Parution – Côme Simien, « Culture des humbles et culture de l’écrit. De quelle(s) intermédiation(s) culturelle(s) les maîtres d’école villageois du siècle des Lumières furent-ils les agents ? », n° 18, Cahiers d’histoire de la Révolution française, 2020.

Le présent article se propose d’interroger plusieurs hypothèses formulées par Michel Vovelle à l’égard de l’accès des humbles à la culture écrite et du rôle du maître d’école comme « intermédiaire culturel » au xviiie siècle. Les enseignants du monde rural français assurèrent-ils la descente dans le corps social d’une culture voulue par les élites pour le peuple ? Comment expliquer la diffusion accélérée des écoles dans le monde rural à partir de la seconde moitié du xviiie siècle ? Serait-ce le fruit de la diffusion des idées des Lumières au village ? Comment comprendre l’absence de corrélation entre taux d’alphabétisation et couverture du territoire en écoles ? L’état actuel des connaissances nous permet de proposer quelques réponses à ces questions : la place singulière acquise par l’école au sein des communautés villageoises explique bien plus que l’influence des Lumières le nombre accru d’écoles au xviiie siècle ; elle limitait de fait aussi la capacité des maîtres à jouer un rôle de médiateur des idées nouvelles au village.

Parution – Jussi Välimaa, « A History of Finnish Higher Education from the Middle Ages to the 21st Century », 2020.

This book unravels the origins, continuities, and discontinuities of Finnish higher education as part of European higher education from the Middle Ages to the 21st century. It describes the emergence of universities in the Middle Ages and the Finnish student, and  moves on to the Reformation and the end of Swedish rule. It then discusses the founding of the Royal Academy of Turku, its professors and governing bodies, its role as a community, student numbers, the research and controversies. Travelling through the age of autonomy, the first decades of independence and the Second World War, the book examines the expansion of higher education, the development of the system, and the establishment of polytechnics. It concludes by analysing the multiple institutional and organisational layers of Finnish higher education. Altogether, the book offers an historical study that shows how and why education and higher education have been important in the process of making the Finnish nation and nation state.

Parution – Fabian Waßer, « Von der « Universitätsfabrick » zur « Entrepreneurial University » Konkurrenz unter deutschen Universitäten von der Spätaufklärung bis in die 1980er Jahre »

Wettbewerb unter Hochschulen ist seit der Exzellenzinitiative auch in Deutschland in aller Munde. Bei der interuniversitären Konkurrenz handelt es sich jedoch keineswegs um ein neues Phänomen: In einem historischen Längsschnitt von der Spätaufklärung bis in die 1980er Jahre hinein zeichnet Fabian Waßer kompetitive Praktiken deutscher Universitäten nach. Aufbauend auf Georg Simmels triadischem Konkurrenzmodell stehen dabei Fragen nach den am Wettbewerb beteiligten Akteuren, den Prämien der Konkurrenz und den schiedsrichterlichen Instanzen, die über die Verteilung derselben entscheiden, im Vordergrund.

Im Fokus der Untersuchung stehen Umbruchphasen, in denen sich neue Wettbewerbsordnungen etablierten: die Epoche von der Gründung der Aufklärungsuniversität Göttingen bis zu den Humboldtschen Bildungsreformen sowie das Kaiserreich und das « Dritte Reich », aber auch die « langen 1960er Jahre » und der Beginn der « Ära Kohl » in den 1980er Jahren. Im Vergleich wird deutlich, dass sich der Wettbewerb bei einer Verknappung der Prämien verschärfte und Zeiten starken Konkurrenzdrucks mit Phasen eines nur schwach ausgeprägten Wettbewerbs abwechselten.

JE – « Pierre Jartoux (1169-1720), jésuite originaire d’Embrun, scientifique en Chine », 8 août 2020 (Embrun, Hautes-Alpes)

Le samedi 8 août 2020, à Embrun (Hautes-Alpes), se tiendra une journée d’étude sur l’activité des jésuites scientifiques en Chine aux XVIIet XVIIIsiècles, à partir du cas particulier du père Pierre Jartoux (Embrun, 1669 – Pékin, 1720), avec la participation d’universitaires, historiens et archivistes, est organisée par le diocèse de Gap et Embrun, en partenariat notamment avec la ville et le Pays S.U.D.

Ce colloque se tient en présence de Mgr Xavier Malle, évêque du diocèse de Gap (+Embrun), de S.E. le cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque émérite de Bordeaux et de Mgr Georges Colomb, évêque du diocèse de La Rochelle et Saintes.

  • 8 h 45 : accueil
  • 9 h : ouverture du colloque par madame Chantal Eyméoud, vice-présidente du Conseil Régional, maire d’Embrun Ou Mme Jehanne Marrou, adjointe chargée de la culture
  • 9 h 15 Introduction Bernard Busser, président de la journée
  • 9 h 30 L’aventure d’une vie, le père Pierre Jartoux, d’Embrun à la Chine Pierre Jartoux, ingénieur Arts et Métiers
  • 10 h 15 Les pères jésuites haut-alpins dans l’histoire du diocèse de Gap, Père Pierre Fournier, prêtre du diocèse de Gap, historiographe diocésain
  • 11 h 15 Jean-Joseph Rossignol (1726-1815) : de La Vallouise au monde, un itinéraire jésuite, Luc-André Biarnais, Archiviste diocésain
  • 12 h : table ronde, échanges avec le public.
  • 12 h 30 : buffet offert, sur place.
  • 14 h 15 Messe du samedi à la cathédrale Notre-Dame du Réal pour ceux qui le souhaitent. 
  • 15 h 30Le parcours du père Jartoux en Chine, Isabelle Landry, Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine et École des Hautes Études en Sciences Sociales
  • 16 h 15 Le rôle des collèges jésuites dans l’élan missionnaire de la France au XVIIe siècle, Françoise Fauconnet-Buzelin, chargée de recherches aux Missions Étrangères de Paris.
  • 17 h : pause
  • 17 h 30 Un mathématicien en Chine au XVIIe siècle, Anne Tarpent, professeur de mathématiques en retraite. Auteur de recherches historiques en musique et en sciences
  • 18 h 15 Construire des ponts dans un monde divisé : les jésuites en Chine, nos contemporains, Wu Huiyi, historienne à Cambridge et au Centre d’étude Chine moderne EHESS Paris
  • 19 h : table ronde, échange avec le public.
  • 19 h 30 : conclusion du colloque.

Publication – Vincent Bourdeau, Jean-Luc Chappey et Julien Vincent (dir.), « Les encyclopédismes en France à l’ère des révolutions (1789-1850) », PU de Franche-Comté, 2020.

Après la Révolution française, l’idée d’encyclopédie prend une extension considérable. Jusqu’au Printemps des peuples de 1848, elle est indissociable de l’idée de république universelle, et se trouve au cœur d’une multiplicité d’enjeux pour la reconstruction institutionnelle, intellectuelle et politique de la société postrévolutionnaire. C’est à la singularité de ce moment (1789-1848) dans l’histoire longue de l’encyclopédisme que sont consacrées les différentes contributions de ce volume. Loin de se limiter à un moment de l’histoire des sciences, l’encyclopédisme nous révèle la manière dont les sociétés modernes se représentent elles-mêmes et s’instituent politiquement.

Publication – Liam Chambers et Thomas O’Connor (eds.), « College communities abroad. Education, migration and Catholicism in early modern Europe », 2017.

This book repositions early modern Catholic abroad colleges in their interconnected regional, national and transnational contexts. From the sixteenth century, Irish, English and Scots Catholics founded more than fifty colleges in France, Flanders, Spain, Portugal, the Papal States and the Habsburg Empire. At the same time, Catholics in the Dutch Republic, the Scandinavian states and the Ottoman Empire faced comparable challenges and created similar institutions. Until their decline in the late-eighteenth century, tens of thousands of students passed through the colleges. Traditionally, these institutions were treated within limiting denominational and national contexts. This collection, at once building on and transcending inherited historiographies, explores the colleges’ institutional interconnectivity and their interlocking roles as instruments of regional communities, dynastic interests and international Catholicism.

Publication – Mirella D’Ascenzo, « Tutti a scuola? L’istruzione elementare nella pianura bolognese tra Otto e Novecento », 2013.

Il volume raccoglie studi ‘di caso’ sulla genesi e diffusione dell’istruzione elementare presso alcuni Comuni della pianura bolognese specie dopo l’Unità, svolti attraverso accurate indagini archivistiche su fonti di prima mano finora inesplorate. Sono emersi protagonisti e vicende pressoché sconosciute, ma degne di rilievo in quell’impresa che ha visto i ceti dirigenti impegnati a ‘fare gli italiani’ nella lotta all’analfabetismo attraverso, soprattutto, la scuola. Ecco così tutto un pullulare di amministratori locali e nazionali, di maestre e di maestri, di famiglie e di alunni tesi alla conquista dell’alfabeto, sullo sfondo di una vita materiale della scuola caratterizzata da lunghe durate e persistenze di prassi didattiche, edifici ed arredo scolastico, nella dialettica costante tra scuola legale voluta dall’alto e scuola reale raccontata dalle relazioni e dai documenti d’archivio, testimoni muti e severi della Storia. La ricerca ha così evidenziato diverse storie della scuola locali nell’ottica ‘tra centro e periferia’, evidenziando la frequente richiesta di istruzione ‘dal basso’ delle popolazioni locali e l’impegno non secondario dei ceti dirigenti locali nella promozione della cultura e dell’istruzione, pur nelle difficoltà dell’effettiva frequenza scolastica da parte degli alunni, largamente coinvolti nei lavori agricoli e domestici. Ne è emerso un affresco politico, sociale e scolastico colorato e complesso, che arricchisce le conoscenze sulla storia della scuola non solo bolognese, ma dell’intero Paese.

Publication – Antonella Cagnolati, Antonio Francisco Canales Serrano (dir.), « Women’s Education in Southern Europe. Historical perspectives (19th-20th century) », 3 tomes, Aracne editrice, 2017.

“Speaking out from the South in their own voice” means pursuing two courses of action. Firstly, it means describing these hitherto little–known situations; and secondly, it means offering interpretations based on the situations themselves, and which are thus adapted to the specific historical experiences being recounted. The contributions contained herein describe the anxieties, hesitations, contradictions and paradoxes which characterise the process of incorporating women into the education system in Greece,Portugal, Italy and Spain, highlighting the similarities which exist between the cases. And they do so in a diverse range of dimensions and areas, from the studies and professional practice of female primary teachers and the presence of girls in secondary education, a field traditionally reserved for boys, to non formal and informal educational institutions.

Publication – Roberto Sani, « Storia dell’educazione e delle istituzioni scolastiche nell’Italia moderna », Franco Angeli, 2015.

La prima parte di una più ampia storia dell’educazione e delle istituzioni scolastiche nell’Italia moderna e contemporanea, destinata a completarsi con la pubblicazione di un volume dedicato ai secoli XIX e XX. Il testo offre una ricostruzione delle principali tappe che hanno contrassegnato l’evoluzione dei modelli educativi e tenta di ‘rileggerne’ taluni passaggi fondamentali alla luce delle categorie interpretative proposte dalla più recente storiografia sociale e religiosa italiana ed europea.

Parution – Véronique Castagnet-Lars (dir.), « Les associations d’élèves et d’étudiants. Entre socialisation et apprentissage (XVIe-XXe siècles), 2020.

Résumé

Dans une historiographie sur les élèves en plein renouvellement, l’étude des modalités de leur regroupement organisé par les institutions éducatives et leurs membres permet de mettre en évidence un autre axe d’apprentissages favorisés par des relations fraternelles, éminemment contrôlées toutefois par les pédagogues et les responsables scolaires.

La réflexion collective s’attache à l’analyse de ces structures, à leur organisation et leur fonctionnement quotidien tel qu’il paraît pris en charge, pour une large part, par les élèves eux-mêmes. Les autorités éducatives (politiques et religieuses) de l’époque moderne se saisissent de ces associations afin de prolonger hors du temps scolaire et après l’âge scolaire, avec éventuellement une radicalisation des formes d’expression, les effets de l’éducation développée dans les collèges d’Ancien Régime, jésuites et oratoriens.

Pour d’autres autorités des XVIIe-XXe siècles, reconnaître ces associations c’est permettre aux élèves de s’initier à une vie politique, soit au sein de cette association – et la question du fonctionnement de nature démocratique est un élément à prendre en compte –, soit à l’extérieur dans la cité. Les structures réunissent alors élèves et étudiants en leur donnant une visibilité, une voix. Enfin, encourager des pairs à s’associer concourt à créer une solidarité, des réseaux professionnels ou syndicaux, voire une culture d’établissement, entre adultes.

AàC – Idées reçues et nouvelles pistes de réflexion sur Grégoire Girard et l’histoire de l’éducation en Suisse (Fribourg, 17 avril 2021)

La littérature consacrée à Grégoire Girard (1765-1850), depuis plus de deux siècles, s’avère particulièrement riche et la trajectoire comme l’œuvre de ce scientifique semblent désormais éprouvées. Il serait toutefois regrettable de s’arrêter en route, puisque de très nombreuses pièces d’archives (correspondance, écrits divers, etc.) attendent encore d’être traitées. Par ailleurs, l’historiographie progresse et s’est dotée ces dernières années d’outils efficients qui permettent de réévaluer ou de complexifier les recherches rédigées dès la disparition du cordelier.

Dans cette perspective, le Cercle d’études Grégoire Girard organise un symposium le samedi 17 avril 2021 afin de dresser un état des lieux des études girardiennes, et en filigrane pour poser de nouvelles interrogations sur l’histoire de l’éducation en Suisse. Cet événement cherchera plus particulièrement à valoriser des investigations originales et à ouvrir des chantiers de recherche inédits.

Ce symposium se présentera sous une forme particulière – un peu différente d’un colloque – avec la présentation en maximum 15 minutes d’une thèse, d’une hypothèse, d’un positionnement ou d’un questionnement original sur l’œuvre philosophique, théologique, économique, architecturale, pédagogique, scientifique du Père Girard.

Dans cette perspective, les contenus suivants seront particulièrement appréciés :

  • une problématique, un axe de lecture original qui permettent d’interroger l’œuvre ou la trajectoire de Girard à nouveaux frais ;
  • une relecture ou une réinterprétation à partir d’une source originale, peu ou pas connue ;
  • une prise de position qui révèle une nouvelle lecture ou récuse une idée reçue ;
  • tout élément qui permettra de réévaluer un aspect ou d’initier une réflexion neuve sur Girard
  • mais aussi sur l’histoire de l’éducation suisse des 18e et 19e siècles.

Les propositions de maximum 400 mots, accompagnées d’un bref CV, sont à adressées d’ici au 1er novembre 2020 à l’adresse : cerclegregoiregirard@hotmail.com. Une réponse vous sera donnée le 11 janvier 2021. Les langues du symposium sont le français, l’allemand et l’anglais. Pour information, les contributions seront vraisemblablement publiées dans une collection à définir, sous la forme d’articles dynamiques de max. 25’000 signes (normes APA).

Publication – Pour une histoire renouvelée des élèves (XVIe- XXe siècles) Volume 2 : sources et méthodes

Histoire de l'éducation n° 151
 
Dans la continuité du numéro 150 qui proposait cinq bilans historiographiques sur l’histoire des élèves, ce numéro présente cinq contributions qui insistent davantage sur les questions liées aux archives, aux sources imprimées et aux enquêtes statistiques, et qui mettent en avant les dimensions méthodologiques de l’écriture de cette histoire. Les sources sur les élèves sont souvent lacunaires et indirectes. Écrites par des adultes pour d’autres adultes, les sources administratives rendent compte d’une situation ou aident à la prise de décision. Les élèves sont bien présents, mais à l’arrière-plan, comme unités de compte révélant la bonne santé ou la crise d’un établissement. C’est à partir du croisement de sources diverses, permettant d’associer données nationales et réalités départementales ou locales, archives et textes imprimés, que l’on peut retrouver l’élève, comme le montrent les contributions de Dominique Julia, Jean le Bihan et de Solenn Huitric. Les mémoires, autobiographies et souvenirs étudiés par Pierre Caspard, si l’on dépasse leur individualité par leur mise en corpus, en disent aussi beaucoup sur la vie d’élève. L’historien peut également bénéficier de la collecte de données et de la constitution de larges bases par les services du ministère de l’Éducation nationale, comme les panels d’élèves mis en place depuis les années 1960 et présentés par Jean-Paul Caille et Jérôme Krop.

Parution – « Pour une histoire renouvelée des élèves (XVIe-XXIe siècles) », volume 1, « Approches historiographiques », revue Histoire de l’éducation

ENS Lyon, IFé, 2019.

L’histoire des élèves, tout en existant, a longtemps été le parent pauvre des travaux en histoire de l’éducation alors que les autres acteurs éducatifs étaient bien davantage travaillés (enseignants, étudiants, administrateurs etc.), tout comme le cadre législatif (les grandes lois, les réformes), les savoirs scolaires et les idées et méthodes pédagogiques. L’élève a longtemps été perçu au travers du seul prisme des représentations que délivrent les textes prescrits (définition d’un élève modèle), les témoignages littéraires et les récits de vie souvent écrits a posteriori ou les documents iconographiques. Il a ensuite été pris en considération mais comme unité de compte dans une volonté forte de disposer de statistiques sur la scolarisation et ses différentes formes selon les filières existantes. À partir du début des années 1990 cependant, les historiens, comme les sociologues, se saisissent davantage de cet acteur central des réalités scolaires qu’est l’élève pour étudier ses caractéristiques, sa vie quotidienne mais aussi ses perceptions et ses engagements dans la vie de l’établissement et dans la vie de cité. Ce numéro propose cinq approches historiographiques qui permettent de mettre en perspective l’évolution de la recherche sur l’histoire des élèves en France (époque moderne puis contemporaine), en Italie, dans trois pays de langue germanique et aux États-Unis.

Publication – Pierre-Jean Souriac (dir.), « Du collège de la Trinité au lycée Ampère : 5 siècles d’histoire »

Ce livre revient sur l’histoire d’une institution scolaire qui débuta avec l’école des Trinitaires en 1519 et continue en 2019 avec le lycée Ampère. 500 ans… Rares sont les établissements scolaires qui peuvent se prévaloir d’un tel record de longévité. Les auteurs proposent plusieurs visages de cet établissement au cours de ses 500 ans d’histoire et de pédagogie. La concentration en un seul lieu des hommes et des instruments utiles à la recherche entraîna là une densification des pratiques intellectuelles. Au collège de la Trinité enrichi d’une bibliothèque, d’un médaillier et d’un observatoire, les nombreuses et diverses collections et la qualité des études dispensées donnèrent aux murs ces lettres de noblesse séculaires. Lycée Ampère depuis 1888, cette institution est un bel exemple de ces collèges de l’Ancien Régime devenus lycées impériaux selon la volonté de Napoléon, et des accomplissements d’une communauté, celle des jésuites, qui en fit dès sa création un espace culturel complexe où florissait le savoir. Les bâtiments du collège de la Trinité se trouvent encore aujourd’hui sur les bords du Rhône et sont utilisés comme lycée à l’usage des jeunes Lyonnais. De nombreuses personnalités, à toutes les époques, se flattèrent et se réjouissent encore d’y avoir reçu les bases d’un enseignement de qualité.

Publication – Quelques articles intéressants récemment parus dans diverses revues

Colloque – Parcours de formation et mobilités géographiques : modèles, instruments, stratégies. (France et empire colonial français, XVIIIe-XXIe siècles) (Bordeaux, 13-14 juin 2019)

Ce colloque souhaite mettre en lumière la façon dont les mobilités participent, conjointement avec le déploiement d’une offre géographiquement située, à la structuration sociale et territoriale du système d’enseignement et plus largement d’une société où s’opposent Paris et la province, grandes villes et villes moyennes, zones urbaines et zones rurales. Il s’agit donc d’interroger les logiques spécifiques qui sous-tendent, d’une part, le déploiement de l’offre, d’autre part, l’organisation des mobilités individuelles et collectives, ainsi que leurs modes d’articulation et leurs relations de complémentarité et de concurrence.

Pour ce faire, le colloque n’exclura, a priori, aucune institution d’enseignement – qu’elle dispense une formation de type élémentaire, secondaire, supérieure, professionnelle, etc.  Il s’intéressera aussi bien à l’enseignement public qu’aux institutions privées. Les contributions pourront porter sur des mobilités d’amplitude diverse au sein de l’espace français (à l’intérieur d’une ville, comme au sein de l’Empire colonial), ainsi que sur les déplacements d’élèves ou d’étudiants français à l’étranger. 

Débouchant sur le temps présent, ce colloque fait le pari du dialogue entre l’histoire et les diverses sciences sociales qui étudient ces mobilités, leurs motivations et leurs effets dans la société contemporaine. Les contributions des géographes, sociologues, politistes, etc. seront donc les bienvenues, aux côtés de celle des historiens.

En ciblant la réflexion sur le cas français, on souhaite créer les conditions propices à un vrai travail de périodisation, s’agissant de phénomènes qui dépendent étroitement des spécificités d’un État, d’un territoire et d’une population. Des éclairages sur d’autres espaces nationaux, dans la mesure où ils contribuent à la formulation d’hypothèses éclairantes pour le cas français, pourront cependant trouver leur place dans le colloque.

Continuer la lecture de « Colloque – Parcours de formation et mobilités géographiques : modèles, instruments, stratégies. (France et empire colonial français, XVIIIe-XXIe siècles) (Bordeaux, 13-14 juin 2019) »

Soutenance de thèse: Le livre du monde : voyage et éducation à l’Âge classique

Juliette Morice soutiendra, le 29 novembre 2013, sa thèse de doctorat en philosophie, intitulée « Le livre du monde : voyage et éducation à l’Âge classique« .

jury:

  • M. Didier Deleule – Professeur émérite à l’Université Paris 10-Nanterre
  • M. Laurent Jaffro – Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • M. Denis Kambouchner – Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • M. Bernard Sève – Professeur à l’Université Lille 3 Charles De Gaulle
  • Mme Mariafranca Spallanzani – Professeur à l’Università di Bologna

Résumé:

Entre le milieu du XVIe siècle et la fin du XVIIIe siècle, la question des voyages est en Europe l’objet de disputes passionnées : y a-t-il de bonnes raisons de voyager « pour soi »? Continuer la lecture de « Soutenance de thèse: Le livre du monde : voyage et éducation à l’Âge classique »