Parution – Adrian O’Connor, “In pursuit of politics. Education and revolution in eighteenth-century France”, Manchester UP, 2017

This book offers a new interpretation of the debates over education and politics in the early years of the French Revolution. This period witnessed a series of amazingly ambitious efforts to reform and reinvent the nation’s political institutions, cultural politics, and social order. Deputies, political commentators, and private citizens alike recognized that reinventing French politics and transforming French society would require rethinking the principles and practices of education. The book aims to recapture the dynamism of this polyvalent debate and to flesh out the ambitions and dilemmas that gave it meaning during this most turbulent of historical moments. It traces an ambivalent strain in Enlightenment thought on education, a deep tension at the point of contact between seemingly limitless philosophical possibilities and the apparent limitations imposed by political and social realities. The book analyses the debate over education amid broader concerns about the nature and efficacy of representative government and the nascent idea of “public instruction” from its emergence as a revolutionary ambition through efforts to fulfill the constitutional promise of national education. It argues for a new understanding of “public instruction” as a pedagogical and political ideal and, with that, a revised sense of education’s role in regenerating France and in working towards a representative and participatory system of government. The book also focuses on letters and proposals submitted by people affiliated or associated with the schools and related institutions. Finally, it surveys the changes the “education question” took on an explicitly republican form after September 1792.

Parution – James P. Cousins, “Horace Holley: Transylvania University and the Making of Liberal Education in the Early American Republic”, 2016

The life of Horace Holley (1781–1827) recalls a time of intellectual promise in the American republic. The New England–born, Yale-educated, Unitarian minister was an unlikely choice for the presidency of Transylvania University in Kentucky, the first college west of the Allegheny Mountains. Kentucky’s religious leaders questioned his orthodoxy; elected officials doubted his abilities; others simply found him arrogant and elitist. As president, however, Holley ushered in a period of sustained educational and cultural growth. Transylvania blossomed under his oversight and received national attention for its scientifically progressive, liberal curriculum. Lexington, Kentucky, the seat of Transylvania, benefited directly from his efforts. An influx of students and celebrated faculty lent the city a distinguished atmosphere and gave credibility to the appellation “Athens of the West.” But Holley’s story is greater than the sum of these experiences. As a young student at a rising American university, a Calvinist minister in a rural New England town, a Unitarian urbanite of national acclaim, a relocated northern Yankee in Kentucky, and president of the first and most prosperous university of the early American West, Holley symbolizes a period of rapid transformation. His experiences reflect a time when westward expansion and social progress ran against developing religious expectations and regional identities. Holley also figures prominently in the history of education in America. His innovations and missteps, successes and defeats, personal connections and bitter advisories make him an important figure not only in the evolution of an emerging state university but also in the emerging state of higher education in early America.

Parution – Walter C. Stern, “Race and Education in New Orleans: Creating the Segregated City, 1764–1960”, Louisiana Sate UP, 2018

Surveying the two centuries that preceded Jim Crow’s demise, Race and Education in New Orleans traces the course of the city’s education system from the colonial period to the start of school desegregation in 1960. Walter C. Stern’s timely historical analysis reveals that public schools in New Orleans both suffered from and maintained the racial stratification that characterized urban areas for much of the twentieth century.

By taking a long view of the interplay between education, race, and urban change, Stern underscores the fluidity of race as a social construct and the extent to which the Jim Crow system evolved through a dynamic though often improvisational process.

Parution – Jill Sperandio, “Pioneering Education for Girls across the Globe. Advocates and Entrepreneurs, 1742-1910”, Rowman & Littlefield, 2018

The mid-18th to the early 20th century saw growing interest in the education of girls from all social classes in all regions of the world. During this time period of expanding empires and international travel, pioneering girls’ schools were established by educational entrepreneurs, predominantly men, supported by dedicated women school administrators and teachers who ensured the smooth operation of the schools and well-being of the girls attending them. The schools preceded national and local interest in educating girls, and frequently encountered resistance from the communities they sought to serve for the challenge and potential disruption they threatened to the existing gendered social order.

The author examines six of these pioneering girls’ schools drawing her case studies from Britain, Colonial America, Singapore, India, Azerbaijan and Uganda. Placing each school in its geographical and historical setting, she analyses the driving forces that led their founders to undertake the oft-difficult task of funding and promoting the schools. Beliefs and gendered stereotypes regarding the roles of women in society posed further difficulties as did the conflicting educational ideologies, quality and attainment expectations to be negotiated in developing curriculum for the schools.

On the global level, the school case studies illustrate how imperial expansion, and oft-accompanying religious missionary activity, exposed previously isolated communities in very diverse environments and social contexts to new ideas and influences creating tensions between desires for change and modernization and fears of loss of ethnic community. The author concludes by considering the ongoing importance of local agency, activism and social entrepreneurship in creating awareness of the need for quality education for girls in many parts of the world today.

Sélection de plus de 300 articles parus en histoire de l’éducation pendant l’année 2020 (revue mondiale)

Compilation de la veille faite chaque mois sur H-Education par Rick Mikulski, MLS, PhD, Assistant Professor & Librarian à la Portland State University

Janvier 2020

  • Arnaldo Briskievicz, Danilo. “A educação no Brasil colonial a partir do Serro/MG (1702 a 1758). [Education in Serro/MG, colonial Brazil (1702-1758).]” Espacio, Tiempo y Educación, Vol. 7 Issue 1, p205-225.
  • D’ALESSIO, Michela. “The «New School» of Basilicata in Mid-twentieth Century. Arturo Arcomano’s Contribution for a Different Education in Southern Italy.” Espacio, Tiempo y Educación, v. 7, n. 1, p. 47-67.
  • DALLABRIDA, Norberto. “The Experimental Classes: Different Secondary Education in Brazil in 1950s and 1960s.” Espacio, Tiempo y Educación, v. 7, n. 1, p. 133-146.
  • D’Ascenzo, Mirella. “Pedagogic Alternatives in Italy after the Second World War: the Experience of the Movimento di Cooperazione Educativa and Bruno Ciari’s New School in Bologna.” Espacio, Tiempo y Educación, 2020, Vol. 7 Issue 1, p69-87.
  • GROVES, Tamar. “Professional Advocacy in Education. The Legacy of the 1960s Students’ Protest and the Forging of a Social-Professional Identity among Teachers (Spain, 1970-1982).” Espacio, Tiempo y Educación. v. 7, n. 1, p. 163-180, jan. 2020.
  • Lowe, Roy. “The charitable status of elite schools: the origins of a national scandal” History of Education, January 2020, Vol.49(1), pp.4-17.
  • MACHADO TRUJILLO, Cristian. “The Technological Boom in Schools in the 80s: an Approximation to the Spanish ATENEA Programme.” Espacio, Tiempo y Educación, v. 7, n. 1, p. 247-262, jan. 2020.
  • MANGAL, Aarti. “A century of teacher education in India: 1883-1985.” Espacio, Tiempo y Educación, v. 7, n. 1, p. 263-285, jan. 2020.
  • McCormack, Christopher F. “Society, science and institutionally-embodied higher education reform in nineteenth-century Ireland: the role of mobile, professional elites in fashioning reform.” History of Education; Jan2020, Vol. 49 Issue 1, p18-37.
  • Meşeci Giorgetti, Filiz. “Nation-building in Turkey through ritual pedagogy: the late Ottoman and early Turkish Republican era.” History of Education; Jan2020, Vol. 49 Issue 1, p77-103.
  • ROBERT, André D; JEAN-YVES, Seguy. “The French Classes Nouvelles (1945-1952): Why is it so Difficult to Change Traditional Pedagogy?” Espacio, Tiempo y Educación, v. 7, n. 1, p. 27-45, jan. 2020.    
  • Rosnes, Ellen Vea. “A time of destiny for Norwegian mission schools in Zululand and Natal under the policy of Bantu Education (1948–1955).” History of Education; Jan2020, Vol. 49 Issue 1, p104-125.
  • VISACOVSKY, Nerina. “Between State and Private Education: the Ideological Dilemma of Argentine Progressive Jews (1955-1995).” Espacio, Tiempo y Educación, [S.l.], v. 7, n. 1, p. 287-313, jan. 2020.
Continuer la lecture de « Sélection de plus de 300 articles parus en histoire de l’éducation pendant l’année 2020 (revue mondiale) »

Rencontres Gallica – “L’école et l’éducation en France”, 21 sept. 2021, BnF, site François-Mitterrand

1921 – – Agence Rol | BnF, département des Estampes et de la photographie

Les Rencontres de Gallica font découvrir, chaque mois, les collections numérisées de la BnF et de ses partenaires en s’attachant à un thème ou un corpus de documents. Cette séance s’intéresse à l’école et l’éducation en France.

À l’origine prérogative de l’Église ou affaire de précepteurs, l’éducation devient au cours du XVIIIe siècle une préoccupation de l’État. Enjeu politique dans la lutte de pouvoir entre l’État et l’Église puis entre les Républicains et les royalistes ou les bonapartistes, l’école s’impose progressivement comme une institution majeure de la société française. L’enseignement se professionnalise au XIXe siècle et diverses méthodes pédagogiques se développent en lien avec une culture scolaire spécifique. Les fonds de la BnF constitués par le dépôt légal sont une source d’une grande richesse pour étudier l’histoire de la forme scolaire. La sélection Gallica sur l’éducation et l’école en France met en valeur à la fois manuels scolaires, traités et plans d’éducation, publications destinées aux instituteurs et institutrices, essais, ouvrages historiques, enquêtes et rapports, revues, publications officielles.

Cette rencontre est l’occasion de revenir sur l’intérêt que présentent, pour la recherche, certaines collections lorsque l’on s’intéresse à l’émergence de cette école du livre qu’est l’école républicaine à la fin du XIXe siècle : notamment la collection des manuels, pour étudier l’évolution des représentations en jeu dans la culture scolaire, mais également la singularité de la pédagogie républicaine, et la collection des fascicules du Musée pédagogique permettant de délimiter les contours de l’œuvre scolaire républicaine.

Par Sonia Huard, chargée de collections en sciences de l’éducation, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, et Xavier Riondet, maître de conférences HDR en sciences de l’éducation à l’université de Lorraine.

Entrée gratuite – Réservation recommandée via l’application Affluences ou sur affluences.com. Il est recommandé de se présenter en avance (jusqu’à 20 minutes avant la manifestation)

Séminaire – “Une éducation révolutionnaire ? Apprendre la Révolution, apprendre de et dans la Révolution”, Pierre Serna (Paris 1) et Jean-Charles Buttier (Unige)

Sous la direction de Jean-Charles Buttier (université de Genève ÉDHICE) et Pierre Serna (Paris 1 IHRF-IHMC)

Semestre de printemps 2021, le mercredi de 17 h 00 à 19 h 00

Le temps du confinement, les séances se tiendront exclusivement sur Zoom.

Pour obtenir les informations de connexion, prière de contacter Pierre Serna : pierreserna [at] wanadoo.fr

L’enjeu de ce séminaire est de réfléchir au rapport dialectique entre éducation et révolution pendant la Révolution française sans s’y limiter puisque la charnière entre deux siècles est fondamentale, entre les projets des philosophes des Lumières et les réalisations pédagogiques des États naissant et s’affermissant au début du xixe siècle. La figure de Pestalozzi est ainsi emblématique incarnant une innovation pédagogique qui s’inscrit dans la continuité d’un siècle marqué par l’intense réflexion éducative d’une part et qui rencontre l’évènement révolutionnaire d’autre part. Dans la seconde moitié du xviiie siècle s’est ainsi élargi l’horizon d’attente des pédagogues qui ont progressivement identifié leur public au peuple, tentant des expériences à un niveau personnel et local parfois, jusqu’à imaginer des utopies pédagogiques pour des sociétés entières.

Une révolution pédagogique et politique s’opère alors pour interroger toutes les formes d’éducation populaire. L’école n’est qu’un des lieux et des temps de l’éducation qui prend avec la Révolution française un sens civique. Le constant va-et-vient entre le terrain de la lutte politique et celui de l’innovation éducative devient ainsi un mouvement de fond qui se manifeste par exemple par l’insistance sur toutes les formes de vulgarisation ou « élémentation » des savoirs, y compris politiques. Tous les âges sont concernés par une première ébauche d’éducation permanente.

Dans son article consacré à l’histoire de la pédagogie écrit pour le Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire (1911) sous la direction de Ferdinand Buisson, le grand pédagogue républicain Gabriel Compayré voit dans le xviiie siècle la véritable rénovation des études et des méthodes pédagogiques. James Guillaume, historien majeur de la politique éducative révolutionnaire a ainsi insisté sur le fait que Pestalozzi fut fait citoyen français par la Législative en 1792. En 1883, Georges Dumesnil publia une histoire de l’école révolutionnaire sous le titre La Pédagogie révolutionnaire. Ces deux auteurs ont souhaité mettre en correspondance ce que Dumesnil appelle « les documents pédagogiques » et Guillaume « les systèmes pédagogiques » (dans une Note sur l’instruction publique parue en volume en 1888) et les « régimes politiques » (Guillaume) ou « forces politiques » (Dumesnil). Ainsi, dans le contexte du Centenaire de 1889, les deux historiens analysent les projets politiques et éducatifs qui se succèdent tout au long de la décennie révolutionnaire.

Cette approche règlementaire fut reprise dans le contexte du Bicentenaire de 1989 par de grands historiens de l’école révolutionnaire, tels que Bronislaw Baczko ou Dominique Julia. L’introduction de l’ouvrage de Baczko qui analyse les projets révolutionnaires (Une éducation pour la démocratie, 1982)permet d’examiner le lien opéré entre éducation et politique : « La pédagogie est ainsi tour à tour, le déterminant et le déterminé d’une politique. » Cette relation étroite entre pédagogie ou éducation, et politique est centrale.

Mona Ozouf publia en 1989 un recueil de ses articles intitulé L’homme régénéré dont elle détaille le projet en étudiant l’expression « pédagogie révolutionnaire » utilisée par Dumesnil un siècle plus tôt mais dans un sens très différent : « C’est donc autour de la pédagogie révolutionnaire que tourne ce livre, bien qu’il n’aborde jamais les contenus pédagogiques proposés par les réformateurs révolutionnaires de l’Instruction publique. » Elle précise plus loin que « L’école ici prend un sens extraordinairement dilaté : elle se confond avec la Révolution elle-même. » De son côté, Dominique Julia a participé au Dictionnaire historique de la Révolution française et, faisant référence à l’analyse de l’école par Ozouf sous l’angle du transfert de sacralité ou bien se référant aux travaux de Baczko et à son étude de l’œuvre scolaire révolutionnaire sous l’angle de l’utopie, Julia insiste dans son article sur la dimension patrimoniale des projets révolutionnaires : «  Surtout, elle a fait de l’école un vecteur d’émancipation, creuset d’une égalité démocratique entre les citoyens, agent actif, par l’accès à la culture qu’elle procure, d’une promotion sociale due au seul mérite. »

Vingt ans après le Bicentenaire, en 2009, Jean-Luc Chappey a dressé un bilan historiographique au titre significatif, « Les écoles de la Révolution : pour en finir avec la thèse de la table rase », qui illustre les enjeux contemporains de cette histoire de l’éducation révolutionnaire dans un sens extensif : « En l’an IIla pédagogie envahit tout l’espace social et politique. » En 2013, l’historien de l’école révolutionnaire René Grevet a consacré un article à la question dialectique suivante : « L’école de la Révolution à l’épreuve de l’utopie réformatrice. » Il a analysé « le fait scolaire en révolution » pour aboutir au constat d’un « décalage entre les espérances révolutionnaires et les réalisations » d’une part mais aussi pour constater que la Révolution a jeté « les bases d’une instruction publique sous le contrôle d’un État enseignant. »

Dans la continuité de ces travaux qui embrassent l’éducation ou la pédagogie révolutionnaire dans un sens étendu et mêlent éducation et politique, ce séminaire sera organisé autour des axes suivants :

  • Les discours et pratiques politiques : comment se construit une politique pédagogique, depuis les Assemblées nationales jusqu’aux écoles de village, quels sont les dynamiques des débats entre députés, puis une fois les lois votées, comment est appliquée la loi et quels pouvoirs peuvent se donner les représentants de la loi ou fonctionnaires pour vérifier sa bonne application ?
  • Comment la Révolution a-t-elle clairement identifié la naissance d’une nation par cette invention pédagogique qui n’allait pas tarder à la placer face aux forces traditionnelles du clergé et donc, la Révolution et la période qui a suivi avec l’Empire ont-elles réussi une première acculturation ou non ?
  • Les transferts pédagogiques, en particulier, ceux qui s’opèrent entre les différents supports utilisés comme support d’éducation populaire (presse, brochures, théâtre, fêtes, musées, etc.) mais aussi pour instruire les enfants ou les adultes (livres élémentaires, manuels de vulgarisation, etc.). Un contexte révolutionnaire est souvent propice à ces transferts car la pédagogie envahit toute la sphère publique.
  • Le mouvement de fond observé au cours de la période concernée est un jeu de va-et-vient entre le terrain de la lutte politique et celui de l’innovation pédagogique ce qui pose la question du rapport entre engagement et éducation politiques. Ce déplacement de la lutte politique vers l’éducation a été notamment observé chez les Conventionnels en exil et leurs enfants par Sergio Luzzatto (Mémoire de la Terreur, 1991).
  • Les acteurs et actrices ne seront pas oublié.e.s, les instituteurs et institutrices de l’époque révolutionnaire, mais aussi les professeurs d’institutions républicaines comme le Museum d’histoire naturelle par exemple,  ont eu un rôle de premier plan qu’il convient d’étudier non seulement sous l’angle de l’histoire politique, sociale mais aussi du genre. Il serait utile d’interroger la règlementation et son application et donc analyser contrôle normatif par les instances en charge de la surveillance de ces diverses formes d’éducation, notamment sous le Directoire, régime particulièrement intéressant par sa durée.

Programme

24 mars 2021 – Introduction du séminaire

Pierre Serna,  La Révolution : une propédeutique permanente

Jean-Charles Buttier (Unige), Le catéchisme républicain, une pédagogie révolutionnaire ?

31 mars 2021 – Du papier à la toile : le potentiel des Archives Parlementaires

Journée d’études en visioconférence à la Bibliothèque de la Sorbonne  31 mars, en collaboration avec le laboratoire Persée, la BIS et les chercheurs de l’IHRF-IHMC

7 avril 2021 – Mélisande Kripiek (élève de l’école des Chartes en cours de thèse)

Les professeurs du Museum d’histoire naturelle et leur enseignement 

12 mai 2021 – Côme Simien (IHRF-IHMC)

Les instituteurs de la République

19 mai 2021 – Caroline Fayolle (LIRDEF, Montpellier)

La fabrique scolaire du genre et de la « race » (colonies antillaises, 1795-1830)

26 mai 2021 – Anthony Saggese (IHRF-IHMC)

Le projet d’une éducation régénérée sous le Directoire

2 juin  2021 – Marie Ranquet et Céline Parcé (Archives Nationales)

Les grands textes de loi de l’éducation  sous la Révolution


Bibliographie

  • Numéro spécial de LRF/IHRF sous la direction de Caroline Fayolle et Jean Charles Butier, Pédagogies, utopies et révolutions (1789-1848), no 4, 2013, https://journals.openedition.org/lrf/791
  • Baczko (Bronislaw), Une éducation pour la démocratie. Textes et projets de l’époque révolutionnaire, Paris, Garnier, 1982.
  • Baczko (Bronislaw), « Ici on s’honore du titre de citoyen », dansMonnier (Raymonde) (dir.), Citoyens et citoyenneté sous la Révolution française.Paris, Société des études robespierriste, 2006.
  • Boulad-Ayoub (Josiane) (dir.). Former un nouveau peuple ? Pouvoir, Éducation, Révolution. Paris, France, Saint-Nicolas (Québec), Les Presses de l’Université de Laval, L’Harmattan, 1996.
  • Buttier (Jean-Charles), « Un exemple de transfert pédagogique : le catéchisme politique », Paedagogica Historica. International Journal of the History of Education, 2012/4, p. 511-547.
  • Buttier (Jean-Charles), « Les trois vies du Catéchisme républicain, philosophique et moral de La Chabeaussière », Annales historiques de la Révolution françaiseavril-juin 2011, 364, p. 163-192.
  • Chappey (Jean-Luc), « Les écoles de la Révolution : pour en finir avec la thèse de la table rase », dansBiard (Michel) (dir.). La Révolution française. Une histoire toujours vivante. Paris, Tallandier, 2009.
  • Fayolle (Caroline), La Femme nouvelle. Genre, éducation, Révolution (1789-1830), Paris, CTHS, 2017.
  • Grevet (René), Marchand (Philippe) (dir.), Les débuts de l’École républicaine (1792-1802). Revue du Nord, Tome LXXVIII, octobre-décembre 1996.
  • Grevet (René), L’avènement de l’école républicaine (1789-1835), Villeneuve d’Ascq, Presses du Septentrion, 2001.
  • Grevet (René), « L’école de la Révolution à l’épreuve de l’utopie réformatrice », dans Buttier (Jean-Charles), Fayolle (Caroline) (dir.), Pédagogies, utopies, révolutions (1789-1848)La Révolution française, 4/2013. En ligne : https://journals.openedition.org/lrf/794
  • Julia (Dominique), Les trois couleurs du tableau noir. La Révolution, Paris, Belin, 1981.
  • Julia (Dominique), « Instruction publique/éducation nationale », dans Soboul (Albert) (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, PUF, 1989.
  • Luzzatto (Sergio), Mémoire de la Terreur. Vieux montagnards et jeunes républicains au XIXe siècle, Lyon, PUL, 1991.
  • Ozouf (Mona), La fête révolutionnaire (1789-1799), Paris, Gallimard, 1976.
  • Ozouf (Mona), L’École de la France : essais sur la Révolution, l’utopie et l’enseignement, Paris, Gallimard, 1984.
  • Ozouf (Mona), L’homme régénéré. Essais sur la Révolution française, Paris, Gallimard, 1989.
  • Serna (Pierre), « Révolution », dans Baczko (Bronislaw), Porret (Michel), Rosset (François) (dir.), Dictionnaire critique de l’utopie au temps des Lumières, Georg editeur, Chêne-bourg, Suisse, 2016, p. 1093-1115.
  • Simien (Côme), « Des maîtres d’école aux instituteurs : une histoire de communautés rurales, de République et d’éducation, entre Lumières et Révolution (années 1760–1802) », Annales historiques de la Révolution française 2018/2 (no 392), p. 189 à 202.

AàC – Colloque international “Universities and witchcraft. In Europe between the Middle Ages and the Early Modern Period”, 9-10 Sept. 2021, Bologne

The Centro interuniversitario per la storia delle università italiane (CISUI) is hosting the
“Universities and Witchcraft in Europe between the Middle Ages and the Early Modern Period ” conference. The Conference theme is the involvement of Universities “as institutions”, over the issue of witchcraft from the Middle Ages to the Modern Age throughout Europe: west, east, Catholic, Protestant.

Decisions made by academic institutions throughout the period in question had a major cultural and social impact. Such was the case, for example, of the responsa issued by the College of Theologians of the University of Paris in 1398. They approved twenty-eight articles condemning not only Satan’s snares, the Devil’s Contracts and magical practices used to subjugate devils to his service, but condemned also the scepticism of those who did not believe in the articles’ effectiveness. The articles addressed issues relating to witchcraft and covered intellectuals “as professors”, students’ behaviours, attitudes, doctoral theses and dissertations, as well as university courses.

In the spirit of the above and by way of illustration, the main aspects (12th to 18th centuries) on which proposals for papers should be based are:

  1. The reactions of universities to cases in which their students and professors were formally
    questioned over witchcraft;
  2. University courses and responsa / consilia on matters of witchcraft;
  3. Doctoral theses and dissertations on witchcraft;
  4. Student behaviours, attitudes, and witchcraft (e.g. blasphemy and superstitions ventilating
    witchcraft; provisions of university college statutes; provisions regarding student behaviour and parties; satirical compositions).

Alongside Italian, conference languages include French, English, Spanish and German.
Proposals (title and abstract of no more than ten lines, together with name, contact details, and a brief curriculum vitae) must be submitted to the Scientific Committee – professors Patrizia Castelli, Marco Cavina, Guido Dall’Olio, Maria Rosa Di Simone, and Vincenzo Lavenia) – by and no later than 16 November 2020 at the following email address: cisui.redazione [at] unibo.it. Responses to proposals will be sent by 21 December.

CISUI will arrange overnight hotel stay and meals for conference speakers, as well as
publication of conference papers in the CISUI series “Studi e ricerche sull’università”, Il Mulino Editore

Publication – « Nos ancêtres les Gaulois ! », n° 32, Parlement[s], Revue d’histoire politique 2020

« Nos ancêtres les Gaulois ! » : la formule hante notre mémoire collective comme un élément central du discours sur l’identité porté par le roman national tel qu’il s’est longtemps écrit. Mais ces ancêtres paradoxaux – fiers de leur liberté mais désunis, attachants mais querelleurs, redoutables guerriers mais vaincus – sont le résultat d’une véritable fabrique. Cette image des Gaulois émerge dès l’Antiquité, reprise et étoffée au XVe siècle en fonction des besoins politiques et identitaires du moment, pour servir l’affirmation de la francité au siècle suivant, puis, à partir de la Révolution française et au XIXe siècle, elle s’installe durablement dans l’imaginaire politique, comme en témoigne encore le discours public depuis 1958. Ce dossier montre, par une lecture culturelle du politique, la façon dont la figure du Gaulois, siècle après siècle, a nourri les représentations et les identités nationales dans un usage politique de l’histoire. Et comment le discours sur le présent prend la voix du passé.

Inventaire – Les archives du collège de Juilly aux Archives nationales

612 registres ; 40,60 mètres linéaires.

Modalités d’entrée

Don de la Société anonyme du collège de Juilly (entrées n° 20140752 du 6 novembre 2014 et n° 20150098 du 11 février 2015).

Historique de la conservation

Les archives du collège de Juilly ont été conservées sur le lieu même de leur production jusqu’à la fermeture de l’établissement. Les archives demeurées utiles au fonctionnement du collège ont été collectées par les Archives nationales directement dans les locaux de l’administration. Les archives « historiques », devenues inutiles à la gestion courante de l’établissement mais présentant un intérêt historique, avaient été anciennement remises à la bibliothèque du collège puis confiées, lors de la fermeture de celui-ci, à la bibliothèque de la maison généralice de l’Oratoire (Maison Pierre-de-Bérulle, 17, rue des Lyonnais, 75005 Paris), où elles ont été prises en charge par les Archives nationales. Ces archives anciennes avaient été réparties par les bibliothécaires de Juilly en plusieurs séries : « registres », « manuscrits », « pièces », « documents figurés », « photographies »… Munies d’inventaires manuscrits ou dactylographiés, elles ont été exploitées par plusieurs historiens. Quelques registres figurant dans les inventaires anciens sont en déficit ou sont encore conservés à la bibliothèque de l’Oratoire.

Parution – Côme Simien, “Culture des humbles et culture de l’écrit. De quelle(s) intermédiation(s) culturelle(s) les maîtres d’école villageois du siècle des Lumières furent-ils les agents ?”, n° 18, Cahiers d’histoire de la Révolution française, 2020.

Le présent article se propose d’interroger plusieurs hypothèses formulées par Michel Vovelle à l’égard de l’accès des humbles à la culture écrite et du rôle du maître d’école comme « intermédiaire culturel » au xviiie siècle. Les enseignants du monde rural français assurèrent-ils la descente dans le corps social d’une culture voulue par les élites pour le peuple ? Comment expliquer la diffusion accélérée des écoles dans le monde rural à partir de la seconde moitié du xviiie siècle ? Serait-ce le fruit de la diffusion des idées des Lumières au village ? Comment comprendre l’absence de corrélation entre taux d’alphabétisation et couverture du territoire en écoles ? L’état actuel des connaissances nous permet de proposer quelques réponses à ces questions : la place singulière acquise par l’école au sein des communautés villageoises explique bien plus que l’influence des Lumières le nombre accru d’écoles au xviiie siècle ; elle limitait de fait aussi la capacité des maîtres à jouer un rôle de médiateur des idées nouvelles au village.

Parution – Jussi Välimaa, “A History of Finnish Higher Education from the Middle Ages to the 21st Century”, 2020.

This book unravels the origins, continuities, and discontinuities of Finnish higher education as part of European higher education from the Middle Ages to the 21st century. It describes the emergence of universities in the Middle Ages and the Finnish student, and  moves on to the Reformation and the end of Swedish rule. It then discusses the founding of the Royal Academy of Turku, its professors and governing bodies, its role as a community, student numbers, the research and controversies. Travelling through the age of autonomy, the first decades of independence and the Second World War, the book examines the expansion of higher education, the development of the system, and the establishment of polytechnics. It concludes by analysing the multiple institutional and organisational layers of Finnish higher education. Altogether, the book offers an historical study that shows how and why education and higher education have been important in the process of making the Finnish nation and nation state.

Parution – Fabian Waßer, “Von der “Universitätsfabrick” zur “Entrepreneurial University” Konkurrenz unter deutschen Universitäten von der Spätaufklärung bis in die 1980er Jahre”

Wettbewerb unter Hochschulen ist seit der Exzellenzinitiative auch in Deutschland in aller Munde. Bei der interuniversitären Konkurrenz handelt es sich jedoch keineswegs um ein neues Phänomen: In einem historischen Längsschnitt von der Spätaufklärung bis in die 1980er Jahre hinein zeichnet Fabian Waßer kompetitive Praktiken deutscher Universitäten nach. Aufbauend auf Georg Simmels triadischem Konkurrenzmodell stehen dabei Fragen nach den am Wettbewerb beteiligten Akteuren, den Prämien der Konkurrenz und den schiedsrichterlichen Instanzen, die über die Verteilung derselben entscheiden, im Vordergrund.

Im Fokus der Untersuchung stehen Umbruchphasen, in denen sich neue Wettbewerbsordnungen etablierten: die Epoche von der Gründung der Aufklärungsuniversität Göttingen bis zu den Humboldtschen Bildungsreformen sowie das Kaiserreich und das “Dritte Reich”, aber auch die “langen 1960er Jahre” und der Beginn der “Ära Kohl” in den 1980er Jahren. Im Vergleich wird deutlich, dass sich der Wettbewerb bei einer Verknappung der Prämien verschärfte und Zeiten starken Konkurrenzdrucks mit Phasen eines nur schwach ausgeprägten Wettbewerbs abwechselten.

JE – “Pierre Jartoux (1169-1720), jésuite originaire d’Embrun, scientifique en Chine”, 8 août 2020 (Embrun, Hautes-Alpes)

Le samedi 8 août 2020, à Embrun (Hautes-Alpes), se tiendra une journée d’étude sur l’activité des jésuites scientifiques en Chine aux XVIIet XVIIIsiècles, à partir du cas particulier du père Pierre Jartoux (Embrun, 1669 – Pékin, 1720), avec la participation d’universitaires, historiens et archivistes, est organisée par le diocèse de Gap et Embrun, en partenariat notamment avec la ville et le Pays S.U.D.

Ce colloque se tient en présence de Mgr Xavier Malle, évêque du diocèse de Gap (+Embrun), de S.E. le cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque émérite de Bordeaux et de Mgr Georges Colomb, évêque du diocèse de La Rochelle et Saintes.

  • 8 h 45 : accueil
  • 9 h : ouverture du colloque par madame Chantal Eyméoud, vice-présidente du Conseil Régional, maire d’Embrun Ou Mme Jehanne Marrou, adjointe chargée de la culture
  • 9 h 15 Introduction Bernard Busser, président de la journée
  • 9 h 30 L’aventure d’une vie, le père Pierre Jartoux, d’Embrun à la Chine Pierre Jartoux, ingénieur Arts et Métiers
  • 10 h 15 Les pères jésuites haut-alpins dans l’histoire du diocèse de Gap, Père Pierre Fournier, prêtre du diocèse de Gap, historiographe diocésain
  • 11 h 15 Jean-Joseph Rossignol (1726-1815) : de La Vallouise au monde, un itinéraire jésuite, Luc-André Biarnais, Archiviste diocésain
  • 12 h : table ronde, échanges avec le public.
  • 12 h 30 : buffet offert, sur place.
  • 14 h 15 Messe du samedi à la cathédrale Notre-Dame du Réal pour ceux qui le souhaitent. 
  • 15 h 30Le parcours du père Jartoux en Chine, Isabelle Landry, Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine et École des Hautes Études en Sciences Sociales
  • 16 h 15 Le rôle des collèges jésuites dans l’élan missionnaire de la France au XVIIe siècle, Françoise Fauconnet-Buzelin, chargée de recherches aux Missions Étrangères de Paris.
  • 17 h : pause
  • 17 h 30 Un mathématicien en Chine au XVIIe siècle, Anne Tarpent, professeur de mathématiques en retraite. Auteur de recherches historiques en musique et en sciences
  • 18 h 15 Construire des ponts dans un monde divisé : les jésuites en Chine, nos contemporains, Wu Huiyi, historienne à Cambridge et au Centre d’étude Chine moderne EHESS Paris
  • 19 h : table ronde, échange avec le public.
  • 19 h 30 : conclusion du colloque.

Publication – Vincent Bourdeau, Jean-Luc Chappey et Julien Vincent (dir.), “Les encyclopédismes en France à l’ère des révolutions (1789-1850)”, PU de Franche-Comté, 2020.

Après la Révolution française, l’idée d’encyclopédie prend une extension considérable. Jusqu’au Printemps des peuples de 1848, elle est indissociable de l’idée de république universelle, et se trouve au cœur d’une multiplicité d’enjeux pour la reconstruction institutionnelle, intellectuelle et politique de la société postrévolutionnaire. C’est à la singularité de ce moment (1789-1848) dans l’histoire longue de l’encyclopédisme que sont consacrées les différentes contributions de ce volume. Loin de se limiter à un moment de l’histoire des sciences, l’encyclopédisme nous révèle la manière dont les sociétés modernes se représentent elles-mêmes et s’instituent politiquement.

Publication – Liam Chambers et Thomas O’Connor (eds.), “College communities abroad. Education, migration and Catholicism in early modern Europe”, 2017.

This book repositions early modern Catholic abroad colleges in their interconnected regional, national and transnational contexts. From the sixteenth century, Irish, English and Scots Catholics founded more than fifty colleges in France, Flanders, Spain, Portugal, the Papal States and the Habsburg Empire. At the same time, Catholics in the Dutch Republic, the Scandinavian states and the Ottoman Empire faced comparable challenges and created similar institutions. Until their decline in the late-eighteenth century, tens of thousands of students passed through the colleges. Traditionally, these institutions were treated within limiting denominational and national contexts. This collection, at once building on and transcending inherited historiographies, explores the colleges’ institutional interconnectivity and their interlocking roles as instruments of regional communities, dynastic interests and international Catholicism.

Publication – Mirella D’Ascenzo, “Tutti a scuola? L’istruzione elementare nella pianura bolognese tra Otto e Novecento”, 2013.

Il volume raccoglie studi ‘di caso’ sulla genesi e diffusione dell’istruzione elementare presso alcuni Comuni della pianura bolognese specie dopo l’Unità, svolti attraverso accurate indagini archivistiche su fonti di prima mano finora inesplorate. Sono emersi protagonisti e vicende pressoché sconosciute, ma degne di rilievo in quell’impresa che ha visto i ceti dirigenti impegnati a ‘fare gli italiani’ nella lotta all’analfabetismo attraverso, soprattutto, la scuola. Ecco così tutto un pullulare di amministratori locali e nazionali, di maestre e di maestri, di famiglie e di alunni tesi alla conquista dell’alfabeto, sullo sfondo di una vita materiale della scuola caratterizzata da lunghe durate e persistenze di prassi didattiche, edifici ed arredo scolastico, nella dialettica costante tra scuola legale voluta dall’alto e scuola reale raccontata dalle relazioni e dai documenti d’archivio, testimoni muti e severi della Storia. La ricerca ha così evidenziato diverse storie della scuola locali nell’ottica ‘tra centro e periferia’, evidenziando la frequente richiesta di istruzione ‘dal basso’ delle popolazioni locali e l’impegno non secondario dei ceti dirigenti locali nella promozione della cultura e dell’istruzione, pur nelle difficoltà dell’effettiva frequenza scolastica da parte degli alunni, largamente coinvolti nei lavori agricoli e domestici. Ne è emerso un affresco politico, sociale e scolastico colorato e complesso, che arricchisce le conoscenze sulla storia della scuola non solo bolognese, ma dell’intero Paese.

Publication – Antonella Cagnolati, Antonio Francisco Canales Serrano (dir.), “Women’s Education in Southern Europe. Historical perspectives (19th-20th century)”, 3 tomes, Aracne editrice, 2017.

“Speaking out from the South in their own voice” means pursuing two courses of action. Firstly, it means describing these hitherto little–known situations; and secondly, it means offering interpretations based on the situations themselves, and which are thus adapted to the specific historical experiences being recounted. The contributions contained herein describe the anxieties, hesitations, contradictions and paradoxes which characterise the process of incorporating women into the education system in Greece,Portugal, Italy and Spain, highlighting the similarities which exist between the cases. And they do so in a diverse range of dimensions and areas, from the studies and professional practice of female primary teachers and the presence of girls in secondary education, a field traditionally reserved for boys, to non formal and informal educational institutions.

Publication – Roberto Sani, “Storia dell’educazione e delle istituzioni scolastiche nell’Italia moderna”, Franco Angeli, 2015.

La prima parte di una più ampia storia dell’educazione e delle istituzioni scolastiche nell’Italia moderna e contemporanea, destinata a completarsi con la pubblicazione di un volume dedicato ai secoli XIX e XX. Il testo offre una ricostruzione delle principali tappe che hanno contrassegnato l’evoluzione dei modelli educativi e tenta di ‘rileggerne’ taluni passaggi fondamentali alla luce delle categorie interpretative proposte dalla più recente storiografia sociale e religiosa italiana ed europea.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search