Parution – Jussi Välimaa, « A History of Finnish Higher Education from the Middle Ages to the 21st Century », 2020.

This book unravels the origins, continuities, and discontinuities of Finnish higher education as part of European higher education from the Middle Ages to the 21st century. It describes the emergence of universities in the Middle Ages and the Finnish student, and  moves on to the Reformation and the end of Swedish rule. It then discusses the founding of the Royal Academy of Turku, its professors and governing bodies, its role as a community, student numbers, the research and controversies. Travelling through the age of autonomy, the first decades of independence and the Second World War, the book examines the expansion of higher education, the development of the system, and the establishment of polytechnics. It concludes by analysing the multiple institutional and organisational layers of Finnish higher education. Altogether, the book offers an historical study that shows how and why education and higher education have been important in the process of making the Finnish nation and nation state.

Publication – Liam Chambers et Thomas O’Connor (eds.), « College communities abroad. Education, migration and Catholicism in early modern Europe », 2017.

This book repositions early modern Catholic abroad colleges in their interconnected regional, national and transnational contexts. From the sixteenth century, Irish, English and Scots Catholics founded more than fifty colleges in France, Flanders, Spain, Portugal, the Papal States and the Habsburg Empire. At the same time, Catholics in the Dutch Republic, the Scandinavian states and the Ottoman Empire faced comparable challenges and created similar institutions. Until their decline in the late-eighteenth century, tens of thousands of students passed through the colleges. Traditionally, these institutions were treated within limiting denominational and national contexts. This collection, at once building on and transcending inherited historiographies, explores the colleges’ institutional interconnectivity and their interlocking roles as instruments of regional communities, dynastic interests and international Catholicism.

Publication – Roberto Sani, « Storia dell’educazione e delle istituzioni scolastiche nell’Italia moderna », Franco Angeli, 2015.

La prima parte di una più ampia storia dell’educazione e delle istituzioni scolastiche nell’Italia moderna e contemporanea, destinata a completarsi con la pubblicazione di un volume dedicato ai secoli XIX e XX. Il testo offre una ricostruzione delle principali tappe che hanno contrassegnato l’evoluzione dei modelli educativi e tenta di ‘rileggerne’ taluni passaggi fondamentali alla luce delle categorie interpretative proposte dalla più recente storiografia sociale e religiosa italiana ed europea.

Parution – Véronique Castagnet-Lars (dir.), « Les associations d’élèves et d’étudiants. Entre socialisation et apprentissage (XVIe-XXe siècles), 2020.

Résumé

Dans une historiographie sur les élèves en plein renouvellement, l’étude des modalités de leur regroupement organisé par les institutions éducatives et leurs membres permet de mettre en évidence un autre axe d’apprentissages favorisés par des relations fraternelles, éminemment contrôlées toutefois par les pédagogues et les responsables scolaires.

La réflexion collective s’attache à l’analyse de ces structures, à leur organisation et leur fonctionnement quotidien tel qu’il paraît pris en charge, pour une large part, par les élèves eux-mêmes. Les autorités éducatives (politiques et religieuses) de l’époque moderne se saisissent de ces associations afin de prolonger hors du temps scolaire et après l’âge scolaire, avec éventuellement une radicalisation des formes d’expression, les effets de l’éducation développée dans les collèges d’Ancien Régime, jésuites et oratoriens.

Pour d’autres autorités des XVIIe-XXe siècles, reconnaître ces associations c’est permettre aux élèves de s’initier à une vie politique, soit au sein de cette association – et la question du fonctionnement de nature démocratique est un élément à prendre en compte –, soit à l’extérieur dans la cité. Les structures réunissent alors élèves et étudiants en leur donnant une visibilité, une voix. Enfin, encourager des pairs à s’associer concourt à créer une solidarité, des réseaux professionnels ou syndicaux, voire une culture d’établissement, entre adultes.

Publication – Pour une histoire renouvelée des élèves (XVIe- XXe siècles) Volume 2 : sources et méthodes

Histoire de l'éducation n° 151
 
Dans la continuité du numéro 150 qui proposait cinq bilans historiographiques sur l’histoire des élèves, ce numéro présente cinq contributions qui insistent davantage sur les questions liées aux archives, aux sources imprimées et aux enquêtes statistiques, et qui mettent en avant les dimensions méthodologiques de l’écriture de cette histoire. Les sources sur les élèves sont souvent lacunaires et indirectes. Écrites par des adultes pour d’autres adultes, les sources administratives rendent compte d’une situation ou aident à la prise de décision. Les élèves sont bien présents, mais à l’arrière-plan, comme unités de compte révélant la bonne santé ou la crise d’un établissement. C’est à partir du croisement de sources diverses, permettant d’associer données nationales et réalités départementales ou locales, archives et textes imprimés, que l’on peut retrouver l’élève, comme le montrent les contributions de Dominique Julia, Jean le Bihan et de Solenn Huitric. Les mémoires, autobiographies et souvenirs étudiés par Pierre Caspard, si l’on dépasse leur individualité par leur mise en corpus, en disent aussi beaucoup sur la vie d’élève. L’historien peut également bénéficier de la collecte de données et de la constitution de larges bases par les services du ministère de l’Éducation nationale, comme les panels d’élèves mis en place depuis les années 1960 et présentés par Jean-Paul Caille et Jérôme Krop.

Parution – « Pour une histoire renouvelée des élèves (XVIe-XXIe siècles) », volume 1, « Approches historiographiques », revue Histoire de l’éducation

ENS Lyon, IFé, 2019.

L’histoire des élèves, tout en existant, a longtemps été le parent pauvre des travaux en histoire de l’éducation alors que les autres acteurs éducatifs étaient bien davantage travaillés (enseignants, étudiants, administrateurs etc.), tout comme le cadre législatif (les grandes lois, les réformes), les savoirs scolaires et les idées et méthodes pédagogiques. L’élève a longtemps été perçu au travers du seul prisme des représentations que délivrent les textes prescrits (définition d’un élève modèle), les témoignages littéraires et les récits de vie souvent écrits a posteriori ou les documents iconographiques. Il a ensuite été pris en considération mais comme unité de compte dans une volonté forte de disposer de statistiques sur la scolarisation et ses différentes formes selon les filières existantes. À partir du début des années 1990 cependant, les historiens, comme les sociologues, se saisissent davantage de cet acteur central des réalités scolaires qu’est l’élève pour étudier ses caractéristiques, sa vie quotidienne mais aussi ses perceptions et ses engagements dans la vie de l’établissement et dans la vie de cité. Ce numéro propose cinq approches historiographiques qui permettent de mettre en perspective l’évolution de la recherche sur l’histoire des élèves en France (époque moderne puis contemporaine), en Italie, dans trois pays de langue germanique et aux États-Unis.

Publication – Pierre-Jean Souriac (dir.), « Du collège de la Trinité au lycée Ampère : 5 siècles d’histoire »

Ce livre revient sur l’histoire d’une institution scolaire qui débuta avec l’école des Trinitaires en 1519 et continue en 2019 avec le lycée Ampère. 500 ans… Rares sont les établissements scolaires qui peuvent se prévaloir d’un tel record de longévité. Les auteurs proposent plusieurs visages de cet établissement au cours de ses 500 ans d’histoire et de pédagogie. La concentration en un seul lieu des hommes et des instruments utiles à la recherche entraîna là une densification des pratiques intellectuelles. Au collège de la Trinité enrichi d’une bibliothèque, d’un médaillier et d’un observatoire, les nombreuses et diverses collections et la qualité des études dispensées donnèrent aux murs ces lettres de noblesse séculaires. Lycée Ampère depuis 1888, cette institution est un bel exemple de ces collèges de l’Ancien Régime devenus lycées impériaux selon la volonté de Napoléon, et des accomplissements d’une communauté, celle des jésuites, qui en fit dès sa création un espace culturel complexe où florissait le savoir. Les bâtiments du collège de la Trinité se trouvent encore aujourd’hui sur les bords du Rhône et sont utilisés comme lycée à l’usage des jeunes Lyonnais. De nombreuses personnalités, à toutes les époques, se flattèrent et se réjouissent encore d’y avoir reçu les bases d’un enseignement de qualité.

JE: Naissance d’une historiographie universitaire. César Égasse du Boulay (ca. 1600-1678)

Dans le cadre d’un projet commun au LAMOP (UMR 8589) et au CRHM (EA 127) sur l’histoire de l’université de Paris, une journée d’études consacrée à la « Naissance d’une historiographie universitaire. César Égasse du Boulay (ca. 1600-1678): sources et méthodes d’un historien de l’université de Paris » est organisée par Thierry Amalou (CRHM) et Thierry Kouamé (LAMOP) avec le soutien du LabEx Hastec.
Lundi 17 décembre 2012, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, salle Perroy. Continuer la lecture de « JE: Naissance d’une historiographie universitaire. César Égasse du Boulay (ca. 1600-1678) »