Soutenance d’HDR – Stéphane Lembré, « Apprendre le métier XIXe-XXe siècles. Acteurs, espaces, techniques et politiques entre histoire économique et sociale, histoire de l’éducation et histoire du travail », 8 janvier 2022.

Stéphane Lembré soutiendra son HDR le samedi 8 janvier 2022 à 13h30 à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le dossier est intitulé : « Apprendre le métier XIXe-XXe siècles. Acteurs, espaces, techniques et politiques entre histoire économique et sociale, histoire de l’éducation et histoire du travail ».

Il comprend un mémoire de synthèse, un recueil de travaux et un mémoire inédit : « Le retour de l’apprentissage. Une institution du travail et son financement au XXe siècle : jalons pour l’histoire d’une voie française à l’aune des expériences européennes et mondiales ».

Le jury sera composé de :

  • M. Jean-François Chanet, Professeur des universités, Institut d’études politiques de Paris, recteur de la région académique Bourgogne-Franche-Comté
  • Mme Carole Christen, Professeure des universités, Université Le Havre Normandie
  • Mme Isabelle Lespinet-Moret, Professeure des universités, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne (garante)
  • M. Xavier Vigna, Professeur des universités, Université Paris Nanterre
  • M. Laurent Warlouzet, Professeur des universités, Sorbonne Université
  • M. Steven Zdatny, Professeur, Université du Vermont, États-Unis

Celles et ceux qui souhaiteraient assister à cette soutenance, à distance, de le signaler rapidement à Stéphane Lembré (stephane.lembre [at] univ-lille.fr).

Composition du dossier

Le mémoire de synthèse (vol. 1) revient sur un parcours de recherche et d’enseignement, au prisme des relations entre apprentissage, métier et histoire.

Le mémoire inédit (vol. 2) aborde l’histoire de l’apprentissage en France au XXe siècle, en interrogeant le passage d’un mode de formation jugé en crise au début du siècle à une voie de formation à laquelle, depuis les années 1980 et plus encore aujourd’hui, de nombreuses vertus sont prêtées en vue de l’insertion professionnelle. Le financement de l’apprentissage fournit le fil directeur d’une réflexion qui restitue l’expérience française dans une perspective transnationale et analyse le rôle d’acteurs multiples.

Le recueil de travaux (vol. 3) est structuré en quatre parties : histoire et historiographie de l’enseignement technique ; régulations économiques et pouvoirs politiques sur les territoires ; acteurs de l’éducation et de la formation ; métiers, savoirs et savoir-faire. L’ensemble constitué de 21 textes aborde les XIXe et XXe siècles et se décline du local au global.

AàC – Colloque “La thèse et le doctorat. Socio-histoire d’un grade universitaire (XIXe-XXIe siècles)”, Sorbonne, 8-9 sept. 2022

Argumentaire

Pour Émile Durkheim, c’est la délivrance des grades, c’est-à-dire la mise en place d’un contrôle juridiquement certifié d’un corpus donné de compétences, qui distingue fondamentalement l’université des institutions d’enseignement qui l’ont précédée. Au sein du système universitaire tel qu’il se (re)cristallise, au cours du XIXe siècle, en France mais aussi dans le reste du monde, l’un de ces grades, le doctorat, acquiert une importance spécifique. D’une part, alors qu’initialement il visait à prouver la maîtrise d’un ensemble de savoir-faire intellectuels, il tend progressivement à certifier aussi la capacité à produire des connaissances nouvelles, devenant ainsi le seul grade à exiger une production de savoir original. D’autre part, il devient la barrière et le niveau régulant l’accès au corps universitaire lui-même, et la hiérarchisation au sein de celui-ci. Le doctorat se trouve ainsi placé à l’interface entre le système de production des savoirs et le système de reproduction des élites intellectuelles.

En tant que tel, il est un objet et un outil d’action politique, pour les États comme pour certains groupes d’universitaires, parce qu’il constitue un levier permettant d’agir efficacement sur le mode de production des faits scientifiques et sur la reproduction du corps des porteurs de savoir professionnels. Sa position spécifique fait aussi du doctorat un observatoire précieux de l’institutionnalisation des différentes disciplines et, plus finement, des différents programmes de recherche qui les organisent. L’étude temporellement située des dispositifs doctoraux constitue dès lors un angle d’approche efficace pour analyser les reconfigurations des politiques de l’enseignement supérieur et de la recherche – y compris du point de vue de la circulation internationale de ces politiques –, les transformations des rapports de force et les normes qui structurent le champ académique, mais aussi et plus généralement, les façons dont la recherche est délimitée, définie, encadrée, mise en cérémonie, débattue et jugée.

Pourtant, ce grade reste très peu exploré par l’historiographie, par manque d’outils pour aborder une documentation à la fois massive et dispersée. Partant de ce constat, le projet ès lettres se propose d’encourager l’étude et la valorisation des thèses de doctorat, en partant du corpus des thèses de doctorat ès lettres soutenues en France au XIXe siècle. Le but est de rassembler des informations relatives à ces documents, actuellement dispersées entre de multiples sources, de procéder à la numérisation de ces thèses tout en préparant celle de documents qui leur sont associés (notamment les rapports de soutenance). Il s’agit en outre d’élaborer une bibliographie à la fois générale et spécialisée sur ces thèses, et de constituer une base de données en ligne et reliée à des référentiels à partir de l’ensemble de ces éléments. La mise en ligne est prévue en avril-mai 2022. Financé par le groupement d’intérêt scientifique (GIS) CollEx-Persée, il est porté conjointement par la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne et le Centre Lucien Febvre (université de Franche-Comté), associés à une série de partenaires : l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (UMR 8066), le Centre d’histoire du XIXe siècle (EA 3550), le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (EA 2448), ainsi que la Bibliothèque nationale de France, les Archives nationales, la Bibliothèque de l’École nationale des chartes, et les SCD de l’université de Franche-Comté, d’Aix-Marseille université et de l’université Toulouse – Jean Jaurès.

Le présent colloque se propose de valoriser scientifiquement ces matériaux, ainsi que d’étendre le questionnement jusqu’aux temps les plus contemporains, en vue d’une extension future du projet, dans le temps, du point de vue disciplinaire, et éventuellement dans l’espace. Il s’agit de poser ainsi les jalons d’une étude sociohistorique des différentes formes de doctorat, s’intéressant aux mécanismes sociaux de formation à la recherche et aux fonctions sociales de ces mécanismes, aux enjeux sociaux et politiques qu’ils constituent, afin de contribuer à une historicisation des règles – trop souvent naturalisées – du jeu académique. La périodisation est très ouverte : il s’agit de susciter des propositions touchant la mise en place des systèmes universitaires modernes comme leurs métamorphoses les plus récentes (la massification, pour citer un seul exemple). La diffusion de ce titre étant le fruit de dynamiques internationales, l’inscription spatiale des phénomènes étudiés est également très ouverte : sont attendues des propositions traitant du cas français comme d’autres cas européens ou extra-européens. Les contributions pourront dès lors s’inscrire dans un ou plusieurs axes, sans exclusive :

– L’évolution du contenu des thèses de doctorat et du profil des docteurs et docteures, de leur rôle dans la production de connaissances nouvelles et de leurs conditions symboliques et matérielles de travail et d’étude ;
– Le rôle de la thèse et du doctorat dans les trajectoires des scientifiques, savantes et savants et – plus largement – des travailleurs et travailleuses intellectuelles, sa place dans la dynamique des carrières académiques et dans la structuration de l’espace des disciplines ainsi que ses usages dans les carrières extra-académiques et dans les logiques d’accès aux fractions dominantes des espaces sociaux nationaux
– L’internationalisation des études doctorales, la circulation des étudiantes et étudiants en formation à la recherche comme des modèles de formation.

Modalités de soumission

  • Les propositions, en français ou en anglais, de 200-300 mots, doivent être accompagnées d’une courte présentation (structure de rattachement, sujet de recherche, travaux…). Elles doivent être envoyées avant le samedi 19 mars 2022 à l’adresse suivante : colloquedoctorat [at] gmail.com
  • Les auteurs et autrices dont les propositions auront été retenues seront informées avant le 4 avril 2022.
  • Le colloque aura lieu les 8 et 9 septembre 2022 à la Sorbonne.
  • Les personnes intéressées ne doivent pas hésiter à nous contacter en amont (pierre.verschueren [at] univ-fcomte.fr et cecile.obligi [at] bis-sorbonne.fr), si elles souhaitent accéder à la documentation réunie dans le cadre du projet ès lettres.
  • Une sélection de communications sera publiée dans le cadre d’un ouvrage collectif.
  • Les modalités d’organisation – présentiel ou visioconférence, voire les deux – de ce colloque seront choisies en fonction de l’évolution de la situation sanitaire et précisées par la suite.

AàC – « L’École en Algérie depuis l’indépendance entre héritages et révolution », Université d’Artois, nov. 2022

Cette journée d’étude prolonge le travail proposé en 2021 pour examiner l’enseignement dans l’Algérie de l’Indépendance et de la Révolution proclamée en 1962. 

Inscrite dans la triple temporalité des périodes ante-coloniale, coloniale et de l’indépendance, l’Algérie nouvelle ambitionne de construire un État et une société modernes sachant se ressourcer dans la tradition arabo-islamique. L’exploration du système scolaire mis en place depuis 1962 et l’analyse du discours qui le légitime donneront à lire comment l’Algérie a pu négocier la tension nouée entre le volontarisme moderniste de la Révolution et les pesanteurs de l’histoire algérienne.

  • Les propositions de communication comprendront un titre, un résumé et une courte bibliographie. 
  • Les propositions devront être envoyées à Stéphanie Dauphine (MCF Université d’Artois), à l’adresse mail suivante : fanny.dauphin17 [at] gmail.com 
  • Date limite d’envoi des propositions : le 15 mai 2022.
Continuer la lecture de « AàC – « L’École en Algérie depuis l’indépendance entre héritages et révolution », Université d’Artois, nov. 2022 »

Soutenance de doctorat – Lucas Profillet, “Le corps en images à l’école. L’ortho-figuration corporelle dans les méthodes de lecture (1880-1960)”, Université de Franche-Comté, 2021

Lucas Profillet a soutenu sa thèse pour le doctorat en sciences de l’éducation le mercredi 8 décembre 2021, à 14h, au sein de l’Université de Franche-Comté.

Cette thèse est intitulée “Le corps en images à l’école. L’ortho-figuration corporelle dans les méthodes de lecture (1880-1960)”.

Les membres du jury sont :

  • Anne-Marie CHARTIER, Maîtresse de conférences Honoraire, ENS de Lyon | Examinatrice
  • Pascale GARNIER, Professeure des universités, Université Sorbonne Paris Nord | Présidente du jury
  • Laurent GUTIERREZ, Professeur des universités, Université de Paris Nanterre | Rapporteur
  • Sébastien LAFFAGE-COSNIER, Maître de conférences-HDR, Université de Franche-Comté | Co-directeur
  • Anne MARCELLINI, Professeure associée, Université de Lausanne | Rapporteure
  • Bertrand TILLIER, Professeur des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne | Examinateur
  • Christian VIVIER, Professeur des universités, Université de Franche-Comté | Co-directeur

Séance de séminaire – Sarah Curtis, “Small Worlds: The Culture of Childhood in Nineteenth-Century France”

La prochaine séance du séminaire d’histoire contemporaine de la France à l’Institute of Historical Research (Londres) aura lieu en ligne le lundi 15 novembre 2021 entre 18h30 et 19h30 heure de Paris. 

Le thème est  « Education et enfance dans le monde francophone contemporain » et nous sommes ravi.e.s d’accueillir Sarah Curtis (San Francisco State University) pour une communication intitulée ‘Small Worlds: The Culture of Childhood in Nineteenth-Century France‘ et Rebecca Rogers (Université de Paris) dont la communication porte sur ‘The lessons of biography in the history of 19th-century girls’ education’.  Christina de Bellaigue (University of Oxford) présidera la séance. 

Les deux participantes ont enregistré leur communication que vous pouvez regarder sur ce site : http://frenchhistorysociety.co.uk/blog/?p=3091 Pour assister au séminaire merci de bien vouloir vous inscrire via cette page https://www.history.ac.uk/events/education-and-childhood-modern-francophone-world 

Le séminaire consistera en une discussion d’une heure avec la présidente de séance, nos deux invitées, et les membres du public.  

Le programme du séminaire pour le premier semestre est disponible ici : 

https://www.history.ac.uk/seminars/modern-french-history

Si vous souhaitez vous inscrire à notre liste de diffusion, merci de me contacter à charlotte.faucher@manchester.ac.uk 

Journée d’études – L’école en Algérie : entre tradition et modernité (XIXe-XXe siècle)”, Université d’Artois

Mercredi 17 novembre 2021 à la Maison de la Recherche (salle I0.06), Université d’Artois, 9 rue du Temple, Arras.

Programme : 

  • À partir de 09h00 Accueil à la Maison de la recherche de l’Université d’Artois
  • 09h15 – 9h30 Brève introduction de la journée par Stéphanie DAUPHIN, Maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois, L’école française en Algérie au temps de la domination coloniale
  • 9h30 – 10h00Youcef HAMITOUCHE, Professeur à l’Université d’Alger, Faculté des  Sciences Politiques, « L’implantation culturelle française en Algérie pendant la période coloniale”
  • 10h00 – 10h30 Fatiha CHOUIREF, Docteur en Sciences politiques de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, « Le système scolaire français en Algérie : l’avènement d’une conscience politique et identitaire amazighe » 
  • 10h30 – 10h45 Questions et débats avec la salle
  • 10h45 – 11h00 Pause
  • 11h00 – 11h30 Lydia HADJ-AHMED, Doctorante en histoire contemporaine, Institut des sciences sociales du politique, Université Paris-Nanterre, « “Un pistolet automatique et des paquets de bonbons”. Les cantines scolaires tenues par les militaires pendant la guerre d’indépendance algérienn  (1956-1961) »
  • 11h30 – 12h00 ean-René Genty, Historien et documentariste, « Les nationalistes algériens et l’école »
  • 12h00 – 12h15 Questions et débats avec la salle 
  • 12h15 – 14h00 Pause repas L’école au temps de l’Indépendance : rompre avec la France ?
    14h00 – 14h30 Habiba CHABOU
    , Doctorante, Paris-I-Panthéon-Sorbonne, « L’enfer à dix ans (1968) : l’imaginaire scolaire de l’Algérie indépendante dans un collectif de films » 
  • 14h30 – 15h00 Sofiane BOUHDIBA, Professeur de Démographie à l’Université de Tunis, « Le français à l’école dans l’Algérie postcoloniale : une indépendance inachevée ? »
  • 15h00 – 15h15 Questions et débats avec la salle
  • 15h15 – 15h30 Pause
  • 15h30 – 16h00 Jérôme BOCQUET, Professeur en histoire contemporaine à l’Université de Tours, « Des Français à l’école algérienne après 1962. Enseignants, français et chrétiens. Un entre-deux »
  • 16h30 – 17h00 Edgard SANZA LOMANDE, Sociologue, Enseignant-chercheur à l’Uda, Ulimat, Unifa, « Les réalités du terrain, un échec pour les Pieds-rouges »
  • 17h00 – 17h30 Bertrand LÉCUREUR, Chargé de Conservation et de Recherche au musée national de l’éducation, « 2015-2020 : cinq années de productions sur l’école et l’Algérie au musée national de l’éducation de Rouen »

Soutenance de doctorat – Mélanie Fabre, “La craie, la plume et la tribune. Trajectoires d’intellectuelles engagées pour l’école laïque(France, années 1880-1914)”, EHESS, 2021

Mélanie Fabre soutiendra sa thèse pour le doctorat en histoire à l’EHSS ; ce travail est intitulé :

La craie, la plume et la tribune. Trajectoires d’intellectuelles engagées pour l’école laïque(France, années 1880 – 1914)

  • Cette thèse dirigée par Vincent Duclert (EHESS) et Rebecca Rogers (Université de Paris) sera présentée devant un jury composé de :
  • Céline Béraud, directrice d’études HDR à l’EHESS, examinatrice
  • Patrick Cabanel, directeur d’études HDR à l’EPHE, examinateur
  • Carole Christen, professeure à l’Université le Havre-Normandie, rapporteure
  • Florence Rochefort, chargée de recherche au CNRS, examinatrice
  • Yves Verneuil, professeur à l’Université Lumière Lyon II, rapporteur

La soutenance aura lieu en mode hybride le jeudi 25 novembre à partir de 14 heures à l’EHESS avec une jauge qui ne permet pas d’ouvrir la soutenance en présentiel au public. Les personnes qui souhaiteraient y assister à distance pourront suivre le lien ci-après en maintenant leur micro et caméra éteints durant la soutenance (mode : “écoute seule”) : https://websoutenance.ehess.fr/b/fab-pl9-jhbN’hésitez pas à m’écrire pour plus d’informations !

Résumé de la thèse :

Située au carrefour de l’histoire des intellectuels, de l’histoire de l’éducation et de l’histoire des femmes et du genre, cette thèse étudie la trajectoire d’une dizaine de femmes engagées dans la construction de l’école laïque sous la Troisième République, entre la période des lois scolaires et la Grande Guerre. Le but est d’analyser leur construction en tant qu’intellectuelles, tout d’abord en étudiant la manière dont elles accèdent à la culture savante, ensuite en analysant la façon dont elles mobilisent leur capital scolaire et leur expérience professionnelle dans l’instruction pour exprimer publiquement un point de vue critique. Il s’agit ainsi d’analyser leur contribution aux débats qui secouent la Troisième République, dans un contexte où l’instruction laïque cristallise les controverses.La trajectoire personnelle et les engagements de ces femmes seront analysés à l’aune de la crise dreyfusarde, qui constitue une injonction à l’action et une période de refondation de la culture républicaine dans un contexte de « Guerre des deux France » marqué par la rivalité entre école laïque et école catholique. Leur parcours sera aussi étudié au prisme de la poussée féministe qui marque le passage du xixᵉ au xxᵉ siècle en questionnant l’institution scolaire.

Ce travail s’intéresse à quelques personnalités, jusqu’alors méconnues de l’historiographie, qui évoluent dans le monde de l’instruction, qui s’engagent au quotidien dans leur profession, mais qui posent souvent la craie pour tremper leur plume dans l’encre de la polémique, sans hésiter parfois, n’en déplaisent aux détracteurs des « femmes savantes », à monter à la tribune.

AàC – Le temps de la jeunesse, Revue « Romantisme », 2023-3

Résumé

La revue Romantisme consacre son numéro 3 de 2023 au « Temps de la jeunesse ». Il s’agit de mettre en évidence la place de la jeunesse dans la littérature, les arts, la politique et plus largement la société au lendemain de la Révolution de 1789 et tout au long du XIXe siècle. Du romantisme au naturalisme, la littérature abonde en jeunes « héros » et « héroïnes » aux destins glorieux comme misérables. On s’intéresse en particulier à la pluralité des jeunesses, aux critères de détermination que sont l’appartenance de genre ou l’appartenance sociale, mais aussi aux perceptions parfois antithétiques d’une classe d’âge objet de tous les espoirs comme de toutes les peurs. Instrumentalisée par les « partis » politiques comme par les religions, la jeunesse est aussi un marché dont témoigne par exemple l’émergence d’une littérature qui lui est dédiée.

Continuer la lecture de « AàC – Le temps de la jeunesse, Revue « Romantisme », 2023-3 »

Journée d’études – “Congrès scientifiques et réseaux savants”, 8 décembre 2021

Message de Marion Maisonobe :

La journée d’étude « Congrès scientifiques & réseaux savants » se tiendra le 08 décembre prochain à la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, 20 avenue George Sand, de 9h à 17h30. Cette journée, à la croisée de la géographie, de l’histoire, de la sociologie, et des sciences de l’information, est proposée par les membres du projet de recherche NETCONF soutenus par le GIS Réseaux Urfirst et la transversalité « Humanités Numériques » du laboratoire Géographie-cités.

Le programme et l’affiche sont consultables ici.

Argumentaire de la journée

Les congrès sont des objets d’étude multiformes propices au dialogue entre disciplines. Tout d’abord, ils peuvent être abordés comme des évènements sociaux collectifs « faisant lieu » de manière éphémère au même titre que les salons et foires qui intéressent la sociologie des évènements, justifiant ainsi la mise en œuvre d’approches ethnographiques ou participatives. Par les traces documentaires qu’ils génèrent (programmes, registres d’inscription, photographies), ils donnent matière à présumer de la rencontre entre personnes inscrites dans une démarche d’histoire des sciences. Outre l’approche prosopographique, analyser la démographie, la géographie et le contenu des congrès (reflétée par l’évolution des programmes et des actes) présente un intérêt important pour l’histoire des disciplines. Concernant ce dernier aspect, il n’est pas rare que des associations savantes s’emparent des congrès de leurs disciplines pour en suivre l’évolution et tracer les grandes lignes de 20 ou 50 ans d’existence, voire même de 100 ans. Pensons aux congrès de l’Union Géographique Internationale dont le centenaire fut célébré dans un ouvrage collectif datant de 1972 (UGI, 1972).Par leur rôle moteur dans la circulation des connaissances et l’établissement de relations internationales, les congrès sont des témoins et observatoires de phénomènes globaux comme l’internationalisation de communautés savantes ou plus conjoncturels : les répercutions d’une crise, d’un conflit géopolitique ou d’un aléa climatique (Campos et al. 2018). En précipitant l’organisation d’évènements en ligne, la pandémie qui nous affecte interroge d’ailleurs sensiblement le devenir et la forme future des congrès internationaux et plus largement les pratiques de mobilité savantes et de mises en circulation des savoirs. Puisqu’ils précèdent généralement la parution de résultats scientifiques stabilisés, les congrès ont potentiellement une longueur d’avance sur la science formalisée. Le contenu et la fréquentation des panels sont alors en mesure de donner le pouls d’une spécialité et d’anticiper sur des transformations en cours ou à venir dans un champ de recherche. Dans leur dimension rituelle et d’introduction à une communauté, les congrès ont une fonction essentielle dans le processus visant à entrer dans la carrière académique. Par leur caractère parfois festif, ils ont vocation à fédérer et créer du lien entre les membres d’un collectif ou d’une discipline ; ce qui est central pour la sociologie des réseaux sociaux. L’analyse de réseaux comme méthode de recherche se prête d’ailleurs volontiers à l’étude des congrès puisque les réseaux de types « actor – event » font l’objet d’une littérature à part entière dans la catégorie d’étude des réseaux multimodaux. Étrangement, s’il y avait bien un réseau de conférenciers parmi les réseaux canoniques ayant servis d’exemple aux premières applications de cette méthodologie par Linton C. Freeman (1980), il y a paradoxalement peu d’analyses de réseaux bipartis s’appuyant sur des données de congrès. Les congrès, enfin, sont d’importants révélateurs d’inégalités. Par leur coût et leur géographie, ils peuvent avoir une dimension excluante ce que peut traduire l’inégale origine géographique des panellistes. Comme ils mettent en lumière certains membres éminents, ils ont aussi tendance à en invisibiliser d’autres, ce que révèle, par exemple, l’observation des prises de parole dans les panels uniquement masculins (Else, 2019).Pour toutes ces raisons, les congrès sont un objet propice au dialogue entre disciplines en sciences humaines et sociales. La diversité des méthodologies et des sources actuellement employées pour les étudier témoigne en effet de la variété des phénomènes sociaux qu’ils éclairent. Mais en l’absence de dialogue, cette diversité est susceptible de limiter la comparabilité et la transversalité des recherches menées sur le sujet, enjeux qui seront au cœur de la journée d’étude : « Congrès scientifique & réseaux savants » à laquelle nous vous convions.

Références

  • Campos, R., Leon, F. & McQuillin, B., Lost in the Storm: The Academic Collaborations That Went Missing in Hurricane ISSAC, The Economic Journal, Vol. 128, no 610, 2018
  • Else, H., How to banish manels and manferences from scientific meetings, Nature News, 2019, Nature Group.Freeman, L., Q-analysis and the structure of friendship networks, International Journal of Man-Machine Studies, Vol. 2, no 4, 1980
  • UGI, La Géographie à travers un siècle de Congrès Internationaux, UGI, 1972

Bibliographie élargie et participative : https://www.zotero.org/groups/2408729/netconf

Soutenance d’HDR – Marianne Thivend, “De l’école de Ferry aux cours de comptabilité pour les femmes : contribution à la fabrique du genre, XIXe-XXe siècles”.

J’ai le plaisir de vous faire part de ma soutenance d’habilitation à diriger des recherches, qui se tiendra mardi 14 décembre à 9h30, en salle des thèses du Campus Saint-Germain-des-Prés, Université de Paris (45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris).

Le dossier est intitulé « De l’école de Ferry aux cours de comptabilité pour les femmes : contribution à la fabrique du genre, XIXe-XXe siècles »

Le jury est composé de :

  • Jean-François Condette, Professeur des universités, Université de Lille (rapporteur)
  • Renaud d’Enfert, Professeur des universités, Université de Picardie Jules Verne (rapporteur)
  • Mme Françoise L. Laot, Professeure des universités, Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis (présidente)
  • Mme Claire Lemercier, Directrice de recherches au CNRS, Centre de sociologie des organisations (rapportrice)
  • Mme Manuela Martini, Professeure des universités, Université Lumière Lyon 2
  • Mme Rebecca Rogers, Professeure des universités, Université de Paris (garante)

Le dossier soumis à l’examen du jury comprend un mémoire de synthèse, un recueil d’articles et un mémoire inédit intitulé : « Des femmes qui comptent. Le genre de l’enseignement commercial, France, seconde moitié du XIXe siècle ».

La soutenance se tiendra en format hybride. Une trentaine de places sera disponible dans la salle, après contrôle du pass sanitaire. Compte tenu de ces contraintes, je vous remercie par avance de bien vouloir me prévenir par mail (marianne.thivend [at] univ-lyon2.fr) si vous souhaitez être présent·es ou recevoir le lien Zoom.

Parution – “Les transmissions religieuses face à la sécularisation”, n° 155, revue Histoire de l’éducation, 2021

Dossier

Anne Jusseaume et Sarah Scholl

Les transmissions religieuses face à la sécularisation Religious Transmissions in the Secular Age

Jean-Charles Buttier

L’enseignement de la morale pendant la Révolution française : un état des lieux historiographique Moral education during the French Revolution: a historiographical review

Charles Mercier

Les Journées mondiales de la jeunesse comme dispositifs de transmission religieuse (1985-2019) World Youth Days as a means for transmitting religion

Samuel Gicquel

La transmission religieuse dans les lycées catholiques bretons (XIXe-XXe siècles) Religious transmission in the Catholic educational institutions of Brittany (19th-21st centuries)

Bénédicte Toucheboeuf

Les changements dans la catéchèse des années 1960 en France : une rupture dans la transmission de la foi ? Changes in catechesis in the 1960s in France: a breach in the transmission of faith?

Émilie Pontanier

Choisir une école secondaire française à Tunis dans les années 2010 : stratégie sociale d’entre-soi ou liberté de conscience et transmission religieuse ? Choosing a French secondary school in Tunis in the 2010s: a social strategy for community-based exclusivity or freedom of conscience and religion?

Varia

Marcel Grandière

Entre demande sociale et conflits de pouvoirs : les écoles de Brissac en Anjou (vers 1450-1540) Between social demands and power conflicts. The schools of Brissac in Anjou (circa 1450-1540)

Karina Bénazech Wendling

De la charité religieuse au contrôle séculier de l’État : le rôle de l’Irish Society for Promoting the Education of the Native Irish through their own Language dans la mise en place d’une éducation nationale en Irlande (1800-1845) From religious charity to secular State control: the role of the Irish Society for Promoting the Education of the Native Irish through their own Language in the implementation of national education in Ireland (1800-1845)

Pascal Clerc

La formation d’un regard : la colonisation dans les manuels de géographie du secondaire (1873-1951) Shaping a viewpoint: colonization in secondary school geography textbooks (1873-1951)

Notes critiques

Thierry Kouamé

WEJWODA (Marek), Sächsische Rechtspraxis und gelehrte Jurisprudenz. Studien zu den rechtspraktischen Texten und zum Werk des Leipziger Juristen Dietrich von Bocksdorf (ca. 1410-1466) Hannovre, Hahn, 2012 (Monumenta Germaniae Historica. Studien und Texte, 54), XXX-318 p.

Sylvène Édouard

MORMICHE (Pascale), Le petit Louis XV. Enfance d’un prince, genèse d’un roi (1704-1725) Ceysérieu, Champ Vallon, 2018, 422 p.

Marie-Élise Hunyadi

MONNIER (Anne), Le temps des dissertations. Chronique de l’accès des jeunes filles aux études supérieures (Genève XIXe-XXe) Genève, Droz, 2018, 360 p.

Laurent Gutierrez

PALLUAU (Nicolas), La fabrique des pédagogues. Encadrer les colonies de vacances, 1919-1939 Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, 301 p.

Yves Verneuil

DALANÇON (Alain), DRAGONI (Josiane), DREVON (Jean-Michel) (coord.), BRESSAN (Eugenio), FÉRAY (Anne), LAFONTAN (Jean), LEIDET (Gérard), SPRINGSFIELDS (Marin), SZAJNFELD (Raphaël), Histoire de la FSU, t. 2 : dans la cour des grands (1997-2010) Paris, Syllepse, 2019, 281 p.

Jérôme Krop

DORISON (Catherine), CHEVALIER (Jean-Pierre), BELHADJIN (Anissa), ELALOUF (Marie-Laure), LOPEZ (Maryse), Des écoles normales à l’ESPÉ. Témoignages de formateurs Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2018, 237 p.

Résumés

Français/French : Partant du constat que les institutions religieuses et les initiatives qu’elles portent ont une place importante dans l’histoire de l’éducation, ce dossier analyse les modalités de la transmission religieuse, en particulier en milieu catholique mais non exclusivement, et en élargissant la perspective par rapport aux institutions scolaires. Sont examinés différents lieux, acteurs et événements qui concourent, en parallèle à la construction de l’école laïque et parfois en réaction à celle-ci, à maintenir et transformer le processus de transmission religieuse (savoirs, savoir-être, rituels et identités) à l’ère de la sécularisation. Les articles traitent d’une part de l’école et de son statut – privé ou public, religieux ou laïc – avec des exemples français, ainsi que l’étude d’un cas paradoxal, celui du choix par les parents d’un établissement français en Tunisie. Ils montrent que parents et institutions (État ou Églises) négocient, depuis la Révolution, pour conjuguer transmission scolaire, morale et religieuse ou areligieuse, et sont à la recherche de fragiles et provisoires compromis. D’autre part, les articles étudient des initiatives émanant des Églises pour contrecarrer la sécularisation et la laïcisation scolaire, tant en matière de réforme du catéchisme que d’événements comme les Journées mondiales de la jeunesse. Couvrant deux siècles d’histoire, ce dossier montre que la sécularisation de la société n’élimine pas la transmission religieuse, mais amène à une diversification de ses formes, avec un réinvestissement de l’espace public par les acteurs religieux.

English/Anglais : Building on the premise that religious institutions and the initiatives that they engender have an important place in the history of education, this special issue analyses the methods by which the various aspects of religious tradition and heritage are transmitted, in particular but not exclusively in Catholic milieus, by enlarging the perspective relative to educational institutions. We examine various places, actors and events that converge parallel to the construction of secular schools and sometimes in reaction to them, to maintain and transform the process of religious transmission (knowledge, soft skills and identities) in the period of secularization. The articles deal with schools and their status – private or public, religious or lay – with French examples, but also the study of a paradoxical case, in Tunisia, of parents choosing a French secular school for their children. They show that, since the Revolution, parents and institutions (state or church) have been negotiating to commingle educational, moral and religious or areligious transmission, in a search for fragile and temporary compromises. Simultaneously, the articles study initiatives emanating from churches to counter educational secularization and laicization, such as a reform of the catechism and events like the World Youth Day. Covering two centuries of history, this special issue shows that the secularization of society does not preclude religious transmission but leads to a diversification of its forms, with a renewed focus by religious actors into the public sphere.

Parution – “Regards sur l’histoire de l’éducation, une perspective internationale” [Looking at History of Education, an international perspective], revue Histoire de l’éducation, 2021

https://journals.openedition.org/histoire-education/5465

Dossier

Rita Hofstetter et Solenn Huitric

La carte et le miroir. Ancrages, enjeux et horizons de l’histoire de l’éducation 

Carmen Sanchidrián Blanco, Andrés Payà Rico et Tatiane de Freitas Ermel

Twenty-five years of History of Education Doctoral Dissertations in Spain (1990-2015). Academic and Institutional Issues Vingt-cinq ans de thèses de doctorat en histoire de l’Éducation en Espagne (1990-2015). Questions académiques et institutionnelles

Iveta Kestere et Irena Stonkuviene

From National to Global? Research on the History of Education in the Baltic States (1990–2015): Examining Doctoral Theses Du national au global ? La recherche en histoire de l’éducation dans les États baltes (1990-2015) : le cas des thèses de doctorat

Solenn Huitric

Les thèses françaises en histoire de l’éducation depuis 1990 : un miroir de la discipline ? French doctoral theses in history of education since 1990: a reflection of the discipline?

Gary McCulloch

History of education in Britain since 1960 L’histoire de l’éducation en Grande-Bretagne depuis 1960

Renaud Enfert (d’) et Rebecca Rogers

Orientations et lieux de la recherche en histoire contemporaine de l’éducation en France depuis 2000 Modern educational history in France: research orientations and spaces in France since 2000

José Luis Hernández Huerta, Sara González Gómez et Iván Pérez Miranda

History of Education in the Iberian Peninsula (2014-2019). Societies, Journals and Conferences in Spain and Portugal L’histoire de l’éducation dans la péninsule ibérique (2014-2019) : associations savantes, revues et colloques en France et en Espagne

Varia

Julien Cahon

Réformer les rythmes scolaires en France (1848-2017) Reforming school time in France (1848-2017)

Continuer la lecture de « Parution – “Regards sur l’histoire de l’éducation, une perspective internationale” [Looking at History of Education, an international perspective], revue Histoire de l’éducation, 2021 »

AàC – Une Histoire de l’école juive. Anthologie de l’éducation juive en France – 19e-20e siècles

Cet ouvrage collectif se propose de présenter Une Histoire de l’école juive en France aux 19e et 20e siècles, grâce à une vingtaine d’articles de fond. Il s’agit d’une thématique

inédite, qui n’a pas encore été traitée d’une telle façon, ni parmi les historiens du judaïsme français, ni parmi les spécialistes de l’éducation juive. Chaque article représente une pièce au puzzle de cette histoire, il doit apporter les éléments d’informations nécessaires à sa compréhension et proposer une analyse qui éclaire l’impact de l’école juive sur la vie des Juifs de France de cette période. Nous souhaitons des contributions dignes de recherches académiques restant accessible à un large public (autour de 5 000 mots par article).

Afin de présenter le projet à un éditeur de qualité et pour pouvoir réunir les fonds nécessaires à la publication, nous cherchons tout d’abord à créer un premier cadrage. Les auteurs intéressés sont donc invités à nous envoyer une proposition d’article (500 mots) faisant ressortir les points essentiels de la communication et s’intégrant dans la thématique générale.

Journée d’études – “Ecrire une histoire de l’éducation en Europe”, Université d’Artois, 13 octobre 2021

Les personnes intéressées sont les bienvenues ; pour tout renseignement : jerome.krop@univ-lille.fr ou stephane.lembre@univ-lille.fr

Programme

Matinée

Mot d’accueil 

9h15    Introduction : motivations et objectifs de la journée. Jérôme Krop, Stéphane Lembré (CREHS, Université de Lille)

9h30    L’histoire de l’éducation dans l’EHNE : bilan et perspectives. Isabelle Matamoros (EHNE, Université Paris-Sorbonne)

10h      Écrire une histoire de l’éducation en Europe : retour sur deux notices par leurs auteurs. Renaud d’Enfert (CURAPP-ESSS, Université Picardie-Jules Verne) ; Antonin Dubois (EHESS)

11h      Regards sur l’axe Histoire de l’éducation d’EHNE et les notices. Solenn Huitric (ECP, Université Lyon 2), François Mathou (IRHiS, Université de Lille), Anne Jusseaume (CREHS, Université d’Artois)

Après-midi

13h30  Des circulations transnationales d’idées et de pratiques éducatives à l’échelle européenne ? L’exemple de la Fédération internationale des femmes diplômées des Universités (1918-1970). Marie-Elise Hunyadi (CERLIS, Université de Paris). Discutant : Damiano Matasci (Université de Genève)

14h15  Les industriels, des acteurs de l’éducation ? La formation professionnelle au prisme des circulations européennes (1957-1975. Vera Léon (CERLIS, Université de Paris). Discutant : Stéphane Lembré (CREHS, Université de Lille)

15h30  The shy child: European dimensions of personal histories. Pieter Verstraete (Université de Louvain). Discutant : Yacine Tajri (ACP, Université Gustave Eiffel)

16h15 Enseigner l’Europe aujourd’hui : présentation d’un ouvrage collectif récent. Sébastien Ledoux (CHS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Discutant : Jérôme Krop (CREHS, Université de Lille)

Conclusions provisoires. Jean-François Condette (IRHiS, Université de Lille)

Continuer la lecture de « Journée d’études – “Ecrire une histoire de l’éducation en Europe”, Université d’Artois, 13 octobre 2021 »