Publication – Livia Prüll, Christian George, Frank Hüther, « Universitätsgeschichte schreiben. Inhalte – Methoden – Fallbeispiele » [Ecrire l’histoire des universités. Contenu – méthodes – études de cas], 2020.

Allemand : In Vorbereitung auf die 75-Jahrfeier der Johannes Gutenberg-Universität Mainz hat der Forschungsverbund Universitätsgeschichte Wissenschaftlerinnen und Wissenschaftler aus Deutschland, Österreich und der Schweiz versammelt. Dieser Band präsentiert die Ergebnisse dieser Zusammenkunft. Im Zentrum stehen die Fragen nach dem Forschungsgegenstand der neueren Universitätsgeschichte sowie nach Methoden und Zugängen zur Erforschung der Universitätsgeschichte nach 1945. Ergänzt um einen Beitrag zur Universitätsgeschichte der DDR wird dabei der aktuelle Forschungsstand beleuchtet. Zwei Einzelbeispiele vermitteln schließlich den Umgang von Universitäten mit ihrer jüngeren Geschichte.

Anglais : In preparation of the 75th anniversary of the Johannes Gutenberg University Mainz the Research Alliance for the university history gathered scholars from Germany, Austria and Switzerland. This volume presents the proceedings of this meeting. The volume focuses on the recent history of the university as a field of research as well as methods to explore the history of the university after 1945. A contribution on the history of the university in the German Democratic Republic (GDR) highlights the current state of research. Two examples convey how universities cope with their recent history.

Parution – Fabian Waßer, « Von der « Universitätsfabrick » zur « Entrepreneurial University » Konkurrenz unter deutschen Universitäten von der Spätaufklärung bis in die 1980er Jahre »

Wettbewerb unter Hochschulen ist seit der Exzellenzinitiative auch in Deutschland in aller Munde. Bei der interuniversitären Konkurrenz handelt es sich jedoch keineswegs um ein neues Phänomen: In einem historischen Längsschnitt von der Spätaufklärung bis in die 1980er Jahre hinein zeichnet Fabian Waßer kompetitive Praktiken deutscher Universitäten nach. Aufbauend auf Georg Simmels triadischem Konkurrenzmodell stehen dabei Fragen nach den am Wettbewerb beteiligten Akteuren, den Prämien der Konkurrenz und den schiedsrichterlichen Instanzen, die über die Verteilung derselben entscheiden, im Vordergrund.

Im Fokus der Untersuchung stehen Umbruchphasen, in denen sich neue Wettbewerbsordnungen etablierten: die Epoche von der Gründung der Aufklärungsuniversität Göttingen bis zu den Humboldtschen Bildungsreformen sowie das Kaiserreich und das « Dritte Reich », aber auch die « langen 1960er Jahre » und der Beginn der « Ära Kohl » in den 1980er Jahren. Im Vergleich wird deutlich, dass sich der Wettbewerb bei einer Verknappung der Prämien verschärfte und Zeiten starken Konkurrenzdrucks mit Phasen eines nur schwach ausgeprägten Wettbewerbs abwechselten.

Parution – CIAN-Revista de Historia de las Universidades, 23/1, 2020 (Espagne)

Dossier

Presentación. La oposición política al franquismo en la Universidad Alberto Carrillo-Linares
La represión de la protesta estudiantil durante el franquismo (1936-1976) Eduardo González Calleja
Universitarias en el antifranquismo. Mujeres, movilización estudiantil y feminismo, 1960-1975 Mónica Moreno Seco
La prensa estudiantil bajo dictadura. Apuntes para un estudio comparativo entre España y Argentina Guadalupe A. Seia
La Universidad de Santiago de Compostela (1939-1969): de la indiferencia y la “no adhesión” al antifranquismo Ricardo Gurriarán Rodríguez
Movimiento estudiantil antifranquista en Andalucía Alberto Carrillo-Linares

AàC – « Internationalisme(s) et éducation pendant la Guerre froide. Acteurs, compétitions, circulations », en vue d’un colloque international (24-25 juin 2021, Université de Lausanne)

  • 15 septembre 2020 : envoi des propositions
  • Décembre 2020 : réponse aux auteurs
  • 11 juin 2021 : envoi de la communication
  • 24-25 juin 2021 : colloque à Lausanne
  • 15 septembre 2021 : remise des papiers sélectionnés pour publication

Encore peu de travaux se sont intéressés à l’internationalisme éducatif tel qu’il se développe au cours de la Guerre froide. Cette période offre pourtant un cadre exceptionnel pour saisir l’évolution et les métamorphoses des processus d’internationalisation des savoirs et des pratiques éducatives, que ce soit dans la sphère scolaire ou extra-scolaire. Portés par une multitude d’acteurs nationaux, internationaux et impériaux, ceux-ci s’articulent en effet étroitement non seulement avec les enjeux posés par l’affrontement idéologique entre les blocs de l’Est et de l’Ouest, mais aussi avec le processus de construction européenne, la décolonisation, l’émergence du « tiers-mondisme » et les tentatives de régulation des relations internationales (maintien de la paix, etc.). Dès lors, il s’agit dans ce colloque de poser les bases pour une histoire plurielle et croisée de l’internationalisme éducatif, en retraçant ses formes, ses trajectoires (Nord-Sud, Est-Ouest, Sud-Sud) ainsi que son impact sur le cadre politique et les rapports de force déterminés par la « Guerre froide globale ».

AàC – « Élèves et maîtresses : permanences et ruptures dans l’apprentissage des artistes femmes (France, 1849-1924) », en vue d’une journée d’études au Musée Rodin (Paris), le 7 mai 2021.

La deadline de l’AàC a été déplacée au 31 juillet 2020 et la journée d’études décalée au 7 mai 2021.

Dans le cadre de l’exposition « Juana Romani (1867-1923), modèle et peintre. Un rêve d’absolu » (l’exposition, initialement prévue du 13 mai au 20 septembre 2020, a été reportée du 5 mai au 19 septembre 2021), le musée Roybet-Fould de Courbevoie a souhaité approfondir la réflexion sur la formation des artistes femmes au XIXe siècle. Les problématiques de transmission pratique et intellectuelle ont notamment été explorées par Alain Bonnet et France Nerlich dans Apprendre à peindre. Les ateliers privés à Paris. 1780 à 1863, publication (2013) issue d’un colloque tenu en 2011. L’essai de Séverine Sofio dans ce même ouvrage, ainsi que ses recherches sur les artistes femmes de la fin du XVIIIe siècle et de la première moitié du XIXe siècle (2016), ont permis de faire émerger le rôle des artistes femmes en tant que formatrices. La pédagogie était également au cœur de la récente exposition Transmission/Transgression. Maîtres et élèves dans l’atelier : Rodin, Bourdelle, Giacometti, Richier… (2019), contribuant à mettre en exergue les nombreuses sculptrices formées dans l’atelier d’Antoine Bourdelle. À la suite de deux colloques organisés par AWARE, l’un autour de la problématique de la parentèle (2016), l’autre sur la formation et la professionnalisation (2019), et ce sur une large période entre le XIXe et le XXe siècle, il paraît pertinent de se pencher sur la manière dont les élèves se sont construites en tant qu’artistes au travers de l’apprentissage auquel des femmes ont pu contribuer.

Publication – Michel Christian, Joëlle Droux, Rita Hofstetter (dir.), « Construire la paix par l’éducation : réseaux et mouvements internationaux au XXe siècle. Genève au cœur d’une utopie », Alphil, 2020.

Le 2 juin 1913 s’ouvre à Paris le Xe Congrès international des femmes qui débouche sur un souhait : « Que les femmes s’initient au pacifisme, suprême affirmation du droit humain, et qu’elles s’en inspirent dans l’éducation des enfants. » On ne saurait mieux dire le lien étroit qui unit déjà combat pacifiste et enjeux éducatifs à la veille de la Première Guerre mondiale.

Cet ouvrage met précisément en lumière la façon dont les terrains éducatifs ont été traversés au fil du XXe siècle par une diversité de causes transnationales portées par la conviction que la paix se construit par l’éducation. À l’épicentre de ces réseaux, un lieu qui est bien plus qu’une ville: Genève, modeste cité lémanique qui se transforme à partir de 1919 en une véritable ruche internationaliste avec l’arrivée des premières grandes organisations internationales chargées de bâtir un nouvel ordre mondial.

L’ouvrage montre le rôle conféré à l’éducation afin de favoriser cette solidarité universelle et de faire circuler en Europe et dans le monde ces valeurs pacifistes qui nourrissent l’« esprit de Genève ». Les contributions dévoilent la diversité des acteurs individuels (pédagogues, psychologues, médecins, politiciens) et collectifs (réseaux scientifiques, mouvements associatifs et militants) engagés dans cette dynamique réformiste, et cela bien au-delà de l’entre-deux-guerres. Elles donnent à voir la richesse des initiatives alimentant cet élan pacifiste auprès des jeunes, entre les mains desquels se jouerait le devenir de la démocratie et de l’humanité. Les auteurs examinent aussi les controverses, les tensions et les concurrences qui entourent ces élans internationalistes. En mettant au jour les tribulations et les transformations de ces projets réformistes dans le temps et l’espace, l’ouvrage propose de nouveaux éclairages sur la genèse transnationale des politiques éducatives contemporaines.

Publication – Catherine Dorison, Jean-Pierre Chevalier, Anissa Belhadjin, Marie-Laure Elalouf et Maryse Lopez, « Des écoles normales à l’ESPE. Témoignages de formateurs », PU Grenoble, 2018.

La qualité du système d’enseignement dépend en partie de l’efficacité de la formation de ses enseignants. Alors, comment former les enseignants ?

En quarante ans, les modalités de la formation initiale et continue des enseignants ont été plusieurs fois modifiées, chaque changement étant censé ouvrir une ère nouvelle. Cet ouvrage revient sur ce passé en donnant la parole à ceux qui ont mis en oeuvre ces réformes successives : les formateurs d’enseignants. Quarante-cinq entretiens ont été réalisés auprès de formateurs ayant exercé dans les écoles normales, à l’IUFM, à l’ESPE de l’académie de Versailles. Ils témoignent de leurs choix pédagogiques, des controverses professionnelles, de l’importance du groupe de pairs. En nous replongeant dans l’histoire récente, ils mettent en lumière les enjeux des évolutions et des choix politiques.

À travers l’exemple de l’académie de Versailles, on comprend ainsi comment se forment une culture professionnelle des formateurs et les conditions d’une circulation des savoirs entre les mondes de la recherche pédagogique, de la formation et de la profession enseignante. Ces témoignages constituent une histoire locale qui a l’ambition d’être un élément d’une histoire globale de la formation des enseignants.

Publication – Jean-Yves Frétigné, Aurélien Poidevin (dir.), « L’administration des institutions culturelles en France et en Italie. Approches comparées (des années 1860 à la Libération) », à paraître en 2020 aux PU de Rouen et du Havre.

Consacré aux enjeux de la législation et de la réglementation publiques en matière de vie culturelle dans les secteurs du patrimoine, du théâtre, de l’opéra, des musées, de l’édition et du cinéma, sans oublier l’enseignement de l’histoire de l’art, ce volume s’inscrit dans la perspective croisée d’une histoire culturelle et d’une histoire de l’État, en mobilisant les outils de l’histoire administrative.

Publication – Antonin Durand, « Les voyages forment la jeunesse. Les boursières scientifiques David-Weill à la découverte du monde (1910-1939) », à paraître en 2020 aux PU de Strasbourg.

En 1909, le banquier David Weill lançait la première Bourse de voyage permettant aux étudiants français, sans distinction de sexe, d’étudier un an à l’étranger. Cette porte ouverte sur l’Europe et sur le monde permit à une génération d’étudiantes – encore très minoritaires dans l’Université française – de découvrir le fonctionnement académique et la vie étudiante à l’étranger.

Ce volume regroupe neuf rapports de séjour rédigés par ces pionnières, nous offrant le témoignage de nouveaux savoirs, de pratiques de recherche et d’enseignement, mais aussi, plus généralement, de leurs impressions sur le monde de la première moitié du XXe siècle et sur la place nouvelle que les femmes y occupent.

À travers la mosaïque de pays et de disciplines qu’ils recouvrent – mathématiques, physique, chimie, biologie, géologie, économie –, ces documents offrent un nouveau regard sur les pratiques scientifiques dans le monde de l’entre-deux-guerres et sur la condition féminine au sein des élites savantes.

Publication – Anne Schneider, « La littérature de jeunesse, veilleuse de mémoire en Europe. Les grands conflits du XXe siècle en Europe racontés aux enfants », à paraître en 2020 aux PU de Rouen et du Havre.

Comment parler de la guerre à des enfants alors que les parents n’osent pas aborder le sujet? C’est le défi relevé par la littérature de jeunesse: son objectif de transmission et d’éducation explique qu’elle investit autant cette thématique.

Dans ce volume, la seconde guerre mondiale est largement abordée comme sillon matriciel de la présence de toutes les guerres dans les romans ou les albums pour la jeunesse. L’évocation du conflit à travers toute l’Europe (Italie, Grande-Bretagne, Irlande, Allemagne, Espagne, Pologne, Tchécoslovaquie, France) met en avant les silences des adultes face aux incompréhensions des enfants, mais aussi les formes de violence cruelles engendrées par la guerre, tandis que les révolutions et conflits contemporains (Portugal, Grèce, Irlande, Rwanda) rendent la nécessité du souvenir et de la commémoration encore plus palpable.

À l’heure de la disparition des témoins de la Shoah, alors que la réflexion sur la transmission d’un devoir d’histoire est d’actualité, en particulier en Europe où la résurgence des discours totalitaires est préoccupante, la littérature de jeunesse européenne a pour fonction, en plaçant l’enfant au cœur de la narration, d’être veilleuse de mémoire.

Publication – Sylvia Garcia Delahaye (dir.), « Politique de l’enfance et de la jeunesse. La place des enfants et des jeunes dans la définition de politiques publiques », Édition de l’École d’études sociales et pédagogiques (Lausanne), 2018.

La place attribuée aux enfants et aux jeunes a beaucoup évolué depuis la création des premières politiques publiques les concernant. Cet ouvrage propose une réflexion à partir d’une nouvelle politique de l’enfance et de la jeunesse dans un canton suisse (Vaud).

Cette politique, encouragée par la Confédération, s’est construite avec la participation des acteurs étatiques et paraétatiques, de la population et en particulier des enfants et des jeunes.

Témoignage utile pour la création de nouvelles politiques publiques et pour la conception d’outils méthodologiques appropriés, l’ouvrage s’adresse à un public de décideurs et décideuses, de professionnel·le·s et d’étudiant·e·s.

Parution – James F. Stark, « The Cult of Youth. Anti-Ageing in Modern Britain », Cambridge University Press, 2020.

In this major new study, James F. Stark provides the first historical account of the most dominant ideas, practices, and material cultures associated with anti-ageing and rejuvenation in modern Britain. With a focus on the interwar period, his study uncovers the role of the commercial world in influencing attitudes towards ageing and youth. Stark argues that the technologies of anti-ageing, their commercialisation and their consumption made rejuvenation a possible and desirable aim in a period of socio-political instability, mechanised conflict and extending lifespans. Ultimately, Stark offers an innovative historical account, which draws together bodies, gender, science, medicine, advertising, and ageing, and shows how the quest for youth was transformed by social anxieties about an ageing population and economic crisis.

Publication – Daniel O’Connell et Scott Peters, « In the Struggle. A History of Politically Engaged Scholarship in California’s San Joaquin Valley », New-York UP, 2020

In the Struggle tells the story of the persistent engagement of eight public scholars spanning generations of sustained endeavor, a dogged war in which workers and scholars together repeatedly took on the powerful agricultural industry, the political machines, and even the universities.

The stories begin in the 1930s with Paul Taylor, a professor of economics at University of California, Berkeley, who pioneered field research and activism as he travelled through the areas marked by the Great Depression, together with his wife, photographer Dorothea Lange. Working in the heart of California’s agricultural Central Valley, Taylor was the first of a succession of scholars who shared the dual commitment to research and engagement, to making problems visible and to effecting change through strategic action. Taylor and Lange intentionally wove their political engagement into their identities and work as researchers, as they conducted studies, led strikes, organized underserved communities, founded community development programs, created nonprofit institutions, and more.

This book documents a tradition of politically engaged scholarship in one of the world’s most dramatic contexts, full of disparities and contradictions, but also ripe with opportunities to make a difference. It covers a struggle that continues undiminished in the present.

Publication – Susie Woo, « Framed by War. Korean Children and Women at the Crossroads of US Empire », New-York UP, 2019.

Korean children and women are the forgotten population of a forgotten war. Yet during and after the Korean War, they were central to the projection of US military, cultural, and political dominance. Framed by War examines how the Korean orphan, GI baby, adoptee, birth mother, prostitute, and bride emerged at the heart of empire. Strained embodiments of war, they brought Americans into Korea and Koreans into America in ways that defined, and at times defied, US empire in the Pacific.

What unfolded in Korea set the stage for US postwar power in the second half of the twentieth century and into the twenty-first. American destruction and humanitarianism, violence and care played out upon the bodies of Korean children and women. Framed by War traces the arc of intimate relations that served as these foundations. To suture a fragmented past, Susie Woo looks to US and South Korean government documents and military correspondence; US aid organization records; Korean orphanage registers; US and South Korean newspapers and magazines; and photographs, interviews, films, and performances. Integrating history with visual and cultural analysis, Woo chronicles how Americans went from knowing very little about Koreans to making them family, and how Korean children and women who did not choose war found ways to navigate its aftermath in South Korea, the United States, and spaces in between.

Publication – Carl Suddler, « Presumed Criminal. Black Youth and the Justice System in Postwar New York », New-York UP, 2019.

A stark disparity exists between black and white youth experiences in the justice system today. Black youths are perceived to be older and less innocent than their white peers. When it comes to incarceration, race trumps class, and even as black youths articulate their own experiences with carceral authorities, many Americans remain surprised by the inequalities they continue to endure. In this revealing book, Carl Suddler brings to light a much longer history of the policies and strategies that tethered the lives of black youths to the justice system indefinitely.

The criminalization of black youth is inseparable from its racialized origins. In the mid-twentieth century, the United States justice system began to focus on punishment, rather than rehabilitation. By the time the federal government began to address the issue of juvenile delinquency, the juvenile justice system shifted its priorities from saving delinquent youth to purely controlling crime, and black teens bore the brunt of the transition.

In New York City, increased state surveillance of predominantly black communities compounded arrest rates during the post–World War II period, providing justification for tough-on-crime policies. Questionable police practices, like stop-and-frisk, combined with media sensationalism, cemented the belief that black youth were the primary cause for concern. Even before the War on Crime, the stakes were clear: race would continue to be the crucial determinant in American notions of crime and delinquency, and black youths condemned with a stigma of criminality would continue to confront the overwhelming power of the state.

Publication – « Movimientos sociales y educación », revue Historia de la Educación, 2018 (Espagne)

PRESENTACIÓN

  • Movimientos sociales y educación

MONOGRAFÍA

ESTUDIOS

DOCUMENTACIÓN

Publication – Historical Studies in Education / Revue d’histoire de l’éducation, n° 32/1, 2019 (Canada)

Special Contribution

Focus on Higher Education

Articles

Publication – Historical Studies in Education / Revue d’histoire de l’éducation, n° 31/2, 2019 (Canada)

Articles

Publication – IJHE Bildungsgeschichte. International Journal for the Historiography of Education, n° 1/2020 (Allemagne)

Contributions

  • Merkverse, Lerngeschichten, Merkhände: Didaktische Praktiken im lateinischen Anfangsunterricht der Frühen Neuzeit [Memory devices, storytelling, and body mnemonics: Teaching Latin in early modern times]
  • How schools came to democratize merit, formalize achievement, and naturalize privilege: The case of the United States
  • « Balance of mind […] seems more necessary than the promotion of teaching machines » – Technology in Swiss schools in the 1960s
  • Transformative Theory of Bildung: A new chapter in the German tale of Bildung

Débats

  • The next generation of academics at the parting between academic technicians and social justice warriors

Publication – História da educação, vol. 20/1, 2020 (Brésil)

Artigos

Dossiê