Parution – Jussi Välimaa, « A History of Finnish Higher Education from the Middle Ages to the 21st Century », 2020.

This book unravels the origins, continuities, and discontinuities of Finnish higher education as part of European higher education from the Middle Ages to the 21st century. It describes the emergence of universities in the Middle Ages and the Finnish student, and  moves on to the Reformation and the end of Swedish rule. It then discusses the founding of the Royal Academy of Turku, its professors and governing bodies, its role as a community, student numbers, the research and controversies. Travelling through the age of autonomy, the first decades of independence and the Second World War, the book examines the expansion of higher education, the development of the system, and the establishment of polytechnics. It concludes by analysing the multiple institutional and organisational layers of Finnish higher education. Altogether, the book offers an historical study that shows how and why education and higher education have been important in the process of making the Finnish nation and nation state.

Publication – Publication – Philippe Cordazzo (dir.), « Parcours d’étudiants. Sources, enjeux et perspectives de recherche », à paraître en 2020 chez Ined éditions.

Le nombre d’étudiants en France dépasse les 2,6 millions. Dans un contexte de massification et de réformes successives, l’éducation, l’avenir professionnel et les conditions de vie des étudiants sont des enjeux importants qui nécessitent des analyses précises.

En France, plusieurs outils offrent des bases de données solides comme les enquêtes sur les conditions de vie de l’Observatoire national de la Vie étudiante, les suivis de cohortes, les analyses de trajectoires et les données collectées par les universités à partir des bases administratives ou des enquêtes locales. Eurostudent, Cheers, et Reflex complètent ce dispositif au niveau international.

Cet ouvrage dresse un état des savoirs sur les parcours étudiants en s’appuyant sur différents travaux qui analysent ces trajectoires, à un âge où se cumulent, souvent, des périodes clés de la vie. En effet, l’entrée dans la vie adulte, le départ du foyer parental, la mise en couple, la parentalité, la mobilité interne et internationale, la construction du parcours de formation, les conditions de vie, la transition entre la fin des études et l’entrée sur le marché du travail sont autant d’aspects qui sont pris en compte pour analyser la complexité des parcours et le devenir étudiant.

Le double pari réussi de cet ouvrage est d’avoir permis de croiser l’étude de la situation et des parcours étudiants avec l’analyse des sources de données existantes, tout en privilégiant une approche pluridisciplinaire.

Publication – Mario Gecchele, Paola Dal Toso, « Educare alla diversità. Una prospettiva storica », 2019.

Chi si occupa per dovere o per professione di educazione percepisce senz’altro la difficoltà e la complessità dell’educare e del prendersi cura in un mondo diventato ormai “villaggio globale” in cui le diversità, pur essendo di per sé un valore, sono vissute spesso con diffidenza.

Il presente lavoro, frutto dell’impegno di alcuni studiosi, intende far riflettere sulle “diversità” a partire da un approccio storico, nella convinzione che il nostro modo di pensare e di agire, cioè la nostra cultura sia frutto di una lunga evoluzione che viene dal passato.

Non è uno sguardo rivolto all’indietro, tutt’altro; fare memoria di ciò che sono state le azioni educative, i movimenti sociali, le istituzioni e le parole per nominare il “diverso” aiuta, da un lato, a evidenziare le ripetizioni e le storture costruite nel tempo e, dall’altro, a porvi rimedio, a riflettere altrimenti per migliorare il pensiero e le azioni educative.

Parution – Jean-Noël Luc, Jean-François Condette et Yves Verneuil, « L’enseignement en France (XIXe-XXIe siècle) », 2020.

Présentation :

Alors que la question de l’enseignement reste plus que jamais discutée, ce volume offre un panorama exceptionnel sur l’histoire de l’enseignement de la maternelle à l’université, de l’époque napoléonienne jusqu’à nos jours. Il présente les structures, les pratiques, les réformes, les innovations et les contestations qui ont marqué plus de deux siècles d’activité enseignante.

L’ouvrage interroge les méthodes préconisées et leurs applications en replaçant le fait éducatif dans ses dimensions politiques, économiques, sociales, culturelles nationales, voire internationales. Exhaustif et sans parti pris, il sera utile à tous ceux, acteurs ou témoins, qui interrogent les nouveaux défis de l’enseignement en France.

Collecte sur « l’éducation confinée » par le Musée national de l’éducation

Le Musée national de l’Education, situé à Rouen, lance un appel à collecte sur le thème « Education confinée ». Il s’agit d’agir pour conserver des traces, matérielles ou immatérielles, de la mobilisation individuelle et collective de ces derniers trois mois, afin de constituer la mémoire de la « nation apprenante », produit de cette période inédite.

Le Munaé fait aujourd’hui appel à vous, membres de la communauté éducative, pour l’aider à identifier les typologies de matériaux qui vous semblent pertinents à collecter, conserver et présenter au public, objets-symboles de cette nouvelle manière de faire école et d’éduquer. Adressez-nous vos suggestions de typologies d’objets et documents de l’éducation scolaire et familiale, de l’école à la maison, que vous avez vus, créés, partagés.

N’hésitez pas à nous envoyer des photographies et des témoignages expliquant le fonctionnement, l’utilisation, l’intérêt de ces outils et productions.

Une adresse mail spécifique est créée pour vous : parent, élève, enseignant, membre d’un service jeunesse de collectivité ou encore assistant.e de vie scolaire et éducateur.trice accompagnant des situations de handicap (etc.)…

munae-educationconfinee [at] reseau-canope.fr

AàC – Les réformes du financement de l’éducation : genèses, enjeux et effets. France et Suède (XIXe-XXIe siècles)

Les réformes du financement de l’éducation : genèses, enjeux et effets. France et Suède (xixe-xxie siècles)

Appel à contributions pour un dossier thématique publié simultanément dans la revue Histoire de l’éducation (en français) et dans le Nordic Journal for Educational history (anglais et langues scandinaves).

Au xixe et au xxe siècle, avec des variations de calendrier, de rythme et d’ampleur, les sociétés européennes ont suivi des trajectoires de massification des scolarisations primaires, secondaires – générales et techniques – et supérieures. Dans le même temps, diverses réformes ont remodelé l’organisation financière de ces enseignements, les modifications portant sur la part respective des financements publics et privés, sur le rôle des mécanismes de marché dans l’allocation des ressources, ou encore sur la répartition des compétences et des charges financières entre l’État et les collectivités locales.

Mobilisant des méthodologies quantitatives, économistes et politistes ont examiné les effets des différents types de régimes financiers sur le rythme de développement du système scolaire, sur le niveau global de la dépense d’éducation, et sur les mécanismes de redistribution des richesses entre les différentes classes sociales. Ces recherches montrent que les régimes financiers des systèmes scolaires ne sont pas des leviers neutres. Au contraire, en comprendre les spécificités et les mécanismes permet d’éclairer différents aspects des politiques éducatives, et de mieux apprécier la place du système scolaire dans les politiques redistributives des sociétés démocratiques. À ce titre, l’histoire de l’organisation financière des systèmes d’enseignement vient nourrir la réflexion en cours sur la dynamique des inégalités socio-économiques dans les sociétés européennes. Après avoir culminé au XIXe siècle, les inégalités de revenu et de patrimoine y ont en effet sensiblement diminué au XXe siècle après la Première guerre mondiale, mais tendent à s’accroître depuis les années 1980.

Nous proposons donc, dans cet appel à contributions, de prendre pour objet d’étude les différentes réformes apportées à l’organisation financière des systèmes scolaires au xixe et au xxe siècle, leur genèse, leurs objectifs sociaux, économiques et politiques, ainsi que leurs effets. Cet appel à contributions cible les cas de la France et de la Suède. Notre ambition est d’abord de combler les lacunes des historiographies nationales sur ces questions, mais aussi de faire apparaître la diversité des solutions apportées à des problèmes similaires tels que les différences de coût des scolarités en milieu urbain et en zone rurale, les tensions entre objectifs nationaux et spécificités socio-économiques locales, ou encore le durcissement de la contrainte budgétaire et la recherche d’un meilleur emploi des fonds publics.

Parmi les réformes qui mériteraient un examen plus approfondi, nous aimerions signaler, sans prétendre à l’exhaustivité :

Pour le cas français :

  • La prise en charge par l’État de la rémunération des instituteurs en 1889, ainsi que celle des professeurs de collège en 1925
  • La réforme de la taxe d’apprentissage en 1971
  • La vague de nationalisation des collèges des années 1950 aux années 1970
  • Les aspects financiers de la décentralisation scolaire initiée en 1982-1983, tant pour l’enseignement public que pour l’enseignement privé

Pour le cas suédois :

  • La centralisation de la rémunération des instituteurs (1910-1930)
  • La réforme du système d’aide aux étudiants (1900-1950)
  • La création des « grundskole » dans les années 1950 et leur réforme en 1962 (grundskolereformen)
  • La décentralisation de l’école primaire suédoise en 1989-1991, dite encore « municipalisation » (komunaliseringen)
  • L’introduction des « chèques éducation » (1992)

Dans leurs recherches, nous invitons les auteurs à être attentifs à la pluralité de facteurs susceptibles d’éclairer l’adoption de telle ou telle réforme. La réforme peut officialiser l’existence de flux financiers, qui se seraient progressivement développés en dehors du cadre fixé par les textes. Elle peut aussi instaurer de nouvelles sources de financement. Dans tous les cas, il faut apprécier le poids des modèles idéologiques qui apportent les justifications nécessaires à toute modification dans la répartition des charges incombant aux différents financeurs : conceptions concurrentes de ce qu’implique l’égalité (entre individus, genres, classes sociales, territoires) ; visions alternatives des caractéristiques d’une organisation efficace.  Enfin, les auteurs devront, dans la mesure du possible, s’efforcer d’apprécier les effets à court, moyen et long terme des réformes étudiées, sans préjuger de la conformité de ces effets aux objectifs initialement poursuivis.

Consignes pour les auteurs

Les propositions devront inclure :

  • le nom de l’auteur, ses coordonnées électroniques et son affiliation institutionnelle
  • un titre et un résumé (700-800 mots) en français, en anglais, ou dans une langue scandinave
  • une bibliographie.

Ces propositions seront adressées conjointement à Clémence Cardon-Quint (clemence.cardon-quint@u-bordeaux.fr) et Johannes Westberg (b.a.j.westberg@rug.nl).

Comité scientifique

Les articles seront soumis à une expertise en double aveugle. Les comités scientifiques de la revue Histoire de l’éducation et du Nordic Journal of Educational History sont garants du bon déroulement du processus.

https://journals.openedition.org/histoire-education/

https://journals.ub.umu.se/index.php/njedh

 

Calendrier

  • Clôture de l’appel à contributions : 1er mai 2020.
  • Réponse aux auteurs : 1er juin 2020.
  • Novembre 2020 (date précisée ultérieurement) : atelier de travail à l’université de Bordeaux (France). Présentation et discussion d’une première version des articles et de l’introduction du dossier
  • Janvier 2021 : remise des articles
  • Janvier-mars 2021 : expertise en double aveugle
  • Mai 2021 : remise des versions revues et amendées des articles
  • Mai 2021-septembre 2021 : traduction professionnelle des articles (financée et supervisée par les organisateurs)
  • Hiver 2021 : publication

 

Bibliographie

Ansell Ben W., From the Ballot to the Blackboard: The Redistributive Political Economy of Education, Cambridge, Cambridge University Press (coll. « Cambridge Studies in Comparative Politics »), 2010.

 

Busemeyer Marius R., Skills and Inequality: Partisan Politics and the Political Economy of Education Reforms in Western Welfare States, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.

 

Busemeyer Marius R., The Impact of Fiscal Decentralisation on Education and Other Types of Spending, Rochester, NY, Social Science Research Network, 2007.

 

Cappelli Gabriele et Vasta Michelangelo, « Can school centralization foster human capital accumulation? A quasi-experiment from early twentieth-century Italy », The Economic History Review, 22 juillet 2019.

 

Condette Jean-François (ed.), Le coût des études : modalités, acteurs et implications sociales, XVIe-XXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, 412 p.

 

Forsberg, Håkan. « School Competition and Social Stratification in the Deregulated Upper Secondary School Market in Stockholm. » British Journal of Sociology of Education 39, no. 6 (2018): 891-907.

Gambin Lynn, Hogarth Terence, “Who pays for skills? Differing Perspectives on Who Should pay and Why”, in John Buchanan, David Finegold, Ken Mayhew, Chris Warhurst (ed.), The Oxford Handbook of Skills and Training, Oxford, Oxford University Press, 2017, p. 652-670.

Huitric Solenn, Transformer les collèges communaux en lycées. La coproduction d’une action publique (1830-1880), Thèse de doctorat, Université de Lyon, France, 2016.

Lundahl, Lisbeth. « A Matter of Self-Governance and Control the Reconstruction of Swedish Education Policy: 1980-2003. » European Education 37, no. 1 (2005): 10-25.

Mitch David F., « The Impact of Subsidies to Elementary Schooling on Enrolment Rates in Nineteenth-century England », Economic History Review, Second Series, août 1986, vol. 39, no 3, p. 371‑391.


Piketty Thomas, Capital et idéologie, Paris, Éditions du Seuil, 2019, 1197 p.


Román, Henrik, Stina Hallsén, Andreas Nordin, and Johanna Ringarp. « Who Governs the Swedish School? Local School Policy Research from a Historical and Transnational Curriculum Theory Perspective. » Nordic Journal of Studies in Educational Policy, no. 1 (2015): 81-94.

Savoie Philippe, La construction de l’enseignement secondaire (1802-1914). Aux origines d’un service public, Lyon, ENS, 2013, 501 p.

Théret Bruno, « Les dépenses d’enseignement et d’assistance en France au XIXe siècle : une réévaluation de la rupture républicaine », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 1991, vol. 46, no 6, p. 1335‑1374.

 

 

Publication – Pierre-Jean Souriac (dir.), « Du collège de la Trinité au lycée Ampère : 5 siècles d’histoire »

Ce livre revient sur l’histoire d’une institution scolaire qui débuta avec l’école des Trinitaires en 1519 et continue en 2019 avec le lycée Ampère. 500 ans… Rares sont les établissements scolaires qui peuvent se prévaloir d’un tel record de longévité. Les auteurs proposent plusieurs visages de cet établissement au cours de ses 500 ans d’histoire et de pédagogie. La concentration en un seul lieu des hommes et des instruments utiles à la recherche entraîna là une densification des pratiques intellectuelles. Au collège de la Trinité enrichi d’une bibliothèque, d’un médaillier et d’un observatoire, les nombreuses et diverses collections et la qualité des études dispensées donnèrent aux murs ces lettres de noblesse séculaires. Lycée Ampère depuis 1888, cette institution est un bel exemple de ces collèges de l’Ancien Régime devenus lycées impériaux selon la volonté de Napoléon, et des accomplissements d’une communauté, celle des jésuites, qui en fit dès sa création un espace culturel complexe où florissait le savoir. Les bâtiments du collège de la Trinité se trouvent encore aujourd’hui sur les bords du Rhône et sont utilisés comme lycée à l’usage des jeunes Lyonnais. De nombreuses personnalités, à toutes les époques, se flattèrent et se réjouissent encore d’y avoir reçu les bases d’un enseignement de qualité.

Colloque – Parcours de formation et mobilités géographiques : modèles, instruments, stratégies. (France et empire colonial français, XVIIIe-XXIe siècles) (Bordeaux, 13-14 juin 2019)

Ce colloque souhaite mettre en lumière la façon dont les mobilités participent, conjointement avec le déploiement d’une offre géographiquement située, à la structuration sociale et territoriale du système d’enseignement et plus largement d’une société où s’opposent Paris et la province, grandes villes et villes moyennes, zones urbaines et zones rurales. Il s’agit donc d’interroger les logiques spécifiques qui sous-tendent, d’une part, le déploiement de l’offre, d’autre part, l’organisation des mobilités individuelles et collectives, ainsi que leurs modes d’articulation et leurs relations de complémentarité et de concurrence.

Pour ce faire, le colloque n’exclura, a priori, aucune institution d’enseignement – qu’elle dispense une formation de type élémentaire, secondaire, supérieure, professionnelle, etc.  Il s’intéressera aussi bien à l’enseignement public qu’aux institutions privées. Les contributions pourront porter sur des mobilités d’amplitude diverse au sein de l’espace français (à l’intérieur d’une ville, comme au sein de l’Empire colonial), ainsi que sur les déplacements d’élèves ou d’étudiants français à l’étranger. 

Débouchant sur le temps présent, ce colloque fait le pari du dialogue entre l’histoire et les diverses sciences sociales qui étudient ces mobilités, leurs motivations et leurs effets dans la société contemporaine. Les contributions des géographes, sociologues, politistes, etc. seront donc les bienvenues, aux côtés de celle des historiens.

En ciblant la réflexion sur le cas français, on souhaite créer les conditions propices à un vrai travail de périodisation, s’agissant de phénomènes qui dépendent étroitement des spécificités d’un État, d’un territoire et d’une population. Des éclairages sur d’autres espaces nationaux, dans la mesure où ils contribuent à la formulation d’hypothèses éclairantes pour le cas français, pourront cependant trouver leur place dans le colloque.

Continuer la lecture de « Colloque – Parcours de formation et mobilités géographiques : modèles, instruments, stratégies. (France et empire colonial français, XVIIIe-XXIe siècles) (Bordeaux, 13-14 juin 2019) »