Séminaire 2021-2022 – Une éducation révolutionnaire ? Apprendre la Révolution, apprendre de et dans la Révolution

23 mars 2022 – Séance introductive

  • Présentation générale : Jean-Charles BUTTIER, Pierre SERNA et Côme SIMIEN
  • Clément DAYNAC (doctorant IHMC-IHRF / université de Nancy), « Apprendre et forger le Nouveau Régime en milieu urbain dans et hors les structures scolaires, l’exemple de Nancy au début de la Ire République. »

30 mars – Les Ruines de Volney, une pédagogie émancipatrice de l’histoire entre France et
Allemagne Pauline PUJO (professeur d’allemand en CPGE littéraires, Toulouse, CIRAMEC, université Bordeaux Montaigne)

13 avril – Quelle langue parler pour instruire le citoyen ?

Émilien ARNAUD (master, École des Chartes), Anne SIMONIN (directrice de recherche, EHESS), Côme SIMIEN (maître de conférences, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

20 avril – Les sources de l’histoire de l’éducation sous la Révolution

Séance aux Archives Nationales, Céline PARCÉ, Édith PIRIO et Marie RANQUET (Archives Nationales)

27 avril – Laïcité, pluralité, éducation, Révolution

Philippe BOUTRY (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe
siècle)

4 mai – Aux origines montagnardes des sciences politiques entre France et Suisse : quand la simulation remplace le catéchisme (1768-1791) Jean-Loup KAESTLER (doctorant IHMC/ IHRF, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

18 mai (après-midi) – Transmettre l’histoire de la Révolution française en Suisse romande
Demi-journée d’études conclusive à l’Unige (université de Genève)

  • Pierre SERNA (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Introduction
  • Nathalie DAHN-SINGH (université de Fribourg), « De “l’aride” catéchisme à la veillée : critiques et réappropriations d’un modèle pédagogique de l’ère révolutionnaire au début du XIXe siècle (Suisse romande, 1815-1845) »
  • Jean-Charles BUTTIER (université de Genève), « La didactisation de l’histoire de la Révolution française aujourd’hui : une comparaison francoromande »
  • Charles HEIMBERG (université de Genève), « L’élémentation des savoirs : un retour à la Révolution française pour (re)penser leur transmission d’aujourd’hui »
  • Côme SIMIEN (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Conclusions

Séminaire de Master 2 de l’IHMC–IHRF (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) avec l’université de Genève et les Archives Nationales. Sous la direction de Jean-Charles Buttier (université de Genève ; ÉDHICE), Pierre Serna et Côme Simien (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; IHRF-IHMC)

Semestre de printemps 2022. Salle Marc Bloch, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. 14 rue de la Sorbonne, Paris 5e. Le mercredi de 17 h 00 à 19 h 00

Contact : pierreserna [at] wanadoo.fr

Continuer la lecture de « Séminaire 2021-2022 – Une éducation révolutionnaire ? Apprendre la Révolution, apprendre de et dans la Révolution »

Les thèses récentes d’histoire de l’éducation

D’après la liste établie par l’AHCESR : https://ahcesr.hypotheses.org/2281

Araujo, Christophe, Être historien sous un régime autoritaire. Pouvoir et savoir au Portugal (1926-1974), thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 24 novembre 2021 à Cergy Paris Université.

Barey, Morgane, « À rude école ». La formation initiale des officiers français à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale (1940-1945), thèse en histoire soutenue le 12 février 2021, à l’Université Paris-Saclay.

Ben Ali, Azzedine Ali, Naissance et développement de l’École nationale supérieure du pétrole (E.N.S.P.) 1919-1955. Étude socio-historique, thèse soutenue le 7 décembre 2021, à l’EHESS.

Bonhoure, Jean-Francois, Les historiens à l’épreuve du temps : la production historique éditée en France des années trente au début des années cinquante, thèse soutenue le à l’Université Panthéon-Sorbonne – Paris I.

Bordes, Etienne, La Conférence des Présidents d’université (1971-2007). Une socio-histoire du gouvernement des universités, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 21 octobre 2021 à Toulouse 2.

Canet Dol, Christiane Catherine, Les adoptions en France de 1789 à 1923 rêvées, instituées et vécues, thèse soutenue le 28 juin 2021, à l’EHESS.

Chabanne, Laure, Cohabitation, union, divorce : architecture, peinture et sculpture à l’École des beaux-arts de Paris (fin du XVIIIe siècle – 1968), thèse en histoire de l’art soutenue le 4 mars 2021, à l’EPHE.

Cussey-Besançon, Maud, Collèges, lycées, écoles professionnelles et université en Franche-Comté au cœur des grandes mutations de l’éducation au milieu du XXe siècle : ruptures, renouveau et continuités (1938-1947), thèse d’histoire contemporaine soutenue le 20 novembre 2020 à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté.

Fabre, Mélanie, La craie, la plume et la tribune. Trajectoires d’intellectuelles engagées pour l’école laïque (France, années 1880-1914), thèse soutenue le 25 novembre 2021, à l’EHESS.

Hillion, Julien, Le bataillon des « nuisibles ». La colonie pénitentiaire de Belle-Ile-en-Mer (1880-1911) : parcours de vies de jeunes détenus et modèle carcéral, thèse soutenue le 26 novembre 2021 à l’Université Bretagne Sud.

Hottin, Christian, Les patrimoines de l’enseignement supérieur à Paris (fin XVIIIe-XXe siècles), thèse en histoire de l’art soutenue le 23 novembre 2021, à l’Université Paris Sciences Lettres.

Kanté, Mody, Former une élite médicale africaine à l’époque coloniale. L’École de médecine de Dakar (1918 – années 1950), thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 9 juillet 2021 à Toulouse 2.

Khalil, Dalil, Fernant Leprette, entre la France et le ministère de l’Instruction publique égyptien (1919 – 1956), thèse soutenue le 13 décembre 2021, à l’ENS de Lyon.

Laloux, Adélaïde, Les dossiers individuels de la protection de l’enfance : constitution, conservation, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 15 avril 2021 à l’université d’Angers.

Le Cocq, Cédric, Transformer l’université française après 1968 : l’université de Nanterre 1971-1988, thèse soutenue le 18 octobre 2021 à l’Université Paris Nanterre.

Legrandjacques, Sara, Voies étudiantes. Pour une histoire globale des mobilités étudiantes en Asie (Inde britannique – Indochine française, années 1850-1940), thèse soutenue le 4 décembre 2021, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Li, Jun, Les diplômés chinois revenant de France en Chine – Le cas de la province du Shandong, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 16 décembre 2021 à l’université de Paris.

Mahé, Camille, Des enfances ordinaires ? Une histoire comparée de la sortie de guerre des enfants d’Europe occidentale (Allemagne de l’Ouest, France, Italie. 1943-1949), thèse soutenue le 6 décembre 2021, à Sciecnces Po Paris.

Pabion, Lionel, Le sport embrigadé ? Les sociétés de préparation militaire en France : des loisirs militarisés (années 1880 – années 1930), thèse de doctorat en Histoire soutenue le 12 novembre 2021 à l’université de Lyon.

Parveau, Hélène, De l’école d’art de Limoges aux écoles d’art françaises : étude des caractéristiques de l’enseignement artistique, thèse en langues et littératures françaises, soutenue le 1er décembre 2021, à l’Université de Limoges.

Paul, Marielle, Une histoire du binôme conflictuel latin-français dans l’enseignement secondaire en France, du XVIIIe au XXe siècle. Pour une métadidactique de l’enseignement du français, thèse soutenue le 4 mars 2021, à l’EHESS.

Plet, Charles, La « jeune fille » et sa représentation dans le roman catholique en France (1880-1914), thèse de doctorat en Littératures française et francophone, soutenue le 15 décembre 2021 à Paris 3 en cotutelle avec l’université de Montréal.

Profillet, Lucas, Le corps en images à l’école. L’ortho-figuration corporelle dans les méthodes de lecture (1880-1960), thèse soutenue le 8 décembre 2021, à l’Université de Franche-Comté.

Taveau, Valentin, Ackerman-Laurance, Famille, négoce et industrie des vins mousseux en Saumurois au XIXè siècle (1811-1914), thèse soutenue le 20 septembre 2021, à l’Université d’Angers.

Toureille-Kotula, Aurore, L’enseignement du dessin à Perpignan (fin XVIIIe siècle – 1914) : acteurs et institutions, thèse soutenue le 30 novembre 2021 à l’Université de Perpignan Via Domitia.

Valois, Philippine, L’éveil des sens. Histoire médicale de la puberté (1750-1850), thèse soutenue le 22 octobre 2021 à l’Université d’Angers.

Zhou, Ying, L’enseignement de l’histoire de l’art à l’école secondaire sous la IIIe République française, thèse en histoire de l’art soutenue le 20 janvier 2021 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (cotutelle avec l’Université des études internationales de Shanghai).

Zhou, Zhe, Les hôtes du Fort St-Irénée. Les étudiants chinois de l’Institut Franco-Chinois de Lyon 1921-1950, thèse soutenue le 14 mai 2021 à l’EHESS.

Parution – Jane Martin, “Gender and Education in England since 1770. A Social and Cultural History”, 2022

Français : ce livre adopte une approche novatrice du sujet, combinant des approches biographiques et l’histoire locale, une synthèse de la littérature sociologique et historique, avec de nouvelles recherches pour aborder une variété de thèmes et fournir une histoire complète et arrondie démontrant l’enchevêtrement de l’expérience éducative et l’influence de différents modes de discrimination et de préjugés. En utilisant le prisme du genre, Jane Martin réévalue la nature sexuée de l’histoire moderne de l’éducation et fournit une vue d’ensemble des aspects imbriqués de l’éducation, de la société, de la politique et du pouvoir. Son organisation est conviviale, fournissant des informations accessibles en ce qui concerne les chronologies de la législation et des événements clés pour refléter la constance et le changement, tout en “cartographiant” les contextes politiques, économiques, sociaux et culturels plus larges, ce qui en fait un ouvrage idéal à utiliser comme manuel ou ressource pour les enseignants et les étudiants.

English : this book takes a novel approach to the topic, combining biographical approaches and local history, a synthesis of sociological and historical literature, with new research to address a variety of themes and provide a comprehensive, rounded history demonstrating the entanglement of educational experience and the influence of different modes of discrimination and prejudice. Using the lens of gender, Jane Martin reassesses the gendered nature of the modern history of education and provides an overview of intertwined aspects of education, society, politics and power. Its organisation is user friendly, providing accessible information with regard to chronologies of legislation and key events to reflect constancy and change, whilst ‘mapping’ the larger political, economic, social and cultural contexts, making it ideal for use as a textbook or a resource for teachers and students.

Colloque – “Familles en (contre-)Révolution,(contre-)Révolution en famille : mobilisations, conflits et transmissions politiques (1789 et au-delà)”, Valence, avril 2022

https://calenda.org/891849

Cette rencontre, sur deux jours, se place à l’intersection des renouvellements historiographiques de l’histoire de la famille, de l’intime et des cultures politiques en situation révolutionnaire. En effet, la Révolution française constitue un séisme politique d’une rare ampleur qui se répercute jusque dans la cellule familiale, plongée dans des situations de conflictualité qui minent sa cohésion, son équilibre, son fonctionnement. Si certains travaux pionniers ont montré la possibilité et, surtout, l’intérêt de pénétrer dans l’intimité politique des acteurs, aucune synthèse récente n’a été consacrée au sujet. Ainsi, ce colloque a pour ambition de mieux comprendre comment sont perçus et vécus, de l’intérieur, les nombreux clivages politiques (au sens large) qui fracturent la société révolutionnaire et la fabrique familiale de leur(s) mémoire(s). L’enquête invite à adopter un cadre géographique (France et ses colonies, Europe de l’émigration) et chronologique (1789 et au-delà) large tout en multipliant les angles d’approche (micro-analyse, monographie familiale, échantillon de plusieurs familles, etc.).

VENDREDI 1er AVRIL 2022 – HÔTEL DU DÉPARTEMENT – SALLE MAURICE PIC

10h15 : Accueil

10h30 :  introduction scientifique

Session 1 : La Révolution, une affaire de famille – Présidence : Nicolas Soulas (LARHRA)

  • 10h45-11h15 : Huguette Krief (CIELAM) / Mathilde Chollet (TEMOS), La politique au quotidien dans la famille des Cottin, banquiers protestants et disciples de Rousseau, d’après la correspondance (1784-1798) de Sophie Cottin.
  • 11h15-11h45 : Maria Goupil-Travert (Tempora) / Solenn Mabo (Tempora), Émigrées et parentes d’émigrés : expériences intimes et politiques des séparations ou de l’exil.
  • 11h45-12h15 : Clément Weens (IHMC), Elles n’ont pas hésité de céder à la République des chefs de famille. Des citoyens enrôlés, des familles mobilisées.

Discussions

12h30-14h : Pause déjeuner

Session 2 : Des familles à l’Ouest – Présidence : Paul Chopelin (LARHRA)

  • 14h00-14h30 : Bertrand Delahaye (UCO), Solidarités et dissensions familiales en Révolution : l’exemple du clergé angevin.
  • 14h30-15h : Anne Rolland-Boulestreau (CHUS), Une famille vendéenne contre les « Croque Bon Dieu » : les Clemenceau dans la guerre civile. 
  • 15h-15h30 : Anne Jollet (CRIHAM), La famille ou la présence à distance. L’exemple de Piorry,ancien législateur et conventionnel de la Vienne.

Discussions / Pause

Session 3 : Familles dans/à l’épreuve de la Révolution – Présidence : Virginie Martin (IHMC)

  • 16h-16h30  :  Pierre  Meignan  (Tempora),  « L’accaparement  des  places »  sous  le gouvernement révolutionnaire : quand l’administration locale est affaire de famille. 
  • 16h30-17h : Boris Deschanel (CNE), Décollage ou catastrophe ? Les trajectoires familiales des négociants du Haut-Dauphiné à travers la Révolution.
  • 17h30-18h : Gabrielle Housset (IHMC), Les Kolly-Rabec : une famille en crise au cœur de la Révolution française.

Discussions

18h15 : fin de la première journée

SAMEDI 2 AVRIL 2022 – ESPACE LATOUR-MAUBOURG – AUDITORIUM

Session 4 : Familles et héritages (contre-)révolutionnaires – Présidence : Louis Hincker (CHEC)

  • 8h30-9h : Maria Sofia Mormile (Turin/EHESS), Contre-révolutionnaires de sang, contre-révolutionnaires de convenance : les princes d’Orléans en Grande-Bretagne (1800-1808).
  • 9h-9h30 : Paul Chopelin (LARHRA) / Bruno Dumons (LARHRA), Familles, généalogie et mémoires de la Terreur à Lyon.
  • 9h30-10h : Philippe Bourdin (CHEC), Générations en Révolution : adaptations et déchirements au sein de la noblesse provinciale.

Discussions / Pause

  • 10h30-11h : Côme Simien (IHMC), Les enfants de conventionnels : destins croisés.
  • 11h-11h30 : Siân Reynolds (Stirling), Réseaux de famille, réseaux politiques : enfants de révolutionnaires dans l’après-Révolution.
  • 11h30-12h : Nathan Perl-Rosenthal (Los Angeles), Eudora et Cie : un héritage de révolution dans une famille bricolée du XIXe.

Discussions

12h15-14h : Pause déjeuner

Session 5 : Le laboratoire drômois – Présidence : Annie Duprat (Agora)

  • 14h-14h30 : Benoît Charenton (directeur des archives départementales de la Drôme) / Julien Mathieu (responsable des Archives communales et communautaires, Valence Romans Agglo), Les Drômois, acteurs de la Révolution… en famille ?
  • 14h30-15h : Virginie Martin (IHMC), Ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre : les Nugues et les Jullien de la Drôme. Comment une famille-gigogne est devenue un clan politique (1780’-1800’).
  • 15h- 15h30 : Nicolas Soulas (LARHRA), Les Payan, un triptyque politique en Révolution.

Discussions

Conclusion du colloque : Jean-François Chauvard (IHMC)

Coordination 

  • ·         Paul Chopelin, maître de conférence en histoire moderne à l’Université Lyon 3 (LARHRA UMR 5190)
  • ·         Boris Deschanel, maître de conférence en histoire moderne à Avignon Université (Centre Norbert Elias UMR 8562)
  • ·         Virginie Martin, maîtresse de conférence en histoire moderne à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (IHMC-IHRF UMR 8066)
  • ·         Nicolas Soulas, docteur en histoire moderne, chercheur associé au LARHRA (UMR 5190)

Comité scientifique

  • ·         Michel Biard, Université de Rouen
  • ·         Annie Duprat, Université de Cergy-Pontoise
  • ·         Louis Hincker, Université de Clermont-Auvergne
  • ·         Anne de Mathan, Normandie Université
  • ·         Anne-Rolland Boulestreau, Université catholique de l’Ouest
  • ·         Hervé Leuwers, Université de Lille

AàC – “Histoire des pères et de la paternité en Occident de la Renaissance à nos jours”, Amiens, déc. 2022

1er– 2 décembre 2022 (Amiens)

 Résumé

Ce colloque sur l’histoire des pères et de la paternitéen Occident de la Renaissance à nos jours a pour objectif d’éclairer les profondes mutations de la figure paternelle au cours des derniers siècles et de combler certains vides historiographiques. À la croisée de l’histoire, des sciences sociales et de l’anthropologie, l’ambition de cette rencontre est donc de proposer sur un temps long une histoire plurielle de la paternité en Occident en la considérant comme un objet de recherche se rapportant autant à la sphère privée qu’à la sphère publique.

Quatre axes thématiques sont privilégiés :

  • Axe 1 : Les pères et la petite enfance
  • Axe 2 : Émotions et sentiments paternels
  • ​​Axe 3 : Les relations pères/enfants : transmissions des savoirs et des pratiques
  • Axe 4 : Le bon et le mauvais père : modèles, paternité et espace public

 Argumentaire

 Ce colloque sur l’histoire des pères et de la paternitéen Occident de la Renaissance à nos jours a pour objectif d’éclairer les profondes mutations de la figure paternelle au cours des derniers siècles et de combler certains vides historiographiques.

L’histoire des pères et de la paternité s’est développée tardivement dans les pays occidentaux par rapport à d’autres champs de l’histoire de la famille et de la parenté, en plein essor à partir des années 1960-1970. En France, il faut attendre la fin des années 1980 et les années 1990 pour que soient publiés les premiers ouvrages sur le sujet [Knibiehler, 1987 ; Delumeau, Roche, 1990]. Depuis lors, de multiples travaux historiques ont été menés, privilégiant certains angles d’études (juridiques, éducatifs, etc.) ou certaines périodes, notamment le Moyen Age [Lett, 1997 ; Baschet 2000 ; Payan, 2006 ; Certin, 2014]. Dans d’autres pays européens, en particulier anglo-saxons, les travaux sur la question ont été plus nombreux, contribuant à renouveler les perspectives, notamment sous l’angle du genre [Broughton, Rogers 2013 ; Strange, 2015]. Deux publications collectives récentes témoignent de la vitalité de ce champ de recherche [Certin, 2016 ; Doyon, 2021] et invitent à poursuivre l’étude des sujets encore peu explorés, notamment pour la période moderne et contemporaine. Les relations de la paternité à la cité et au politique, souvent appréhendées sous le seul angle symbolique, méritent ainsi d’être davantage étudiées [Avezou, 2003 ; Cohen, 2007]. « L’histoire de la paternité concrète », reste également mal connue, en particulier « la dimension personnelle et intime de la paternité, soit la relation des pères avec leurs enfants », comme le signale l’historienne Anne Verjus [Verjus, 2013].

À la croisée de l’histoire, des sciences sociales, de l’anthropologie, l’ambition de ce colloque est donc de proposer sur un temps long une histoire plurielle de la paternité en Occident en la considérant comme un objet de recherche se rapportant autant à la sphère privée qu’à la sphère publique. La définition de la paternité sera envisagée ici au sens large afin de pouvoir aborder tant le père charnel et social que spirituel, ainsi que l’articulation de ces différentes facettes de la paternité. L’examen minutieux d’archives, de sources du for privé, d’iconographies, d’œuvres littéraires ou médiatiques sera au cœur de cette rencontre qui cherche à saisir comment chaque époque conçoit la paternité (normes et représentations, expériences et vécu). La mobilisation du concept de genre sera appréciée, notamment pour étudier les relations pères/fils et pères/filles et pour mettre en évidence la place de la paternité dans l’identité masculine et la définition de la masculinité [Tosh, 1999].

Angles d’étudeAxe 1 : Les pères et la petite enfance

Jusqu’à une époque très récente, le soin quotidien des enfants dans les premières années de leur existence relevait essentiellement des femmes, et en particulier des mères. Les pères passent pour avoir été traditionnellement peu impliqués dans la prise en charge des tout-petits, avant que n’émerge depuis les années 1970 le modèle des « nouveaux-pères », plus investis dans les premiers moments de la vie de leurs enfants. Il apparaît cependant que la réalité est plus complexe, les situations variées et l’évolution aucunement linéaire au cours des derniers siècles. Au Moyen Âge, Didier Lett a déjà relevé de nombreux exemples de tendresse paternelle et d’implication des pères dans le soin de leurs enfants, bien avant l’âge de raison [Lett, 1997]. Eggle Becchi a aussi montré comment les pères des élites à l’époque des Lumières se faisaient volontiers puériculteurs [Becchi, 2004]. Les écrits privés révèlent également qu’à l’époque moderne et au XIXe siècle, certains hommes s’investissaient concrètement pendant la grossesse et l’accouchement et dans les soins du jeune enfant [Berthiaud, 2011], avant que cela ne devienne la norme – plus ou moins assumée d’ailleurs – dans le dernier tiers du XXe siècle. Les modalités concrètes de cet investissement paternel et ses évolutions seraient à retracer plus précisément, notamment pour percevoir les variations éventuelles entre les milieux sociaux et la manière dont le rôle des pères s’articule avec celui des mères et des autres acteurs impliqués dans le soin des jeunes enfants (membres de la famille, nourrice, domestique, sage-femme, médecin).

 Axe 2 : Émotions et sentiments paternels

La question des sentiments des pères pour leurs enfants, et en particulier de l’amour paternel, a été abordée de manière pionnière par Daniel Roche dans son article « L’amour paternel à Paris au XVIIIe siècle » [Roche, 1983]. Depuis, divers travaux, centrés en particulier sur le Moyen Age [Lett, 1997] ou basés sur les écrits du for privé, ont abordé le sujet mais bien des aspects restent à explorer. Manon Pignot a pu montrer comment les lettres des pères à leurs enfants lors de la Grande Guerre ont permis l’« expression nouvelle d’une sensibilité, qui passe par l’expression de la tendresse physique » [Pignot, 2012, p. 297], contribuant à « la révélation d’un sentiment paternel » jugé inédit. D’autres contextes de séparation prolongée et d’absence ont pu être propices à l’expression des sentiments paternels et à leur conservation dans les sources. Les guerres révolutionnaires et de l’Empire, les situations d’exil ou d’emprisonnement sont par exemple des occasions d’étudier l’expérience de la paternité à distance et parfois aussi les sentiments qui trouvent alors une occasion de s’exprimer. Certains moments particuliers de la vie de l’enfant suscitent également des émotions fortes et s’avèrent propices pour mesurer l’investissement sentimental des pères avec leur progéniture. Outre la naissance, évoquée précédemment, c’est notamment le cas des maladies et surtout de la mort de l’enfant [King, 1994]. Il faut toutefois se garder d’idéaliser ces rapports père-enfants et aborder tout le registre des attitudes et des sentiments paternels, qui peuvent aussi prendre la forme de l’indifférence, de l’hostilité ou de la violence. Il conviendra également d’envisager l’influence de la place dans la fratrie et du sexe de l’enfant dans ces relations. En prenant appui sur une histoire des émotions et des sensibilités, profondément renouvelée ces dernières décennies, on s’attachera ainsi à étudier les modalités d’expression des sentiments paternels, ainsi que l’évolution des normes en vigueur pendant la période étudiée.

   Axe 3 : Les relations pères-enfants : transmissions des savoirs et des pratiques

Si les relations père-enfants ont retenu l’attention des historiens, sociologues et anthropologues depuis déjà plusieurs années, celles-ci ont souvent été étudiées au prisme de la mission éducative et moralisante qui incombe au père de famille depuis des temps reculés [Delumeau et Roche, 1990]. En charge de l’instruction spirituelle de ses héritiers ainsi que de la transmission de valeurs édifiantes, le père apparaît souvent comme un modèle d’autorité inculquant la discipline et/ou adepte de punitions corporelles. Réduire l’investissement paternel auprès de sa progéniture à ces seuls comportements a cependant tendance à figer la relation père/enfant dans la distance, dans la soumission ou dans le rejet. Il en ressort aussi une image stéréotypée, longtemps entretenue par l’historiographie. Le renouvellement des approches qui s’est imposé en France à la fin des années 1990 a heureusement permis de nuancer ce tableau. En explorant comment l’engagement paternel peut se manifester au travers d’activités du quotidien (travail, loisirs, etc.), nous ambitionnons de réévaluer la relation que les pères peuvent construire avec leur(s) enfant(s) en particulier dans le cadre domestique et professionnel. Il s’agirait notamment d’étudier les différentes formes de transmission paternelle : la passation de savoirs et de gestes nécessaires à l’apprentissage d’un métier par exemple, la délivrance de conseils utiles dans la vie sociale ou les manières dont les pères transmettent leur expérience de la paternité aux générations suivantes. À l’image de l’analyse entreprise par Philippe Lejeune sur le Journal de Marc de Bombelles [Lejeune, 2016], ces contributions permettraient de nourrir une histoire concrète de la paternité en examinant au plus près l’implication des pères auprès de leur(s) enfant(s).

 Axe 4 : Le bon et le mauvais père : modèles, paternité et espace public

 Les attentes de notre société contemporaine à l’égard de la paternité s’expriment à travers divers supports (traités d’éducation, fictions, médias, sondages, réseaux sociaux…) et participent, depuis les années 1970, à l’émergence du modèle du « nouveau père ». Plus impliqué, celui-ci s’investirait auprès de ses enfants dès leur plus jeune âge, assumerait les soins quotidiens avec la mère tout en continuant à pourvoir financièrement aux besoins de la famille. Ce modèle, dont l’émergence est consécutive à l’affirmation du principe d’égalité entre les hommes et les femmes, rompt avec les figures traditionnelles de la paternité, telle celle du pater familias ou celle du père effacé voire absent [Dermott, 2008]. Parce que les représentations culturelles reflètent et façonnent des images communément acceptées sur le rôle et la place du père au sein de la cellule familiale, elles méritent de retenir notre attention.

 Considérer la paternité comme une construction sociale et culturelle invite à s’intéresser à l’imaginaire entourant la figure paternelle et à ses différentes déclinaisons, positives autant que négatives. À partir des mythes du père idéal (et de ses contraires), plébiscités par le passé puis constamment renouvelés, il s’agira d’identifier les caractéristiques de ces archétypes circulant en Occident, d’appréhender les supports sur lesquels apparaissent ces images et les injonctions qui pèsent sur les hommes au moment où ils embrassent la paternité. Le modèle formé par Joseph à partir du XVe siècle [Payan, 2006], celui « des bons pères bons gouvernants » perpétué dans l’Empire à la même époque [Certin, 2011, p. 8] ou, à l’opposé, la figure repoussoir de Vautrin dans le Père Goriot traduisent une perpétuelle évolution des normes et des représentations. L’enjeu ici est donc de cerner les rapports que les hommes en âge de procréer entretiennent avec ces références et comment chaque individu parvient à se construire en imitant plus ou moins celles-ci ou en s’en démarquant. Il s’agira notamment de se pencher sur l’évolution des rapports entre paternité et « l’injonction de virilité » [A. Corbin, 2011, t. 2, p. 9] depuis la première modernité jusqu’à nos jours. Dans cette optique, des travaux traitant de la stérilité, du contrôle des naissances, de la bâtardise, ou de la capacité à engendrer des naissances multiples voire une famille nombreuse pourraient enrichir nos connaissances.

 En outre, on se penchera sur la manière dont la paternité investit la sphère publique au point qu’être père devient progressivement un des éléments définitoires d’un individu. Ainsi, en se donnant à voir comme le fondateur d’une longue lignée, le chef de famille expose au reste de la société sa capacité à donner la vie, à éduquer, à assumer économiquement les siens et à assurer la pérennité de son nom. En conséquence, il en retire un surcroît de pouvoir. Dès lors, interroger la communication des puissants sous l’angle de l’état florissant de la famille permettrait de mieux comprendre comment la paternité, pensée comme un relationnel privilégié d’un père à ses enfants, s’insinue dans le champ politique mais aussi s’affirme dans les milieux bourgeois voire populaires [Teuscher, 2004 ; Certin, 2011].

Bibliographie sélective

  • AVEZOU Laurent, « Louis XII. Père du peuple : grandeur et décadence d’un mythe politique, du XVIe au XIXe siècle », Revue historique, 2003/1 (n° 625), p. 95-125.
  • BASCHET Jérôme, Le Sein du père. Abraham et la paternité dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard, 2000.
  • BECCHI Egle, « Corpi infantili et nuove paternità : agli inizi delle puericultura », in Patrizia Guarnieri (dir.), Bambini e salute in Europa 1750-2000, in Medicina & Storia, rivista di storia della Medicina e della Sanità, IV, 7, 2004, p. 5-30.
  • BERTHIAUD Emmanuelle, « Attendre un enfant » : Vécu et représentations de la grossesse aux XVIIIe et XIXe siècles (France), thèse de doctorat, sous la dir. de S. Beauvalet, UPJV Amiens, 2011.
  • BROUGHTON Trev Lynn, ROGERS Helen, Gender and Fatherhood in the Nineteenth Century, Basingstoke/New York, Palgrave Macmillan, 2007.
  • CERTIN Aude-Marie,« Pères de la mémoire et mémoire des pères dans l’Empire à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne », Revue de l’IFHA [En ligne], 3 | 2011, URL : http://journals.openedition.org/ifha/196
  • CERTIN Aude-Marie, La cité des pères. Paternité, mémoire, société dans les villes méridionales de l’Empire du milieu du XIVe siècle au milieu du XVIe siècle (Nuremberg, Augsbourg, Francfort-sur-le Main), thèse de doctorat sous la dir. de P. Monnet et J.-C. Schmitt, EHESS, 2014 (à paraître).
  • CERTIN Aude-Marie (dir.), Formes et réformes de la paternité à la fin du Moyen Age et au début de l’époque moderne, Francfort, Peter Lang, 2016.
  • COHEN Antonin, « Le “père de l’Europe”. La construction sociale d’un récit des origines », Actes de la recherche en sciences sociales, 2007/1-2 (n° 166-167), p. 14-29.
  • CORBIN Alain, COURTINE Jean-Jacques et VIGARELLO Georges (dir.), Histoire de la virilité, Paris, Le Seuil, 2011, 3 vol.
  • CREST Aurélie du, Modèle familial et pouvoir monarchique (XVIe-XVIIIe siècles), Aix/Marseille, Presses universitaires d’Aix Marseille, 2002.
  • DELUMEAU Jean, ROCHE Daniel (dir.), Histoire des pères et de la paternité, Paris, Larousse, 1990.
  • DERMOTT Esther, Intimate Fatherhood: A Sociological Analysis, Londres, New York, Routledge, 2008.
  • DOYON Julie, ARMANI Sabine (dir.), L’Empire paternel. Familles, pouvoirs, transmission (Antiquité romaine, époque moderne), Genève, Georg, Coll. « L’Equinoxe », 2021.
  • KING, Margaret L., The Death of the Child Valerio Marcello, Chicago et Londres, The University of Chicago Press, 1994.
  • KNIBIEHLER Yvonne, Les pères aussi ont une histoire, Paris, Hachette, 1987.
  • HALLAMA Peter, « Histoire de la paternité aux XIXe et XXe siècles », Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe [en ligne], 2016, URL : https://ehne.fr/fr/node/12353
  • LEJEUNE Philippe, Aux origines du journal personnel France 1750-1815, Paris, H. Champion, 2016.
  • LETT Didier, L’enfant des miracles. Enfance et société au Moyen Age (XIIe-XIIIe siècle), Paris, Aubier, 1997.
  • LETT Didier (dir.), « Être père au Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 4, 1997.
  • PAYAN Paul, Joseph. Une image de la paternité dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 2006.
  • PIGNOT Manon, Allons enfants de la patrie. Génération Grande Guerre, Paris, Éd. du Seuil, 2012.
  • ROCHE Daniel, « L’amour paternel à Paris au XVIIIe siècle », Annales de démographie historique, « Mères et nourrissons », 1983, p. 73-80.
  • SHEPARD Alexandra, « From Anxious Patriarchs to Refined Gentlemen? Manhood in Britain, circa 1500–1700 », Journal of British Studies, Vol. 44, n° 2 (April 2005), p. 281-295.
  • STRANGE Julie-Marie, Fatherhood and the British Working Class, 1865-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 2015.
  • TEUSCHER Simon, « Parenté, politique et comptabilité. Chroniques familiales autour de 1500 (Suisse et Allemagne du Sud) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2004/4 (59e année), p. 847-858.
  • TOSH John, A Man’s Place. Masculinity and the Middle-Class Home in Victorian England, New Haven/Londres, Yale University Press, 1999.
  • VERJUS Anne, « La paternité au fil de l’histoire », Informations sociales, 2013, 176 (2), p. 14-22.

 Modalités de soumission des propositions

 Les propositions de communication doivent comprendre :

  • Un titre (même provisoire)
  • Un résumé d’une page maximum
  • Une courte présentation personnelle précisant l’université, le laboratoire de recherche, les thématiques de recherche et les principales publications.

 Les propositions doivent être envoyées à emmanuelle.berthiaud@u-picardie.fr et isaure.boitel@u-picardie.fr

 La date limite pour répondre à cet appel est fixée au 11 avril 2022.

 Les candidat.e.s seront informé.e.s de la décision au cours du mois de mai 2022.

 Modalités pratiques

 Le colloque se tiendra jeudi 1er et vendredi 2 décembre 2022 au Logis du Roy, Passage du Logis du roi, à Amiens (Haut-de-France). Les frais d’hébergement et de voyage ainsi que les repas seront pris en charge pour les intervenants. Le colloque donnera lieu à une publication, ce qui implique une remise des communications écrites en mars 2023.

Un compte twitter a été créé pour suivre l’actualité du colloque : @paternite2022

 Organisatrices

Emmanuelle Berthiaud (maîtresse de conférences en histoire moderne, CHSSC, UPJV)

Isaure Boitel (maîtresse de conférences en histoire moderne, CHSSC, UPJV)

Parution – Sylvie Moret Petrini, “L’enfance sous la plume.La diffusion de l’écriture éducative en Suisse romande, 1750-1820”, PUR, 2022

https://www.pur-editions.fr/product/5643/l-enfance-sous-la-plume

Systématiquement recommandée par les traités pédagogiques, l’observation des enfants se développe dès le milieu du XVIIIe siècle, dans le sillage des Lumières et de l’essor des sciences. Pères, mères, précepteurs et gouvernantes sont désormais exhortés à prendre la plume dans le cadre de leur mission éducative. Et ils ne sont pas les seuls. Enfants et jeunes gens se voient aussi fortement encouragés à tenir un journal, auquel on attribue de nombreuses vertus.

Fondé sur l’analyse d’une centaine de journaux personnels conservés dans les archives de Suisse romande, le présent ouvrage retrace l’émergence de ces nouvelles pratiques d’écriture, issues d’une ère de renforcement de la cellule familiale, et remonte aux modèles qui leur ont donné naissance. Il questionne également la perception que les acteurs de l’éducation ont de leurs rôles respectifs.

Cette écriture éducative traduit le nouveau regard porté sur l’enfant et sur son développement, ainsi que la pénétration des théories pédagogiques au sein des familles. Tout comme elle dévoile les dilemmes des parents, partagés entre fidélité aux principes prônés et impératifs sociaux. Incluant les jeunes scripteurs et scriptrices, elle permet de reconstituer l’expérience enfantine. On voit ainsi émerger l’enfant acteur de son éducation, fille ou garçon, qui au fil des pages revendique sa capacité à gérer, non seulement sa formation, mais sa propre existence.

La promotion du journal d’éducation dans le cadre d’une nouvelle vision de l’enfant

  • Un instrument de connaissance
  • Une promesse d’amélioration pour les enfants et les adolescents
  • Une théorisation du journal à bout touchant ?

Le journal éducatif aux mains des précepteurs et gouvernantes

  • Un désir naissant de professionnalisation
  • L’écriture éducative : source de légitimité
  • Adapter le journal éducatif de Stéphanie-Félicité de Genlis

Les parents et la plume

  • Responsabilités et sentiments : des rôles parentaux redéfinis
  • Écrire la maternité
  • La plume paternelle : entre observation et réflexion

Les enfants et l’écriture diaristique

  • Élaborer son journal
  • La plume émancipatrice

Parution – “Les transmissions religieuses face à la sécularisation”, n° 155, revue Histoire de l’éducation, 2021

Dossier

Anne Jusseaume et Sarah Scholl

Les transmissions religieuses face à la sécularisation Religious Transmissions in the Secular Age

Jean-Charles Buttier

L’enseignement de la morale pendant la Révolution française : un état des lieux historiographique Moral education during the French Revolution: a historiographical review

Charles Mercier

Les Journées mondiales de la jeunesse comme dispositifs de transmission religieuse (1985-2019) World Youth Days as a means for transmitting religion

Samuel Gicquel

La transmission religieuse dans les lycées catholiques bretons (XIXe-XXe siècles) Religious transmission in the Catholic educational institutions of Brittany (19th-21st centuries)

Bénédicte Toucheboeuf

Les changements dans la catéchèse des années 1960 en France : une rupture dans la transmission de la foi ? Changes in catechesis in the 1960s in France: a breach in the transmission of faith?

Émilie Pontanier

Choisir une école secondaire française à Tunis dans les années 2010 : stratégie sociale d’entre-soi ou liberté de conscience et transmission religieuse ? Choosing a French secondary school in Tunis in the 2010s: a social strategy for community-based exclusivity or freedom of conscience and religion?

Varia

Marcel Grandière

Entre demande sociale et conflits de pouvoirs : les écoles de Brissac en Anjou (vers 1450-1540) Between social demands and power conflicts. The schools of Brissac in Anjou (circa 1450-1540)

Karina Bénazech Wendling

De la charité religieuse au contrôle séculier de l’État : le rôle de l’Irish Society for Promoting the Education of the Native Irish through their own Language dans la mise en place d’une éducation nationale en Irlande (1800-1845) From religious charity to secular State control: the role of the Irish Society for Promoting the Education of the Native Irish through their own Language in the implementation of national education in Ireland (1800-1845)

Pascal Clerc

La formation d’un regard : la colonisation dans les manuels de géographie du secondaire (1873-1951) Shaping a viewpoint: colonization in secondary school geography textbooks (1873-1951)

Notes critiques

Thierry Kouamé

WEJWODA (Marek), Sächsische Rechtspraxis und gelehrte Jurisprudenz. Studien zu den rechtspraktischen Texten und zum Werk des Leipziger Juristen Dietrich von Bocksdorf (ca. 1410-1466) Hannovre, Hahn, 2012 (Monumenta Germaniae Historica. Studien und Texte, 54), XXX-318 p.

Sylvène Édouard

MORMICHE (Pascale), Le petit Louis XV. Enfance d’un prince, genèse d’un roi (1704-1725) Ceysérieu, Champ Vallon, 2018, 422 p.

Marie-Élise Hunyadi

MONNIER (Anne), Le temps des dissertations. Chronique de l’accès des jeunes filles aux études supérieures (Genève XIXe-XXe) Genève, Droz, 2018, 360 p.

Laurent Gutierrez

PALLUAU (Nicolas), La fabrique des pédagogues. Encadrer les colonies de vacances, 1919-1939 Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, 301 p.

Yves Verneuil

DALANÇON (Alain), DRAGONI (Josiane), DREVON (Jean-Michel) (coord.), BRESSAN (Eugenio), FÉRAY (Anne), LAFONTAN (Jean), LEIDET (Gérard), SPRINGSFIELDS (Marin), SZAJNFELD (Raphaël), Histoire de la FSU, t. 2 : dans la cour des grands (1997-2010) Paris, Syllepse, 2019, 281 p.

Jérôme Krop

DORISON (Catherine), CHEVALIER (Jean-Pierre), BELHADJIN (Anissa), ELALOUF (Marie-Laure), LOPEZ (Maryse), Des écoles normales à l’ESPÉ. Témoignages de formateurs Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2018, 237 p.

Résumés

Français/French : Partant du constat que les institutions religieuses et les initiatives qu’elles portent ont une place importante dans l’histoire de l’éducation, ce dossier analyse les modalités de la transmission religieuse, en particulier en milieu catholique mais non exclusivement, et en élargissant la perspective par rapport aux institutions scolaires. Sont examinés différents lieux, acteurs et événements qui concourent, en parallèle à la construction de l’école laïque et parfois en réaction à celle-ci, à maintenir et transformer le processus de transmission religieuse (savoirs, savoir-être, rituels et identités) à l’ère de la sécularisation. Les articles traitent d’une part de l’école et de son statut – privé ou public, religieux ou laïc – avec des exemples français, ainsi que l’étude d’un cas paradoxal, celui du choix par les parents d’un établissement français en Tunisie. Ils montrent que parents et institutions (État ou Églises) négocient, depuis la Révolution, pour conjuguer transmission scolaire, morale et religieuse ou areligieuse, et sont à la recherche de fragiles et provisoires compromis. D’autre part, les articles étudient des initiatives émanant des Églises pour contrecarrer la sécularisation et la laïcisation scolaire, tant en matière de réforme du catéchisme que d’événements comme les Journées mondiales de la jeunesse. Couvrant deux siècles d’histoire, ce dossier montre que la sécularisation de la société n’élimine pas la transmission religieuse, mais amène à une diversification de ses formes, avec un réinvestissement de l’espace public par les acteurs religieux.

English/Anglais : Building on the premise that religious institutions and the initiatives that they engender have an important place in the history of education, this special issue analyses the methods by which the various aspects of religious tradition and heritage are transmitted, in particular but not exclusively in Catholic milieus, by enlarging the perspective relative to educational institutions. We examine various places, actors and events that converge parallel to the construction of secular schools and sometimes in reaction to them, to maintain and transform the process of religious transmission (knowledge, soft skills and identities) in the period of secularization. The articles deal with schools and their status – private or public, religious or lay – with French examples, but also the study of a paradoxical case, in Tunisia, of parents choosing a French secular school for their children. They show that, since the Revolution, parents and institutions (state or church) have been negotiating to commingle educational, moral and religious or areligious transmission, in a search for fragile and temporary compromises. Simultaneously, the articles study initiatives emanating from churches to counter educational secularization and laicization, such as a reform of the catechism and events like the World Youth Day. Covering two centuries of history, this special issue shows that the secularization of society does not preclude religious transmission but leads to a diversification of its forms, with a renewed focus by religious actors into the public sphere.

Parution – Olivier Marty et Ray J. Amirault, “Nicolas de Condorcet. The Revolution of French Higher Education”, Springer, 2020

https://www.springer.com/gp/book/9783030435653

This Springer brief explores the contribution of Nicolas de Condorcet in French higher education, the historical development of his work and its influence on the history of the French education system.

Condorcet’s educational proposals were first devised as five Memoires, which were consolidated into the ‘Rapport et Projet de Decret sur l’Organisation Generale de l’Instruction Publique’. This report has sparked debate on the subject of education in the past and lives on as a basis for ongoing iterations of plans for education by other writers.
In developing these ideas and especially how they apply to higher education, this book bridges the gap between the 18th century French Enlightenment shift and the Revolution of higher education, with the advent of the Grandes Écoles such as École Normale Supérieure, École Polytechnique and Conservatoire National des Arts et Metiers. Each of these schools was represented by a specific institutionalized educational idea rooted in the works of the philosopher.

This book offers insights to a wider audience in the educational thought of Condorcet, which at the time of his writing was overshadowed by Rousseau, and shows how his ideas of liberty and equality flourish in the French educational system and remain an important part in today’s French academic, cultural and political culture.

Parution – Edward Janak, “A Brief History of Schooling in the United States. From Pre-Colonial Times to the Present”, Palgrave, 2019

https://www.palgrave.com/gp/book/9783030243968

This book presents a sweeping overview of the historical and philosophical foundations of schooling in the United States. Beginning with education among the indigenous peoples of the Americas and going on to explore European models of schooling brought into the United States by European colonists, the author carefully traces the arc of educational reform through major episodes of the nation’s history. In doing so, Janak establishes links between schools, politics, and society to help readers understand the forces impacting educational policy from its earliest conception to the modern day. Chapters focus on the philosophical, political, and social concepts that shaped schooling of dominant and subcultures in the United States in each period. Far from being merely concerned with theoretical foundations, each chapter also presents a snapshot of the “nuts and bolts” of schooling during each period, examining issues such as pedagogical devices, physical plants, curricular decisions, and funding patterns.

Parution – “Varia”, Revista Brasileira de História da Educação, v. 21 n. 1 (2021)

https://periodicos.uem.br/ojs/index.php/rbhe/issue/view/1865

Artigos / Articles

Parution – Axel Hörstedt, “Latin Dissertations and Disputations in the Early Modern Swedish Gymnasium. A Study of a Latin School Tradition c. 1620-c 1820”, Göteborgs universitet, 2018

https://gupea.ub.gu.se/handle/2077/55897

This study is concerned with Latin dissertations and disputations in the early modern Swedish gymnasium in the period c. 1620 – c. 1820. Interest in early modern academic dissertations and disputations has increased during the last few decades and has generated a number of studies, while, on the other hand, gymnasial dissertations and disputations have not earned any scholarly attention at all, which makes this study the first of its kind. The aim is to give an overview of the practice of disputations in Swedish gymnasiums and also (to some extent) in primary schools. Characteristics and functions of printed gymnasial dissertations are analyzed and discussed, through consideration of typographic appearance, distribution in time, and choice of subject, as well as the role of the different participants (respondent, opponent, praeses and audience) and the question of authorship. Particular attention is paid to the social role of gymnasial dissertations by examination of paratexts (social peritexts), such as dedications, prefaces and congratulatory poetry. The primary material consists of almost 790 printed dissertations. The study contributes to our understanding of disputation culture and dissertations in general, by adding the gymnasial aspect of early modern Swedish dissertations and disputations, a previously overlooked text type. Numerous texts samples of the Neo-Latin used in gymnasial dissertations are also given. It is concluded that the act of disputation was an important didactic element in early modern Swedish education from the early seventeenth century until the beginning of the nineteenth century. Subjects of gymnasial dissertations corresponded to a high degree with the subjects of the gymnasial curriculum. The study covers a period of roughly two hundred years, meaning that it has been possible to notice diachronic changes in the material regarding choice of subjects as well as typographical features. Gymnasial dissertations in the seventeenth century were in general comprehensive, academic-like works which often included paratexts (dedications, congratulatory verses etc.). However, by the mid-eighteenth century almost all dissertations were short theses without paratexts. This study also provides a catalogue of printed gymnasial dissertations from the beginning of the 1620s to 1799.

Parution – Christoffer Åhlman, “Mötet med det skrivna ordet: Kvinnors läsande och skrivande under 1700-talet” [La rencontre avec l’écrit : la lecture et l’écriture des femmes au XVIIIe siècle], Uppsala University Publications, 2019

http://uu.diva-portal.org/smash/record.jsf?pid=diva2%3A1339304&dswid=6898

This thesis study how women in 18th century Sweden used reading and writing and how these skills could be a source of income. Historians have studied how many could read during this period or how writing was taught in the parish school. How these skills were used have, however, been overlooked. The main questions are: How, and in which circumstances, did women use reading and writing? Who were these women? What type of return did reading and writing have?

To study how literacy was used is not without difficulty. The traces are often scattered in different types of source material. Several types of sources material have therefore been analyzed. Material like moving certificates, funeral sermons, personals, account books, verifications, church protocols, contracts, court records, recipes amongst others have been used.

This thesis shows that women used reading and writing in different ways. There were not a question of one type of literacy but different types of literacies – it depended on the situation. A writing ability that was limited in one situation could be sufficient in another. By focus on social practice, this thesis argues that women´s reading and writing could have different types of return depending on individual and situation.

Parution – Renaud d’Enfert et Virginie Fonteneau (dir.), “L’offre locale d’enseignement scientifique et technique. Approches disciplinaires (XVIIIe-XXe siècle)”, Presses universitaires de Nancy – Editions Universitaires de Lorraine, 2020

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100450380

En portant l’attention sur les lieux de production et de transmission des savoirs, en redonnant toute leur place aux acteurs locaux et aux configurations territoriales, cet ouvrage met en évidence un système d’enseignement scientifique et technique moins rigide et moins cloisonné, mais aussi plus riche et plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. Il conduit à se départir d’une conception encore trop mécaniste de la mise en œuvre et des effets des politiques nationales comme de l’action des élites savantes, du XVIIIe au XXe siècle. Il se veut ainsi une invitation à se saisir d’une démarche qui renouvelle le regard sur les dynamiques à l’œuvre, tant au niveau des acteurs, individuels et collectifs, que des institutions et des savoirs qui s’y enseignent et s’y apprennent.

Parution – Italo Birocchi (dir.), “La Facoltà di giurisprudenza dell’università di Cagliari”, tome I, “I. Dai progetti cinquecenteschi all’Unità d’Italia” [La faculté de droit de l’université de Cagliari, tome 1, Des projets du XVIe siècle à l’unification de l’Italie], ETS, 2018

http://www.edizioniets.com/scheda.asp?n=9788846752215

Français

Dans une double perspective, le livre raconte l’histoire de la faculté de droit de Cagliari depuis les plans de fondation de l’université au XVIe siècle jusqu’à l’unification de l’Italie : comme lieu de formation des juristes et, en étroite corrélation, comme carrefour pour l’accès aux postes et aux professions et pour une position privilégiée au sein de la polis. D’où les questions qui concernent, d’une part, les aspects de l’enseignement (le nombre d’étudiants, les cours, la fréquentation des conférences, les manuels, les bibliothèques, les examens, du point de vue des étudiants ; le recrutement, les engagements académiques, les outils pédagogiques, les horizons scientifiques et les méthodes, du point de vue des enseignants) ; d’autre part, l’impact sur le tissu social, selon des courants culturels dont la Faculté est l’expression et qu’elle contribue à son tour à mettre en œuvre. Même en temps de crise, la Faculté a fonctionné comme un dépositaire de connaissances juridiques, a communiqué avec le monde des professions et des institutions, et a formé des élites.

Premier volume d’une histoire qui se poursuivra jusqu’à nos jours, et fruit de la collaboration de chercheurs aux compétences différentes, le livre aborde les principaux problèmes historiographiques avec de nouvelles recherches archivistiques et une approche comparative : la ferveur après la fondation, la réduction de sa fonction dans les décennies suivantes, la refondation laborieuse par Bogini, les juristes “jacobins”, la faculté de masse dans les années autour de la “fusion parfaite”. Et, tout en reconstruisant un itinéraire dont le thème dominant semble être celui de la formation du juriste de droit national, il propose également de nouvelles questions.

Italien

Sotto una duplice angolazione il libro racconta la storia della Facoltà di Giurisprudenza di Cagliari dai progetti cinquecenteschi di fondazione dell’ateneo fino all’Unità: come luogo di formazione del giurista e, in stretta correlazione, come momento di snodo per l’accesso alle cariche, alle professioni e per una collocazione privilegiata entro la polis. Da qui le domande che riguardano, da un lato, gli aspetti dell’insegnamento (il numero degli studenti, i corsi, la frequenza alle lezioni, i manuali, le biblioteche, gli esami, dal punto di vista dei discenti; il reclutamento, gli impegni accademici, gli strumenti didattici, gli orizzonti scientifici e di metodo, nell’ottica dei docenti); dall’altro gli impatti nel tessuto sociale, secondo indirizzi culturali di cui la Facoltà era espressione e che a sua volta contribuiva a implementare. Anche nei momenti di crisi, essa operava come deposito di conoscenza giuridica, dialogava con il mondo delle professioni e delle istituzioni, formava le élites.

Primo volume di una storia che arriverà fino ai giorni nostri e frutto della collaborazione di studiosi dalle competenze diverse, il libro affronta con nuove ricerche archivistiche e con sguardo comparatistico i principali problemi storiografici: il fervore dopo la fondazione, la reductio della sua funzione nei decenni successivi, la faticosa rifondazione boginiana, i giuristi “giacobini”, la Facoltà di massa negli anni a ridosso della “fusione perfetta”. E, mentre ricostruisce un itinerario in cui il tema dominante appare quello della formazione del giurista del diritto patrio, propone anche questioni nuove.

Parution – Mariano Peset y Jorge Correa (dir.), “La Facultad de Derecho de Valencia, 1499-1975”, PU Valencia, 2018

https://puv.uv.es/la-facultad-de-derecho-de-valencia-1499-1975.html?___store=espanyol&___from_store=valencia

Français

L’objectif de ce volume est de montrer l’histoire de la faculté de droit depuis ses origines jusqu’à la mort du général Franco. Il traite des moments les plus importants de la trajectoire pluriséculaire des études juridiques à l’université de Valence : la création des facultés à la naissance de l’Estudi General de València ; les premiers professeurs ; les plans d’études de l’époque baroque ; l’augmentation des effectifs et le développement de l’enseignement au siècle des Lumières, avec la figure de proue de Gregorio Mayans ; l’unification des études au XIXe siècle et l’apparition de la faculté de jurisprudence ; la Restauration et les figures les plus emblématiques, avec les modifications des plans d’études ; la Seconde République, la guerre civile et le régime franquiste, avec la répression et l’exil ; et ainsi de suite. Il s’agit d’un ouvrage de plus de cinq cents pages, abondamment illustré, auquel ont collaboré plus d’une dizaine de spécialistes de l’histoire universitaire sous la coordination des professeurs Mariano Peset et Jorge Correa.

Espagnol

El objetivo de este volumen es mostrar la historia de la Facultad de Derecho desde sus orígenes hasta la muerte del general Franco. Aborda los momentos más importantes de la trayectoria plurisecular de los estudios jurídicos dentro de la Universitat de València: la creación de las facultades en el nacimiento del propio Estudi General de Valencia; los primeros catedráticos; los planes de estudio de la época barroca; el incremento de la matrícula y el desarrollo de las enseñanzas durante la Ilustración, con la figura capital de Gregorio Mayans; la unificación de los estudios en el siglo XIX y el surgimiento de la Facultad de Jurisprudencia; la Restauración y las figuras más emblemáticas, con las modificaciones de los planes de estudio; la Segunda República, la guerra civil y el franquismo, con la represión y el exilio; etc. Se trata de una obra de más de quinientas páginas, profusamente ilustrada, en la que han colaborado más de una docena de especialistas en historia de las universidades bajo la coordinación de los profesores Mariano Peset y Jorge Correa.

Parution – “Images, discourses and texts in history of Education. Current methodological challenges”, revue Historia y Memoria de la Educación, No. 10 (2019)

http://revistas.uned.es/index.php/HMe/issue/view/1270

Introduction

Special Issue

Historical Researches

Parution – Josefina Méndez Vázquez et Francisco Chacón Jiménez, “Historiar la éducacion de la mujeres en tiempos de cambio (siglos XVII-XX)” [Historiciser l’éducation des femmes en période de changement (XVIIe-XXe siècles)], Comares, 2020

https://www.comares.com/libro/historiar-la-educacion-de-las-mujeres-en-tiempos-de-cambio-siglos-xvii-xx_129266/

Français

Ce livre vise à historiciser, à travers une pluralité de réflexions analytiques aux approches novatrices, le processus évolutif de l’éducation féminine synchronisé avec les changements idéologiques, politiques et institutionnels, affectés par la transversalité des mentalités.

L’ensemble des propositions des auteurs, avec leurs propres critères de recherche et catégories d’analyse, nous permet de tracer un itinéraire qui révèle comment les femmes ont été éduquées du XVIe siècle à la Deuxième République. Des études qui ont abordé le sujet sous différents angles et qui mettent en évidence l’incidence des changements temporels en termes de discours politiques sur la domesticité, de pédagogies adoptées et d’institutions éducatives faisant partie des systèmes chargés de l’éducation des femmes au cours des quatre siècles en question.

De même, d’une certaine manière, ils désignent l’idéologie politique sur la condition des femmes et leur accès à la connaissance, le degré d’implication – en termes de scolarisation de la population féminine – des organes gouvernementaux et du cadre institutionnel, ainsi que de la société elle-même qui a servi de cadre, comme les principales causes de la déficience séculaire de l’éducation reçue par les femmes, et des inégalités par rapport aux hommes.

De cette manière, les contributions de ce volume ont permis de construire une séquence historique pour rendre visible l’évolution de l’éducation féminine dans la période étudiée. Une histoire qui est également susceptible de devenir le point de départ d’une enquête sur le nombre de facteurs examinés qui subsistent dans les sociétés d’aujourd’hui, comme autant de vetos qui empêchent la réalisation d’une égalité effective dans l’éducation des femmes.

Espagnol

Este libro pretende historiar, mediante una pluralidad de reflexiones analíticas con planteamientos innovadores, el proceso evolutivo de la educación femenina sincrónico a los cambios ideológicos, políticos e institucionales, afectados por la transversalidad de las mentalidades.

La totalidad de las propuestas de las autoras, con sus propios criterios de investigación y categoría de análisis, permiten trazar un itinerario que desvela cómo fueron educadas las mujeres desde el Seiscientos a la Segunda República. Estudios que han abordado el tema desde varias perspectivas, y que ponen de manifiesto la incidencia de los cambios temporales en cuanto a los discursos políticos sobre las domesticidades, las pedagogías adoptadas, y las instituciones docentes que formaron parte de los sistemas que tenían a su cargo la educación de las mujeres en los cuatro siglos contemplados.
Asimismo, de alguna manera, señalan al ideario político acerca de la condición de las mujeres y su acceso al conocimiento, al grado de implicación -en cuanto a escolarización de la población femenina- de las instancias gubernativas y del entramado institucional, así como a la propia sociedad que le sirvió de marco, como causas principales de la secular educación deficiente recibida por las mujeres, y de las desigualdades con respecto a la masculina.

Con ello, las contribuciones que integran este volumen han permitido construir una secuencia histórica para visibilizar el devenir de la educación femenina en el periodo estudiado. Una historia susceptible también de constituirse en el punto de partida para indagar cuántos de aquellos factores revisados todavía permanecen en las sociedades actuales, a modo de vetos que impiden alcanzar la igualdad efectiva en la educación de las mujeres.

Parution – Vladislav Rjéoutski et Willem Frijhoff (eds.), “Language Choice in Enlightenment Europe. Education, Sociability, and Governance”, De Gruyter, 2018

This multinational collection of essays challenges the traditional image of a monolingual Ancient Regime in Enlightenment Europe, both East and West. Its archival research explores the important role played by selective language use in social life and in the educational provisions in the early constitution of modern society. A broad range of case studies show how language was viewed and used symbolically by social groups – ranging from the nobility to the peasantry – to develop, express, and mark their identities.

https://www.degruyter.com/document/doi/10.1515/9789048535507/html

Parution – Nicola McLelland et Richard Smith (eds.), “The History of Language Learning and Teaching”, volume 1, “16th-18th Century Europe”, Legenda, 2018

This three-volume set brings together current research in the history of language learning and teaching (HoLLT) in Europe and beyond. Providing the first overview of research in the field, it will be an indispensable reference for teachers, teacher educators and all those interested in the history of language learning and teaching and the history of applied linguistics avant la lettre.

Volume I presents the history of how languages were learnt and taught across Europe, from Russia and Scandinavia to the Iberian peninsula, up to about 1800. Case studies deal with the teaching and learning of French, Italian, German and Portuguese, as well as Latin, still the first ‘foreign language’ for many learners in this period.

Nicola McLelland is Professor of German and History of Linguistics at the University of Nottingham. She has published widely in the history of German linguistics and the history of language learning, and is co-editor of the journal Language & History.

Richard Smith is a Reader in English Language Teaching and Applied Linguistics at the University of Warwick. Founder of the Warwick ELT Archive and the AILA Research Network on History of Language Learning and Teaching, he has been active in the fields of historical research and teacher-research in language education.