Parution – Carole Reynaud-Paligot, « L’Ecole aux colonies. Entre mission civilisatrice et racialisation (1816-1940), 2020.

La volonté de « civiliser » les populations colonisées grâce à l’école fut hautement proclamée par les colonisateurs français mais qu’en fut-il réellement ? Cette enquête, effectuée à partir des archives coloniales, restitue les débats et les réalisations de la politique scolaire. Dès 1815, le projet colonial fut durablement établi : les colonies devaient fournir des matières premières mais aussi être des débouchés pour les produits manufacturés de la métropole. La mission de l’école s’imposa : apprendre le français, le calcul et quelques bribes de civilisation nécessaires à la bonne participation des colonisées au projet colonial. Très vite, les limites apparurent, il fallait se garder de trop instruire. La volonté de dispenser un savoir pratique, de bannir un savoir trop intellectuel, de freiner la mobilité sociale provoqua les déceptions et la colère des colonisés.

Parution – Marcel Launay, « Le prêtre professeur (XIXe-XXe siècles). Un ministère oublié », 2020

« Le prêtre joue au collège le même rôle qu’au régiment, on le supporte », écrit Émile Zola en 1877. Et dans ses Souvenirs d’enfance et de jeunesse, Ernest Renan rend hommage à ses maîtres du petit séminaire de Saint-Nicolas-du-Chardonnet à Paris. C’est que, dans la France des XIXe et XXe siècles, le prêtre-professeur constitue une figure importante pour l’Église et la société. Il fait partie des visages familiers du catholicisme de l’époque et marquera plusieurs générations. À travers cette évocation vivante, Marcel Launay décrit ce ministère oublié aujourd’hui, qui sera touché de plein fouet par la déchristianisation. Cette contribution à l’histoire du catholicisme contemporain nous plonge dans un monde disparu et croise la question scolaire, le rapport à la culture et le lien de l’Église aux élites et à la société.

AàC – « Étudiants, intellectuels et artistes étrangers en France en mai-juin 68 », 11-12 fév. 2021, Paris

L’historiographie « des années 68 » a récemment privilégié une approche globale des mouvements sociaux, mettant l’accent sur les circulations et les échanges d’un pays ou d’un continent à l’autre. Cette historiographie est très riche, comme l’est aussi celle concernant plus spécifiquement le Mai français. Il demeure néanmoins quelques angles morts, ou quelques terrains qui n’ont pas été explorés. L’un de ceux-ci est le rôle des étudiants étrangers voire plus largement des intellectuels et artistes étrangers (écrivains, artistes, musiciens, enseignants etc.) en France en mai-juin 68. Cette présence des étrangers en France a fait l’objet d’études quand il s’agissait des travailleurs immigrés dont on sait désormais l’importante participation au mouvement de Mai. Mais la présence d’étudiants et/ou intellectuels, et partant leur participation au mouvement, reste encore largement ignorée. Ils sont alors nombreux à étudier dans la capitale française, ou dans d’autres villes universitaires du territoire. Ils représentent 5,7% de la population étudiante totale en 1968-1969, et cet effectif va croître très fortement à partir de la fin de l’année 68.  Ils sont africains (Afrique du Nord et Afrique sub-saharienne), européens (allemands, portugais, italiens, espagnols, grecs, britanniques), sud-américains, israéliens, américains du Nord (États-Unis ou Québec), palestiniens. Ils adhèrent généralement au Mai français tout en mettant en œuvre des logiques spécifiques liées aux conditions politiques et sociales de leur pays d’origine. 

Qu’il s’agisse de contester des dictatures pour les Grecs, Portugais, Espagnols, Argentins, Brésiliens, ou Tchécoslovaques et Polonais, de contester la guerre du Vietnam ou le racisme (Américains), de lutter pour la paix en Palestine, ils insèrent au sein du Mai français leurs revendications et profitent de ce moment de libération exceptionnelle de la parole pour élever eux aussi la voix. Il s’agit donc ici de rendre compte de leurs paroles et actes en France mais aussi de la situation en 1968 de leurs pays respectifs, ou plutôt de ce que leurs paroles et actes en France témoignent de la situation dans leur pays d’origine. Des oppositions à bien des régimes autoritaires se sont constituées en exil. Les événements de mai changent-ils la donne ? Les slogans sont-ils alors transformés ? Les attentes ou espoirs bouleversés ? Ces étudiants peuvent pratiquer un certain entre-soi ou, au contraire, profiter du mouvement pour internationaliser les contacts, pour nourrir leur expérience militante de celles de camarades étrangers. À l’inverse, on peut s’interroger sur ce que le mouvement de Mai doit à ces étudiant.e.s, intellectuel.le.s et artistes venu.e.s d’ailleurs : comment la circulation des savoirs et des pratiques – en particulier dans le domaine militant (slogans, idées, modes d’action )- a-t-elle  pu influer sur  les répertoires militants en France ? Les Unions et Fédérations d’étudiants étrangers ont-elles joué un rôle ? Quels livres (parfois traduits par les étudiants eux-mêmes), quelles musiques ou chants, quels films dans ce moment charnière ont pu circuler parmi ces hommes et ces femmes, et jouer un rôle sur les acteurs ? S’intéresser aux étudiants, intellectuels et artistes étrangers, c’est aussi scruter les rencontres improbables que les événements rendirent possibles, voire les relations amicales ou amoureuses qui s’épanouirent alors. C’est comprendre aussi ce que le politique peut faire à l’intime dans le monde des exilés, et dans un moment aussi extraordinaire, au sens premier du terme. Les lieux de vie des étudiants étrangers, les résidences et les foyers étudiants telle la Cité internationale universitaire de Paris, pourront faire l’objet d’une étude spécifique : pépinières de rencontres internationales, ces lieux sont souvent des incubateurs d’idées et d’actions militantes.

Les événements ont pu bouleverser les habitudes ou en créer de nouvelles, modifier ou non les rapports de genre. À l’inverse des situations heureuses, des bonheurs nés de l’adrénaline de l’action collective, comment les évènements de 68 ont-ils créé ou accru les inégalités sociales entre étudiants français et étrangers ? L’éloignement familial dans ce cas peut peser lourd, que ce soit financièrement ou psychologiquement, quand des réseaux de solidarité peuvent aussi se mettre en place qu’ils soient intra ou extra- communautaires. Ce colloque s’intéressera donc à la vie militante et quotidienne de ces étudiants et intellectuels étrangers dans leur dimension politique, économique, sociale et culturelle. On ne s’interdira pas non plus de penser l’après mai 68. Qu’est-ce que les évènements ont fait à des trajectoires jusqu’alors linéaires ? Ont-ils bousculé des certitudes, impulsé des retours aux pays prématurés par rapport aux projets antérieurs ? ou au contraire des installations plus définitives ? Certaines figures d’étudiants étrangers ont-elles émergées pour s’installer durablement dans la vie étudiante et/ou militante française ? Ont-ils provoqué des formes d’établissement, en France ou ailleurs ? Qui sont les expulsés ? Qu’est-il advenu d’eux ? La participation des étudiants étrangers au mouvement de 68 a-t-elle creusé des filières de mobilités étudiantes pour les années suivantes ? Plusieurs types d’approche sont possibles :  des approches de groupe d’une part, comme par exemple les étudiants palestiniens et leur rôle dans le Mai français ou des études plus biographiques, tout autant que des histoires de vie saisies à un moment donné, ou des productions textuelles ou artistiques conçues par ce type d’acteurs pendant Mai-Juin 68 et qui donnent à voir ou à penser ces évènements. On souhaite ainsi, comme en Mai, faire fi des frontières et penser le monde de l’année 68, en une démarche d’histoire globale. Une exposition virtuelle, destinée à valoriser le fonds d’archives Mai-Juin 68 du Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (http://chs-maijuin68.huma-num.fr) avait déjà réuni quelques chercheurs sur cette problématique. Elle est bien entendu loin d’épuiser le sujet, et constitue plus une amorce qu’une exposition exhaustive. Nous espérons donc avec ce colloque réunir d’autres contributions, élargir les problématiques, écouter aussi et recueillir des témoignages. Comme dans l’exposition virtuelle, nous incluons les Départements d’Outre-Mer étant donné la vigueur qu’avaient alors les mouvements indépendantistes et l’impact qu’a pu avoir la présence de leurs ressortissants en métropole pour ces mouvements.

Comité scientifique : Ludivine Bantigny (GRHis, Université de Rouen), Françoise Blum (Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, CNRS),  Gabrielle Chomentowski (Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, CNRS), Frank Georgi (Université d’Evry Val d’Essonne), Boris Gobille (ENS Lyon), Burleigh Hendrickson (Pennsylvania State University), Jean-Pierre Le Foll Luciani (Education nationale), Edenz Maurice (Centre de recherches sur les mondes américains/Centre d’histoire de Sciences po), Eugénia Palieraki (Centre de Philosophie Juridique et Politique, CY Cergy Paris Université), Ophélie Rillon (Les Afriques dans le monde, CNRS), Alexis Roy (IMAF, CNRS), Palmira de Sousa (Campus Condorcet), Guillaume Tronchet (Institut d’histoire moderne et contemporaine, ENS-Paris 1-CNRS).

Les propositions de communications (5000 signes maximum), accompagnées d’un bref CV sont à faire parvenir à l’adresse suivante : fblum [at] univ-paris1.fr avant le 30 septembre 2020.

Lieu : Paris, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains et Campus Condorcet – 93000 Aubervilliers

Soutenance d’HDR – « Educations, laïcités et religions, mondialisations (XIXe-XXIe siècles). Relier les histoires », Charles Mercier

Le 2 septembre dernier, Charles Mercier a soutenu son habilitation à diriger les recherches :

ÉDUCATIONS, LAÏCITÉS ET RELIGIONS, MONDIALISATIONS (XIXe-XXIe SIÈCLES). RELIER LES HISTOIRES

Il contient un mémoire inédit de recherche : Une histoire globale des Journées mondiales de la jeunesse de Jean-Paul II (1984-2002)

Le jury sera composé de :

  • Mme Laurence Badel, Professeur des universités, Paris 1 Panthéon Sorbonne (garante)
  • M. Jean-François Condette, Professeur des universités, Université de Lille
  • Mme Ruth Harris, Senior Research Fellow, University of Oxford
  • M. Régis Malet, Professeur des universités, Université de Bordeaux
  • M. Denis Pelletier, Directeur d’études, École pratique des hautes études
  • M. Philippe Portier, Directeur d’études, École pratique des hautes études

Séminaire – « L’enseignement scolaire de l’histoire. Les fragilités démocratiques et l’enseignement de l’histoire », 2020-2021

Cette année et compte tenu des circonstances, deux décisions ont été prises. La première relève de la thématique. L’idée de l’enseignement de l’histoire des fragilités démocratiques nous est apparue nécessaire. La seconde fut de reporter les trois interventions prévues en 2019-2020 sur la Pologne, les professeurs d’histoire français face aux attentats de 2015-2016 et l’Allemagne de l’après-Seconde-Guerre-mondiale.

  • 14/10/2020 | Ouverture du séminaire. Alexandre Lafon, Ancien responsable pédagogique de la Mission centenaire : »La crise sanitaire, un temps de (Grande) guerre pour l’Ecole ? », Benoît Falaize (Sciences Po, CHSP) : »Crise sanitaire et crise de société dans les manuels primaires français de 1919 à nos jours ».
  • 04/11/2020  | Alain Lamassoure, Ancien député européen, « La crise de l’enseignement de l’histoire en Europe face à la montée des populismes et des nationalismes (projet HOPE) »
  • 09/12/2020 | Ewa Tartakowsky, Institut des sciences sociales du Politique, « L’enseignement de l’histoire en Pologne : un témoin de la crise de la démocratie ».
  • 06/01/2021 | Rainer Bendick, Conseiller pédagogique au Service de l’Entretien des Sépultures Militaires Allemandes (SESMA), Régionale de Brunswick, « Enseigner aujourd’hui l’histoire en Allemagne : Comment prévenir au mépris de la démocratie ? »
  • 03/02/21 | Antoine Karam, Sénateur : « L’enseignement de l’histoire en Guyane au prises avec les enjeux démocratiques ».
  • 03/03/21 | Sébastien Ledoux, Paris-1 Sorbonne, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, « Les enseignants d’histoire face aux attentats de 2015-2016 en France ».
  • 07/04/21 | Juliette Fontaine, Université de Louvain, GIRSEF, « Transformer les programmes d’histoire sous Vichy : un enjeu pour les traditionalistes ».
  • 05/05/21 | Eric Mutubazi, Université catholique de Ouest à Angers, « Limites et erreurs dans l’enseignement de l’histoire du Rwanda avant le génocide commis contre les Tutsi ».
  • 09/06/21 | Marie Salaün, Université de Paris, « Décoloniser l’histoire ? Expériences calédoniennes depuis 1988. »

Informations pratiques

Toutes les séances auront lieu un mercredi, de 17h00 à 19h00  au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob.

Responsables :

  • Benoît Falaize (IGEN-chercheur correspondant au Centre d’histoire de Sciences Po)
  • Corinne Glaymann (IEN ET-EG)
  • Sébastien Ledoux (Paris I, Sciences Po)
  • Edenz Maurice (Secrétaire scientifique du Comité pour l’histoire préfectorale, chercheur associé au Centre d’histoire de Sciences Po)

Contact : benoit.falaize [at] sciencespo.fr

Soutenance – Marie-Charlotte Allam, « Innover pour réformer l’École ? Politiques et pratiques d’expérimentation pédagogique dans l’enseignement public français », Université Grenoble Alpes.

Innover pour réformer l’École ? Politiques et pratiques d’expérimentation pédagogique dans l’enseignement public français

Résumé :

Cette thèse porte sur l’histoire des pratiques, des mobilisations collectives et des politiques en faveur de pédagogies qui se revendiquent comme alternatives à l’enseignement public français depuis la fin des années 1960 jusqu’en 2005. Articulant une perspective de sociologie de l’action publique avec la sociologie et l’histoire de l’éducation, elle contribue à une socio-histoire du militantisme pédagogique en lien avec les transformations contemporaines des politiques scolaires et du système éducatif. La thèse étudie les interactions entre l’institutionnalisation d’une politique d’innovation dans l’Education nationale, les logiques d’appropriation par les enseignants qui l’investissent, et ses effets sur leurs pratiques pédagogiques. Pour ce faire, l’enquête se déploie sur deux terrains : elle combine l’ethnographie historique de l’expérience socio-éducative des écoles de la Villeneuve de Grenoble avec l’étude de l’élaboration de la politique nationale d’innovation et d’expérimentation par l’administration centrale.
L’analyse montre que cette politique introduit des instruments de gouvernement à distance des conduites pédagogiques, et fait reposer la responsabilité du changement éducatif sur les enseignants. Dans les écoles expérimentales de la Villeneuve, ceux-ci interprètent les normes et les instruments de la politique d’innovation au prisme de leur politisation ; ils déploient alors différentes stratégies (allant de de la résistance à l’adhésion) en vue de perpétuer leur fonctionnement pédagogique et organisationnel face aux nouvelles contraintes institutionnelles. Ce faisant, cette « mise en administration » réoriente leurs engagements pédagogiques et militants et transforme leurs pratiques éducatives.

La soutenance a eu lieu lundi 21 septembre à 14h dans l’amphithéâtre de la Maison des Sciences de l’Homme de l’Université Grenoble-Alpes (tram B, arrêt Bibliothèques-Universitaires).

Jury :

  • Bertrand GEAY, Professeur en science politique, Université de Picardie-Jules Verne (rapporteur)
  • Guillaume GOURGUES, Maître de conférences en science politique,  Université Lumière-Lyon II
  • Laurent GUTIERREZ, Professeur en sciences de l’éducation, Université Paris-Nanterre (rapporteur)
  • Martine KALUSZYNSKI, Directrice de recherche au CNRS, Pacte, Grenoble (directrice)
  • Françoise LANTHEAUME, Professeure en sciences de l’éducation, Université Lumière-Lyon II
  • Emmanuel TAÏEB, Professeur en science politique, Sciences Po Lyon (directeur)
  • Agnès VAN ZANTEN, Directrice de recherche au CNRS, LIEPP, Paris

Publication – « Nos ancêtres les Gaulois ! », n° 32, Parlement[s], Revue d’histoire politique 2020

« Nos ancêtres les Gaulois ! » : la formule hante notre mémoire collective comme un élément central du discours sur l’identité porté par le roman national tel qu’il s’est longtemps écrit. Mais ces ancêtres paradoxaux – fiers de leur liberté mais désunis, attachants mais querelleurs, redoutables guerriers mais vaincus – sont le résultat d’une véritable fabrique. Cette image des Gaulois émerge dès l’Antiquité, reprise et étoffée au XVe siècle en fonction des besoins politiques et identitaires du moment, pour servir l’affirmation de la francité au siècle suivant, puis, à partir de la Révolution française et au XIXe siècle, elle s’installe durablement dans l’imaginaire politique, comme en témoigne encore le discours public depuis 1958. Ce dossier montre, par une lecture culturelle du politique, la façon dont la figure du Gaulois, siècle après siècle, a nourri les représentations et les identités nationales dans un usage politique de l’histoire. Et comment le discours sur le présent prend la voix du passé.

Ressource – Le fonds d’histoire de l’éducation du SCD de l’Université de Limoges

Photo : Sandrine Chaumeton, SCD de l’Université de Limoges.

Présentation du fonds

Bien que l’Université de Limoges n’ait été fondée qu’en 1968, son Service commun de la documentation conserve et présente à ses publics des fonds plus anciens. Parmi eux, le fonds d’histoire de l’éducation, conservé dans les bibliothèques de l’INSPÉ de l’académie de Limoges à Limoges et Tulle, sera regroupé à Limoges et rendu accessible dans le courant de l’année 2021. Il compte environ 20 000 documents, majoritairement issus des bibliothèques des anciennes écoles normales d’instituteurs et d’institutrices de l’académie de Limoges (Limoges pour le département de la Haute-Vienne, Guéret pour la Creuse, Tulle pour la Corrèze), auxquels s’est ajoutée la collection réalisée par l’association locale « sauvegarde du patrimoine scolaire », et quelques dons des anciennes bibliothèques des CDDP du Limousin ou de particuliers. Il s’agit globalement de :

  • manuels scolaires publiés depuis la première moitié du 19e siècle,
  • textes officiels,
  • revues et ouvrages relatifs à la pédagogie et à la didactique des disciplines,
  • petits matériels pédagogiques autrefois utilisés dans les écoles.
Continuer la lecture de « Ressource – Le fonds d’histoire de l’éducation du SCD de l’Université de Limoges »

Inventaire – Fonds de l’Association des anciens élèves de l’École des Roches et du Collège de Normandie (AERN), aux Archives nationales

Modalités d’entrée

Dépôt

Historique de la conservation

En 2013, Nathalie Duval, historienne et professeure à l’Université Paris-Sorbonne, auteur d’une thèse de doctorat sur l’histoire et la sociologie de l’École des Roches (2006), a contacté le Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire (PAJEP), afin que les archives de l’AERN, stockées dans la cave du domicile de Bernard Lefèvre, président de l’association, soient déposées et sauvegardées dans une institution patrimoniale. Le fonds a fait l’objet d’une expertise en septembre 2013, puis d’un récolement succinct en janvier-février 2014 avant d’être transféré aux Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine, en août de la même année. En 2019, un classement définitif a été réalisé.

Évaluation, tris et éliminations

Ont fait l’objet d’élimination, pour un total de 2 mètres linéaires environ, les documents en double, les factures, les bons de commande, les devis, les chèques, les coupons-réponses, les formulaires de cotisation en série (les états annuels des cotisations ayant été conservés), les listes de coordonnées pour la constitution des annuaires, les pouvoirs d’assemblées générales, ainsi que la documentation imprimée conservée en bibliothèque.

Inventaire – Les archives du collège de Juilly aux Archives nationales

612 registres ; 40,60 mètres linéaires.

Modalités d’entrée

Don de la Société anonyme du collège de Juilly (entrées n° 20140752 du 6 novembre 2014 et n° 20150098 du 11 février 2015).

Historique de la conservation

Les archives du collège de Juilly ont été conservées sur le lieu même de leur production jusqu’à la fermeture de l’établissement. Les archives demeurées utiles au fonctionnement du collège ont été collectées par les Archives nationales directement dans les locaux de l’administration. Les archives « historiques », devenues inutiles à la gestion courante de l’établissement mais présentant un intérêt historique, avaient été anciennement remises à la bibliothèque du collège puis confiées, lors de la fermeture de celui-ci, à la bibliothèque de la maison généralice de l’Oratoire (Maison Pierre-de-Bérulle, 17, rue des Lyonnais, 75005 Paris), où elles ont été prises en charge par les Archives nationales. Ces archives anciennes avaient été réparties par les bibliothécaires de Juilly en plusieurs séries : « registres », « manuscrits », « pièces », « documents figurés », « photographies »… Munies d’inventaires manuscrits ou dactylographiés, elles ont été exploitées par plusieurs historiens. Quelques registres figurant dans les inventaires anciens sont en déficit ou sont encore conservés à la bibliothèque de l’Oratoire.

Publication – Jean-Noël Luc (dir.), Jean-François Condette et Yves Verneuil, « Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle », 2020.

Jean-Noël Luc – Jean-François Condette – Yves Verneuil, « Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle », Paris, Armand Colin, août 2020, 416 pages. EAN 9782200613334  – prix livre imprimé : 24,90 € – prix livre numérique : 16.99 €

Au début du XIXe siècle, une minorité d’enfants, surtout masculine, fréquente une école élémentaire, tandis que l’enseignement secondaire accueille environ 2% d’une génération. Deux siècles plus tard, l’instruction est obligatoire, pour les deux sexes, de 3 à 16 ans, et la plupart des bacheliers (80% de leur génération) suivent des études supérieures. Cette aventure collective est l’œuvre d’acteurs multiples, publics et privés, nationaux et locaux. Analyser ses objectifs, ses modalités et ses résultats offre un observatoire privilégié sur les politiques éducatives, ainsi que sur la société, ses valeurs, ses dynamiques et ses blocages.

Trois actes ont été retenus pour appréhender une histoire plus riche en permanences qu’en ruptures. La première époque se situe entre l’émergence d’un système scolaire d’État, au début du XIXe siècle, et la fin des années 1870. L’âge de la République enseignante dure, ensuite, de 1880 à 1940, avant la rupture partielle de Vichy. L’École de masse – étudiée ici jusqu’à la fin des années 2010 – se construit, depuis la Libération, à travers deux « explosions scolaires ». Une dernière partie propose une autre lecture, thématique, de la scolarisation à travers plusieurs panoramas diachroniques consacrés à ses acteurs et à son expansion quantitative, ainsi qu’aux reconfigurations institutionnelles et professionnelles du système.

Cette démarche fait ressortir des faits particuliers, comme la création napoléonienne de l’Université, les innovations de la décennie 1880, le destin de l’École pendant les deux guerres mondiales, le moment Mai 68 et les grandes réformes ultérieures, mais également des temporalités spécifiques, des continuités ou des inflexions, masquées par le seul calendrier politique.

Cet ouvrage s’appuie sur des travaux récents en histoire de l’éducation. Il présente les personnels, les usagers et la vie quotidienne des établissements, ainsi que les contenus enseignés et les aléas de l’innovation pédagogique. Il analyse la question du genre et les épreuves des deux guerres mondiales. Il évoque l’éducation spécialisée, l’éducation surveillée, l’éducation populaire et l’École en situation coloniale. Il expose les différents éléments du débat, ancien et animé, autour de l’École de masse, dont les insuffisances ne sauraient masquer les réalisations. Autrement dit, et sans passer sous silence les dysfonctionnements du système scolaire au cours des cinquante dernières années, cette synthèse ne cherche pas à incriminer systématiquement l’École de masse en général et l’Éducation nationale en particulier.

Le texte est complété par 16 figures, 17 tableaux statistiques, 212 repères chronologiques et une bibliographie sélective de 270 titres. 

Jean-Noël Luc, directeur de l’ouvrage, est professeur émérite d’histoire contemporaine à Sorbonne Université. Jean-François Condette est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lille. Yves Verneuil, historien contemporanéiste, est professeur en sciences de l’éducation à l’Université Lumière Lyon 2.

Publication – Samuel Boussion, Mathias Gardet et Martine Ruchat, « L’internationale des républiques d’enfants (1939-1955) », 2020.

En 1949, on compte en Allemagne 8 millions d’enfants sans toit ; ils sont 6,5 millions en Russie, 3 millions en Italie et 1,3 million en France… Pour répondre à une situation d’urgence, des centres d’accueil sont créés dès le début de la guerre. Fonctionnant souvent dans la pénurie, ces communautés d’enfants relèvent au départ plus du bricolage que d’une réflexion ou d’une innovation éducative. Mais le bilan alarmant dressé au lendemain de la guerre transforme ces expériences qui auraient dû être éphémères en modèle pédagogique, humanitaire, social et politique.

En partie administrées par les enfants, sous la forme de l’autogestion, certaines revêtent le nom de « républiques d’enfants » : on y élit de jeunes maires, un gouvernement (conseils fédéraux, conseils municipaux, syndicats…), on met en place une police, un tribunal, une banque, une monnaie intérieure, un système de coopérative avec magasin local vendant la production locale, la fabrication et l’impression d’un journal. Au départ sans connexion entre elles, elles sont fondées partout en Europe par des prêtres, des médecins psychiatres, des instituteurs, des militants de l’éducation nouvelle ou d’autres bonnes volontés, et finissent par faire réseau.

Les nouvelles organisations internationales préoccupées de pacifier et de reconstruire les pays dévastés soutiennent ces initiatives. Du 5 au 10 juillet 1948, l’Unesco nouvellement créée convoque une conférence internationale au village Pestalozzi de Trogen en Suisse. En référence aux Boys Town dans le Michigan ou au Summerhill School au Royaume-Uni,
et largement inspirés par les travaux de John Dewey, Célestin Freinet, Maria Montessori, Donald Winnicott ou Jean Piaget, ces communautés sont traversées par de nombreuses contradictions : l’idéologie universaliste des promoteurs de l’après-guerre se heurte aux cultures et politiques nationales, à la réalité concrète d’isolats micro-sociaux où l’autonomie de l’enfant s’entrechoque avec l’autorité des éducateurs. Entreprise humanitaire ou utopie pédagogique ? Objet d’une curieuse amnésie, cet épisode qui se développe en marge de l’institution scolaire résonne en effet étrangement avec la vogue des pédagogies alternatives et l’intérêt récent pour l’histoire de l’éducation nouvelle, la formation des enfants à la citoyenneté, mais aussi la politique d’accueil de mineurs isolés.

Ce livre en retrace l’histoire vivante, incarnée et parfois terrifiante. Il rassemble un extraordinaire matériel iconographique et sonore, également accessible sur un site dédié en prolongement du livre.

Parution – Jérôme Martin, « La naissance de l’orientation professionnelle en France (1900-1940). Aux origines de la profession du conseiller d’orientation », 2020.

L’ouvrage explore les origines du mouvement d’orientation professionnelle en France, des années 1900 aux années 1940. Croisant l’histoire sociale, l’histoire de l’éducation et celle de la psychologie, il met en valeur les conditions d’apparition de la question de l’orientation, la diversité des acteurs ainsi que ses bases idéologiques et scientifiques. L’après Première Guerre mondiale et les années 1930 constituent deux périodes fondamentales dans l’histoire de l’orientation professionnelle.

Publication – N° de varia de la revue « Histoire de l’éducation »

Histoire de l’éducation – n°152  2019/2Varia

  • Jean-Michel Martinez, L’enseignement des sciences et de l’agriculture dans les écoles normales d’instituteurs de l’académie de Montpellier (1880-1905)Science and agricultural education in the Académie de Montpellier male teacher training colleges (1880-1905)
  • Marc Moyon et Nara Vilma Lima Pinheiro, René Duthil, militant français de l’adoption des tests à l’école dans l’entre-deux-guerres René Duthil, French activist for the method of tests at school during the Interwar period
  • Paul LehnerLes concurrences entre syndicats et association professionnelle pour la représentation des conseillers d’orientation (1964-1968). Competitions between trade unions and professional association for the representation of guidance counselors (1964-1968)
  • Thomas Lerosier, Institutionnalisation de la recherche et formation des ingénieurs à Grenoble (années 1960-1980). Engineering Education and Institutionalization of Research (1960-1980)
  • Notes critiques

Parution – Pierre Guidi, « Éduquer la nation en Éthiopie. École, État et identités dans le Wolaita (1941-1991) », PUR, 2020.

Résumé : À  travers les dynamiques scolaires de la région éthiopienne du Wolaita, ce livre retrace l’histoire de l’État-nation à partir de ses marges, dans la seconde moitié du XXe siècle. De la monarchie de droit divin de Haylä Sellasé au régime militaire marxiste-léniniste du Därg, il s’intéresse aux manières dont les habitants d’une région, incorporée à la fin du XIXe siècle, ont réagi face à leur situation dominée au sein de l’ensemble national en négociant avec l’institution scolaire – ses idéologies successives, ses savoirs, ses langues d’enseignement, ses pratiques de pouvoir – pour prendre place dans la communauté politique.

Avec une préface de Rebecca Rogers. En coédition avec IRD Éditions. Avec le soutien du Centre français des études éthiopiennes (MEAE, CNRS).

Parution – Encyclopédie ENHE : « D’une éducation pour l’Europe à une éducation européenne »

Nouveau bloc de notices dans l’ENHE :

Parution – Ismail Ferhat (dir.), « La Picardie, un territoire éducatif à part ? », n° 39, Revue du Nord, 2020.

  • Ismail FERHAT, Ce que le territoire fait à l’éducation. Constats, questionnements et résultats d’une recherche collective
  • Axe 1. Quels héritages et trajectoires historiques ?
    • Bruno POUCET, Offre scolaire en primaire élémentaire, statistiques et réussite éducative
    • Maryse CUVILLIER, La constitution du réseau d’enseignement primaire supérieur dans la Somme de 1878 à 1960
    • Jean-François CONDETTE, Un siècle de développement de l’enseignement secondaire dans la France septentrionale une évolution différentielle des territoires picards ? (1840-1939)
    • Julien CAHON, Ce que la guerre fait à l’école (1870-1944)
  • Axe 2. Images et représentations
    • Alain MAILLARD, Le langage de la mauvaise réputation
    • Lucie MOUGENOT, La Picardie et les Picards : construction d’une image dans la littérature aux XIXe et XXe siècles
    • Thomas VENET, Lucie MOUGENOT, Julien MONIOTTE, Le sentiment d’auto-efficacité des élèves en Picardie
  • Axe 3. Quelles dynamiques et logiques territoriales ?
    • Arnaud DESVIGNES et Thomas VENET, Hétérogénéité territoriale et performances scolaires dans l’académie d’Amiens
    • Ismail FERHAT, Faire « bouger les jeunes » ? Les politiques budgétaires du Conseil régional de Picardie face à la mobilité éducative, années 1980-années 2010

Expositions virtuelles – L’enseignement dans la capitale sous la Troisième République (Archives de Paris)

Entrée de l’école de garçons, 15 rue Sorbier (Paris, 1927). Cote : Archives de Paris, 11Fi 894.

Les Archives de Paris conservent d’importants fonds sur les écoles primaires de la capitale. Anciens élèves à la recherche d’informations sur leur parcours scolaire ou historiens soucieux de retracer l’histoire d’une école peuvent venir découvrir ces sources très variées.

Témoignages précieux et émouvants d’une histoire de l’enseignement à Paris, ces documents ont été collectés à l’issue d’un travail de longue haleine. Une première campagne est menée dans les années 1990, sans caractère systématique mais pour répondre à une urgence de sauvegarde à l’occasion de travaux ou pour faire face à des dégâts matériels. De 2006 à 2009, une politique volontariste étend l’effort de collecte à l’ensemble des écoles primaires et établissements secondaires parisiens. 550 versements, représentant plus de 200 mètres linéaires d’archives, ont ainsi été collectés.

Un guide des fonds a été publié en 2013 par les Archives de Paris sous la direction de Geneviève Profit, Rosine Lheureux et Olivier Muth, pour accompagner les chercheurs. L’ouvrage, Deux siècles d’enseignement public à Paris, XIXe – XXe sièclestome 1 : Les archives des écoles primaires, état des versements, documents de 1842 à 2006, est en vente à la caisse des Archives de Paris.

Parution – Jussi Välimaa, « A History of Finnish Higher Education from the Middle Ages to the 21st Century », 2020.

This book unravels the origins, continuities, and discontinuities of Finnish higher education as part of European higher education from the Middle Ages to the 21st century. It describes the emergence of universities in the Middle Ages and the Finnish student, and  moves on to the Reformation and the end of Swedish rule. It then discusses the founding of the Royal Academy of Turku, its professors and governing bodies, its role as a community, student numbers, the research and controversies. Travelling through the age of autonomy, the first decades of independence and the Second World War, the book examines the expansion of higher education, the development of the system, and the establishment of polytechnics. It concludes by analysing the multiple institutional and organisational layers of Finnish higher education. Altogether, the book offers an historical study that shows how and why education and higher education have been important in the process of making the Finnish nation and nation state.