AàC – “Histoire des pères et de la paternité en Occident de la Renaissance à nos jours”, Amiens, déc. 2022

1er– 2 décembre 2022 (Amiens)

 Résumé

Ce colloque sur l’histoire des pères et de la paternitéen Occident de la Renaissance à nos jours a pour objectif d’éclairer les profondes mutations de la figure paternelle au cours des derniers siècles et de combler certains vides historiographiques. À la croisée de l’histoire, des sciences sociales et de l’anthropologie, l’ambition de cette rencontre est donc de proposer sur un temps long une histoire plurielle de la paternité en Occident en la considérant comme un objet de recherche se rapportant autant à la sphère privée qu’à la sphère publique.

Quatre axes thématiques sont privilégiés :

  • Axe 1 : Les pères et la petite enfance
  • Axe 2 : Émotions et sentiments paternels
  • ​​Axe 3 : Les relations pères/enfants : transmissions des savoirs et des pratiques
  • Axe 4 : Le bon et le mauvais père : modèles, paternité et espace public

 Argumentaire

 Ce colloque sur l’histoire des pères et de la paternitéen Occident de la Renaissance à nos jours a pour objectif d’éclairer les profondes mutations de la figure paternelle au cours des derniers siècles et de combler certains vides historiographiques.

L’histoire des pères et de la paternité s’est développée tardivement dans les pays occidentaux par rapport à d’autres champs de l’histoire de la famille et de la parenté, en plein essor à partir des années 1960-1970. En France, il faut attendre la fin des années 1980 et les années 1990 pour que soient publiés les premiers ouvrages sur le sujet [Knibiehler, 1987 ; Delumeau, Roche, 1990]. Depuis lors, de multiples travaux historiques ont été menés, privilégiant certains angles d’études (juridiques, éducatifs, etc.) ou certaines périodes, notamment le Moyen Age [Lett, 1997 ; Baschet 2000 ; Payan, 2006 ; Certin, 2014]. Dans d’autres pays européens, en particulier anglo-saxons, les travaux sur la question ont été plus nombreux, contribuant à renouveler les perspectives, notamment sous l’angle du genre [Broughton, Rogers 2013 ; Strange, 2015]. Deux publications collectives récentes témoignent de la vitalité de ce champ de recherche [Certin, 2016 ; Doyon, 2021] et invitent à poursuivre l’étude des sujets encore peu explorés, notamment pour la période moderne et contemporaine. Les relations de la paternité à la cité et au politique, souvent appréhendées sous le seul angle symbolique, méritent ainsi d’être davantage étudiées [Avezou, 2003 ; Cohen, 2007]. « L’histoire de la paternité concrète », reste également mal connue, en particulier « la dimension personnelle et intime de la paternité, soit la relation des pères avec leurs enfants », comme le signale l’historienne Anne Verjus [Verjus, 2013].

À la croisée de l’histoire, des sciences sociales, de l’anthropologie, l’ambition de ce colloque est donc de proposer sur un temps long une histoire plurielle de la paternité en Occident en la considérant comme un objet de recherche se rapportant autant à la sphère privée qu’à la sphère publique. La définition de la paternité sera envisagée ici au sens large afin de pouvoir aborder tant le père charnel et social que spirituel, ainsi que l’articulation de ces différentes facettes de la paternité. L’examen minutieux d’archives, de sources du for privé, d’iconographies, d’œuvres littéraires ou médiatiques sera au cœur de cette rencontre qui cherche à saisir comment chaque époque conçoit la paternité (normes et représentations, expériences et vécu). La mobilisation du concept de genre sera appréciée, notamment pour étudier les relations pères/fils et pères/filles et pour mettre en évidence la place de la paternité dans l’identité masculine et la définition de la masculinité [Tosh, 1999].

Angles d’étudeAxe 1 : Les pères et la petite enfance

Jusqu’à une époque très récente, le soin quotidien des enfants dans les premières années de leur existence relevait essentiellement des femmes, et en particulier des mères. Les pères passent pour avoir été traditionnellement peu impliqués dans la prise en charge des tout-petits, avant que n’émerge depuis les années 1970 le modèle des « nouveaux-pères », plus investis dans les premiers moments de la vie de leurs enfants. Il apparaît cependant que la réalité est plus complexe, les situations variées et l’évolution aucunement linéaire au cours des derniers siècles. Au Moyen Âge, Didier Lett a déjà relevé de nombreux exemples de tendresse paternelle et d’implication des pères dans le soin de leurs enfants, bien avant l’âge de raison [Lett, 1997]. Eggle Becchi a aussi montré comment les pères des élites à l’époque des Lumières se faisaient volontiers puériculteurs [Becchi, 2004]. Les écrits privés révèlent également qu’à l’époque moderne et au XIXe siècle, certains hommes s’investissaient concrètement pendant la grossesse et l’accouchement et dans les soins du jeune enfant [Berthiaud, 2011], avant que cela ne devienne la norme – plus ou moins assumée d’ailleurs – dans le dernier tiers du XXe siècle. Les modalités concrètes de cet investissement paternel et ses évolutions seraient à retracer plus précisément, notamment pour percevoir les variations éventuelles entre les milieux sociaux et la manière dont le rôle des pères s’articule avec celui des mères et des autres acteurs impliqués dans le soin des jeunes enfants (membres de la famille, nourrice, domestique, sage-femme, médecin).

 Axe 2 : Émotions et sentiments paternels

La question des sentiments des pères pour leurs enfants, et en particulier de l’amour paternel, a été abordée de manière pionnière par Daniel Roche dans son article « L’amour paternel à Paris au XVIIIe siècle » [Roche, 1983]. Depuis, divers travaux, centrés en particulier sur le Moyen Age [Lett, 1997] ou basés sur les écrits du for privé, ont abordé le sujet mais bien des aspects restent à explorer. Manon Pignot a pu montrer comment les lettres des pères à leurs enfants lors de la Grande Guerre ont permis l’« expression nouvelle d’une sensibilité, qui passe par l’expression de la tendresse physique » [Pignot, 2012, p. 297], contribuant à « la révélation d’un sentiment paternel » jugé inédit. D’autres contextes de séparation prolongée et d’absence ont pu être propices à l’expression des sentiments paternels et à leur conservation dans les sources. Les guerres révolutionnaires et de l’Empire, les situations d’exil ou d’emprisonnement sont par exemple des occasions d’étudier l’expérience de la paternité à distance et parfois aussi les sentiments qui trouvent alors une occasion de s’exprimer. Certains moments particuliers de la vie de l’enfant suscitent également des émotions fortes et s’avèrent propices pour mesurer l’investissement sentimental des pères avec leur progéniture. Outre la naissance, évoquée précédemment, c’est notamment le cas des maladies et surtout de la mort de l’enfant [King, 1994]. Il faut toutefois se garder d’idéaliser ces rapports père-enfants et aborder tout le registre des attitudes et des sentiments paternels, qui peuvent aussi prendre la forme de l’indifférence, de l’hostilité ou de la violence. Il conviendra également d’envisager l’influence de la place dans la fratrie et du sexe de l’enfant dans ces relations. En prenant appui sur une histoire des émotions et des sensibilités, profondément renouvelée ces dernières décennies, on s’attachera ainsi à étudier les modalités d’expression des sentiments paternels, ainsi que l’évolution des normes en vigueur pendant la période étudiée.

   Axe 3 : Les relations pères-enfants : transmissions des savoirs et des pratiques

Si les relations père-enfants ont retenu l’attention des historiens, sociologues et anthropologues depuis déjà plusieurs années, celles-ci ont souvent été étudiées au prisme de la mission éducative et moralisante qui incombe au père de famille depuis des temps reculés [Delumeau et Roche, 1990]. En charge de l’instruction spirituelle de ses héritiers ainsi que de la transmission de valeurs édifiantes, le père apparaît souvent comme un modèle d’autorité inculquant la discipline et/ou adepte de punitions corporelles. Réduire l’investissement paternel auprès de sa progéniture à ces seuls comportements a cependant tendance à figer la relation père/enfant dans la distance, dans la soumission ou dans le rejet. Il en ressort aussi une image stéréotypée, longtemps entretenue par l’historiographie. Le renouvellement des approches qui s’est imposé en France à la fin des années 1990 a heureusement permis de nuancer ce tableau. En explorant comment l’engagement paternel peut se manifester au travers d’activités du quotidien (travail, loisirs, etc.), nous ambitionnons de réévaluer la relation que les pères peuvent construire avec leur(s) enfant(s) en particulier dans le cadre domestique et professionnel. Il s’agirait notamment d’étudier les différentes formes de transmission paternelle : la passation de savoirs et de gestes nécessaires à l’apprentissage d’un métier par exemple, la délivrance de conseils utiles dans la vie sociale ou les manières dont les pères transmettent leur expérience de la paternité aux générations suivantes. À l’image de l’analyse entreprise par Philippe Lejeune sur le Journal de Marc de Bombelles [Lejeune, 2016], ces contributions permettraient de nourrir une histoire concrète de la paternité en examinant au plus près l’implication des pères auprès de leur(s) enfant(s).

 Axe 4 : Le bon et le mauvais père : modèles, paternité et espace public

 Les attentes de notre société contemporaine à l’égard de la paternité s’expriment à travers divers supports (traités d’éducation, fictions, médias, sondages, réseaux sociaux…) et participent, depuis les années 1970, à l’émergence du modèle du « nouveau père ». Plus impliqué, celui-ci s’investirait auprès de ses enfants dès leur plus jeune âge, assumerait les soins quotidiens avec la mère tout en continuant à pourvoir financièrement aux besoins de la famille. Ce modèle, dont l’émergence est consécutive à l’affirmation du principe d’égalité entre les hommes et les femmes, rompt avec les figures traditionnelles de la paternité, telle celle du pater familias ou celle du père effacé voire absent [Dermott, 2008]. Parce que les représentations culturelles reflètent et façonnent des images communément acceptées sur le rôle et la place du père au sein de la cellule familiale, elles méritent de retenir notre attention.

 Considérer la paternité comme une construction sociale et culturelle invite à s’intéresser à l’imaginaire entourant la figure paternelle et à ses différentes déclinaisons, positives autant que négatives. À partir des mythes du père idéal (et de ses contraires), plébiscités par le passé puis constamment renouvelés, il s’agira d’identifier les caractéristiques de ces archétypes circulant en Occident, d’appréhender les supports sur lesquels apparaissent ces images et les injonctions qui pèsent sur les hommes au moment où ils embrassent la paternité. Le modèle formé par Joseph à partir du XVe siècle [Payan, 2006], celui « des bons pères bons gouvernants » perpétué dans l’Empire à la même époque [Certin, 2011, p. 8] ou, à l’opposé, la figure repoussoir de Vautrin dans le Père Goriot traduisent une perpétuelle évolution des normes et des représentations. L’enjeu ici est donc de cerner les rapports que les hommes en âge de procréer entretiennent avec ces références et comment chaque individu parvient à se construire en imitant plus ou moins celles-ci ou en s’en démarquant. Il s’agira notamment de se pencher sur l’évolution des rapports entre paternité et « l’injonction de virilité » [A. Corbin, 2011, t. 2, p. 9] depuis la première modernité jusqu’à nos jours. Dans cette optique, des travaux traitant de la stérilité, du contrôle des naissances, de la bâtardise, ou de la capacité à engendrer des naissances multiples voire une famille nombreuse pourraient enrichir nos connaissances.

 En outre, on se penchera sur la manière dont la paternité investit la sphère publique au point qu’être père devient progressivement un des éléments définitoires d’un individu. Ainsi, en se donnant à voir comme le fondateur d’une longue lignée, le chef de famille expose au reste de la société sa capacité à donner la vie, à éduquer, à assumer économiquement les siens et à assurer la pérennité de son nom. En conséquence, il en retire un surcroît de pouvoir. Dès lors, interroger la communication des puissants sous l’angle de l’état florissant de la famille permettrait de mieux comprendre comment la paternité, pensée comme un relationnel privilégié d’un père à ses enfants, s’insinue dans le champ politique mais aussi s’affirme dans les milieux bourgeois voire populaires [Teuscher, 2004 ; Certin, 2011].

Bibliographie sélective

  • AVEZOU Laurent, « Louis XII. Père du peuple : grandeur et décadence d’un mythe politique, du XVIe au XIXe siècle », Revue historique, 2003/1 (n° 625), p. 95-125.
  • BASCHET Jérôme, Le Sein du père. Abraham et la paternité dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard, 2000.
  • BECCHI Egle, « Corpi infantili et nuove paternità : agli inizi delle puericultura », in Patrizia Guarnieri (dir.), Bambini e salute in Europa 1750-2000, in Medicina & Storia, rivista di storia della Medicina e della Sanità, IV, 7, 2004, p. 5-30.
  • BERTHIAUD Emmanuelle, « Attendre un enfant » : Vécu et représentations de la grossesse aux XVIIIe et XIXe siècles (France), thèse de doctorat, sous la dir. de S. Beauvalet, UPJV Amiens, 2011.
  • BROUGHTON Trev Lynn, ROGERS Helen, Gender and Fatherhood in the Nineteenth Century, Basingstoke/New York, Palgrave Macmillan, 2007.
  • CERTIN Aude-Marie,« Pères de la mémoire et mémoire des pères dans l’Empire à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne », Revue de l’IFHA [En ligne], 3 | 2011, URL : http://journals.openedition.org/ifha/196
  • CERTIN Aude-Marie, La cité des pères. Paternité, mémoire, société dans les villes méridionales de l’Empire du milieu du XIVe siècle au milieu du XVIe siècle (Nuremberg, Augsbourg, Francfort-sur-le Main), thèse de doctorat sous la dir. de P. Monnet et J.-C. Schmitt, EHESS, 2014 (à paraître).
  • CERTIN Aude-Marie (dir.), Formes et réformes de la paternité à la fin du Moyen Age et au début de l’époque moderne, Francfort, Peter Lang, 2016.
  • COHEN Antonin, « Le “père de l’Europe”. La construction sociale d’un récit des origines », Actes de la recherche en sciences sociales, 2007/1-2 (n° 166-167), p. 14-29.
  • CORBIN Alain, COURTINE Jean-Jacques et VIGARELLO Georges (dir.), Histoire de la virilité, Paris, Le Seuil, 2011, 3 vol.
  • CREST Aurélie du, Modèle familial et pouvoir monarchique (XVIe-XVIIIe siècles), Aix/Marseille, Presses universitaires d’Aix Marseille, 2002.
  • DELUMEAU Jean, ROCHE Daniel (dir.), Histoire des pères et de la paternité, Paris, Larousse, 1990.
  • DERMOTT Esther, Intimate Fatherhood: A Sociological Analysis, Londres, New York, Routledge, 2008.
  • DOYON Julie, ARMANI Sabine (dir.), L’Empire paternel. Familles, pouvoirs, transmission (Antiquité romaine, époque moderne), Genève, Georg, Coll. « L’Equinoxe », 2021.
  • KING, Margaret L., The Death of the Child Valerio Marcello, Chicago et Londres, The University of Chicago Press, 1994.
  • KNIBIEHLER Yvonne, Les pères aussi ont une histoire, Paris, Hachette, 1987.
  • HALLAMA Peter, « Histoire de la paternité aux XIXe et XXe siècles », Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe [en ligne], 2016, URL : https://ehne.fr/fr/node/12353
  • LEJEUNE Philippe, Aux origines du journal personnel France 1750-1815, Paris, H. Champion, 2016.
  • LETT Didier, L’enfant des miracles. Enfance et société au Moyen Age (XIIe-XIIIe siècle), Paris, Aubier, 1997.
  • LETT Didier (dir.), « Être père au Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 4, 1997.
  • PAYAN Paul, Joseph. Une image de la paternité dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 2006.
  • PIGNOT Manon, Allons enfants de la patrie. Génération Grande Guerre, Paris, Éd. du Seuil, 2012.
  • ROCHE Daniel, « L’amour paternel à Paris au XVIIIe siècle », Annales de démographie historique, « Mères et nourrissons », 1983, p. 73-80.
  • SHEPARD Alexandra, « From Anxious Patriarchs to Refined Gentlemen? Manhood in Britain, circa 1500–1700 », Journal of British Studies, Vol. 44, n° 2 (April 2005), p. 281-295.
  • STRANGE Julie-Marie, Fatherhood and the British Working Class, 1865-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 2015.
  • TEUSCHER Simon, « Parenté, politique et comptabilité. Chroniques familiales autour de 1500 (Suisse et Allemagne du Sud) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2004/4 (59e année), p. 847-858.
  • TOSH John, A Man’s Place. Masculinity and the Middle-Class Home in Victorian England, New Haven/Londres, Yale University Press, 1999.
  • VERJUS Anne, « La paternité au fil de l’histoire », Informations sociales, 2013, 176 (2), p. 14-22.

 Modalités de soumission des propositions

 Les propositions de communication doivent comprendre :

  • Un titre (même provisoire)
  • Un résumé d’une page maximum
  • Une courte présentation personnelle précisant l’université, le laboratoire de recherche, les thématiques de recherche et les principales publications.

 Les propositions doivent être envoyées à emmanuelle.berthiaud@u-picardie.fr et isaure.boitel@u-picardie.fr

 La date limite pour répondre à cet appel est fixée au 11 avril 2022.

 Les candidat.e.s seront informé.e.s de la décision au cours du mois de mai 2022.

 Modalités pratiques

 Le colloque se tiendra jeudi 1er et vendredi 2 décembre 2022 au Logis du Roy, Passage du Logis du roi, à Amiens (Haut-de-France). Les frais d’hébergement et de voyage ainsi que les repas seront pris en charge pour les intervenants. Le colloque donnera lieu à une publication, ce qui implique une remise des communications écrites en mars 2023.

Un compte twitter a été créé pour suivre l’actualité du colloque : @paternite2022

 Organisatrices

Emmanuelle Berthiaud (maîtresse de conférences en histoire moderne, CHSSC, UPJV)

Isaure Boitel (maîtresse de conférences en histoire moderne, CHSSC, UPJV)

Parution – “Les transmissions religieuses face à la sécularisation”, n° 155, revue Histoire de l’éducation, 2021

Dossier

Anne Jusseaume et Sarah Scholl

Les transmissions religieuses face à la sécularisation Religious Transmissions in the Secular Age

Jean-Charles Buttier

L’enseignement de la morale pendant la Révolution française : un état des lieux historiographique Moral education during the French Revolution: a historiographical review

Charles Mercier

Les Journées mondiales de la jeunesse comme dispositifs de transmission religieuse (1985-2019) World Youth Days as a means for transmitting religion

Samuel Gicquel

La transmission religieuse dans les lycées catholiques bretons (XIXe-XXe siècles) Religious transmission in the Catholic educational institutions of Brittany (19th-21st centuries)

Bénédicte Toucheboeuf

Les changements dans la catéchèse des années 1960 en France : une rupture dans la transmission de la foi ? Changes in catechesis in the 1960s in France: a breach in the transmission of faith?

Émilie Pontanier

Choisir une école secondaire française à Tunis dans les années 2010 : stratégie sociale d’entre-soi ou liberté de conscience et transmission religieuse ? Choosing a French secondary school in Tunis in the 2010s: a social strategy for community-based exclusivity or freedom of conscience and religion?

Varia

Marcel Grandière

Entre demande sociale et conflits de pouvoirs : les écoles de Brissac en Anjou (vers 1450-1540) Between social demands and power conflicts. The schools of Brissac in Anjou (circa 1450-1540)

Karina Bénazech Wendling

De la charité religieuse au contrôle séculier de l’État : le rôle de l’Irish Society for Promoting the Education of the Native Irish through their own Language dans la mise en place d’une éducation nationale en Irlande (1800-1845) From religious charity to secular State control: the role of the Irish Society for Promoting the Education of the Native Irish through their own Language in the implementation of national education in Ireland (1800-1845)

Pascal Clerc

La formation d’un regard : la colonisation dans les manuels de géographie du secondaire (1873-1951) Shaping a viewpoint: colonization in secondary school geography textbooks (1873-1951)

Notes critiques

Thierry Kouamé

WEJWODA (Marek), Sächsische Rechtspraxis und gelehrte Jurisprudenz. Studien zu den rechtspraktischen Texten und zum Werk des Leipziger Juristen Dietrich von Bocksdorf (ca. 1410-1466) Hannovre, Hahn, 2012 (Monumenta Germaniae Historica. Studien und Texte, 54), XXX-318 p.

Sylvène Édouard

MORMICHE (Pascale), Le petit Louis XV. Enfance d’un prince, genèse d’un roi (1704-1725) Ceysérieu, Champ Vallon, 2018, 422 p.

Marie-Élise Hunyadi

MONNIER (Anne), Le temps des dissertations. Chronique de l’accès des jeunes filles aux études supérieures (Genève XIXe-XXe) Genève, Droz, 2018, 360 p.

Laurent Gutierrez

PALLUAU (Nicolas), La fabrique des pédagogues. Encadrer les colonies de vacances, 1919-1939 Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, 301 p.

Yves Verneuil

DALANÇON (Alain), DRAGONI (Josiane), DREVON (Jean-Michel) (coord.), BRESSAN (Eugenio), FÉRAY (Anne), LAFONTAN (Jean), LEIDET (Gérard), SPRINGSFIELDS (Marin), SZAJNFELD (Raphaël), Histoire de la FSU, t. 2 : dans la cour des grands (1997-2010) Paris, Syllepse, 2019, 281 p.

Jérôme Krop

DORISON (Catherine), CHEVALIER (Jean-Pierre), BELHADJIN (Anissa), ELALOUF (Marie-Laure), LOPEZ (Maryse), Des écoles normales à l’ESPÉ. Témoignages de formateurs Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2018, 237 p.

Résumés

Français/French : Partant du constat que les institutions religieuses et les initiatives qu’elles portent ont une place importante dans l’histoire de l’éducation, ce dossier analyse les modalités de la transmission religieuse, en particulier en milieu catholique mais non exclusivement, et en élargissant la perspective par rapport aux institutions scolaires. Sont examinés différents lieux, acteurs et événements qui concourent, en parallèle à la construction de l’école laïque et parfois en réaction à celle-ci, à maintenir et transformer le processus de transmission religieuse (savoirs, savoir-être, rituels et identités) à l’ère de la sécularisation. Les articles traitent d’une part de l’école et de son statut – privé ou public, religieux ou laïc – avec des exemples français, ainsi que l’étude d’un cas paradoxal, celui du choix par les parents d’un établissement français en Tunisie. Ils montrent que parents et institutions (État ou Églises) négocient, depuis la Révolution, pour conjuguer transmission scolaire, morale et religieuse ou areligieuse, et sont à la recherche de fragiles et provisoires compromis. D’autre part, les articles étudient des initiatives émanant des Églises pour contrecarrer la sécularisation et la laïcisation scolaire, tant en matière de réforme du catéchisme que d’événements comme les Journées mondiales de la jeunesse. Couvrant deux siècles d’histoire, ce dossier montre que la sécularisation de la société n’élimine pas la transmission religieuse, mais amène à une diversification de ses formes, avec un réinvestissement de l’espace public par les acteurs religieux.

English/Anglais : Building on the premise that religious institutions and the initiatives that they engender have an important place in the history of education, this special issue analyses the methods by which the various aspects of religious tradition and heritage are transmitted, in particular but not exclusively in Catholic milieus, by enlarging the perspective relative to educational institutions. We examine various places, actors and events that converge parallel to the construction of secular schools and sometimes in reaction to them, to maintain and transform the process of religious transmission (knowledge, soft skills and identities) in the period of secularization. The articles deal with schools and their status – private or public, religious or lay – with French examples, but also the study of a paradoxical case, in Tunisia, of parents choosing a French secular school for their children. They show that, since the Revolution, parents and institutions (state or church) have been negotiating to commingle educational, moral and religious or areligious transmission, in a search for fragile and temporary compromises. Simultaneously, the articles study initiatives emanating from churches to counter educational secularization and laicization, such as a reform of the catechism and events like the World Youth Day. Covering two centuries of history, this special issue shows that the secularization of society does not preclude religious transmission but leads to a diversification of its forms, with a renewed focus by religious actors into the public sphere.

Parution – Italo Birocchi (dir.), “La Facoltà di giurisprudenza dell’università di Cagliari”, tome I, “I. Dai progetti cinquecenteschi all’Unità d’Italia” [La faculté de droit de l’université de Cagliari, tome 1, Des projets du XVIe siècle à l’unification de l’Italie], ETS, 2018

http://www.edizioniets.com/scheda.asp?n=9788846752215

Français

Dans une double perspective, le livre raconte l’histoire de la faculté de droit de Cagliari depuis les plans de fondation de l’université au XVIe siècle jusqu’à l’unification de l’Italie : comme lieu de formation des juristes et, en étroite corrélation, comme carrefour pour l’accès aux postes et aux professions et pour une position privilégiée au sein de la polis. D’où les questions qui concernent, d’une part, les aspects de l’enseignement (le nombre d’étudiants, les cours, la fréquentation des conférences, les manuels, les bibliothèques, les examens, du point de vue des étudiants ; le recrutement, les engagements académiques, les outils pédagogiques, les horizons scientifiques et les méthodes, du point de vue des enseignants) ; d’autre part, l’impact sur le tissu social, selon des courants culturels dont la Faculté est l’expression et qu’elle contribue à son tour à mettre en œuvre. Même en temps de crise, la Faculté a fonctionné comme un dépositaire de connaissances juridiques, a communiqué avec le monde des professions et des institutions, et a formé des élites.

Premier volume d’une histoire qui se poursuivra jusqu’à nos jours, et fruit de la collaboration de chercheurs aux compétences différentes, le livre aborde les principaux problèmes historiographiques avec de nouvelles recherches archivistiques et une approche comparative : la ferveur après la fondation, la réduction de sa fonction dans les décennies suivantes, la refondation laborieuse par Bogini, les juristes “jacobins”, la faculté de masse dans les années autour de la “fusion parfaite”. Et, tout en reconstruisant un itinéraire dont le thème dominant semble être celui de la formation du juriste de droit national, il propose également de nouvelles questions.

Italien

Sotto una duplice angolazione il libro racconta la storia della Facoltà di Giurisprudenza di Cagliari dai progetti cinquecenteschi di fondazione dell’ateneo fino all’Unità: come luogo di formazione del giurista e, in stretta correlazione, come momento di snodo per l’accesso alle cariche, alle professioni e per una collocazione privilegiata entro la polis. Da qui le domande che riguardano, da un lato, gli aspetti dell’insegnamento (il numero degli studenti, i corsi, la frequenza alle lezioni, i manuali, le biblioteche, gli esami, dal punto di vista dei discenti; il reclutamento, gli impegni accademici, gli strumenti didattici, gli orizzonti scientifici e di metodo, nell’ottica dei docenti); dall’altro gli impatti nel tessuto sociale, secondo indirizzi culturali di cui la Facoltà era espressione e che a sua volta contribuiva a implementare. Anche nei momenti di crisi, essa operava come deposito di conoscenza giuridica, dialogava con il mondo delle professioni e delle istituzioni, formava le élites.

Primo volume di una storia che arriverà fino ai giorni nostri e frutto della collaborazione di studiosi dalle competenze diverse, il libro affronta con nuove ricerche archivistiche e con sguardo comparatistico i principali problemi storiografici: il fervore dopo la fondazione, la reductio della sua funzione nei decenni successivi, la faticosa rifondazione boginiana, i giuristi “giacobini”, la Facoltà di massa negli anni a ridosso della “fusione perfetta”. E, mentre ricostruisce un itinerario in cui il tema dominante appare quello della formazione del giurista del diritto patrio, propone anche questioni nuove.

Parution – Dámaso de Lario “Escuelas de imperio. La formación de una elite en los Colegios Mayores (siglos XVI–XVII) [Les écoles de l’empire. La formation d’une élite dans les Colegios Mayores (XVIe-XVIIe siècles). ]”, Dykinson, 2018

https://www.dykinson.com/libros/escuelas-de-imperio/9788413240992/

Français

Pour comprendre le processus de formation des élites dirigeantes et gouvernantes de l’Europe du début de l’ère moderne, il faut également comprendre les institutions dans lesquelles elles se sont formées. Cela nous conduit nécessairement à l’origine et au développement des collèges universitaires et au rôle qu’ils ont joué dans la formation de ces élites. Le puissant mouvement collégial espagnol, dans lequel les “colegios mayores” sont particulièrement importants, fait partie de ce processus.

Ce livre se propose de raconter cette histoire, d’expliquer la structure institutionnelle de ces fondations, le degré de réussite de leurs membres collégiaux dans leur déploiement à travers les territoires de la monarchie hispanique et les causes ultimes de la disparition des colegios mayores.

Espagnol :

Comprender el proceso de formación de las elites de mando y de gobierno de la Europa moderna supone también comprender las instituciones en que aquellas se formaron. Ello nos lleva necesariamente a los orígenes y desarrollo de los colegios universitarios y al papel que estos juegan en la forja de esas elites. El potente movimiento colegial español, en el que los denominados colegios mayores tienen una especial relevancia, es parte de aquel proceso.

Este libro quiere relatar esa historia, explicar la estructura institucional de esas fundaciones, el grado de éxito de sus colegiales en su despliegue por los territorios de la monarquía hispánica y las causas últimas de la desaparición de los colegios mayores.

Parution – Mariano Peset y Jorge Correa (dir.), “La Facultad de Derecho de Valencia, 1499-1975”, PU Valencia, 2018

https://puv.uv.es/la-facultad-de-derecho-de-valencia-1499-1975.html?___store=espanyol&___from_store=valencia

Français

L’objectif de ce volume est de montrer l’histoire de la faculté de droit depuis ses origines jusqu’à la mort du général Franco. Il traite des moments les plus importants de la trajectoire pluriséculaire des études juridiques à l’université de Valence : la création des facultés à la naissance de l’Estudi General de València ; les premiers professeurs ; les plans d’études de l’époque baroque ; l’augmentation des effectifs et le développement de l’enseignement au siècle des Lumières, avec la figure de proue de Gregorio Mayans ; l’unification des études au XIXe siècle et l’apparition de la faculté de jurisprudence ; la Restauration et les figures les plus emblématiques, avec les modifications des plans d’études ; la Seconde République, la guerre civile et le régime franquiste, avec la répression et l’exil ; et ainsi de suite. Il s’agit d’un ouvrage de plus de cinq cents pages, abondamment illustré, auquel ont collaboré plus d’une dizaine de spécialistes de l’histoire universitaire sous la coordination des professeurs Mariano Peset et Jorge Correa.

Espagnol

El objetivo de este volumen es mostrar la historia de la Facultad de Derecho desde sus orígenes hasta la muerte del general Franco. Aborda los momentos más importantes de la trayectoria plurisecular de los estudios jurídicos dentro de la Universitat de València: la creación de las facultades en el nacimiento del propio Estudi General de Valencia; los primeros catedráticos; los planes de estudio de la época barroca; el incremento de la matrícula y el desarrollo de las enseñanzas durante la Ilustración, con la figura capital de Gregorio Mayans; la unificación de los estudios en el siglo XIX y el surgimiento de la Facultad de Jurisprudencia; la Restauración y las figuras más emblemáticas, con las modificaciones de los planes de estudio; la Segunda República, la guerra civil y el franquismo, con la represión y el exilio; etc. Se trata de una obra de más de quinientas páginas, profusamente ilustrada, en la que han colaborado más de una docena de especialistas en historia de las universidades bajo la coordinación de los profesores Mariano Peset y Jorge Correa.

Parution – Revue CIAN- Revista de Historia de las Universidades, Vol. 22, Núm. 2 (2019)

“Hacer mayorazgo infalible de consejeros y ministros graves”. El Señorío de Vizcaya y el proyec­to de fundar un colegio en Salamanca (1638-c. 1660)
Imanol Merino Malillos
PDF
127-152
La Universidad de Valencia: semblanza de profesores (1596 – 1611)
José Seguí Cantos
PDF
153-183
Los primeros cursos de verano en la Universidad española: Jaca, 1927-1936
Alberto Sabio Alcutén
PDF
185-209

Parution – “The history of mathematics education in Latin America”, revue Historia y Memoria de la Educación, No. 11 (2020)

http://revistas.uned.es/index.php/HMe/issue/view/1347

Introduction

Special Issue

Historical Researches

Essays

Publication – Funger, Juan, Libro sobre la buena enseñanza y educación de los jóvenes (1584) De pueroum disciplina et recta educatione liber. (Book on good teaching and education of young people (1584)), Preliminary Study: Beatriz Comella-Gutiérrez. Translation and notes: Virgilio Rodríguez García,

Funger, Juan, Libro sobre la buena enseñanza y educación de los jóvenes (1584) De pueroum disciplina et recta educatione liber.(´Book on good teaching and education of young people (1584)´), Preliminary Study: Beatriz Comella-Gutiérrez. Translation and notes: Virgilio Rodríguez García, UNED-BAC, Madrid, 2018, pp. 635.

https://www.gemyr.com/en/publicaciones/funger-juan-libro-sobre-la-buena-ensenanza-y-educacion-de-los-jovenes-1584-de-puerorum-disciplina-et-recta-educatione-liber.html

Parution – “Juegos populares y educación en la historia” [Jeux populaires et éducation dans l’histoire], n°38, revue Historia de la educación, 2019

https://revistas.usal.es/index.php/0212-0267/issue/view/hedu201938

Dossier

Antonio S. Almeida Aguiar y Juan Francisco Cerezo Manrique, Presentación. Los juegos tradicionales: una aproximación desde la Historia de la Educación [Présentation : Les jeux traditionnels : une approche de l’histoire de l’éducation]

Andrés Payà Rico, El juego popular y tradicional en la historia de la educación española contemporánea [Les jeux populaires et traditionnels dans l’histoire de l’éducation espagnole contemporaine.]

Ignacio López de Prado Ortiz-Arce, Instruyendo sobre la recreación: Alcocer y la moderación en el xvi, clave en la educación para el juego [Instruire la récréation : Alcocer et la modération au XVIe siècle, une clé pour l’éducation ludique]

Jorge Cáceres-Muñoz, Presencia y relevancia de los juegos populares en el Boletín de la Institución Libre de Enseñanza [Présence et pertinence des jeux populaires dans le bulletin de l’Institución Libre de Enseñanza (L’Institution libre d’enseignement).)

Antonio S. Almeida Aguiar y Ulises S. Castro Núñez, Los juegos tradicionales y la educación en Canarias: de las propuestas del siglo xix a las regulaciones autonómicas [Jeux traditionnels et éducation aux îles Canaries : des propositions du XIXe siècle aux réglementations autonomes]

Enrique Jiménez Vaquerizo, Retrospectiva histórica del juego y deporte tradicional a través de la cultura segoviana [Rétrospective historique du jeu et du sport traditionnels à travers la culture ségovienne]

Jordi Brasó Rius y Xavier Torrebadella Flix, El juego popular de las cuatro esquinas:30variantes para recuperar su uso en la educación del siglo xxi [Le jeu populaire des quatre coins : 30 variantes pour récupérer son utilisation dans l’éducation au XXIe siècle.]

Varia

Enrique Asenjo Travesí, El concepto de infancia en la Baja Edad Media en Castilla a través de los «Espejos de Príncipes» (siglos xiii-xv) [Le concept d’enfance à la fin du Moyen Âge en Castille à travers les “Espejos de Príncipes” (XIIIe-XVe siècles)]

Juan Luis Monreal Pérez, El uso de las lenguas en los sistemas de enseñanza de la Europa renacentista [L’utilisation des langues dans les systèmes éducatifs de l’Europe de la Renaissance]

Miriam Bastos Marzal, Retrato de familia a contraluz: el aprendizaje musical de Angéli-que Diderot y la educación ilustrada de las mujeres [Portrait de famille à contre-jour : l’apprentissage musical d’Angélique Diderot et l’éducation éclairée des femmes.]

Alfonso Heredia Manrique, Los manuales pioneros en la construcción de la Didáctica General en España [Les manuels pionniers dans la construction de la Didactique Générale en Espagne]

Francisco Javier Rodríguez Méndez, Luis Domingo de Rute, arquitecto de modelos para la construcción de escuelas públicas en España a comienzos del siglo xx [Luis Domingo de Rute, architecte de modèles pour la construction d’écoles publiques en Espagne au début du XXe siècle.)

José-Manuel González González, La arquitectura escolar de Badajoz entre 1900 y 1975 [L’architecture scolaire à Badajoz entre 1900 et 1975]

José Carlos Sanchidrián Fernández, Los cómics en la construcción de la propuesta educativa en el primer franquismo [La bande dessinée dans la construction de la proposition éducative au début de la période franquiste]

M.ª Cristina Hernández Castelló, Una experiencia educativa televisada en España entre la década de los 60 y los 80. El programa Misión Rescate [Une expérience éducative télévisée en Espagne entre les années 1960 et 1980. Le programme Misión Rescate]

Ademir Valdir dos Santos, A escola primária teuto-brasileira rural: educação e sincretismo em Santa Catarina [L’école primaire rurale germano-brésilienne : éducation et syncrétisme à Santa Catarina]

Parution – Florence Buttay, “Peindre en leur âme des fantômes. Image et éducation militante pendant les guerres de Religion”, PUR, 2018

On sait que, pendant les guerres de Religion, les enfants ont été impliqués dans les violences pour contribuer à la justification des actes des adultes. Mais on s’est peu intéressé à l’école durant ces conflits. C e livre s’interroge sur les techniques de mobilisation de la jeunesse pendant les guerres de Religion et sur leur efficacité. Un ensemble de documents d’élèves du collège des jésuites à Paris, entre 1590 et 1592, permet de suivre une tentative d’inscrire durablement dans la mémoire des jeunes catholiques les motifs de la détestation de l’ennemi, afin de former de futurs acteurs intransigeants du monde.

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4590

Parution – Nicola McLelland et Richard Smith (eds.), “The History of Language Learning and Teaching”, volume 1, “16th-18th Century Europe”, Legenda, 2018

This three-volume set brings together current research in the history of language learning and teaching (HoLLT) in Europe and beyond. Providing the first overview of research in the field, it will be an indispensable reference for teachers, teacher educators and all those interested in the history of language learning and teaching and the history of applied linguistics avant la lettre.

Volume I presents the history of how languages were learnt and taught across Europe, from Russia and Scandinavia to the Iberian peninsula, up to about 1800. Case studies deal with the teaching and learning of French, Italian, German and Portuguese, as well as Latin, still the first ‘foreign language’ for many learners in this period.

Nicola McLelland is Professor of German and History of Linguistics at the University of Nottingham. She has published widely in the history of German linguistics and the history of language learning, and is co-editor of the journal Language & History.

Richard Smith is a Reader in English Language Teaching and Applied Linguistics at the University of Warwick. Founder of the Warwick ELT Archive and the AILA Research Network on History of Language Learning and Teaching, he has been active in the fields of historical research and teacher-research in language education.

Parution – Sonja Brentjes, “Teaching and Learning the Sciences in Islamicate Societies (800-1700)”, Brepols, 2018

his book provides for the first time a survey of the important features of educational activities and structures in various Islamicate societies between 800 and 1700 with regard to the mathematical and occult sciences, medicine, and natural philosophy.

This book surveys teaching and learning in the mathematical and occult sciences, medicine and natural philosophy in various Islamicate societies between 800 and 1700. It focuses in particular on Egypt and Syria between 1200 and 1600, but looks also at developments in Iran, India, Anatolia, and Iraq. It discusses institutions of teaching and learning such as house and court teachers, madrasas, hospitals, in-family teaching, and travelling in search of knowledge, as well as the content of the various sciences taught by or at them. Methods of teaching and learning, teaching bestsellers and their geographical and temporal dissemination, as well as encyclopaedias and literature on the classification of the sciences are treated in further chapters.

Sonja Brentjes is researcher at the Max Planck Institute for the History of Science in Berlin.  She has published widely on the history of mathematics, institutions, cartography, and cross-cultural encounters, mainly with regard to Islamicate societies, but also about parts of Christian Europe and South Asia.

Sélection de plus de 300 articles parus en histoire de l’éducation pendant l’année 2020 (revue mondiale)

Compilation de la veille faite chaque mois sur H-Education par Rick Mikulski, MLS, PhD, Assistant Professor & Librarian à la Portland State University

Janvier 2020

  • Arnaldo Briskievicz, Danilo. “A educação no Brasil colonial a partir do Serro/MG (1702 a 1758). [Education in Serro/MG, colonial Brazil (1702-1758).]” Espacio, Tiempo y Educación, Vol. 7 Issue 1, p205-225.
  • D’ALESSIO, Michela. “The «New School» of Basilicata in Mid-twentieth Century. Arturo Arcomano’s Contribution for a Different Education in Southern Italy.” Espacio, Tiempo y Educación, v. 7, n. 1, p. 47-67.
  • DALLABRIDA, Norberto. “The Experimental Classes: Different Secondary Education in Brazil in 1950s and 1960s.” Espacio, Tiempo y Educación, v. 7, n. 1, p. 133-146.
  • D’Ascenzo, Mirella. “Pedagogic Alternatives in Italy after the Second World War: the Experience of the Movimento di Cooperazione Educativa and Bruno Ciari’s New School in Bologna.” Espacio, Tiempo y Educación, 2020, Vol. 7 Issue 1, p69-87.
  • GROVES, Tamar. “Professional Advocacy in Education. The Legacy of the 1960s Students’ Protest and the Forging of a Social-Professional Identity among Teachers (Spain, 1970-1982).” Espacio, Tiempo y Educación. v. 7, n. 1, p. 163-180, jan. 2020.
  • Lowe, Roy. “The charitable status of elite schools: the origins of a national scandal” History of Education, January 2020, Vol.49(1), pp.4-17.
  • MACHADO TRUJILLO, Cristian. “The Technological Boom in Schools in the 80s: an Approximation to the Spanish ATENEA Programme.” Espacio, Tiempo y Educación, v. 7, n. 1, p. 247-262, jan. 2020.
  • MANGAL, Aarti. “A century of teacher education in India: 1883-1985.” Espacio, Tiempo y Educación, v. 7, n. 1, p. 263-285, jan. 2020.
  • McCormack, Christopher F. “Society, science and institutionally-embodied higher education reform in nineteenth-century Ireland: the role of mobile, professional elites in fashioning reform.” History of Education; Jan2020, Vol. 49 Issue 1, p18-37.
  • Meşeci Giorgetti, Filiz. “Nation-building in Turkey through ritual pedagogy: the late Ottoman and early Turkish Republican era.” History of Education; Jan2020, Vol. 49 Issue 1, p77-103.
  • ROBERT, André D; JEAN-YVES, Seguy. “The French Classes Nouvelles (1945-1952): Why is it so Difficult to Change Traditional Pedagogy?” Espacio, Tiempo y Educación, v. 7, n. 1, p. 27-45, jan. 2020.    
  • Rosnes, Ellen Vea. “A time of destiny for Norwegian mission schools in Zululand and Natal under the policy of Bantu Education (1948–1955).” History of Education; Jan2020, Vol. 49 Issue 1, p104-125.
  • VISACOVSKY, Nerina. “Between State and Private Education: the Ideological Dilemma of Argentine Progressive Jews (1955-1995).” Espacio, Tiempo y Educación, [S.l.], v. 7, n. 1, p. 287-313, jan. 2020.
Continuer la lecture de « Sélection de plus de 300 articles parus en histoire de l’éducation pendant l’année 2020 (revue mondiale) »

AàC – Colloque international “Universities and witchcraft. In Europe between the Middle Ages and the Early Modern Period”, 9-10 Sept. 2021, Bologne

The Centro interuniversitario per la storia delle università italiane (CISUI) is hosting the
“Universities and Witchcraft in Europe between the Middle Ages and the Early Modern Period ” conference. The Conference theme is the involvement of Universities “as institutions”, over the issue of witchcraft from the Middle Ages to the Modern Age throughout Europe: west, east, Catholic, Protestant.

Decisions made by academic institutions throughout the period in question had a major cultural and social impact. Such was the case, for example, of the responsa issued by the College of Theologians of the University of Paris in 1398. They approved twenty-eight articles condemning not only Satan’s snares, the Devil’s Contracts and magical practices used to subjugate devils to his service, but condemned also the scepticism of those who did not believe in the articles’ effectiveness. The articles addressed issues relating to witchcraft and covered intellectuals “as professors”, students’ behaviours, attitudes, doctoral theses and dissertations, as well as university courses.

In the spirit of the above and by way of illustration, the main aspects (12th to 18th centuries) on which proposals for papers should be based are:

  1. The reactions of universities to cases in which their students and professors were formally
    questioned over witchcraft;
  2. University courses and responsa / consilia on matters of witchcraft;
  3. Doctoral theses and dissertations on witchcraft;
  4. Student behaviours, attitudes, and witchcraft (e.g. blasphemy and superstitions ventilating
    witchcraft; provisions of university college statutes; provisions regarding student behaviour and parties; satirical compositions).

Alongside Italian, conference languages include French, English, Spanish and German.
Proposals (title and abstract of no more than ten lines, together with name, contact details, and a brief curriculum vitae) must be submitted to the Scientific Committee – professors Patrizia Castelli, Marco Cavina, Guido Dall’Olio, Maria Rosa Di Simone, and Vincenzo Lavenia) – by and no later than 16 November 2020 at the following email address: cisui.redazione [at] unibo.it. Responses to proposals will be sent by 21 December.

CISUI will arrange overnight hotel stay and meals for conference speakers, as well as
publication of conference papers in the CISUI series “Studi e ricerche sull’università”, Il Mulino Editore

Publication – « Nos ancêtres les Gaulois ! », n° 32, Parlement[s], Revue d’histoire politique 2020

« Nos ancêtres les Gaulois ! » : la formule hante notre mémoire collective comme un élément central du discours sur l’identité porté par le roman national tel qu’il s’est longtemps écrit. Mais ces ancêtres paradoxaux – fiers de leur liberté mais désunis, attachants mais querelleurs, redoutables guerriers mais vaincus – sont le résultat d’une véritable fabrique. Cette image des Gaulois émerge dès l’Antiquité, reprise et étoffée au XVe siècle en fonction des besoins politiques et identitaires du moment, pour servir l’affirmation de la francité au siècle suivant, puis, à partir de la Révolution française et au XIXe siècle, elle s’installe durablement dans l’imaginaire politique, comme en témoigne encore le discours public depuis 1958. Ce dossier montre, par une lecture culturelle du politique, la façon dont la figure du Gaulois, siècle après siècle, a nourri les représentations et les identités nationales dans un usage politique de l’histoire. Et comment le discours sur le présent prend la voix du passé.

Parution – Jussi Välimaa, “A History of Finnish Higher Education from the Middle Ages to the 21st Century”, 2020.

This book unravels the origins, continuities, and discontinuities of Finnish higher education as part of European higher education from the Middle Ages to the 21st century. It describes the emergence of universities in the Middle Ages and the Finnish student, and  moves on to the Reformation and the end of Swedish rule. It then discusses the founding of the Royal Academy of Turku, its professors and governing bodies, its role as a community, student numbers, the research and controversies. Travelling through the age of autonomy, the first decades of independence and the Second World War, the book examines the expansion of higher education, the development of the system, and the establishment of polytechnics. It concludes by analysing the multiple institutional and organisational layers of Finnish higher education. Altogether, the book offers an historical study that shows how and why education and higher education have been important in the process of making the Finnish nation and nation state.

JE – “Pierre Jartoux (1169-1720), jésuite originaire d’Embrun, scientifique en Chine”, 8 août 2020 (Embrun, Hautes-Alpes)

Le samedi 8 août 2020, à Embrun (Hautes-Alpes), se tiendra une journée d’étude sur l’activité des jésuites scientifiques en Chine aux XVIIet XVIIIsiècles, à partir du cas particulier du père Pierre Jartoux (Embrun, 1669 – Pékin, 1720), avec la participation d’universitaires, historiens et archivistes, est organisée par le diocèse de Gap et Embrun, en partenariat notamment avec la ville et le Pays S.U.D.

Ce colloque se tient en présence de Mgr Xavier Malle, évêque du diocèse de Gap (+Embrun), de S.E. le cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque émérite de Bordeaux et de Mgr Georges Colomb, évêque du diocèse de La Rochelle et Saintes.

  • 8 h 45 : accueil
  • 9 h : ouverture du colloque par madame Chantal Eyméoud, vice-présidente du Conseil Régional, maire d’Embrun Ou Mme Jehanne Marrou, adjointe chargée de la culture
  • 9 h 15 Introduction Bernard Busser, président de la journée
  • 9 h 30 L’aventure d’une vie, le père Pierre Jartoux, d’Embrun à la Chine Pierre Jartoux, ingénieur Arts et Métiers
  • 10 h 15 Les pères jésuites haut-alpins dans l’histoire du diocèse de Gap, Père Pierre Fournier, prêtre du diocèse de Gap, historiographe diocésain
  • 11 h 15 Jean-Joseph Rossignol (1726-1815) : de La Vallouise au monde, un itinéraire jésuite, Luc-André Biarnais, Archiviste diocésain
  • 12 h : table ronde, échanges avec le public.
  • 12 h 30 : buffet offert, sur place.
  • 14 h 15 Messe du samedi à la cathédrale Notre-Dame du Réal pour ceux qui le souhaitent. 
  • 15 h 30Le parcours du père Jartoux en Chine, Isabelle Landry, Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine et École des Hautes Études en Sciences Sociales
  • 16 h 15 Le rôle des collèges jésuites dans l’élan missionnaire de la France au XVIIe siècle, Françoise Fauconnet-Buzelin, chargée de recherches aux Missions Étrangères de Paris.
  • 17 h : pause
  • 17 h 30 Un mathématicien en Chine au XVIIe siècle, Anne Tarpent, professeur de mathématiques en retraite. Auteur de recherches historiques en musique et en sciences
  • 18 h 15 Construire des ponts dans un monde divisé : les jésuites en Chine, nos contemporains, Wu Huiyi, historienne à Cambridge et au Centre d’étude Chine moderne EHESS Paris
  • 19 h : table ronde, échange avec le public.
  • 19 h 30 : conclusion du colloque.