pratiques d’écriture, issues d’une ère de renforcement de la cellule familiale, et remonte aux modèles qui leur ont donné naissance. Il questionne également la perception que les acteurs de l’éducation ont de leurs rôles respectifs.

Cette écriture éducative traduit le nouveau regard porté sur l’enfant et sur son développement, ainsi que la pénétration des théories pédagogiques au sein des familles. Tout comme elle dévoile les dilemmes des parents, partagés entre fidélité aux principes prônés et impératifs sociaux. Incluant les jeunes scripteurs et scriptrices, elle permet de reconstituer l’expérience enfantine. On voit ainsi émerger l’enfant acteur de son éducation, fille ou garçon, qui au fil des pages revendique sa capacité à gérer, non seulement sa formation, mais sa propre existence.

La promotion du journal d’éducation dans le cadre d’une nouvelle vision de l’enfant

  • Un instrument de connaissance
  • Une promesse d’amélioration pour les enfants et les adolescents
  • Une théorisation du journal à bout touchant ?

Le journal éducatif aux mains des précepteurs et gouvernantes

  • Un désir naissant de professionnalisation
  • L’écriture éducative : source de légitimité
  • Adapter le journal éducatif de Stéphanie-Félicité de Genlis

Les parents et la plume

  • Responsabilités et sentiments : des rôles parentaux redéfinis
  • Écrire la maternité
  • La plume paternelle : entre observation et réflexion

Les enfants et l’écriture diaristique

  • Élaborer son journal
  • La plume émancipatrice

AàC – ISCHE Standing Working Groups

https://convegni.unicatt.it/ische43-swgs

The Standing Working Groups (SWG) are small, thematically organized research groups within ISCHE, designed to coordinate research and discussion on a set topic, guided by specific research goals, for a set period of time. SWGs are automatically granted two parallel session slots on the programme of each ISCHE annual conference (in ISCHE Byelaws).

Proposals should be a maximum of 500 words excluding bibliography.

Please note that all proposals must be submitted through the conference electronic system by selecting the respective SWG.

You can find more on any below-mentioned SWG here.

Gendering Local, National, Regional, Transnational and Supra-National Histories of Education

Convenors: Nelleke Bakker (Netherlands), Deirdre Raftery (Ireland), Stephanie Spencer (United Kingdom), Tali Tadmor-Shimony (Israel), Kay Whitehead (Australia)

Visit the 2022 call for papers here.

Observatory for the History of Education (2019-2024)

Convenors: Thérèse Hamel (Canada), Lajos Somogyvári (Hungary), Marisa Bittar (Brazil)

Visit the 2022 call for papers here.

Growing up in out-of-home care: Histories of children and youths in foster families and residential homes

Convenors: Joëlle Droux (Switzerland), Jeroen J.H. Dekker (Netherlands), Els Dumortier (Belgium), Aurore François (Belgium), David Niget (France)

Visit the 2022 call for papers here.

The History of Educational Funding: Models, Debates and Policies in an International Perspective (1800-2000)

Convenors: Clémence Cardon-Quint (France), Damiano Matasci (Switzerland), Johannes Westberg (Netherlands)

Visit the 2022 call for papers here.

Material Hermeneutics and Remediation as Challenges in Visual Studies in Histories of Education

Convenors: Tim Allender (Australia), Inés Dussel (Mexico), Ian Grosvenor (United Kingdom), Karin Priem (Luxenbourg)

Visit the 2022 call for papers here.

Soutenance d’HDR – Stéphane Lembré, « Apprendre le métier XIXe-XXe siècles. Acteurs, espaces, techniques et politiques entre histoire économique et sociale, histoire de l’éducation et histoire du travail », 8 janvier 2022.

Stéphane Lembré soutiendra son HDR le samedi 8 janvier 2022 à 13h30 à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le dossier est intitulé : « Apprendre le métier XIXe-XXe siècles. Acteurs, espaces, techniques et politiques entre histoire économique et sociale, histoire de l’éducation et histoire du travail ».

Il comprend un mémoire de synthèse, un recueil de travaux et un mémoire inédit : « Le retour de l’apprentissage. Une institution du travail et son financement au XXe siècle : jalons pour l’histoire d’une voie française à l’aune des expériences européennes et mondiales ».

Le jury sera composé de :

  • M. Jean-François Chanet, Professeur des universités, Institut d’études politiques de Paris, recteur de la région académique Bourgogne-Franche-Comté
  • Mme Carole Christen, Professeure des universités, Université Le Havre Normandie
  • Mme Isabelle Lespinet-Moret, Professeure des universités, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne (garante)
  • M. Xavier Vigna, Professeur des universités, Université Paris Nanterre
  • M. Laurent Warlouzet, Professeur des universités, Sorbonne Université
  • M. Steven Zdatny, Professeur, Université du Vermont, États-Unis

Celles et ceux qui souhaiteraient assister à cette soutenance, à distance, de le signaler rapidement à Stéphane Lembré (stephane.lembre [at] univ-lille.fr).

Composition du dossier

Le mémoire de synthèse (vol. 1) revient sur un parcours de recherche et d’enseignement, au prisme des relations entre apprentissage, métier et histoire.

Le mémoire inédit (vol. 2) aborde l’histoire de l’apprentissage en France au XXe siècle, en interrogeant le passage d’un mode de formation jugé en crise au début du siècle à une voie de formation à laquelle, depuis les années 1980 et plus encore aujourd’hui, de nombreuses vertus sont prêtées en vue de l’insertion professionnelle. Le financement de l’apprentissage fournit le fil directeur d’une réflexion qui restitue l’expérience française dans une perspective transnationale et analyse le rôle d’acteurs multiples.

Le recueil de travaux (vol. 3) est structuré en quatre parties : histoire et historiographie de l’enseignement technique ; régulations économiques et pouvoirs politiques sur les territoires ; acteurs de l’éducation et de la formation ; métiers, savoirs et savoir-faire. L’ensemble constitué de 21 textes aborde les XIXe et XXe siècles et se décline du local au global.

AàC – Colloque “La thèse et le doctorat. Socio-histoire d’un grade universitaire (XIXe-XXIe siècles)”, Sorbonne, 8-9 sept. 2022

Argumentaire

Pour Émile Durkheim, c’est la délivrance des grades, c’est-à-dire la mise en place d’un contrôle juridiquement certifié d’un corpus donné de compétences, qui distingue fondamentalement l’université des institutions d’enseignement qui l’ont précédée. Au sein du système universitaire tel qu’il se (re)cristallise, au cours du XIXe siècle, en France mais aussi dans le reste du monde, l’un de ces grades, le doctorat, acquiert une importance spécifique. D’une part, alors qu’initialement il visait à prouver la maîtrise d’un ensemble de savoir-faire intellectuels, il tend progressivement à certifier aussi la capacité à produire des connaissances nouvelles, devenant ainsi le seul grade à exiger une production de savoir original. D’autre part, il devient la barrière et le niveau régulant l’accès au corps universitaire lui-même, et la hiérarchisation au sein de celui-ci. Le doctorat se trouve ainsi placé à l’interface entre le système de production des savoirs et le système de reproduction des élites intellectuelles.

En tant que tel, il est un objet et un outil d’action politique, pour les États comme pour certains groupes d’universitaires, parce qu’il constitue un levier permettant d’agir efficacement sur le mode de production des faits scientifiques et sur la reproduction du corps des porteurs de savoir professionnels. Sa position spécifique fait aussi du doctorat un observatoire précieux de l’institutionnalisation des différentes disciplines et, plus finement, des différents programmes de recherche qui les organisent. L’étude temporellement située des dispositifs doctoraux constitue dès lors un angle d’approche efficace pour analyser les reconfigurations des politiques de l’enseignement supérieur et de la recherche – y compris du point de vue de la circulation internationale de ces politiques –, les transformations des rapports de force et les normes qui structurent le champ académique, mais aussi et plus généralement, les façons dont la recherche est délimitée, définie, encadrée, mise en cérémonie, débattue et jugée.

Pourtant, ce grade reste très peu exploré par l’historiographie, par manque d’outils pour aborder une documentation à la fois massive et dispersée. Partant de ce constat, le projet ès lettres se propose d’encourager l’étude et la valorisation des thèses de doctorat, en partant du corpus des thèses de doctorat ès lettres soutenues en France au XIXe siècle. Le but est de rassembler des informations relatives à ces documents, actuellement dispersées entre de multiples sources, de procéder à la numérisation de ces thèses tout en préparant celle de documents qui leur sont associés (notamment les rapports de soutenance). Il s’agit en outre d’élaborer une bibliographie à la fois générale et spécialisée sur ces thèses, et de constituer une base de données en ligne et reliée à des référentiels à partir de l’ensemble de ces éléments. La mise en ligne est prévue en avril-mai 2022. Financé par le groupement d’intérêt scientifique (GIS) CollEx-Persée, il est porté conjointement par la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne et le Centre Lucien Febvre (université de Franche-Comté), associés à une série de partenaires : l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (UMR 8066), le Centre d’histoire du XIXe siècle (EA 3550), le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (EA 2448), ainsi que la Bibliothèque nationale de France, les Archives nationales, la Bibliothèque de l’École nationale des chartes, et les SCD de l’université de Franche-Comté, d’Aix-Marseille université et de l’université Toulouse – Jean Jaurès.

Le présent colloque se propose de valoriser scientifiquement ces matériaux, ainsi que d’étendre le questionnement jusqu’aux temps les plus contemporains, en vue d’une extension future du projet, dans le temps, du point de vue disciplinaire, et éventuellement dans l’espace. Il s’agit de poser ainsi les jalons d’une étude sociohistorique des différentes formes de doctorat, s’intéressant aux mécanismes sociaux de formation à la recherche et aux fonctions sociales de ces mécanismes, aux enjeux sociaux et politiques qu’ils constituent, afin de contribuer à une historicisation des règles – trop souvent naturalisées – du jeu académique. La périodisation est très ouverte : il s’agit de susciter des propositions touchant la mise en place des systèmes universitaires modernes comme leurs métamorphoses les plus récentes (la massification, pour citer un seul exemple). La diffusion de ce titre étant le fruit de dynamiques internationales, l’inscription spatiale des phénomènes étudiés est également très ouverte : sont attendues des propositions traitant du cas français comme d’autres cas européens ou extra-européens. Les contributions pourront dès lors s’inscrire dans un ou plusieurs axes, sans exclusive :

– L’évolution du contenu des thèses de doctorat et du profil des docteurs et docteures, de leur rôle dans la production de connaissances nouvelles et de leurs conditions symboliques et matérielles de travail et d’étude ;
– Le rôle de la thèse et du doctorat dans les trajectoires des scientifiques, savantes et savants et – plus largement – des travailleurs et travailleuses intellectuelles, sa place dans la dynamique des carrières académiques et dans la structuration de l’espace des disciplines ainsi que ses usages dans les carrières extra-académiques et dans les logiques d’accès aux fractions dominantes des espaces sociaux nationaux
– L’internationalisation des études doctorales, la circulation des étudiantes et étudiants en formation à la recherche comme des modèles de formation.

Modalités de soumission

  • Les propositions, en français ou en anglais, de 200-300 mots, doivent être accompagnées d’une courte présentation (structure de rattachement, sujet de recherche, travaux…). Elles doivent être envoyées avant le samedi 19 mars 2022 à l’adresse suivante : colloquedoctorat [at] gmail.com
  • Les auteurs et autrices dont les propositions auront été retenues seront informées avant le 4 avril 2022.
  • Le colloque aura lieu les 8 et 9 septembre 2022 à la Sorbonne.
  • Les personnes intéressées ne doivent pas hésiter à nous contacter en amont (pierre.verschueren [at] univ-fcomte.fr et cecile.obligi [at] bis-sorbonne.fr), si elles souhaitent accéder à la documentation réunie dans le cadre du projet ès lettres.
  • Une sélection de communications sera publiée dans le cadre d’un ouvrage collectif.
  • Les modalités d’organisation – présentiel ou visioconférence, voire les deux – de ce colloque seront choisies en fonction de l’évolution de la situation sanitaire et précisées par la suite.

AàC – Journée d’études “Les relations universitaires franco-belges (XIX-XXe siècles)”, Lille, oct. 2022

Journée d’études : les relations franco-belges dans leur histoire (XIXe siècle-XXIe siècle)

Vendredi 21 octobre 2022 -Université de Lille, salle des séminaires du laboratoire IRHIS (UMR-CNRS 8529)

En Belgique comme en France, l’histoire de l’enseignement supérieur, longtemps assez peu développée par rapport aux études sur les enseignements primaire et secondaire, a connu, ces dernières années, un renouvellement certain. Alors que l’histoire des différentes universités, par l’écriture de monographies d’établissements, est désormais mieux connue, on dispose également de travaux plus nombreux sur les enseignants du supérieur, sur les étudiants et leurs associations, sur l’insertion des universités dans la ville ou encore sur les liens qu’elles entretiennent avec le monde industriel. Les périodes de guerre et d’occupation, au cœur du XXe siècle, ont aussi été étudiées en intégrant dans leur examen le positionnement des universités et des universitaires.

Les universités sont des lieux majeurs d’affirmation de la recherche scientifique originale et de diffusion de cette même recherche, à la fois par les publications savantes et par leur activité d’enseignement et de formation auprès des étudiantes et des étudiants. Elles ne sont pas, cependant, des cellules isolées, repliées sur elles-mêmes. Par leurs activités mêmes, elles ont vocation à l’universel dans la diffusion du savoir savant. L’Europe des universités, dès l’époque médiévale, repose sur des déplacements nombreux d’enseignants d’une institution à une autre, plus ou moins longs selon les périodes, sur des circulations étudiantes nombreuses (la fameuse peregrinatio academica). L’affirmation des États nations, au cœur du XIXe siècle, ralentit assurément ces échanges académiques mais ne les fait pas disparaître, même si elle les organise et les encadre davantage. Les universités et facultés progressivement restructurées et développées s’affirment même comme des actrices d’une forme de diplomatie culturelle et scientifique entre institutions mais aussi entre États. Christophe Charle, pour la France, a ainsi étudié le rôle diplomatique de la Sorbonne sous la Troisième République dans La République des universitaires, analysant les échanges entre enseignants, les invitations à des séjours plus ou moins brefs mais aussi la politique des congrès internationaux (sur l’enseignement supérieur en général ou dans les différentes disciplines qui le constituent). Les chaires créées dans les universités peuvent ainsi devenir des tribunes au service de rapprochements internationaux et de la diffusion de certaines idées communes, comme l’ont montré Michel Espagne pour les chaires de littérature étrangère au XIXe siècle ou Jérémie Dubois pour les postes de langue italienne. On est ici au cœur de logiques qui sont à la fois très scientifiques (échanges de savoirs, collaborations scientifiques, influences réciproques), très diplomatiques (influence de tel pays sur tel autre, relations d’État à État) mais aussi très idéologiques (par la diffusion d’idées générales, d’un idéal d’échanges, de paix etc.). On peut aussi, par moments, être au contraire dans des formes d’oppositions, de concurrences ou de conflits masqués ou réels entre ces institutions universitaires. Les relations étudiantes ont également été observées autour de quelques études de cas.

La journée d’études proposée le 21 octobre 2022 par le laboratoire IRHIS de l’Université de Lille (Jean-François Condette) et l’unité de recherche Traverses de l’Université de Liège (Catherine Lanneau), soutenue par la Fondation de l’Université de Lille et la Revue du Nord, se place dans ces logiques d’une histoire connectée, dans la volonté d’étudier les influences réciproques entre universités, universitaires et étudiant-e-s, d’observer ce « paradigme de l’étranger », en le centrant, pour le moment, sur les relations entre les universités belges et les universités françaises, en faisant une place particulière, quand cela est possible, à l’Université de Lille. Des travaux récents ont montré la richesse de ces analyses croisées, de ces influences réciproques et permis ainsi de confirmer à la fois la force des « modèles » nationaux, peu à peu constitués, mais aussi l’importance des échanges, des influences diffuses ou plus directes de « l’étranger » sur ces mêmes modèles qui sont loin d’être étanches à toute influence extérieure, intégrant donc ces travaux dans le champ des relations à la fois politiques et culturelles internationales. Nous nous plaçons donc ici au niveau des relations franco-belges par le prisme des relations universitaires.

On peut penser, par exemple, à l’influence des travaux du médiéviste belge, professeur à l’Université de Liège puis de Gand, Henri Pirenne (1862-1935), sur les universitaires français de la même discipline. De la même manière, comment les revues scientifiques belges rendent-elles compte, ou non, des travaux réalisés par les universitaires français (et en particulier lillois) ou, à l’inverse, comment les revues et travaux scientifiques français intègrent-ils les recherches des universitaires belges ? Peut-on identifier des collaborations scientifiques fortes entre les universitaires des deux pays et sur quelles thématiques ? Les relations peuvent également être plus institutionnelles avec des échanges réguliers ou exceptionnels d’enseignants ou d’étudiants, dans les différentes disciplines (médecine, pharmacie, droit, lettres, sciences) ou dans des accords de partenariat et d’échanges entre universités, voire dans la création de consortiums transfrontaliers. Ces liens peuvent aussi être plus « politiques », dans la défense commune de certaines valeurs, au gré de l’histoire politique complexe des deux espaces pris en considération (périodes de troubles politiques, de conflits et d’occupation, de répression, etc.). On peut ainsi penser à l’aide apportée par la France aux bibliothèques universitaires belges après la Seconde Guerre mondiale ou à l’apport belge à la reconstruction de l’université de Caen. Il s’agit aussi de savoir quelle est la place des étudiant-e-s français dans les effectifs et les formations des universités belges sur ces deux siècles et, dans l’autre sens, de mieux connaître la présence des étudiant-e-s belges dans les facultés françaises ? Quelles raisons peuvent expliquer ces migrations et touchent-elles indifféremment les facultés ? Existe-t-il des échanges entre les associations d’étudiants belges et françaises et pour quelles finalités ?

Échéancier et modalités des propositions des contributions

La publication dans un numéro thématique de la Revue du Nord sera précédée d’une journée d’études, programmée le vendredi 21 octobre 2022, à l’Université de Lille (laboratoire IRHIS, UMR-CNRS 8529) qui permettra de présenter les contributions, d’échanger sur leurs apports avant la remise des textes enrichis.

 -Proposition de contribution : à envoyer avant le 30 janvier 2022 à : jeanfrancois.condette [at] univ-lille.fr et à C.Lanneau [at] uliege.be.

 La proposition comprendra :

  • – l’identité de la personne qui propose la contribution, son statut et son rattachement institutionnel (université, laboratoire), son adresse électronique ;
  • – le titre de sa contribution ;
  • – un résumé de 15-20 lignes explicitant la problématique majeure ;
  • – une présentation rapide des sources qui seront étudiées.

Les textes définitifs seront à rendre pour le 20 décembre 2022 : texte de 80.000 signes (espaces compris) ; les normes de mise en page seront communiquées ultérieurement.

AàC – « L’École en Algérie depuis l’indépendance entre héritages et révolution », Université d’Artois, nov. 2022

Cette journée d’étude prolonge le travail proposé en 2021 pour examiner l’enseignement dans l’Algérie de l’Indépendance et de la Révolution proclamée en 1962. 

Inscrite dans la triple temporalité des périodes ante-coloniale, coloniale et de l’indépendance, l’Algérie nouvelle ambitionne de construire un État et une société modernes sachant se ressourcer dans la tradition arabo-islamique. L’exploration du système scolaire mis en place depuis 1962 et l’analyse du discours qui le légitime donneront à lire comment l’Algérie a pu négocier la tension nouée entre le volontarisme moderniste de la Révolution et les pesanteurs de l’histoire algérienne.

  • Les propositions de communication comprendront un titre, un résumé et une courte bibliographie. 
  • Les propositions devront être envoyées à Stéphanie Dauphine (MCF Université d’Artois), à l’adresse mail suivante : fanny.dauphin17 [at] gmail.com 
  • Date limite d’envoi des propositions : le 15 mai 2022.
Continuer la lecture de « AàC – « L’École en Algérie depuis l’indépendance entre héritages et révolution », Université d’Artois, nov. 2022 »

Soutenance de doctorat – Lucas Profillet, “Le corps en images à l’école. L’ortho-figuration corporelle dans les méthodes de lecture (1880-1960)”, Université de Franche-Comté, 2021

Lucas Profillet a soutenu sa thèse pour le doctorat en sciences de l’éducation le mercredi 8 décembre 2021, à 14h, au sein de l’Université de Franche-Comté.

Cette thèse est intitulée “Le corps en images à l’école. L’ortho-figuration corporelle dans les méthodes de lecture (1880-1960)”.

Les membres du jury sont :

  • Anne-Marie CHARTIER, Maîtresse de conférences Honoraire, ENS de Lyon | Examinatrice
  • Pascale GARNIER, Professeure des universités, Université Sorbonne Paris Nord | Présidente du jury
  • Laurent GUTIERREZ, Professeur des universités, Université de Paris Nanterre | Rapporteur
  • Sébastien LAFFAGE-COSNIER, Maître de conférences-HDR, Université de Franche-Comté | Co-directeur
  • Anne MARCELLINI, Professeure associée, Université de Lausanne | Rapporteure
  • Bertrand TILLIER, Professeur des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne | Examinateur
  • Christian VIVIER, Professeur des universités, Université de Franche-Comté | Co-directeur

Séance de séminaire – Sarah Curtis, “Small Worlds: The Culture of Childhood in Nineteenth-Century France”

La prochaine séance du séminaire d’histoire contemporaine de la France à l’Institute of Historical Research (Londres) aura lieu en ligne le lundi 15 novembre 2021 entre 18h30 et 19h30 heure de Paris. 

Le thème est  « Education et enfance dans le monde francophone contemporain » et nous sommes ravi.e.s d’accueillir Sarah Curtis (San Francisco State University) pour une communication intitulée ‘Small Worlds: The Culture of Childhood in Nineteenth-Century France‘ et Rebecca Rogers (Université de Paris) dont la communication porte sur ‘The lessons of biography in the history of 19th-century girls’ education’.  Christina de Bellaigue (University of Oxford) présidera la séance. 

Les deux participantes ont enregistré leur communication que vous pouvez regarder sur ce site : http://frenchhistorysociety.co.uk/blog/?p=3091 Pour assister au séminaire merci de bien vouloir vous inscrire via cette page https://www.history.ac.uk/events/education-and-childhood-modern-francophone-world 

Le séminaire consistera en une discussion d’une heure avec la présidente de séance, nos deux invitées, et les membres du public.  

Le programme du séminaire pour le premier semestre est disponible ici : 

https://www.history.ac.uk/seminars/modern-french-history

Si vous souhaitez vous inscrire à notre liste de diffusion, merci de me contacter à charlotte.faucher@manchester.ac.uk 

Journée d’études – L’école en Algérie : entre tradition et modernité (XIXe-XXe siècle)”, Université d’Artois

Mercredi 17 novembre 2021 à la Maison de la Recherche (salle I0.06), Université d’Artois, 9 rue du Temple, Arras.

Programme : 

  • À partir de 09h00 Accueil à la Maison de la recherche de l’Université d’Artois
  • 09h15 – 9h30 Brève introduction de la journée par Stéphanie DAUPHIN, Maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois, L’école française en Algérie au temps de la domination coloniale
  • 9h30 – 10h00Youcef HAMITOUCHE, Professeur à l’Université d’Alger, Faculté des  Sciences Politiques, « L’implantation culturelle française en Algérie pendant la période coloniale”
  • 10h00 – 10h30 Fatiha CHOUIREF, Docteur en Sciences politiques de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, « Le système scolaire français en Algérie : l’avènement d’une conscience politique et identitaire amazighe » 
  • 10h30 – 10h45 Questions et débats avec la salle
  • 10h45 – 11h00 Pause
  • 11h00 – 11h30 Lydia HADJ-AHMED, Doctorante en histoire contemporaine, Institut des sciences sociales du politique, Université Paris-Nanterre, « “Un pistolet automatique et des paquets de bonbons”. Les cantines scolaires tenues par les militaires pendant la guerre d’indépendance algérienn  (1956-1961) »
  • 11h30 – 12h00 ean-René Genty, Historien et documentariste, « Les nationalistes algériens et l’école »
  • 12h00 – 12h15 Questions et débats avec la salle 
  • 12h15 – 14h00 Pause repas L’école au temps de l’Indépendance : rompre avec la France ?
    14h00 – 14h30 Habiba CHABOU
    , Doctorante, Paris-I-Panthéon-Sorbonne, « L’enfer à dix ans (1968) : l’imaginaire scolaire de l’Algérie indépendante dans un collectif de films » 
  • 14h30 – 15h00 Sofiane BOUHDIBA, Professeur de Démographie à l’Université de Tunis, « Le français à l’école dans l’Algérie postcoloniale : une indépendance inachevée ? »
  • 15h00 – 15h15 Questions et débats avec la salle
  • 15h15 – 15h30 Pause
  • 15h30 – 16h00 Jérôme BOCQUET, Professeur en histoire contemporaine à l’Université de Tours, « Des Français à l’école algérienne après 1962. Enseignants, français et chrétiens. Un entre-deux »
  • 16h30 – 17h00 Edgard SANZA LOMANDE, Sociologue, Enseignant-chercheur à l’Uda, Ulimat, Unifa, « Les réalités du terrain, un échec pour les Pieds-rouges »
  • 17h00 – 17h30 Bertrand LÉCUREUR, Chargé de Conservation et de Recherche au musée national de l’éducation, « 2015-2020 : cinq années de productions sur l’école et l’Algérie au musée national de l’éducation de Rouen »